Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 09 mars 2015

Revue de presse du samedi 7 au lundi 9 mars 2015

© Dna, Samedi le 07 Mars 2015 / Mulhouse
Lancé par la Ville, le projet "FC Wittenheim" ne plaît pas à tout le monde


« Un rassemblement »

 

Antoine Homé : « Rationaliser. »

La Ville souhaite que USW et ASTRW se retrouvent sous le même maillot. Mais chacun y tient, à son maillot...

Bientôt, ASTR et US Wittenheim ne feront peut-être qu'un. C'est le souhait de la Ville, cela provoque l'ire la plus féroce, parfois ouvertement menaçante, sur les réseaux dits sociaux.

D'ailleurs, le maire, Antoine Homé, s'en est ému. « Il y a un climat de menaces et de tension. Tout ceci est inacceptable. Tous ceux qui ont commis de tels actes seront poursuivis en justice. »

« Nous ne sommes pas làpour détruire mais renforcer le football à Wittenheim »

Cela n'empêche pas le projet d'avancer. « Il y a un constat, la baisse des dotations de l'État (-30 % en trois ans, sur 14 millions d'euros). Peut-on continuer à mettre les mêmes moyens à deux clubs pour une ville de 14.750 habitants ? »

Alors il appelle à un « rassemblement » (c'est son mot) des deux entités sportives actuelles, lesquelles n'ont fait qu'un, avant une scission (en 1948) pour une querelle de terrains.

« Aujourd'hui, poursuit le maire, il y a un émiettement des moyens, les équipements sont séparés. Ne peut-on pas avoir une réflexion sur ce projet qui a pour but de rationaliser les coûts ? C'est d'abord une démarque logique de bon gestionnaire. »

La Ville a mis ce qu'il fallait pour aider l'US Wittenheim à grandir. Avec un équipement conséquent, agrémenté d'un club house (frais de 2011), d'un terrain synthétique (2013), plus l'embauche de deux cadres du club, employés par la commune en tant que médiateurs. Aujourd'hui, il en reste un.

« On a bien agi. Il y a eu des succès importants. Quand le club était au bord de la faillite, il y a une dizaine d'années, nous avons été là. Nous avons eu un soutien constant, aujourd'hui je n'admets pas l'ingratitude de certains.

« Je souhaite aussi qu'une équipe de foot s'occupe de foot et pas de politique (d'aucuns, à l'USW, ont fait campagne contre sa dernière réélection).

« Je veux qu'il y ait à Wittenheim un club avec une mixité sociale, des licenciés de tous les quartiers, où toutes les sensibilités peuvent s'exprimer, avec des équipes féminines et masculines. Des valeurs républicaines de laïcité. Pouvoir dialoguer sans menaces, c'est déjà une valeur républicaine ! »

Wittenheim verse à l'année 21.0000 euros à l'US Wittenheim, 9.000 au voisin de l'ASTR. « C'est six fois plus que pour le FC Kingersheim voisin, qui perçoit 5.000 euros.

« L'ASTR rencontre des difficultés de créneaux, l'USW a une santé financière fragile. L'enjeu est aussi une égalité de traitements entre les deux.

« De nombreuses personnes nous soutiennent dans notre projet. Je rencontrerai très prochainement les deux présidents. Le financeur, donc le contribuable, a son mot à dire.

« Nous ne sommes pas là pour détruire mais renforcer le football à Wittenheim, dans une logique de rassemblement. Si l'on veut avoir une ambition sportive, on a intérêt à avoir une politique commune. »

Ce "projet FC Wittenheim" - « On n'est pas fixé sur un nom, cela peut très bien être « Entente USW-ASTR », dixit le maire - peut conduire à une fusion, mais les deux clubs concernés s'y opposent (lire ci-contre).

S'il y a fusion déclarée d'ici fin mai auprès de la Ligue, l'équipe Une de la nouvelle entité pourra repartir où est aujourd'hui classée l'US Wittenheim (Excellence, voire DH s'il y a montée).

S'il faut en passer par la dissolution de l'USW et de l'ASTRW, pour permettre la création d'un FCW, la Une repartira en D3, au plus bas.

Serge Bastide


© Dna, Samedi le 07 Mars 2015 / Mulhouse
Richard Heiny


« On est contre »

 Richard Heiny est président de l'ASTR Wittenheim depuis 1989.

« Nous, on est contre la dissolution des deux clubs. On va casser quelque chose en place.

« Il n'y a pas de reconnaissance pour ce qu'on a fait jusque-là. Ce projet, je n'y crois pas. Les gens d'ici n'iront pas vers ce nouveau club, ils iront chez nos voisins (communes voisines).

« On nous parle de restrictions budgétaires, que ce (nouveau) club permettrait d'amortir le coup. Mais pourquoi s'en prendre à des associations en place depuis (presque) 70 ans ?

« On se sent bien chez nos. Notre site va disparaître et on ne le veut pas. S'il y a un seul club, pourquoi continuer à venir jouer ici (Théodore) ? Coubertin est bien assez vaste.

« Aller là-bas (à Coubertin), ce n'est pas le même quartier, ce n'est pas pareil.

« En plus, on n'a pas apprécié la manière avec laquelle on nous a présenté la chose : d'un coup, on nous enlève ce qu'on a. On ne peut pas être d'accord.

« Si cela se fait ? Moi, je ne continuerais pas. Je n'y crois pas à ce projet, il risque d'y avoir trois clubs à Wittenheim. À l'ASTR, pourtant, on a 200 licenciés, trois équipes seniors, une de vétérans, des jeunes... »


© Dna, Samedi le 07 Mars 2015 / Mulhouse
Benjamin Darleux «On s'y oppose»

 Benjamin Darleux est président de l'US Wittenheim depuis 2013.

« Ce projet, je n'en connais pas les tenants, ni les aboutissants. J'ai demandé à la Mairie de nous en présenter les détails. Il n'y a rien de précis.

« Pourtant, j'étais présent à leurs réunions. Sur le principe, l'US Wittenheim s'y oppose, à ce projet.

« Déjà pour des raisons historiques. Ça fait cent ans que le club existe (1913), j'y ai personnellement une licence depuis quarante années.

« J'y ai joué, j'en ai été trésorier, j'y ai fait des heures de bénévolat, je suis aujourd'hui président. Je ne vois pas pourquoi on arrêterait tout ça.

« Depuis quelques années, on a entrepris un gros travail, il ne faut pas qu'il cesse.

« Le club progresse, on est sur une dynamique de progression, aussi bien en termes de résultats sportifs qu'au niveau des licences. Ça ne doit pas s'arrêter là, il n'y a pas de raison.

« Chez nous, on a 277 licenciés, une centaine de seniors, le reste ce sont des jeunes.

« Si cela se fait ? Bah non, moi je n'y serais pas. Je m'arrêterais. »


L'alsace, Samedi le 07 Mars 2015


Cultura va déménager à Wittenheim

 

Le magasin Cultura va partir du Kaligone, à Kingersheim, pour le Carreau Anna, à Wittenheim. Photo L'Alsace/Jean-François Frey

La Commission départementale d'aménagement commercial (CDAC) du Haut-Rhin vient d'accorder à la SAS Socultur l'autorisation de « créer un magasin d'une surface de vente de 2995 m² à l'enseigne Cultura à Wittenheim » (enseigne spécialisée dans les produits culturels et loisirs créatifs).

Renseignements pris auprès d'Antoine Homé, maire de Wittenheim et par ailleurs vice-président délégué au développement économique à M2A (Mulhouse Alsace agglomération), il s'agit du futur déménagement du magasin Cultura, situé au Kaligone à Kingersheim, vers le site de Décathlon, à la Zac du Carreau Anna.

D'après l'élu, « le bâtiment actuel n'est plus adapté au développement voulu par l'enseigne, notamment dans les arts déco ». Dans le même temps, Décathlon, qui a transféré (et agrandi) son centre logistique au Pôle 430, cherche à occuper les 24 000 m² de terrain disponibles à Oxylane Village. L'ancien centre est en effet en train d'être démoli et le projet de rénovation consiste à « reconstruire brique par brique » des structures qui abriteront des commerces, des clubs de sport... C'est donc là que s'installera Cultura. La Ville de Wittenheim lui a déjà accordé le permis de construire, poursuit le maire. Il souligne aussi que l'extension du magasin s'accompagnera de sept embauches supplémentaires.

Sur ce site, à côté de Décathlon, est également annoncé un futur restaurant Courtepaille.

M.C.


© L'alsace, Samedi le 07 Mars 2015


Le projet foot de la Ville...

 

 

Le club-house de l'USW foot a été inauguré en 2011. Photo L'Alsace/Jean-François Frey

 

Magali Claudel

Face aux rumeurs concernant la fusion des deux clubs de football locaux et aux montées au créneau des uns et des autres (notre édition du 3 mars), le maire Antoine Homé a tenu une conférence de presse, jeudi soir, pour, a-t-il dit, « rétablir la vérité » et « expliquer la nature du projet pour le foot à Wittenheim ».

Entouré de l'adjoint aux sports et à la culture, de trois conseillers municipaux délégués et du responsable du service des sports et de la culture à la mairie - « le pôle qui travaille sur ce dossier » -, le maire en a appelé, en préambule, aux deux présidents de club « pour faire cesser les insultes, les menaces et les provocations », qui circulent notamment sur les réseaux sociaux, et n'a pas exclu de poursuivre en justice de tels actes. « Nous devons débattre dans le respect », a-t-il martelé à plusieurs reprises.

Antoine Homé a expliqué le contexte financier qui a poussé la Ville à engager les discussions avec les deux clubs en vue d'un « rassemblement des forces du foot à Wittenheim », pour « mutualiser et gérer au mieux les équipements ». « Nous avons deux clubs pour 14 700 habitants. Face aux défis budgétaires, peut-on encore se permettre de disperser les moyens ? Avec des équipements séparés, deux subventions et pas de gestion coordonnée », a souligné le maire, en rappelant qu'en 2014, l'USW avait touché 21 000 EUR de subvention municipale et l'ASTRW 9000 EUR, quand le FC Kingersheim ne perçoit que 5000 EUR de la Ville voisine.

Finances et mixité

L'élu a aussi fait valoir que les deux clubs rencontraient des difficultés financières et que l'ASTRW avait le « sentiment d'être moins bien traitée », alors que l'USW dispose d'un nouveau club-house et d'un nouveau terrain synthétique, réalisés par la Ville. Et Antoine Homé d'insister : « Ce club doit sortir du climat délétère envers la Ville, qui est son principal financeur ». À ce titre, le maire envisage d'ailleurs de demander « un audit financier, pour mieux connaître l'état du patrimoine et les dettes du club ».

Pour l'équipe municipale, ce « rassemblement » du foot permettrait aussi de réunir « tous les talents de tous les quartiers, d'assurer la mixité sociale, le respect des valeurs de la République et, pourquoi pas, de créer une équipe féminine ».

Antoine Homé a ensuite répondu point par point aux critiques ou attaques, notamment celles du groupe d'opposition Witt'démocratie citoyenne, à qui il a demandé de « cesser d'attiser les feux ». Sur la crainte de perdre le niveau de l'Excellence A pour l'USW, le maire a assuré que « les niveaux seront conservés dans le projet de rassemblement ».

Il a par ailleurs balayé l'hypothèse d'une vengeance politique envers l'USW, dont des membres ont fait campagne contre lui aux dernières municipales : « Ce n'est pas mon tempérament... Mais je souhaite que l'USW foot s'occupe maintenant de sport, et non pas de politique ». Il a aussi refusé toute « personnalisation » dans ce dossier.

Tout en rappelant que « des débats de qualité ont déjà eu lieu », Antoine Homé a à nouveau « invité les deux présidents à être au coeur du projet ». Présidents qu'il compte « rencontrer rapidement » (ce matin, en fait), de même qu'il échangera avec les chefs des deux oppositions municipales. Quant au nom du futur club de « rassemblement », il n'est pas encore fixé, contrairement à ce que pouvait laisser penser l'intitulé de la conférence de presse de jeudi soir : « projet du Football club Wittenheim ».


L'alsace, Samedi le 07 Mars 2015
... et ses opposants

 

 

Les deux présidents de club , Benjamin Darleux et Richard Heiny, ont pris la parole hier soir lors du rassemblent devant la mairie. Photo L'Alsace/Darek Szuster

 

Une centaine de personnes, membres des deux clubs de football locaux et élus d'opposition, jeunes et moins jeunes, se sont rassemblées hier soir devant la mairie de Wittenheim, pour redire leur opposition à la dissolution-fusion de l'USW et de l'ASTRW, défendre la situation actuelle et faire signer une pétition en ce sens.

Côte à côte, les deux présidents, Benjamin Darleux pour l'USW foot et Richard Heiny pour l'ASTRW, ont pris la parole au micro, restant tous les deux fermes sur leurs positions (notre édition du 3 mars). « Richard et moi, nous sommes solidaires, a ainsi déclaré Benjamin Darleux. Nous voulons défendre nos clubs respectifs, nos adhérents... On ne va absolument rien lâcher. » Et d'annoncer, sous les applaudissements, qu'une entrevue est prévue entre les deux présidents de club et le maire ce samedi matin, à 11 h.

Richard Heiny a, de son côté, rappelé « l'histoire personnelle de chacun » avec « ses hauts et ses bas » et a réfuté les arguments budgétaires avancés par la mairie : « On est conscient de la situation financière... Qu'on nous baisse ou sucre les subventions, on fera avec. En tout cas, l'ASTRW. Ce ne sont pas les subventions qui font vivre l'ASTRW. »

Dans la foule, Philippe Duffau et Raphaël Cirillo, de l'opposition Witt'démocratie citoyenne, ont aussi mis en avant le travail mené par l'USW avec les jeunes du quartier, qui est, selon eux, menacé, et « les fausses économies » pour la Ville.


© L'alsace, Dimanche le 08 Mars 2015

Amélie Zurcher célébrée par de jeunes talents à Wittenheim

 

Laurent Schneider

Depuis trois ans, le Club des jeunes talents, piloté par Angèle Seyller-Mauro, s'intéresse à la vie des femmes illustres d'Alsace. À Wittenheim, il était naturel que ce groupe de jeunes et leur animatrice s'intéressent plus particulièrement à Amélie Zurcher, « mère » des Mines de potasse.

Pour mener à bien ce projet autour de la vie de cette femme volontaire et courageuse, née à Bollwiller et qui a marqué l'histoire du Bassin potassique, il fallait s'assurer le concours de partenaires : des scolaires et deux artistes peintres.

Les 18 élèves de la classe de première pro accompagnement, soins et services à la personne du lycée Don Bosco et leur prof de français et d'histoire, Frédérique Meynier, ont très vite été séduits par le projet. « D'autant que le thème colle bien au contenu du programme d'histoire des classes de première, à savoir l'évolution du monde ouvrier de 1830 à 1975 et celle des femmes dans la société française de la Belle Époque à nos jours », précise l'enseignante qui a pu s'appuyer sur l'aide de ses collègues d'art plastiques et documentalistes. « Le projet est, d'une part, devenu un motif de recherche historique et, d'autre part, une démarche pédagogique pour l'écriture et la construction de dialogues aboutissant à une pièce de théâtre. »

La section des grands, les maîtresses, les aides et la directrice de l'école maternelle La Fontaine ont aussi été captivés par le projet. Enfants et adultes ont recréé des scènes de la vie à l'époque d'Amélie Zürcher, à travers la chanson, les jeux et les costumes. Les jeunes talents ont, pour leur part, dit des poèmes et les deux artistes peintres, Marie-Josée Hartmeyer et Catherine Walch ont créé de superbes portraits d'Amélie.

Récemment, tous ces participants se sont retrouvés à l'amphithéâtre de l'institut Don Bosco pour une répétition générale qui a été filmée. Ce film sera projeté du 9 au 14 mars à l'Espace Witty, galerie marchande de Cora Wittenheim. Le spectacle sera rejoué à l'amphithéâtre Gissinger le samedi 14 mars à 14 h 30, après la matinée portes ouvertes du lycée Don Bosco.


© L'alsace, Dimanche le 08 Mars 2015

La patinoire provisoire a bien joué son rôle

La patinoire provisoire sera démontée lundi.

 

Photo L'Alsace/Jean-François Frey

 

Isabelle Lainé

Malgré le soleil printanier, la patinoire provisoire de Wittenheim n'était pas déserte hier après-midi. Elle reste encore ouverte aujourd'hui et, lundi, son démontage va commencer. « On ferme à 18 h », précise l'équipe à l'accueil. « Ça a bien tourné. Surtout pendant les vacances scolaires. »

Camping pendant une saison

Chapeautée par l'association de gestion de la patinoire provisoire de la région mulhousienne, présidée par Terry Mac Evoy, la structure a été installée par la société Synerglace. Les séances publiques étaient gérées par Green concept sport.

« Nous sommes contents d'arriver au terme de cette période, explique Terry Mac Evoy. La patinoire a été financée par la Ville de Mulhouse et les deux mois de plus, dus au retard dans les travaux, ont été financés par M2A. Nous sommes contents qu'il n'y ait pas eu de gros dysfonctionnement. »

Pendant les premières semaines, les utilisateurs de la patinoire, et notamment l'équipe des Scorpions, ont eu par contre quelques soucis avec la glace et les vestiaires. « Dans cette structure, la glace est refaite à l'eau froide. Ce qui occasionne des fissures. Ce défaut a été maîtrisé au début de l'année. Il faisait aussi trop froid dans les vestiaires et c'était inconfortable. Les Scorpions ont ajouté d'autres vestiaires à l'extérieur et le chauffage a été augmenté à l'intérieur. » Globalement, pour le président de l'association de gestion, « la patinoire provisoire a bien rempli sa mission. Je remercie vraiment les clubs pour leur patience. Que ce soit l'ADHM, le Patinage artistique et le Curling olympique de Mulhouse, ils ont tous dû faire du camping pendant presque une saison. »

Pourtant, tous les acteurs qui gravitent autour de la patinoire estiment que cette structure provisoire était la bonne solution pendant les travaux de la patinoire de l'Illberg. « Philippe Aubertin, de la société Synerglace, est notre grand héros. Laurent Imhoff et Olivier Valentin, de Décathlon, ont aussi tout fait pour que cette situation se passe bien. Mais ça reste un soulagement de retrouver le lieu habituel. »

À partir de lundi, la patinoire de l'Illberg rouvre ses portes. Une grande journée d'inauguration est prévue samedi 14 mars.


Dna, Dimanche le 08 Mars 2015 / Mulhouse
Droits de reproduction et de diffusion réservés

Wittenheim  Contre la « disparition » de l'USW et de l'ASTR
Wittenheim Les footballeurs manifestent

 

 

Richard Heiny (ASTR) et Benjamin Darleux (USW), les deux présidents affirment : « Nous ne lâcherons rien ! »

Le souhait de la municipalité de créer un club de foot unique en fusionnant les deux clubs existants a décidément du mal à passer auprès des deux clubs en question*. L'USW et l'ASTR ont manifesté, vendredi soir, sur le parvis de la mairie

Les représentants et sympathisants du « Collectif pour préserver le dynamisme sportif, l'indépendance du mouvement associatif » étaient près d'une centaine pour marquer leur détermination à s'opposer au projet municipal qui « conduirait à l'enterrement des deux clubs de foot locaux » (*).

Au sein des manifestants : les dirigeants et des footballeurs des deux asssociations, des sympathisants et les élus de l'opposition municipale du groupe « Wittenheim démocratie citoyenne ».

Benjamin Darleux président de l'USW et son homologue de l'ASTR, Richard Heiny, ont pris la parole pour réitérer leur complète opposition à « la disparition de l'USW qui existe depuis 1913 et à celle de l'ASTR qui affiche 70 printemps [...]. Le maire nous met au pied du mur, il n'y a eu aucune concertation, aucune discussion, nous ne lâcherons rien... » martelait Richard Heiny qui ajoutait : « Mulhouse compte 15 clubs de foot, Wittenheim peut bien en accepter deux ; depuis toujours, nous avons surmonté bien des épreuves, des difficultés, là encore nous nous battrons pour que nos deux clubs vivent... » Les présidents annonçaient également une « première victoire », ils allaient être reçus par le maire Antoine Homé dès le lendemain (ndlr : hier samedi , voir encadré).

Pétition

Quant à Philippe Duffau, leader de l'opposition municipale, il s'emparait du micro pour proclamer le soutien total de son groupe aux manifestants puis, plus virulent, dénonçait « la volonté du maire de faire main basse sur les associations ». Au terme de la manifestation, les organisateurs ont fait circuler et signer une pétition de soutien dénonçant le « foot en péril ».

dw * Voir les DNA d'hier samedi en page 33 et nos éditions du 1er mars.


© Dna, Dimanche le 08 Mars 2015 / Mulhouse
Wittenheim  Wittenheim Vers un « partenariat constructif » ?

 Hier matin à l'issue de la réunion entre Antoine Homé, son adjoint aux sports Philipe Richert et les présidents Richard Heiny et Benjamin Darleux, plusieurs réactions : « Les fils ne sont pas rompus » indique le maire de Wittenheim. Le président Richard Heiny : « Nous restons sur nos positions, mais le dialogue se poursuit ». Antoine Homé : « Notre rencontre s'est déroulée dans un climat cordial et apaisé, notre seul objectif reste de renforcer le foot à Wittenheim [...] dans les prochains jours le dialogue se poursuivra pour créer ensemble un partenariat constructif. »

 

14:26 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | Tags : wittenheim, usw, astrw, football, cultura, patinoire | |  Facebook | |

vendredi, 06 mars 2015

Revue de presse du 6 mars 2015

Wittenheim Fraternité avec le CCFD

 

La section locale du CCFD (Comité catholique contre la faim et pour le développement) de la communauté « Sel de la terre » organise son traditionnel repas pour soutenir les divers projets de développement et d'aides d'urgences ici et ailleurs.

Les responsables du CCFD évoquent leur action baptisée : « Respect de l'environnement et accueil des migrants ». Pour les églises et au sein des communautés chrétiennes, le message véhiculé est de cheminer entre foi et écologie. Il y a aussi un appel à changer le rapport à la création et toutes les richesses qu'elle offre.

En prévision de la grande conférence sur le climat qui se tiendra à Paris en décembre 2015, la plaquette « Vivre le carême » présente des réflexions sur les grands enjeux écologiques et l'engagement des chrétiens pour le respect de l'environnement. Le deuxième champ de réflexion porte sur les migrations. Le CCFD-Terre solidaire a voulu aborder ce thème en appelant au vivre ensemble. Le CCFD s'inspire du travail des structures qu'il soutient. En Thaïlande, pour la défense des droits des réfugiés de Birmanie, mais aussi en France où l'association Mes-tissages a favorisé, par le biais d'une activité de tissage, la rencontre des communautés dans une cité d'Ile-de-France. Le CCFD interroge : « Comment dans les communautés, les communes, les territoires, au quotidien, sommes-nous acteurs de rencontre, de découverte et de compréhension de l'autre ? » C'est dans cet esprit qu'est organisé le dimanche 8 mars, à partir de 12 h dans la salle Léo-Lagrange (4, rue du Vercors) le repas du CCFD.

D.W. Contact et inscriptions : prix, 15 EUR par adulte, 5 EUR par enfant. Maison de la communauté, 2 rue du Bourg, Wittenheim. Tél. 03 89 52 63 14.


Contact et inscriptions : prix, 15 EUR par adulte, 5 EUR par enfant. Maison de la communauté, 2 rue du Bourg, Wittenheim. Tél. 03 89 52 63 14.

 

Collecte des Restos du coeur

 

Les Restos du coeur organisent au plan national leur grande collecte annuelle. À cette occasion, des bénévoles de l'association haut-rhinoise seront présents aujourd'hui vendredi 6 mars et demain samedi 7 mars dans les magasins suivants : Cora Wittenheim, Cora Dornach, Carrefour Illzach, Prixbas Mulhouse, Super U Pfastatt, Leclerc Kingersheim et Leclerc Mulhouse.

14:49 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | Tags : wittenheim, restos du coeur, ccfd? | |  Facebook | |

mardi, 17 février 2015

Comité des finances locales à l'Assemblée Nationale du 17 février 2015

IMG_2766.JPGJe siège au Comité des finances locales qui se réunit dans la salle de la commission des finances de l'Assemblée Nationale.

Au programme la répartition de la Dotation globale de fonctionnement ou plutôt la répartition de la pénurie ! La baisse de 3,7 milliards pour les collectivités territoriales n'est pas soutenable ! Elle doit être absolument revue !

10:33 Publié dans A la M2A, A Wittenheim, Au PS, Blog, En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

lundi, 16 février 2015

Revue de presse du samedi 14 au lundi 16 février 2015

 

 

 

L'alsace, Samedi le 14 Février 2015 Les quatre saisons du carnaval

Dimanche 15 février, l'Office municipal des sports et des loisirs, en partenariat avec la commune et avec le concours de plusieurs associations, organise le septième carnaval des familles de Wittenheim.

Les festivités se dérouleront l'après-midi en deux temps : d'abord, une cavalcade qui partira de la mairie à 14 h 30 pour se rendre à la Halle au coton suivie de séquences musicales assurées par les guggamusiks participantes et du tirage au sort du gagnant de la Corbeille du carnaval 2015. Puis la traditionnelle crémation de la sorcière se déroulera sur la place du Marché.

Plus de 850 carnavaliers

Cette septième édition du carnaval de Wittenheim sera placée sous le signe des quatre saisons. Les groupes carnavalesques ainsi que les habitants sont invités à porter des déguisements évoquant le printemps, l'été, l'automne et l'hiver.

Au total plus de 850 carnavaliers de 24 troupes, dont trois guggamusiks, ainsi que neuf chars participeront à la cavalcade. Parmi tous ces carnavaliers, figure un groupe d'enfants de l'atelier bricolage tous supports du Mille Club de Jeune-Bois.

Sous la houlette de Sabine Schartzentruber, ces jeunes travaillent depuis plus d'un mois à la réalisation d'un petit char qui évoque l'hiver. « Nous avons confectionné un petit ours polaire qui se promène dans la montagne enneigée. Nous serons évidemment aussi déguisés, certains en bonhomme de neige, d'autres en reine des neiges », précisent les enfants très heureux et fiers de pouvoir participer à la cavalcade.

Comme de coutume, la sorcière a été conçue et réalisée par des élèves du lycée technologique et professionnel privé Don Bosco de Wittenheim. Cette année, ce sont les élèves de la 4e technologique qui ont eu l'honneur de la fabriquer, sous l'autorité des professeurs Nadine Adam et Nathalie Krason.

Une sorcière des marais réalisée avec des petites lattes de bois et décorée avec de la mousse, des feuilles séchées, de la paille et divers fruits. Autant de décors évoquant l'automne.

À partir de 13 h 30, la rue d'Ensisheim, la cour, les parkings et les abords du lycée privé Don Bosco seront donc bien colorés. De là, le cortège se rendra à la mairie où sera vraiment lancée l'édition 2015 de ce carnaval des familles. Comme d'habitude, avant le départ du cortège, la reine Kelly et le roi Ludovic diront un mot de bienvenue aux participants et le maire remettra les clefs de la ville au couple royal. Trois coups de canon donneront ensuite le top départ du cortège.


© L'alsace, Dimanche le 15 Février 2015 Les photos de Nhu Minh à la médiathèque

Depuis le début du mois, Nhu Minh, 53 ans, de Colmar, expose 22 photographies qu'il a récemment réalisées, essentiellement des prises de vue avec mise en scène et quelques clichés de voyages et de scènes de rue. L'artiste photographe expose régulièrement ses réalisations dans diverses expos de photos en Alsace. Lors de la première édition de l'expo « Le printemps de la photographie » à Wittenheim, Nhu Minh a été primé. À la médiathèque, le fil rouge de ses photos avec mise en scène est la culture, son oeil s'est notamment intéressé aux lecteurs et aux musiciens. L'exposition, visible aux heures d'ouverture de la médiathèque, restera en place tout le mois de février.

Y ALLER Exposition jusqu'au 28 février à la médiathèque Paul-Zwingelstein, 1A rue des Mines à Wittenheim.


© L'alsace, Dimanche le 15 Février 2015 La proximité au quotidien

 Alors que les élus sont la cible des populistes, les maires tentent de tenir la barre de leur commune, avec des finances en berne et un moral pas vraiment au beau fixe. Les sujets de préoccupations ne manquent pas, comme l'ont montré les questions des élus, hier matin, après la partie statutaire de l'assemblée générale des Maires du Haut-Rhin qui s'est tenue à Guebwiller. Élu sénateur en septembre, le président René Danési n'a guère modifié sa manière de présider, soucieux de donner la parole au plus grand nombre. Mais laissant sa vice-présidente, Catherine Troendlé, monter au créneau pour certaines mises au point.

Souple avec intelligence

Que les communes connaissent des difficultés financières, même la gauche le reconnaît. Rapporteur de la commission des finances de l'AMF (Association des Maires de France), le socialiste Antoine Homé a évoqué les 15 000 motions signées par des communes, déplorant la baisse de la dotation globale de fonctionnement de 12 % en deux ans. Le président de l'AMF a souhaité alerter le Premier ministre sur cette question. « Aussi bien le montant de cette baisse que son rythme ne sont pas soutenables », argumente le maire de Wittenheim.

Autre sujet de préoccupation, les logements sociaux. Se faisant le porte-parole de ses collègues des Trois Frontières, le maire de Blotzheim a déploré la difficulté de trouver un bailleur social pour construire des logements. Les bailleurs incriminent le poids du foncier. Pour les communes, dès lors, le choix est cornélien : soit acheter les terrains pour les revendre moins chers aux bailleurs sociaux, soit ne pas construire de logement et payer des pénalités.

Autre sujet concernant l'État, l'impossibilité à renouveler une carte d'identité, alors qu'elle n'est pas périmée, mais le sera au moment du départ en vacances. « Vaut-il mieux la déclarer perdue et payer 25 EUR», a suggéré un élu. Car certains États, comme la Turquie... et l'Allemagne n'acceptent pas le principe de documents périmés. « La Suisse l'accepte », a nuancé le préfet, ce que des maires ont contesté. « On sera souple avec intelligence », a promis le secrétaire général, laissant entrevoir un renouvellement selon les pays de destination. Pour la sénatrice Troendlé, il y va cependant de « la liberté de circulation » pour les citoyens français...

Autre sujet récurrent, l'ouverture de classes bilingues, en l'occurrence au collège. Le maire de Dannemarie, Paul Mumbach - qui a appelé à signer la pétition pour un référendum sur l'avenir de l'Alsace - a demandé au rectorat de revenir sur son refus d'ouvrir une classe pour moins de 10 élèves. Tout en rappelant la volonté du recteur de promouvoir le bilinguisme, la directrice académique du Haut-Rhin, Maryse Savouret, a estimé impossible de descendre en-dessous de 10 élèves. Ce qui a conduit la sénatrice Troendlé à appeler les maires à « sensibiliser les parents pour qu'ils laissent leurs enfants dans la filière bilingue, jusqu'au bout ».

Fourrière trop chère ?

Ultime sujet, le tarif de la fourrière de Mulhouse, que ses responsables se proposent de faire passer de 53 à 75 centimes par habitant, pour les 250 communes sous contrat. « Le comité directeur a refusé cette augmentation », a indiqué, d'emblée, le président Danési, en précisant que « l'évolution est identique » à Colmar. Le président de la SPA de Mulhouse, le Dr François Tisserand, a expliqué que, par le passé, « les dons et legs destinés au refuge servaient à combler le trou de la fourrière », soit quelque 69 000 EUR cette année. « Une pratique illégale », selon lui. La SPA ayant décidé d'établir une comptabilité séparée, il appartiendra aux maires de payer la prestation à son prix. Ce qu'une majorité a semblé refuser, conduisant le président mulhousien à menacer de fermer la fourrière...

Appelé à conclure les débats, le préfet Lelarge a rappelé « les menaces d'actions terroristes qui visent tout le territoire, pas seulement les grandes villes ». « Nous sommes tous concernés », a-t-il conclu, en évoquant le travail qui devra être fait, dans les établissements scolaires, sur les valeurs républicaines.


© L'alsace, Lundi le 16 Février 2015 Ambiance familiale à Wittenheim

La météo a été nouvelle fois bienveillante pour le traditionnel carnaval des familles de Wittenheim. Même si le soleil n'a percé le ciel gris et qu'un léger vent du nord s'est levé durant la cavalcade et le grand rassemblement sur la place du marché et dans la Halle au coton, cette édition 2015 a de nouveau été une belle réussite. D'une part, la manifestation a rassemblé la grande foule tout le long du parcours, surtout à l'approche de la Place du marché, et d'autre part, le cortège de la cavalcade était très imposant, coloré et surtout festif et bruyant. De nombreux Wittenheimois, mais aussi beaucoup de spectateurs d'ailleurs étaient sur les trottoirs pour découvrir les beaux chars, les troupes remarquablement déguisées, dansoter au son des guggamusik, et aussi pour se faire arroser de confettis. La fête dans et autour du cortège était surtout familiale.

Grands et petits étaient comblés et émerveillés « c'est superbe, heureusement il ne pleut, pas on a de la chance », pouvait-on entendre tout au long du parcours. Les plus petits, souvent affublés de beaux déguisements ou embellis de maquillages, étaient fascinés ou faisaient semblant d'avoir peur mais ils n'avaient aucune envie de quitter la cavalcade.

Le cortège était ouvert par la Confrérie de la sorcière du lycée Don Bosco, les élèves de la 4e technologique dont un quatuor a porté une petite plateforme où était juchée la sorcière. Suivaient les troupes, les chars et les groupes de guggamusik, une succession de carnavaliers, tous très originaux et toujours prêts à amuser le public. Le char de la reine Kelly et du roi Ludovic auxquels le maire Antoine Homé avait confié les clés de la ville était en queue de cortège.

La Halle au coton était un peu étroite pour accueillir tous les spectateurs et participants à la cavalcade pour un moment musical et de restauration. Ensuite, sur la place du marché, la crémation de la sorcière était la dernière attraction de cet après-midi festif. Elle a bien résisté, les pompiers ont eu du mal à l'enflammer. « C'est nous qui l'avons confectionnée, ça nous a coûté beaucoup d'efforts. Même si elle est belle, ce n'est qu'une sorcière de carnaval et elle doit quand même être brûlée, c'est un peu dommage », disait l'un des élèves.


© Dna, Lundi le 16 Février 2015 / Mulhouse :Wittenheim  Carnaval

La grande foule était au rendez-vous pour le désormais traditionnel et fort couru carnaval de Wittenheim. La fête a été folle et belle...

Sous une météo bienveillante, le carnaval des familles organisé par la Ville et l'OMSL a connu un franc et beau succès. C'était la liesse, c'était la fête... Une dizaine de chars, une non moins belle présence de multiples Gugga musique, les airs tonitruants et entraînants des Altkirch Waggis, des Battemer Narra, des Haxa Gugga de Rouffach, des Welda Wagges de Thann... et pléthore de délicieuses majorettes.

Tous ont paradé et sillonné les rues de la ville de la mairie à la place du marché. On s'en doute, l'ambiance était folle et joyeuse, une impressionnante variété de déguisements, une pluie de confettis, des rires, sourires et applaudissements, un défilé haut en couleurs qui a rencontré l'adhésion générale. C'est depuis le balcon de la mairie que le couple princier, Kelly et Ludovic, a libéré les carnavaliers. Un carnaval placé sous le thème des « Quatre saisons » avec bien entendu les déguisements de circonstance... l'imagination et un épatant chatoiement de couleurs étaient au pouvoir. Après la parade, la fête se prolongeait à la Halle au Coton, en musique et avec l'immanquable crémation de la sorcière.

Un beau feu de joie final qui réchauffait encore, s'il en était besoin, les coeurs et les corps. Assurément si le carnaval de Wittenheim ne peut pas (encore) faire pâlir d'envie les festivités d'outre Rhin, il en reste néanmoins des plus réussis. Plutôt réjouissant non ? !

10:19 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | |  Facebook | |