Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 23 juin 2014

Stocamine : Antoine homé rencontre le cabinet de Royal

Dna, Samedi le 21 Juin 2014 / Monde
Droits de reproduction et de diffusion réservés

WITTELSHEIM Communiqués/Stocamine

 

 

Le collectif Destocamine réagit à la lecture du rapport de la Cour des Comptes

Le porte-parole Yann Flory écrit : « Dans son rapport daté du 9 avril 2014, le président de la Cour des Comptes alerte le Premier ministre sur « les graves conséquences de l'inaction des pouvoirs publics » dans la gestion du dossier Stocamine en stigmatisant « l'attentisme des pouvoirs publics ».

Depuis l'incendie de 2002 qui a mis fin à l'activité de stockage, les associations de consommateurs et de défense de l'environnement n'ont cessé de dénoncer l'inaction de l'Etat et la gabegie d'argent public dans cette affaire.

En 2010, le collectif Destocamine, réunissant associations et syndicats, a pris le relais et a

chiffré le coût de la passivité des gouvernements successifs à quelques 60 millions d'EUR (5,5

millions d'EUR par an).

Quand la Cour des Comptes évalue « l'inaction des pouvoirs publics à un minimum de 45 millions d'EUR. » sur 8 ans, elle corrobore le chiffre du collectif. Et encore, ne prend-elle pas en compte les dépenses occasionnées par les nombreuses expertises diligentées par l'exploitant ainsi que le coût de la concertation publique.

Onze ministres de l'écologie se sont succédé depuis 2002 et, à part une ébauche de solution

proposée par Delphine Batho en 2012 (déstockage partiel du mercure et concertation publique), RIEN n'a été fait ! Des millions d'EUR d'argent public ont été dépensés en enquêtes, consultations, expertises et entretien minier pour un embryon de solution !

Pourtant en 2011, un comité de pilotage de 13 experts rendait son rapport dans lequel il affirmait que :

1- l'ensemble des déchets pouvait être déstocké;

2- la nappe phréatique était menacée en cas de confinement définitif par la remontée des déchets vers la surface.

Il relevait la dangerosité des déchets mercuriels en suggérant en priorité leur déstockage, tout en conseillant d'évaluer l'impact sur la nappe phréatique des autres déchets chimiques.

Cette énième expertise n'a visiblement pas convaincu nos décideurs (mais peut-être ne correspondait-elle pas à leur attente ?). Ils en ont diligenté une autre puis, comme les choses ne traînaient pas assez à leur goût, ils ont décidé d'organiser un énième débat public.Jamais l'Etat n'aura autant failli à sa tâche !

M. le Président de la Cour des Comptes, merci de pointer du doigt cette situation inacceptable ; effectivement le temps presse et les finances publiques sont exsangues,

mais alors, pourquoi ne pas entendre l'expert suisse Marcos Buser qui soutient qu'on peut

tout déstocker pour quelque 60 millions d'EUR ? (www.destocamine.fr : l'appel du 13 juin).

Ressortir une infime partie des déchets toxiques ne suffira pas à « tranquilliser la population », seul le déstockage complet du site garantira définitivement la préservation

de la nappe phréatique rhénane.»

Patricia Schillinger au ministère de l'Environnement

La sénatrice Schillinger écrit : « Accompagnée d'Antoine Homé, maire de Wittenheim, Marie-Jeanne Taureau et Josiane Kieffer(PS de Wittelsheim), je me suis rendue au Ministère de l'Environnement, auprès de M. Leforestier (cabinet de Ségolène Royal), afin d'évoquer le sort du site de Wittelsheim.

Si dans un référé publié le 16 juin, la Cour des Comptes juge sévèrement l'Etat dans sa gestion du dossier Stocamine et dénonce les « graves conséquences » de l'« attentisme » des pouvoirs publics, nous avons, lors de de cette entrevue, fait remarquer que le changement de majorité avait toutefois marqué un tournant dans ce dossier, avec le début des travaux de déstockage du site et le lancement d'une concertation obtenue sous la pression des élus locaux, avec en tête le Parti socialiste Haut-Rhinois.

Cette consultation s'étant achevée, il appartient désormais aux ministres chargés du dossier, Ségolène Royal à l'écologie et Arnaud Montebourg à l'économie, d'arbitrer d'ici à la fin du mois de juillet, entre les différentes hypothèses de fermeture. Aussi cette rencontre a été l'occasion, une nouvelle fois, de rappeler l'urgence de la situation, chaque retard rendant, en effet, le déstockage plus complexe et plus coûteux. Nous avons donc plaidé, une fois de plus, pour un déstockage intégral, et rappelé la nécessité de préserver l'intégrité de la nappe phréatique. »


15:50 Publié dans A la M2A, A Wittenheim, Au PS, Blog, En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

mercredi, 18 juin 2014

Antoine Homé et cléo Schweitzer Groupe socialiste du conseil régional

© Dna, Mercredi le 18 Juin 2014 / Région

Antoine Homé et cléo Schweitzer Groupe socialiste du conseil régional
« Un saut démocratique »

 

L'annonce par le président de la République de la réduction du nombre des régions et la fin programmée des départements en 2020 est une opportunité dont doivent s'emparer tous ceux qui veulent une action publique plus efficace au service de nos concitoyens.

 

Ce projet est une chance pour l'Alsace et pour la Lorraine dès lors qu'il n'est ni une simple juxtaposition de collectivités ni une seule affaire d'économies budgétaires dont le montant demeure nécessairement imprécis à ce stade. Non, il doit s'agir d'un véritable saut démocratique qui soit un exemple et qui permette de déverrouiller le vieux modèle d'organisation centralisé qui est aujourd'hui un handicap pour notre pays.

Une nouvelle étape démocratique

François Mitterrand avait eu cette phrase visionnaire en 1981 : « La France a eu besoin d'un pouvoir fort et centralisé pour se faire, elle a aujourd'hui besoin d'un pouvoir décentralisé pour ne pas se défaire. »

 

S'il avait lancé le mouvement, il nous faut aller aujourd'hui bien au-delà ! [...] À condition de s'en donner les moyens juridiques et financiers, l'égalité républicaine peut être bien mieux préservée avec une décentralisation aboutie, plus qu'elle ne l'est aujourd'hui.

Une nouvelle étape de décentralisation

La taille critique de 4 millions d'habitants de la future fédération portera cette Eurorégion au niveau de ses voisines européennes. Toutefois, et c'est là tout l'enjeu de cette réforme, pour ne pas se résumer à une simple juxtaposition des structures existantes, le transfert des compétences et des moyens doit être ambitieux.

 

Définissons des blocs - économie, politique de l'emploi, formation professionnelle, gestion des équipements de l'enseignement secondaire, transports régionaux, etc. - dans lesquels les régions auront la plénitude des compétences, avec suppression des doublons avec l'État.

 

Pour donner une représentation juste et proche des citoyens à cette nouvelle collectivité majeure, nous proposons un scrutin mixte qui saura le mieux garantir la représentation des territoires et des sensibilités politiques. L'on pourrait ainsi élire la moitié des conseillers régionaux à la représentation proportionnelle et l'autre moitié dans le cadre des cantons redécoupés.

Être à la hauteur

Certains à droite refusent de saisir l'opportunité qui s'offre. C'est ne pas se montrer à la hauteur de l'enjeu. Le retour à la collectivité unique d'Alsace est une chimère : les Alsaciens ont clairement exprimé leur refus et une partie de la droite alsacienne a d'ailleurs tout fait pour faire échouer ce projet.

 

Nous appelons ceux qui se font les chantres d'une Alsace recroquevillée à ne pas réitérer les mêmes erreurs. Et puis, chacun sent bien que la fédération de l'Alsace et de la Lorraine a du sens. Nous sommes liés par une histoire souvent tragique, par une tradition industrielle ancienne et par une commune identité transfrontalière. Nous sommes tournés vers l'Europe autour de nos grandes villes, Strasbourg, siège du Parlement européen mais aussi Nancy, Metz et Mulhouse. Pas de disparition des identités, non, mais un travail à effectuer pour tenir compte de ce qui est propre à chacun. L'organisation future peut très bien tenir compte des spécificités des Alsaciens et des Lorrains.

 

Saisissons l'opportunité qui nous est offerte, voyons-y le gage d'un progrès et refusons le repli, toujours nocif. Demain, la fédération de l'Alsace et de la Lorraine peut être un exemple de nouveau souffle démocratique pour la France !

15:18 Publié dans A la M2A, A Wittenheim, Au PS, Blog, En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

jeudi, 12 juin 2014

Antoine Homé nommé maître à la cour des comptes

© Dna, Jeudi le 12 Juin 2014

Antoine Homé, conseiller référendaire à la Cour des comptes, a été nommé hier par le Conseil des ministres conseiller maître à la Cour des comptes. Antoine Homé est maire (PS) de Wittenheim et conseiller régional d'Alsace. Au conseil régional, il préside le groupe socialiste et démocrate.

11:15 Publié dans A la M2A, A Wittenheim, Au PS, Blog, En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

mardi, 10 juin 2014

Revue de presse Wittenheim du 10 juin 2014

© Dna, Mardi le 10 Juin 2014 /
Wittenheim Concert de la Vogésia
Wittenheim Des accords qui ont mis tout le monde d'accord...

 

Plus de 60 musiciens sous la baguette de l'accorte Valérie Seiler qui a sur marier les accords.
 

Le concert-spectacle offert samedi soir par la Vogésia a tenu toutes ses promesses. La Halle au Coton a savouré et salué la prestation des musiciens du président Louis Kleinhoffer.

 

Le spectacle, une plaisante parodie de Tintin, était illustré musicalement par les quelque 60 as de l'orchestre placés sous la direction de l'accorte Valérie Seiler, une baguette qui s'y entendait pour magnifier les... accords délicieusement mélodieux de son orchestre. Ainsi, la musique a baladé un public sous le charme de Russie en Amérique, de Chine en Afrique, de mers en océans... de superbes pérégrinations, musicales évidemment, placés sous la houlette, ou plus exactement houppette, d'un journaliste-détective prénommé non pas Tintin, mais Hector...

 

Bref ! un régal, la Vogésia aura, une fois de plus, démontré qu'elle est bel et bien une harmonie de tout premier ordre. C'était en tout cas l'avis unanime du public. Un sentiment partagé par Antoine Homé et son homologue maire de Ruelisheim, Francis Dussourd, qui tous deux étaient bien d'accord pour se féliciter du concert qu'ils ont eu le privilège de déguster aux premières loges.

 © L'alsace, Samedi le 07 Juin 2014

Wittenheim Une semaine de fête foraine sur la place du marché

 

Les forains sur la plate-forme des autos tamponneuses.

  Aujourd'hui à 15 h, débutera la traditionnelle fête foraine qui se tient place du marché, à Wittenheim, et qui restera en place jusqu'au 15 juin prochain.

 

Hier, le maire Antoine Homé et les forains en ont fait l'ouverture officielle. Cinq familles de forains mulhousiens y ont installé des stands de confiseries et divers manèges, notamment des autos tamponneuses.

 

La fête battra son plein les samedi, dimanche et lundi de 15 h à 20 h. Mercredi est programmée la journée demi-tarif de 14 h à 20 h. La fête se poursuivra le week-end des 14 et 15 juin, samedi de 14 h à 19 h et dimanche de 14 h à 18 h.

© Dna, Samedi le 07 Juin 2014 / Mulhouse

Wittenheim Animations
Wittenheim Fête foraine de la Pentecôte

 

Le maire, l'adjointe, les forains et... la toute nouvelle génération inaugurent les festivités.

 

Elle est certes de taille modeste, cela n'empêche en rien d'y passer des moments agréables, depuis près de 30 ans la traditionnelle « Fête foraine de la Pentecôte » fait la joie des petits et des grands.

 

Place du marché (Halle au Coton), quelques manèges et attractions viennent de s'installer. Les familles de forains, Wunenburger, Lambing et Kraft sont des fidèles de cette « Kilbe » wittenheimoise. Durant le week-end de la Pentecôte, puis le mercredi, le samedi et dimanche suivants (à partir de 9h) la petite fête foraine convie le public. A noter que pour la journée de mercredi, ce sera demi-tarif pour les manèges, les festivités lèveront le camp dimanche prochain à 18h30. Une inauguration des plus conviviales, durant laquelle le maire Antoine Homé a salué les forains, leur présence indéfectible à Wittenheim notamment, et a lancé les festivités. Et maintenant... roulez jeunesse, sous le soleil de surcroît !

© Dna, Samedi le 07 Juin 2014 / Mulhouse

Wittenheim La fête du Mille-Club
Wittenheim Port d'attache apprécié

 

Dans le jardin du Mille-Club, verdoyant, voire bucolique, pour une fête bon enfant.

Sous un soleil enfin bienveillant, le Mille-Club était en fête. La structure emblématique de la cité Jeune-Bois a drainé une foule joyeuse, heureuse de se retrouver dans un environnement agréablement verdoyant.

Didier Castillon, inamovible mais surtout dynamique et chaleureux président, depuis 1983, du Mille Club, était au four et au moulin pour prêter main-forte à ses équipes et accueillir les sympathisants du site.

 

Le président rappelait aussi la vocation de son association : « Créé en 1969, le Mille-Club fédère plus de 200 adhérents pour une vingtaine d'activités : sportives, culturelles, musicales, ludiques, créatives, artistiques... de quoi tisser du lien social, de quoi unir petits et grands, de quoi apprendre et aimer la vie associative. »

 

Le maire Antoine Homé abondait dans ce sens : « A l'évidence, le Mille-Club reste et demeure incontournable dans la vie sociale et associative locale, à cet égard il peut compter sur le soutien indéfectible de la ville ». Evidemment au vu de ce constat dithyrambique, la fête était bien méritée : un foisonnement d'expos (les créations des artistes du site), de plaisants intermèdes musicaux, d'éblouissantes prestations dansées, mais avant tout une réjouissante fête champêtre, grillades, petit blanc, etc. La convivialité était de mise pour tous ceux, et ils sont nombreux, dont le Mille-Club reste un port d'attache.

10:40 Publié dans A la M2A, A Wittenheim, Au PS, Blog, En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |