Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 11 septembre 2014

Revue de presse du 10 septembre 2014

 

© Dna, Mercredi le 10 Septembre 2014 /

Territoire  Réforme des collectivités
Les doléances des petites villes 

L'Association des petites villes de France, que préside Olivier Dussopt, député de l'Ardèche et maire d'Annonay, ne sera pas parmi les plus frondeuses sur la réforme territoriale ou les rythmes scolaires. Elle soulève tout de même quelques « questions ». « Le seuil des 20 000 habitants pour les futures intercommunalités nous pose problème », relève Olivier Dussopt. « Dans les zones les plus rurales, sur le plateau ardéchois par exemple, il pourrait mener à des communautés de 200 communes, ce qui ne serait pas gérable ».

L'APVF propose, soit d'exonérer de ce seuil les départementaux ruraux (identifiés par un critère de densité de population), comme le sont déjà les zones de montagne, « soit de revenir au seuil plus raisonnable de 10 000 habitants », retenu dans la première mouture du texte de loi. L'APVF se prononce également pour le maintien d'un échelon intermédiaire entre la Région et les intercommunalités dans les zones rurales où l'aide sociale ne pourra pas être assurée par les communes.

Enfin, la baisse des dotations de l'État inquiète les maires. D'après Antoine Homé, secrétaire général de l'association, qui est maire de Wittenheim, dans la région de Mulhouse, « si les coupes sont maintenues, elles conduiraient en trois ans à diminuer l'autofinancement des communes d'un tiers », ce qui se répercuterait sur l'investissement. « Pour ne pas étrangler nos villes », l'APVF souhaite que le montant et le rythme des baisses des subventions aux communes soient revus dans la loi de finances, et a bon espoir de se faire entendre.

Sur les rythmes scolaires, l'association constate que les maires récalcitrants rentrent petit à petit dans le rang, mais que le financement des activités périscolaires reste lourd, avec « un coût médian de 100 à 150 euros » par enfant. Elle demande que ce coût soit partagé en trois : un tiers à la charge de la commune, un tiers à celle de l'État et le dernier tiers à la charge des allocations familiales.


14:40 Publié dans A la M2A, A Wittenheim, Au PS, Blog, En Alsace | Lien permanent | Tags : petites villes; antoine; homé; | |  Facebook | |