Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 19 mars 2015

Au plus près des préoccupations des élus

Près de 300 élus se sont retrouvés le 14 février à Guebwiller pour lAssemblée Générale statutaire de notre Association. Après le mot d’accueil de M.Francis KLEITZ, Maire de Guebwiller, les élus ont adopté à l’unanimité, le rapport d’activité et les comptes de l’année2014ainsi que le budget2015.  Le  Président DANESI a insisté sur l’effort porté sur la formation des élus depuis le dernier renouvellement municipal.

 

La grande préoccupation des élus porte sur les finances locales. Selon le Président, il faudra rester très vigilant quant au maintien du Fonds départemental de péréquation de la taxe professionnelle, sauvé pour 2015. Il a appelé les maires à déposer des dossiers dans le cadre de la Dotation dEquipement des Territoires Ruraux, portée par le gouvernement de 5 à7 millions d’euros pour le Haut-Rhin.

 

M. Antoine HOME, Maire de Wittenheim et Rapporteur de la Commission des Finances de l’Association des Maires de France «AMF», a constaté que la baisse de la Dotation Globale de Fonctionnement de 11 milliards sur 3 ans met de nombreuses communes dans une situation très difficile. Par contre, le relèvement du Fonds de compensation de la Taxe sur la Valeur Ajoutée(FCTVA) et l’effort sur les dotations de solidarité sont positifs.

 

Une large place a été laissée aux questions de l’assemblée. C’est ainsi que M. Jean-Paul MEYER, Maire de Blotzheim a évoqué les difficultés à trouver des bailleurs sociaux pour la réalisation des logements sociaux dans le cadre des lois SRU et ALUR.

 

M. Jean-Claude GAERING, Adjoint au Maire dOrschwihr, a soulevé le problème du renouvellement anticipé des cartes nationales d’identité, dont la prorogation nest pas acceptée par certains pays. M.  Christophe  MARX, Secrétaire Général  de la Préfecture, a promis une certaine souplesse dans l’examen des demandes anticipées de renouvellement.

 

M.  Paul MUMBACH, Maire de Dannemarie, a demandé à Mme Maryse SAVOURET, Directrice Académique des Services de l’Education Nationale, de revenir sur son refus d’ouvrir une 1ère classe bilingue au collège. Tout en rappelant sa volonté de promouvoir  le bilinguisme, elle a estimé impossible de descendre en-dessous de 10 élèves. Mme Catherine TROENDLE, Sénateur-maire, a appelé les maires à sensibiliser les parents pour qu’ils laissent leurs enfants dans la filière bilingue quelles que soient les difficultés rencontrées.

 

Deux autres points étaient portés à l’ordre du jour : les contrats de fourrière animale (voir l’article   en page4duBulletin)et la présentation du Mémorial d’Alsace-Moselle M. Marcel SPISSER, Président des Amis du Mémorial d’Alsace-Moselle, a demandé aux communes une adsion de soutien à l’Association, en rappelant l’importance du Mémorial pour la bonne compréhension de lHistoire de lAlsace.

 

En conclusion, M. Pascal LELARGE, Préfet du Haut-Rhin, a notamment informé les élus qu’il allait engager les travaux de la Commission Départementale de la Coopération Intercommunale.  Il a également rappelé qu’à compter de la rentrée 2015, le fonds de soutien aux rythmes scolaires sera conditionné par l’élaboration d’un projet éducatif territorial (voir page 3 du présent Bulletin).

 

Il a souligné qu’il est, avec l’ensemble de ses services, à leur disposition pour les aider, au quotidien , dans l’exercice de leurs fonctions

 

16:34 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | Tags : association des maires du haut-rhin, wittenheim, amf | |  Facebook | |

mercredi, 17 septembre 2014

Revue de presse du mercredi 17 septembre 2014

© Dna, Mercredi le 17 Septembre 2014 / Haut-Rhin
parti socialiste Face au recul des dotations d'État aux collectivités
Les élus se rebiffent

 

 

Les socialistes André Laignel (à droite) et Antoine Homé demandent au gouvernement de revoir sa copie concernant la baisse des dotations que l'État verse aux collectivités.

 

Premier vice-président exécutif de l'Association des maires de France, le socialiste André Laignel était hier à Wittenheim pour exprimer son opposition à « la purge à laquelle sont soumises les collectivités » à travers le recul des dotations de l'État.

 

C'est à l'invitation de l'Union départementale des élus socialistes et républicains du Haut-Rhin (UDESR 68) qu'André Laignel a animé hier soir à Wittenheim une réunion publique consacrée à la baisse des dotations de l'État et à l'avenir des finances publiques.

 

Premier vice-président exécutif de l'Association des maires de France (AMF) et maire d'Issoudun, le socialiste s'est surtout insurgé contre la réduction de plus de 11 milliards d'euros des dotations de l'État sur trois ans annoncée par le gouvernement.

« Ces 11 milliards sont de fausses économies »

« Si on continue la purge à laquelle sont soumises les collectivités territoriales, ce sont leurs capacités à répondre aux besoins de la population et à être des leviers du développement économique qu'on remet gravement en cause », répète l'ancien secrétaire d'État des gouvernements Rocard, Cresson et Bérégovoy en demandant clairement au gouvernement de « revoir sa copie ».

 

Si « le dialogue est en cours » avec les différents ministres, André Laignel n'en demeure pas moins prudent et combatif. La motion de l'AMF a déjà été adoptée par près de 12 000 conseils municipaux. Et si réfaction des crédits il doit y avoir, il demande qu'ils alimentent un fonds d'investissements pour les collectivités.

 

« Nous connaissons les difficultés du temps. Nous voulons débattre et trouver des réponses pour relancer l'économie nationale. Les collectivités peuvent être un puissant levier pour le développement économique... pas seulement le MEDEF », glisse André Laignel qui aime rappeler qu'il est « socialiste » et qu'il « soutient le gouvernement pour la réussite de la France ».

 

« Ce sont de fausses économies », tonne le président du Comité des finances locales qui rappelle que les collectivités représentent 70 % de l'investissement public en France. « De plus, elles ne pèsent ni sur le déficit ni sur la dette du pays. »

 

Ces 11 milliards d'EUR sur trois ans « vont trop loin et trop vite » pour Antoine Homé, conseiller régional d'Alsace et président de l'UDESR 68. Il craint que ce recul entraîne « une baisse de l'investissement et menace les services publics ». « Notre devoir de républicain est de dire que cela peut entraîner des difficultés », estime le fabiusien.

 


 

09:41 Publié dans A Wittenheim, Au PS, En Alsace | Lien permanent | Tags : lagniel, wittenheim, udesr68, amf | |  Facebook | |