Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 29 janvier 2010

L'Alsace : Bigot mise sur les agglomérations

Parti socialiste Bigot mise sur les agglomérations

 

Au centre, jacques Bigot et Antoine Homé, entouré par Dominique Hoeffel et Cléo Schweitzer. Photo Hervé Kielwasser

Tête de liste PS aux régionales, le président de la Communauté urbaine de Strasbourg (Cus), Jacques Bigot, a présenté hier, à Colmar, une liste représentant un large éventail,du centre à la gauche de la gauche.

Il n'y avait plus de surprise à attendre, Jacques Bigot ayant dévoilé les noms des candidats d'ouverture de sa liste -- dont la centriste Dominique Hoeffel -- vendredi dernier (L'Alsace de dimanche) . Une nouvelle fois, le président socialiste de la Cus a regretté que les écologistes aient refusé la main tendue avant le premier tour. « Nous ferons le bilan au soir du 14 mars, avec en ligne de mire cette question : l'alternance est-elle possible ? », a-t-il expliqué.

Un tiers de moinsde 40 ans

« Notre liste se place sous le signe du renouvellement et de l'expérience. La benjamine a 18 ans, le doyen (François Amoudruz, ancien déporté) 83 ans », a relevé Antoine Homé, tête de liste de la section haut-rhinoise, en précisant que le tiers des candidats a moins de 40 ans. La liste Jacques Bigot -- la mention « soutenu par le parti socialiste » est discrète -- fait la place belle aux représentants des agglomérations. Si dans le Bas-Rhin, Dominique Hoeffel -- que Bigot a failli appeler « Daniel » -- se dit « petite élue locale d'une petite commune », les numéros 3, 4, 5, 6, 8, 11, 13 et 14 sont originaires de la Cus ou de ses environs, avec une mention pour Alain Fontanel, numéro 3, adjoint aux finances de Strasbourg, vice-président de la Cus. Un quadra qui monte...

Côté Haut-Rhin, les trois premiers, tout comme les numéros 6 et 9, sont élus de l'agglomération mulhousienne, la 4e place étant occupée par une élue colmarienne. Les élus d'ouverture, maires de communes rurales, apparaissent à partir des 8e et 11e places. « Nous n'avons pas de femmes têtes de liste. Cela viendra un jour », a lâché Jacques Bigot, qui a tenu à mettre en avant les deux numéros 2, Dominique Hoeffel -- qui dit n'avoir jamais été encartée dans un parti -- et Cléo Schweitzer. L'élue mulhousienne d'opposition a rappelé défendre l'écologie depuis l'époque où elle militait chez les Verts. Et d'insister sur « la réduction des inégalités face à l'enjeu écologique ».

Pour sa part, le Haut-Rhinois Antoine Homé a mis en avant l'expérience de la tête de liste régionale, Jacques Bigot, qui « dirige depuis deux ans avec succès la plus grande collectivité d'Alsace et qui peut incarner la Région avec succès ». Quid du cumul ? En cas de victoire, le président de la Cus -- qui devra quitter la mairie d'Illkirch -- « abordera la question de la gestion de la Cus avec le maire de Strasbourg, Roland Ries ».

Yolande Baldeweck Bas-Rhin : Jacques Bigot (sortant), Dominique Hoeffel, Alain Fontanel, Anne-Pernelle Richardot (s.), Jean-Marc Willer, Martine Jung (s.), Pierre Mammosser (s.), Nathalie Jampoc-Bertrand, Emmanuel Recht, Marie-Madeleine, Iantzen (s.) Haut-Rhin : Antoine Homé (s.), Cléo Schweitzer, Michel Cheray, Victorine Valentin, Frank Dudt, Malika Ben'Mbarek, Bernard Laplagne, Josiane Bigel, Thierry Sother, Daniel Rubrecht... Listes complètes sur le site www.lalsace.fr

09:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Tags : régionales, alsace, bigot, homé | |  Facebook | |

DNA : Les voeux du PS et de l'UDESR 68

Parti socialiste / Nouvel An
Des voeux offensifs

 

« Retrouvons le sens collectif et cessons les batailles internes », a lancé Denis Wiesser, le premier secrétaire fédéral du PS 68, aux militants du parti à l'occasion de ses voeux. (Photo DNA-Nicolas Pinot)
Lors de ses voeux de Nouvel An, le PS 68 a poussé les miltants à se mobiliser à sept semaines du premier tour des régionales. Antoine Homé et Jacques Bigot leur ont répété que « l'Alsace peut basculer à gauche ».

« La démocratie est une bonne fille ; mais pour qu'elle soit fidèle, il faut faire l'amour avec elle tous les jours. » C'est avec cette citation d'Édouard Herriot que Julien Ernst, le secrétaire de la section PS de la ville, a accueilli les nombreux militants réunis à Colmar pour les voeux de la fédération. Encourageant ses camarades à s'engager au quotidien, il a annoncé la création d'un local à Colmar pour offrir au PS « une visibilité publique » pour « reconquérir un électorat qui nous a fait défaut ».
Antoine Homé, le président de l'Union départementale des élus socialistes et républicains et tête de la liste socialiste dans le Haut-Rhin pour les régionales, s'est montré tout aussi offensif à la fois pour motiver ses troupes et dénoncer « la droite qui recentralise ». Appelant à être « unitaire pour deux » dès le premier tour, le conseiller régional sortant a estimé que « la droite aux commandes depuis trop longtemps en Alsace n'a pas renouvelé son logiciel ». « L'Alsace n'appartient pas à la droite », a-t-il martelé en assurant que la région « doit passer dans le camp du progrès ».

« Les socialistes ont porté
la décentralisation »

« Retrouvons le sens collectif et cessons les batailles internes », a lancé pour sa part Denis Wiesser, le premier secrétaire fédéral, content de la nouvelle « vitrine » du PS place de la Concorde à Mulhouse. Il s'est également réjouit de la mobilisation de ses troupes face « à la démolition des services publics » et à la « réduction des libertés publiques ».
Jacques Bigot avait fait le déplacement pour parler devant les encartés et élus socialistes mais aussi aux personnalités d'ouverture qui ont accepté de rejoindre sa liste. Se référant volontiers à Jaurès, le président de la CUS a exhorté les militants de faire une campagne régionale. « C'est au niveau régional que l'on pourra expérimenter un projet de nouvelle société », a-t-il précisé en évoquant trois enjeux majeurs à ses yeux de la campagne à venir : l'emploi, l'écologie et le régionalisme.
Défendant la mise en place d'un plan climat régional, Jacques Bigot a répété que « les socialistes ont porté la décentralisation » et que « l'Alsace doit être bien à l'aise avec ses racines ».


F. By

09:28 Publié dans Au PS | Lien permanent | Tags : alsace, ps, régionales, bigot, homé | |  Facebook | |

DNA : L'équipe qui vise « l'alternance »

La liste Bigot
L'équipe qui vise « l'alternance »

 

Jacques Bigot et Antoine Homé entourés de quelques colistiers. (Photo DNA-Nicolas Pinot)
Jacques Bigot a présenté hier à Colmar « la liste de rassemblement soutenue par le parti socialiste » avec laquelle il entend conquérir la Région. Une liste de « renouvellement » et « d'expérience », selon Antoine Homé.

Nulle trace du poing et de la rose socialiste dans le dossier de presse et sur la camionnette de campagne où un grand portrait de Jacques Bigot se détache sur un fond vert. La précision est à chercher près du bouchon du réservoir d'essence : « Une liste de rassemblement soutenue par le parti socialiste ». C'est le leitmotiv qu'ont répété Jacques Bigot et Antoine Homé en présentant leurs colistiers hier à Colmar (lire encadré).
« Je n'ai aucune envie de mettre ma bannière dans la poche. Le PS est par définition le parti du rassemblement », précise le président de la CUS en maintenant que « le rassemblement est la seule condition de l'alternance ». Au-delà des Verts avec qui il travaille au conseil régional mais qui présenteront leur propre liste au premier tour, Jacques Bigot a cherché à mobiliser « ceux qui sont convaincus que l'avenir est aux régions ». Ils sont centristes et divers gauche (DNA du 23 janvier).
« Ils partagent la même vision de l'Alsace », souligne Antoine Homé, tête de la section haut-rhinoise, pour qui la liste incarne le « renouvellement » et « l'expérience ». La benjamine a 19 ans, l'aîné en a 83. On y retrouve deux énarques, des conseillers régionaux sortants, des militants syndicaux, des enseignants, des entrepreneurs, des retraités, des cadres et des employés. Si la liste entend illustrer « la diversité » des agglomérations, des villes moyennes et des campagnes, Strasbourg et la CUS sont fortement représentées dans le haut de la section bas-rhinoise comme l'est Mulhouse dans la section haut-rhinoise.

« L'alternance, ce n'est
pas une révolution »

Pour MM. Bigot et Homé, Dominique Hoeffel et Cléo Schweitzer, respectivement deuxième de chaque section départementale, représentent l'esprit du rassemblement qu'ils ont souhaité. De « sensibilité centriste », le maire de Handschuheim est attachée à ce que « l'Alsace puisse bénéficier d'un aménagement du territoire novateur sans devoir accepter un modèle qui vient d'en haut ». Très sensible à l'environnement, la conseillère municipale d'opposition de Mulhouse compte, elle, défendre une « sociale-écologie » qui passe notamment par la réduction des inégalités face aux impératifs écologiques.
Au-delà de l'ouverture aux divers gauche et aux centristes, la liste Bigot synthétise aussi les nuances idéologiques existant entre les deux fédérations socialistes. « Même si la vision de l'idéal n'est pas partagée, on se trouve sur le même chemin : celui de proposer une feuille de route pour gérer la Région. Nous n'allons pas changer la société. L'alternance, ce n'est pas une rupture ou une révolution : c'est proposer autre chose », commente le maire d'Illkirch-Graffenstaden. « Tout va bien. L'ambiance est bonne. Nous travaillons ensemble, y compris sur le plan économique », complète son collègue Antoine Homé, avec le sourire.


Franck Buchy

 

 

BAS-RHIN : 1) Jacques Bigot 2) Dominique Hoeffel 3) Alain Fontanel 4) Anne-Pernelle Richardot 5) Jean-Marc Willer 6) Martine Jung 7) Pierre Mammosser 8) Nathalie Jampoc-Bertrand 9) Emmanuel Recht 10) Marie-Madeleine Iantzen 11) Rémi Barillon 12) Mireille Bimboes 13) Raymond Schweitzer 14) Zoubida Naili 15) Gérard Douvier 16) Christiane Hamman 17) Bruno Freyermuth


HAUT-RHIN : 1) Antoine Homé 2) Cléo Schweitzer 3) Michel Cheray 4) Victorine Valentin 5) Franck Dudt 6) Malika Ben'Mbarek 7) Bernard Laplagne 8) Josiane Bigel 9) Thierry Sother 10) Daniell Rubrecht 11) Claude Centlivre 12) Audrey Schittly

09:24 Publié dans En Alsace | Lien permanent | Tags : élection, alsace, région, régionales, bigot, homé | |  Facebook | |

samedi, 23 janvier 2010

DNA : les candidats de rassemblement pour les régionales

Régionales / L'ouverture selon Bigot (PS)
Dominique Hoeffel apporte un nom en dot

 

De gauche à droite : Claude Centlivre, Josiane Bigel, Jacques Bigot, Dominique Hoeffel, Jean-Marc Willer, Régine Orssati, Raymond Schweitzer, Antoine Homé. (Photo DNA - Alain Destouches)
Jacques Bigot, tête de liste PS aux régionales, a dévoilé - confirmé pour certains - les candidats « de rassemblement » de son équipe. Dominique Hoeffel, fille de Daniel, est n° 2 dans le Bas-Rhin ; elle a l'assurance de pouvoir garder ses convictions centristes.

Nous avions, dès le 17 novembre, annoncé les contacts entre Dominique Hoeffel et Jacques Bigot pour cette place en vue. Elle a longtemps réfléchi et arrêté sa décision il y a peu. Outre le maire d'Erstein, Jean-Marc Willer (n° 5), lui aussi pressenti depuis longtemps, la tête de liste PS a fait un autre recrutement intéressant : Raymond Schweitzer (n° 13), 49 ans, conseiller municipal d'Achenheim, dirigeant d'entreprises dont Stacco à Wasselonne, leader national des équipements scéniques.
Dans le Haut-Rhin, Antoine Homé a confirmé ses colistiers d'ouverture, Josiane Bigel (n° 8), maire de Widensolen, et Claude Centlivre (n° 11), maire d'Éguisheim. Ils sont rejoints par Audrey Schittly (n° 12), conseillère municipale de Retzwiller, Jean-Luc Barberon (n° 15), maire de Guewenheim, et Régine Orssati (n° 18), conseillère municipale de Ste-Croix-aux-Mines.
A défaut du rassemblement souhaité avec les Verts, Jacques Bigot a entrepris une ouverture vers des non-adhérents du PS en attendant les retrouvailles de la gauche au soir du 1er tour (mais apparemment sans le MoDem). « Le rassemblement est la seule condition possible de l'alternative », continue-t-il à croire.

« Je ne fais rien sans
consulter mon père »

Dominique Hoeffel assure qu'elle ne « fait rien sans consulter mon père, son avis est pour moi primordial », mais récuse l'idée que sa présence sur la liste PS puisse relever du règlement de compte post-sénatorial (en 2004 Daniel Hoeffel et Philippe Richert s'étaient affrontés ; le premier n'avait pas été réélu au Sénat). La motivation principale de la maire de Handschuheim est la réforme territoriale dont elle craint qu'elle ne soit une opération de « recentralisation. Dans ce domaine, Jacques Bigot est plus proche d'Adrien Zeller que Philippe Richert ».
Jean-Marc Willer, ancien adjoint du maire PS Théo Schnee, se situe au « centre gauche ». Claude Centlivre a « une sensibilité de gauche » dans une commune, Eguisheim, qui n'est « pas particulièrement » de ce bord. Malgré ses fonctions managériales, Raymond Schweitzer saura se rendre disponible pour la Région, parce que, dit-il, « il faut savoir déléguer ».


C.K.

09:40 Publié dans En Alsace | Lien permanent | Tags : élection, régionales, alsace | |  Facebook | |