Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 22 septembre 2010

DNA : Action de l'UDESR 68 contre la "réforme territoriale"

Socialistes et républicains / Réforme des collectivités
« On tue la décentralisation »

 20100922_DNA029193.jpg

Pour les socialistes et républicains du Haut-Rhin, dont la sénatrice Patricia Schillinger et le conseiller régional Antoine Homé, la réforme des collectivités territoriales « remet en cause l'esprit de la décentralisation et les services de proximité ». (Photo DNA-Philip Anstett)
L'Union des élus socialistes et républicains du Haut-Rhin lance une offensive contre la réforme des collectivités que son président Antoine Homé qualifie de « régression territoriale ». Une affiche et un livret seront envoyés à tous les maires du département.

La réforme des retraites n'est pas le seul combat du PS en ce moment. La réforme des collectivités territoriales, qui doit revenir le 28 septembre en seconde lecture devant l'Assemblée nationale, mobilise tout autant le parti, Laurent Fabius en tête. Après la visite de l'ancien Premier ministre à Wittenheim le 23 juin dernier, le PS 68 et l'Union des élus socialistes et républicains du Haut-Rhin (UDESR 68) intensifient leur action.
 Ils vont adresser ces jours-ci une lettre, une affiche et un livret à tous les maires du département pour dénoncer les « mauvais coups » d'une réforme qui menace selon eux les services publics de proximité et appeler à la « mobilisation générale » des élus locaux. Un courrier a aussi été envoyé à tous les parlementaires haut-rhinois de droite.

« Le conseiller territorial
est un Ovni politique »

 Antoine Homé, le président de l'UDESR 68, conteste à la fois « l'étranglement financier » des collectivités, la création du conseiller territorial et la remise en cause de la clause de compétence générale.
 La réforme de la taxe professionnelle, le gel pour trois ans de la dotation globale de fonctionnement versée par l'État aux collectivités et la fin des financements croisés font craindre à Antoine Homé un « assèchement » des communes. « Les collectivités locales, qui génèrent 73 % des investissements en France, investiront moins », s'inquiète le conseiller régional qui déplore l'obligation faite aux communes de plus de 3 500 habitants de financer au moins un tiers de ses investissements tout en interdisant le cofinancement Département/Région. « Seules les collectivités riches s'en sortiront ».
 Le débat sur le millefeuille est « démagogique » selon le maire de Wittenheim qui souligne que 80 % des compétences sont déjà clairement séparées entre les Départements et les Régions. Si la rationalisation entre ces deux échelons n'est pas une priorité pour lui, il attaque en revanche la fin de la clause de compétence générale qui permet à toute collectivité de s'occuper de domaines étrangers à ses obligations. « Ça menacera toutes les politiques du lien social : le sport, la culture et la vie associative. »
 « Le conseiller territorial est un Ovni politique : conseiller général le matin, conseiller régional le soir. C'est l'institutionnalisation du cumul des mandats créé uniquement pour des raisons politiciennes. L'idée est de supprimer les élections proportionnelles et de charcuter des cantons pour favoriser la droite. C'est un déni de démocratie », tempête encore Antoine Homé qui suspecte la majorité présidentielle de vouloir ainsi réduire le pouvoir de la gauche dans les Régions et les Départements. « Ce pouvoir essaie de détruire tout contre-pouvoir », conclut-il.

 


F. By

 

 

 

 

 

 

11:27 Publié dans Au PS | Lien permanent | Tags : udesr | |  Facebook | |

mardi, 21 septembre 2010

L'Alsace : action de l'UDESR 68 contre la réforme territoriale

Politique Les socialistes contre« la régression territoriale »

 11.0.961415001.jpg

 

Antoine Homé préside l'Union départementale des élus socialistes et républicains du Haut-Rhin. Photo J.-F. F.

Les socialistes haut-rhinois se mobilisent contre le projet de réforme des collectivités territoriales proposé par le gouvernement.

La réforme des collectivités territoriales, qui doit revenir en seconde lecture devant l'Assemblée nationale mardi 28 septembre, ne passe pas bien chez les socialistes : Antoine Homé, président de l'Union départementale des élus socialistes et républicains du Haut-Rhin, et sa vice-présidente Patricia Schillinger, également sénatrice, ont lancé, hier, la lutte médiatique contre ce projet.

Concrètement, ils ont écrit aux 377 maires du Haut-Rhin pour leur demander d'installer dans leurs mairies des affiches combattant la réforme et leur ont fourni un livret « sur les menaces qui pèsent sur nos collectivités ». Parallèlement, ils ont demandé aux députés du département - tous de droite - de se prononcer sur un certain nombre de points qui soulèvent leur inquiétude. « Le conseiller territorial qu'on veut mettre en place, critique Antoine Homé, est un Ovni politique, conseiller général le matin et conseiller régional l'après-midi ! On veut supprimer le scrutin proportionnel en usage pour les régions simplement pour pouvoir charcuter les cantons ! »

« Une disposition insensée »

Cette modification du mode de scrutin avait été supprimée par le Sénat et vient d'être réintroduite par le rapporteur UMP Dominique Perben à l'Assemblée nationale.

Les socialistes refusent aussi « une disposition grave, insensée, qui oblige les communes de plus de 3 500 habitants à financer à 30 % au moins leurs projets d'investissement, tout en leur interdisant ce qui est aujourd'hui la règle, le cofinancement Département/Région. Les seules collectivités qui pourront alors se développer seront les communes riches », martèle Antoine Homé.

Autre point de discorde pour le PS, la suppression de la clause de compétence générale qui permet aux Départements et aux Régions de s'autosaisir sur les dossiers qui les intéressent et de financer d'autres causes que ses responsabilités obligatoires. Selon Antoine Homé, « ce sont les domaines de la culture, du sport et de la vie associative qui sont ici menacés ».

Globalement, les socialistes dénoncent dans ce projet de loi une recentralisation voilée, « qui veut tuer l'esprit de la décentralisation parce que la gauche gère la majorité des collectivités ».

Olivier Chapelle

11:14 Publié dans Au PS | Lien permanent | Tags : homé, ps, udesr | |  Facebook | |

mardi, 05 mai 2009

Parution du 1er numéro du bulletin de l'UDESR 68

L'Union Départementale des Elus Socialistes et Républicains du Haut-Rhin que je préside dispose désormais d'un bulletin intitulé : "Socialistes et Républicains du Haut-Rhin". Le premier numéro est paru en avril dernier.

Voici pouvez le télécharger en cliquant sur le lien : Journal UDESR N1.pdf

16:46 Publié dans En Alsace | Lien permanent | Tags : udesr, élus | |  Facebook | |

jeudi, 19 mars 2009

DNA : Soirée UDESR 68 sur la réforme Balladur

Lebreton.JPG

 

« Ne pas casser ce qui marche »

 

Claudy Lebreton, président de l'association des Départements de France. (Photo DNA - Gil Michel)

 

Le président de l'association des Départements de France, Claudy Lebreton (PS), a défendu devant les élus socialistes et républicains alsaciens réunis à Colmar la décentralisation à la française que Nicolas Sarkozy « veut casser » selon lui. En lisant le rapport Balladur sur la réforme des collectivités territoriale, Claudy Lebreton « retrouve les hommes et les femmes de droite de 1982, étatistes et jacobins », qui s'étaient élevés contre les premières loi Defferre. « Ils ne comprennent rien à la décentralisation », lâche le président de l'association des Départements de France (ADF).

Il estime que Nicolas Sarkozy cherche à « casser » cette architecture territoriale qui « fonctionne pourtant mieux que l'organisation de l'État ». « Le président de la République ne tolère aucun contre-pouvoir », dit-il.

S'il reconnaît que le PS peine à dégager une vision et des propositions uniformes sur le sujet, le président du conseil général des Côtes d'Armor juge que le rapport de l'ancien premier Ministre « signe la fin des communes et des départements » en substituant aux communes, aux départements et à l'État l'intercommunalité, les régions et l'Europe.

Invité par les Unions départementales des élus socialistes et républicains du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, Claudy Lebreton a rappelé que les socialistes sont attachés au contraire à l'existence d'un « bloc de la proximité » constitué des communes, des intercommunalités et des départements à côté d'une entité plus large comprenant les régions, l'État et l'Europe. Une architecture propice, selon lui, à une réforme de la fiscalité, à une clarification des compétences et à une modification du mode de scrutin.

Il juge en outre la réforme « socialement inopportune » compte tenu de la situation économique. « Il serait plus opportun d'associer les collectivités au plan de relance », remarque l'élu qui rappelle qu'aujourd'hui, « plus aucune politique publique n'est possible sans elles » et que « le service public constitue le patrimoine de ceux qui n'en ont pas ».

Tout n'est pas rose pour autant, tempère Pierre Mammoser, qui souligne « le problème de démocratie » que pose le mode de scrutin actuel des intercommunalités. Le conseiller régional suggère par ailleurs un redécoupage des cantons en fonction des périmètres des communautés de communes.

 


Franck Buchy

11:35 Publié dans En Alsace | Lien permanent | Tags : lebreton, udesr, colmar | |  Facebook | |