Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 07 novembre 2010

Tribune : Non à la mise sous cloche de la Région Alsace !

Non à la mise sous cloche de la Région Alsace !

Oui à une décentralisation efficace et solidaire !

 

Philippe Richert, Président de la Région Alsace, fait aujourd’hui le choix de quitter l’Association des Régions de France (ARF), pour présider une nouvelle structure, l’Association des Elus des Régions Françaises (AERF). Cette officine téléguidée par l’Elysée est composée de trois membres du Gouvernement, d’un proche conseiller de Nicolas Sarkozy, et de la moitié des conseillers régionaux élus sur les listes conduites par l’UMP. En clair, il s’agit d’une association exclusivement composée par la droite et pour la droite, et qui ignore la pluralité des opinions.

Cette action est d’abord le constat du refus, par Philippe Richert et ses amis de l’UMP, lorsqu’ils sont minoritaires, des règles qui définissent le système démocratique de notre République. En effet, les élus de l’UMP, frustrés d’avoir perdu les élections dans vingt-trois Régions, regrettent de ne pas disposer d’assez de place à l’ARF. Mais n’est-ce pas là le principe même de la démocratie : attribuer le plus de responsabilités à ceux qui représentent le plus grand nombre ? Ce principe est d’ailleurs respecté par tous les membres des autres associations d’élus et de collectivités.

Il est ensuite fort regrettable de constater que les priorités de notre Président de Région sont aujourd’hui de se sentir « protégé » au sein d’une instance composée uniquement de sa formation politique plutôt que de travailler main dans la main, avec ses collègues Présidents des autres Régions françaises, comme le faisait Adrien Zeller, pour une « France forte de ses Régions ». En quittant l’ARF, Philippe Richert coupe le lien qui l’unissait aux autres Régions, pour ne privilégier qu’un interlocuteur : le Palais de l’Elysée. Il est donc fini le temps de la coopération et du dialogue entre l’Alsace et les autres Régions françaises.

Pourtant aujourd’hui, personne ne peut le nier, l’Etat a sévèrement mis à mal le Budget des collectivités territoriales qui, rappelons-le, assurent 73% de l’investissement public du pays. Philippe Richert critique « les jérémiades des Régions dirigées par la gauche » sur leur manque de moyens, mais leur donne tout à fait raison dans les faits. Ne vient-il pas de nous présenter des orientations budgétaires en baisse de 3% pour 2011, avec désormais 92% des recettes décidées par l’Etat alors qu’elles étaient de 75% avant 2009 ? C’est le moment qu’il choisit pour prétendre qu’il va privilégier les dépenses d’investissement par rapport à celles de fonctionnement, contrairement aux soi-disant « cigales » de la gauche. En réalité, dans les projections budgétaires de la Région Alsace, l’investissement opérationnel sera en baisse d’ici à 2012 de 43% par rapport à 2009, soit près de 130 millions d’euros, et les sacrifices portent d’abord sur les dépenses d’avenir comme les Lycées et les Trains Express Régionaux.

La droite alsacienne se dit partisane de la décentralisation alors que la réforme que ses représentants ont soutenue, entérine un recul sans précédent de celle-ci et donc un affaiblissement du pouvoir local. Au Sénat comme à l’Assemblée Nationale, les Parlementaires UMP, et notamment Philippe Richert lui-même, votent contre la décentralisation alors qu’ils prétendent la défendre lorsqu’ils sont en Alsace. Ce double langage est intolérable et bien caractéristique des méthodes politiciennes que nos concitoyens ne supportent plus.

La loi, telle qu’elle est proposée aujourd’hui, c’est la perte d’autonomie des Régions, un recul historique de la décentralisation et l’expression de la défiance du gouvernement UMP par rapport aux territoires.

Pour notre part, nous croyons à une démocratie régionale efficace et solidaire, proche des citoyens qui donne toute sa place à la décision locale comme cela se fait partout en Europe : c’est dans cet esprit que nous continuerons à nous battre pour une « France forte de ses régions ».

 

Antoine HOMÉ

Président du groupe des élus Socialistes et Démocrates

Pour le groupe des élus Socialistes et Démocrates au Conseil Régional d’Alsace

11:09 Publié dans En Alsace | Lien permanent | Tags : alsace, région | |  Facebook | |

vendredi, 23 avril 2010

Report de la taxe poids lourds : lettre ouverte

Monsieur Philippe RICHERT

Président du Conseil Régional

d'Alsace


1, place du Wacken

67 000 STRASBOURG




LETTRE OUVERTE A MONSIEUR PHILIPPE RICHERT

PRESIDENT DU CONSEIL REGIONAL D'ALSACE



Strasbourg, le 22 avril 2010


Monsieur le Président,


Nous apprenons par la presse locale que la mise en place de la future écotaxe sur le trafic des poids-lourds serait reportée début 2012 en Région Alsace pour une mise en oeuvre sur le territoire nationale en 2013.


Cette mesure, qui est différée depuis l'adoption de la loi Bur en 2005, est donc reportée aux « calendes grecques » une nouvelle fois.


Les enjeux environnementaux de notre Région exigeraient pourtant que cette mesure soit enfin mise en oeuvre.

En effet, l'augmentation du trafic des poids-lourds sur les routes alsaciennes depuis l'adoption d'une taxe équivalente outre-Rhin et la pollution qu'elle engendre ne sont plus supportables.


Nous vous demandons, à la fois en tant que Président du Conseil Régional d'Alsace mais aussi en votre qualité de Sénateur, d'intervenir au plus vite afin que les engagements pris pour l'Alsace ne restent pas lettre morte et dépassent les incantations électorales.


Dans l'attente de vous lire à ce sujet, nous vous adressons, Monsieur le Président, nos salutations les plus distinguées.


Antoine HOME

Pour le groupe des élus socialistes et démocrates

 

15:48 Publié dans En Alsace | Lien permanent | Tags : région, alsace | |  Facebook | |

samedi, 10 avril 2010

DNA : Les commissions au Conseil Régional

Conseil régional / Les commissions et leurs présidents
Richert : « Objectif, lisibilité et efficacité »

 

Philippe Richert, Antoine Homé, Antoine Waechter, une première séance de travail sans formalisme et plutôt consensuelle. (Photos DNA - Michel Frison)
En moins de deux heures, c'était réglé, hier matin au conseil régional : la constitution des commissions, la désignation de leurs présidents et la répartition entre les élus de plusieurs centaines de représentations dans des organismes extérieurs.

Une organisation minutieusement préparée ces derniers jours, qui répond à un « double objectif de lisibilité de notre action et d'efficacité de nos méthodes de travail », selon Philippe Richert. La nouveauté, les deux pôles qui regroupent plusieurs commissions chacun (lire les DNA de jeudi), ne visent pas à instaurer des « super-présidents de commissions [les députés François Loos et Antoine Herth] mais à mettre en oeuvre les passerelles nécessaires entre les différentes politiques sectorielles ». Le nouveau président se laisse encore quelques semaines pour mettre en oeuvre son « mode de gouvernance ouvert et participatif », en confiant des vice-présidences de commissions ou des missions ponctuelles à des représentants des oppositions.

Oui à un débat
sur la réforme
territoriale

Le premier vice-président André Reichardt n'a pas de commission mais a la délégation générale confiée par le président, il ajoute deux charges spécifiques : la représentation du conseil régional en Alsace et à l'étranger et le suivi des entreprises en restructuration et des projets professionnels des salariés concernés. Une responsabilité pour laquelle il s'était passionné pendant ses six mois de présidence et qu'il a demandée à conserver.
Antoine Homé, président du groupe socialiste et démocrate a demandé des comptes sur l'engagement pris par Philippe Richert de « consacrer toute son énergie à la Région Alsace », sur l'association, au sein d'une même commission, des thèmes de la jeunesse et de l'économie sociale et solidaire, sur le projet de réforme territoriale à propos duquel Homé souhaite l'organisation d'un « débat de fond ».

L'économie sociale
et solidaire
plus « visible »

« Je n'ai aucune difficulté à admettre que l'Alsace ait une position particulière sur cette réforme », lui a répondu Philippe Richert en promettant un débat et en réaffirmant sa volonté de quitter le Sénat après l'adoption de la réforme par le Parlement.
Antoine Waechter (Europe écologie) se félicite, lui, de la création de la commission jeunesse, économie sociale et solidaire, qui « rend visible un domaine pour lequel notre groupe a si souvent plaidé », mais il regrette que le développement durable soit dissocié de la compétitivité économique, alors que celle-ci « ne peut se concevoir qu'à travers du développement durable ». « Pour chaque projet, nous devrons avoir une triple préoccupation liée au développement durable : la performance économique, l'environnement, le social », répond Philippe Richert. Antoine Waechter a obtenu une suppléance à la commission d'information de la centrale nucléaire de Fessenheim.
Pour Patrick Binder (FN), il y a trop de commissions (10 en 1998, 12 en 2004, 14 en 2010). « Comment voulez-vous que l'Alsace comprenne votre politique si vous diluez les responsabilités ? Quand allez-vous vous concentrer sur les missions essentielles de la Région Alsace ? » demande-t-il. L'ajout de deux commissions n'entraînera aucune dépense supplémentaire mais produira un peu plus d'efficacité, garantit Philippe Richert.


Claude Keiflin

09:15 Publié dans En Alsace | Lien permanent | Tags : alsace, région | |  Facebook | |

L'Alsace : mise en place des commissions à la Région

Conseil régional « Mobiliser l'ensemble de nos moyens »

 


Pour sa 2e séance, Philippe Richert, président de la Région Alsace, a installé14 commissionset leurs présidents. Deux nouveaux pôles voient le jour :Compétitivité régionale et Aménagementet développement durable.

« L'organisation qui vous est proposée répond à un double objectif de lisibilité de notre action et d'efficacité de nos méthodes de travail », a annoncé Philippe Richert au début de la séance plénière, hier matin. Les négociations techniques avec les présidents de tous les groupes, terminées la veille de cette présentation, ont abouti à la mise en place de 14 nouvelles commissions, soit deux de plus que la mandature précédente (lire ci-dessous).

Deux nouveaux pôles encadrent quelques commissions sous deux thématiques, Compétitivité régionale et Aménagement et développement durable. À leur tête, le président du conseil régional a nommé respectivement François Loos et Antoine Herth, deux députés bas-rhinois UMP. Une nouvelle architecture qui a soulevé les interrogations des groupes d'opposition.

Oppositionsur les présidents

Antoine Homé, président des élus Socialistes et Démocrates, a déploré l'absence d'élus de Sud Alsace parmi les présidents de commissions, soulignant ironiquement celle d'Arlette Grosskost, tête de liste de Majorité Alsacienne dans le Haut-Rhin, « qui a disparu corps et bien ». Pour Europe Écologie Alsace, Antoine Waechter a critiqué « l'éclatement » de la politique régionale à travers les commissions, qui perdrait en lisibilité pour les Alsaciens : selon lui, « le conseil régional doit attacher sa charrue à une étoile ». Quant à Patrick Binder, l'ajout de nouvelles commissions est « une véritable confusion des genres ».

Face à ces réactions, Philippe Richert, qui appelait à « mobiliser l'ensemble de nos moyens », a souligné « l'efficacité » de ce dispositif, qui permettrait de « viser plus de transversalité sur des politiques ambitieuses et globales ». Plus politique, il a aussi affirmé qu'il quittera le Sénat lorsque « le vote de la décentralisation sera terminé », répondant ainsi à la question d'Antoine Homé qui lui demandait s'il rejoindrait le gouvernement lors du prochain remaniement ministériel.

Au moment de délibérer, le vote du règlement intérieur a été adopté à l'unanimité. La composition des commissions également, contrairement à l'élection des présidents des commissions, qui a rencontré l'abstention de tous les groupes d'opposition.

Sailesh Gya

09:14 Publié dans En Alsace | Lien permanent | Tags : alsace, région | |  Facebook | |