Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 10 mars 2015

Revue de presse du 10 mars 2015

Théâtre  Programmation
La Filature nomade

 

Bouvard et Pecuchet, qui sera proposé cette semaine à Illfurth puis Schlierbach.

C'est à Illfurth, Schlierbach, Dietwiller ou Wittelsheim que l'on pourra ces jours prochains apprécier des spectacles estampillés Filature, la Scène nationale mulhousienne.

Le projet « Filature nomade », mené par Michel-Charles Beitz et Anca Bilbie fédère treize communes et quatre centres sociaux mulhousiens. Les représentants de la Filature sont allés à leur rencontre il y a plusieurs mois déjà, et de nombreux contacts ont été nécessaires afin de finaliser cette mini-tournée de trois spectacles, du nord au sud du département. Objectif de ce tout nouveau dispositif : aller à la rencontre d'u public le plus large possible, et notamment celui qui ne vient jamais à la Filature, soit du fait de l'éloignement géographique soit du fait d'une certaine appréhension. « Si tu ne viens pas à la culture, la culture viendra à toi », semblent ainsi dire de concert Thierry Collet et Vincent Colin, metteurs en scène des spectacles proposés aux communes.

En primeur au Lavoisier-Brustlein

Vrai/Faux (rayez la mention inutile) est une petite forme « magique et théâtrale », qui a été accueillie en primeur au centre social Lavoisier-Brustlein en février. Une quarantaine d'usagers du centre ont pris beaucoup de plaisir à déjouer les tours du comédien Rémy Berthier. Cette semaine, c'est un plus classique Bouvard et Pecuchet d'après Gustave Flaubert, qui sera joué à Illfurth, Schlierbach, Altkirch, Pfastatt, Riedisheim, Wittelsheim et Staffelfelden. Enfin en avril ce sont Wittenheim, Ottmarsheim, Dietwiller et deux centres sociaux mulhousiens, l'Afsco et Wagner, qui diffuseront : J e clique donc je suis.

Un véritable partenariat

Pour Anca Bilbie, il s'agit de nouer un véritable partenariat afin d'amener le public touché à venir à la Filature dans un second temps. La proximité avec les comédiens est aussi importante : à l'issue de chaque rencontre, un verre de l'amitié rassemble public et acteurs. Au centre social Lavoisier-Brustlein en février, les pâtisseries abondaient, apportées par les usagères du centre. Le groupe s'était déjà rendu en décembre à la Filature au spectacle Cirkopolis et sera convié bientôt à une visite guidée de la Scène nationale.

09:39 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | Tags : wittenheim, théatre, la filature, mulhouse, haut-rhin | |  Facebook | |

mercredi, 16 septembre 2009

DNA : La ZAC du Parc des Collines

Développement / Parc des Collines
ZAC n° 2: c'est parti

 

Visite sur le chantier de la nouvelle tranche du parc des collines avec notamment Jean-Marie Bockel, Jean-Denis Bauer et Robert Pellissier. (Photo DNA-Philip Anstett)
Arrêté pendant un an pour cause de fouilles, le chantier de la deuxième tranche de la ZAC du Parc des Collines redémarre. Après avoir accueilli un site gaulois, un domaine agricole gallo-romain du 1er siècle et un nécropole mérovingienne du 7e siècle, le parc se prépare à l'arrivée de nouvelles activités économiques.

Le chantier aborde la phase des travaux de viabilisation. Ils seront terminés fin novembre. Car les terrains seront mis à disposition des entreprises dès la fin de l'année, a expliqué Robert Pellissier, directeur de la SERM (Société d'Equipement de la Région mulhousienne) aux maires concernés, Jean-Marie Bockel, maire de Mulhouse et secrétaire d'Etat, Jean-Denis Bauer, maire de Didenheim, M. Isselé, adjoint représentant le maire de Morschwiller-le-Bas mais aussi Antoine Homé, alors vice-président de la Camsa chargé de l'aménagement.
Douze entreprises ont pris contact avec la SERM pour une éventuelle installation dans cette ZAC :« Des contacts de qualité », précise Yves-Marie Mourlat en charge de la commercialisation. Quatre permis devraient être déposés dans les prochains mois.

Etre prêt pour la reprise

Bien sûr cette commercialisation démarre dans un contexte moins favorable qu'en 2008 au moment des fouilles :« Mais la question est de préparer la reprise, même si la donne n'est plus la même qu'avant. Le premier qui disposera d'une offre de qualité sera gagnant. Nous devons être prêt pour quand, d'une manière ou d'une autre, il y aura reprise », a insisté Jean-Marie Bockel.
Sont susceptibles de s'intéresser à une implantation dans cette nouvelle tranche, des entreprises à la recherche d'un site économique, facile d'accès et d'un parking, analyse Robert Pellissier.
Bien sûr, l'effet zone franche attise l'intérêt des entreprises. Le risque existe de voir des entreprises repartir dès que l'effet zone franche sera stoppé :« On ne peut pas l'empêcher, relativise Jean-Marie Bockel, il y a toujours des effets pervers à un dispositif, mais en ce qui concerne Mulhouse on est à la marge. Alors que la création de la zone a eu un effet accélérateur. »
Autre argument en faveur de ce parc des collines :le fait qu'une offre diversifiée soit faite aux entreprises. Elle s'ajoute par exemple à l'offre qui pourra se faire sur le carreau Marie-Louise :« Nous allons mettre en place un schéma directeur des zones d'activité », note encore Antoine Homé, maire de Wittenheim qui plaide pour le développement endogène :« Nous avons besoin de retrouver des centres de décision en local ». De ces entreprises qui grandiront et créeront des emplois dépend le futur développement du territoire.


F.Z.

2 500 emplois

La première tranche de la ZAC Parc des Collines accueille aujourd'hui près de 300 entreprises pour un effectif de 2 500 personnes. Philippe Maitreau, adjoint au maire, estime que sur le nombre de ces emplois, près de 50 % sont des créations nettes. Les entreprises implantées sont très diverses, industrielles, de services, professions libérales, jeunes entreprises débutantes. Un travail de fond est réalisé par ailleurs pour sensibiliser les jeunes universitaires désireux de créer des entreprises et les inciter à privilégier ce territoire pour s'y installer.

08:10 Publié dans A la M2A | Lien permanent | Tags : camsa, agglomération, mulhouse, économie | |  Facebook | |

dimanche, 24 mai 2009

L'Alsace : Les Maires du Haut-Rhin à la Foire de Mulhouse

Maires du Haut-Rhin « Nous pouvons tous agir »

 

Petite pause conviviale après la séance de travail. Photo Jean-François Frey

Le président du conseil régional, Adrien Zeller, qui avait invité les maires du Haut-Rhin à se retrouver à la Foire de Mulhouse, s’est voulu « plus positif que pessimiste ».

Pas question de nier que l’Alsace, à l’instar des autres régions industrielles, a « subi durement le choc de la crise ». « Au plan social et au niveau de l’insertion des jeunes, les difficultés sont devant nous », a mis en garde Adrien Zeller, devant les maires du Haut-Rhin et leur président, René Danési.Même si la croissance revient, il faudra plusieurs années pour retrouver un niveau d’emploi élevé, a poursuivi le président du conseil régional, en rappelant aux élus : « Nous pouvons tous faire quelque chose… »

« Leviers en région »

Dans son exposé, le président du conseil régional a insisté sur les mesures prises, du plan de relance régional à la formation pour les salariés au chômage partiel, sans oublier les différentes initiatives pour lutter contre l’effet de serre. Ainsi, commentant les mesures annoncées par Nicolas Sarkozy mardi, à Urmatt (L’Alsace du 20 mai), il a lancé : « Nous n’avons pas attendu pour soutenir la filière bois et les scieries depuis huit ans », en précisant que la Région a aidé 300 entreprises. Et de conclure qu’il faudrait « plus de leviers en région pour animer la transition ». Invités à débattre avec lui, les maires ont évoqué certaines difficultés liées au plan de relance auquel la plupart d’entre eux se sont engagés à participer. Mais les travaux devront être réalisés avant fin décembre. Pourront-ils respecter cette date butoir sous peine de se voir pénaliser l’an prochain ? Le maire et conseiller régional de Wittenheim Antoine Homé (PS) a sollicité de la mansuétude de la part des services de l’État. Pour sa part, le maire de Colmar, Gilbert Meyer (UMP), a rappelé que les budgets de fonctionnement sont arrêtés fin janvier.Autre sujet d’inquiétude : le photovoltaïque solaire. Antoine Homé, mais aussi le sénateur Jacques Muller (Vert) ont fait part « des complications liées à l’attitude des architectes des bâtiments de France ». « Il vaudrait mieux qu’ils accompagnent les maires dans la bonne instruction du dossier, plutôt que de prendre des décisions incompréhensibles », a relevé le sénateur-maire de Wattwiller. « Il semble qu’il y a un assouplissement de ce côté-là », a noté cependant Adrien Zeller.En accueillant ses collègues, le maire de Mulhouse, Jean-Marie Bockel, avait souligné « le rôle plus important, en ces temps difficiles et dans une société qui se cherche », qui revient aux élus. « Le gouvernement n’a pas oublié que vous faites 75 % des investissements publics », a ajouté le ministre alsacien. Mais surtout, il a appelé les uns et les autres à « surmonter les difficultés territoriales et politiques pour parler d’une seule voix à Paris ». Et de citer en exemple les TGV : « On y a cru, on s’est battu et aujourd’hui l’un fonctionne et l’autre est en chantier» Sauf que la bataille du financement n’est pas terminée.


Yolande Baldeweck

09:56 Publié dans En Alsace | Lien permanent | Tags : alsace, mulhouse | |  Facebook | |