Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 28 août 2013

Rentrée scolaire : mise en place de la réformes des rythmes scolaires

© Dna, Mardi le 27 Aout 2013 / Région
education Rentrée scolaire 2013
Des rythmes désaccordés

 

L'arrivée des activités périscolaires est la principale nouveauté de cette réforme.
La réforme des rythmes scolaires a divisé les villes en deux camps. Celles l'appliquant dès cette année, et celles qui veulent se donner le temps de la réflexion. Tour d'horizon.

Le choix a été parfois difficile dans les communes et les débats passionnés, mais tout le monde est désormais fixé. À Hohrod et Wittenheim, on a décidé d'appliquer la réforme des nouveaux rythmes scolaires dès cette année. Alors qu'à Colmar, la municipalité a choisi de la reporter à la rentrée 2014.

 

Dominique Bohn, adjoint rattaché à la commission scolaire à Hohrod, Antoine Homé, maire de Wittenheim, et Odile Uhlrich-Mallet, adjointe à la mairie de Colmar en charge de l'enseignement, répondent aux questions soulevées par cette réforme.

Le choix

À Hohrod, on avance trois arguments pour l'application de la réforme dès 2013. Le premier est l'aide de l'Éducation nationale pour le déroulement de cette première rentrée avec les nouveaux rythmes. Ensuite, une prime de la part de l'État. Et enfin, plus politique, le fait de vouloir mettre en place la réforme avant les élections municipales de 2014. « On s'est décidé en début d'année, raconte Dominique Bohn, après de nombreuses réunions préparatoires avec les associations, les parents d'élèves et les enseignants. Ces derniers étaient les plus réticents. Ils n'étaient pas chauds pour travailler le mercredi matin, à cause de l'occupation des salles », poursuit-il.

 

À Colmar, on a préféré prendre son temps. Des questionnaires ont été envoyés aux parents pour connaître leurs avis sur les horaires et le coût des activités. 3 000 retours sur 5 400 ont déjà été enregistrés. Les enseignants, par le biais des conseils des maîtres, sont également consultés. « C'est un travail de concertation. La ville doit rédiger un projet pédagogique qui doit être ensuite validé », explique Odile Uhlrich-Mallet.

Le déroulement

Les 90 élèves concernés à Hohrod, de la maternelle au CM2, travailleront en plus du mercredi matin de 8 h à 11 h 30, l'après-midi de 13 h 30 à 15 h 15. Jusqu'à 16 h ensuite, des activités seront proposées gratuitement aux élèves inscrits. Elles seront divisées en cinq thèmes : civisme, expression corporelle, arts plastiques, contes et musique, nature et environnement. Passé 16 h et jusqu'à 18 h 30, on rentrera dans le domaine périscolaire classique, avec des activités payantes. À Wittenheim, il y aura 1 h 15 d'activités gratuites de 14 h 45 à 16 h, sur les thèmes de l'art, des langues et des sciences.

 

Pour Colmar, où la réforme s'appliquera à la rentrée 2014, il y a déjà quelques pistes. « Je ne pense pas qu'on ira vers la gratuité des activités, car il y aura beaucoup de participants et on veut un engagement des familles dans la durée », indique Odile Uhlrich-Mallet. De plus, avec la gratuité, la Ville ne percevra aucune aide. Alors qu'elle recevra une somme par enfant et par jour si les activités deviennent payantes.

Le coût

À Hohrod, « il n'y a pas réellement de surcoût, lance Dominique Bohn. On a déjà les locaux et le personnel ». À Wittenheim, la gratuité des activités des 1 400 élèves s'élève à 150 000 EUR pour la ville. « Le fond d'amorçage (de l'État) nous donnera 68 000 EUR », précise Antoine Homé, le maire. Une aide de la Caisse d'allocations familiales est aussi attendue. « Les coûts sont maîtrisés, selon lui, et je préfère investir dans les écoles plutôt que dans la voirie. »

 

À Colmar, c'est une des raisons du report. Si la réforme avait été appliquée dès 2013, les coûts auraient atteint 800 000 EUR. « L'État nous aurait versé 200 000 EUR », dévoile Odile Uhlrich-Mallet. Soit un total de 600 000 EUR, à la charge de la Ville.

L'avenir

Dominique Bohn est optimiste. 60 % des élèves d'Hohrod sont déjà inscrits aux activités. « Je suis très, très confiant. Ca va être un grand plus pour les associations qui y participeront. » Même ton à Wittenheim. « On va enfin s'adapter au rythme biologique des enfants, et leur faire accéder à l'art, la culture et aux sciences », s'enthousiasme Antoine Homé. Près de 1 000 enfants sont inscrits aux activités dans sa ville. « Plus il y en aura, mieux ce sera », termine-t-il.

 

À Colmar, la concertation va se poursuivre. Mais on regardera attentivement les pionnières. « Ca va être intéressant pour nous d'observer les communes qui mettent en place la réforme cette année », indique Odile Uhlrich-Mallet.

 

 

10:01 Publié dans A la M2A, A Wittenheim, Au PS, Blog, En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

lundi, 26 août 2013

Universités d'été de La Rochelle

IMG_1567.JPGOuverture des Universités d'été de PS à La Rochelle vendredi dernier: J'ai participé à l'université d'été du parti socialiste à la Rochelle. Une table ronde sur l'Europe a rassemblé Laurent Fabius, Catherine Trautmann, Stéphane le Foll, Élisabette Guigou et jean Christophe cambadelis.
Un moment fort et passionnant parmi tant d'autres lors de ce grand rendez vous de la rentrée !
Les socialistes furent mobilisés et déterminés. Même si la période est difficile, il faut se battre pour réussir le changement.
Avec mes camarades, j'y mettrai toute ma conviction et mon énergie.
 
IMG_1568.JPG

 Caherine Trautmann a fait, comme toujours, une intervention très remarquable.

 
 
 
 
 
IMG_1569.JPG
 
Stéphane le Foll, un excellent ministre de l'agriculture.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
IMG_1571.JPGLaurent Fabius, notre ministre des affaires étrangères, un homme d'état qui porte haut et fort les valeurs humanistes de notre pays dans le monde entier.
 
 
 
 
 
 
 
IMG_1572.JPGSamedi : Débat très important sur la lutte contre l'extrême droite avec manuel Valls, guillaume Bachelay et Emmanuel Maurel. La salle plénière des universités d été est comble.
 
Manuel Valls est intervenu. Un discours pugnace et mobilisateur.

15:26 Publié dans A la M2A, A Wittenheim, Au PS, Blog, En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

lundi, 24 juin 2013

Nuisances occasionnées par la compostière Agrivalor : la ville ne cesse d'agir !

Nuisances occasionnées par la compostière Agrivalor : j'ai organisé une conférence de presse vendredi dernier pour annoncer les actions et mesures prises par la municipalités de Wittenheim dans ce dossier.

© Dna, Samedi le 22 Juin 2013 / Monde

Wittenheim Agrivalor et ses nuisances
Wittenheim Colère et plaintes...

 

Les boues et déchets verts d'Agrivalor, source de nuisances...
Le dossier Agrivalor, les nuisances occasionnées par la compostière implantée en zone urbaine, empoisonnent la tranquillité des habitants du secteur Wittenheim-Ruelisheim-Pulversheim. Les élus manifestent leur colère, leur « ras-le-bol ».

Antoine Homé, entouré de ses adjoints, réitère la position de la ville : « Nous exigeons la fermeture ou la délocalisation d'une entreprise qui ne maîtrise pas son processus de fabrication... »

Plus de 200 signatures dans le cahier de doléances

Une décision qui cependant appartient à l'État, au préfet, rappelle le maire. Il ajoute : « Depuis 7 ans, des nuisances olfactives, une prolifération de mouches (en période estivale surtout) importunent la population [...]. La colère des habitants est légitime, nous sommes au côté des riverains, mobilisés, nous entendons agir avec fermeté... » Une fermeté qui passe par le dépôt de deux plaintes, au civil et au pénal, qui demandent à l'exploitant de mettre un terme à des nuisances apparentées à des troubles à l'ordre public.

 

Par ailleurs le maire signale qu'un cahier de doléances ouvert jusqu'au 28 juin, en mairie et à la sous-préfecture de Mulhouse a déjà enregistré plus de 200 signatures.

 

Antoine Homé indique aussi que des associations telles qu'Alsace Nature sont sollicitées pour entreprendre une action collective et fédérer les actions des riverains, un type de démarche qui a été couronné de succès pour obtenir le départ de l'entreprise Poulaillon de Morschwiller-le-Bas, rappelle le maire.

 

Quant à l'adjoint Albert Haas, en sa qualité de médecin, il se dit inquiet de la prolifération des mouches qui pourraient polluer l'alimentation. Le maire conclut et assène : « Nous ne faisons pas confiance en l'exploitant, nous demandons au préfet d'agir, il en va de la tranquillité et de la santé de la population... »

 

© L'alsace, Samedi le 22 Juin 2013

Wittenheim La Ville porte plainte contre Agrivalor au pénal

Le maire de Wittenheim, Antoine Homé, l'avait annoncé à demi-mot lors du dernier conseil municipal. C'est désormais chose faite. Après avoir engagé en vain de nombreuses initiatives pour mettre un terme aux gênes occasionnées par la compostière Agrivalor, la municipalité a choisi de passer la vitesse supérieure en portant plainte au pénal, a-t-on appris hier lors d'une conférence de presse.

 

Elle reproche à l'installation, implantée depuis 2004 au hameau de Schoenensteinbach, d'occasionner des nuisances olfactives et des invasions de mouches récurrentes dans les quartiers de Jeune-Bois, Sainte-Barbe ainsi que dans certains secteurs de Ruelisheim et Pulversheim.

 

La Ville a également adressé à l'exploitant un courrier où elle le met en demeure de régler le problème d'insectes sous huitaine, sous peine d'engager à l'encontre de la compostière une procédure civile pouvant se solder par des amendes. Enfin, elle a contacté des associations de défense de la nature susceptibles de porter une action collective de particuliers.

 

« Ma conviction, après toutes ces années, est que nous avons affaire à des gens qui sont dans l'incapacité de maîtriser le processus de production », a commenté le maire. Pour lui, la conclusion va de soi : l'exploitation de la compostière doit cesser, soit du fait de l'exploitant lui-même, soit de celui de l'État, qui a compétence exclusive sur cette installation classée.

 

Le premier magistrat a d'ailleurs profité de l'occasion pour répéter un appel au préfet du Haut-Rhin. « Vous êtes venu à Wittenheim le 25 avril dernier, nous avons constaté que vous étiez à l'écoute et nous souhaitons que vous preniez une mesure d'urgence, a-t-il plaidé. Cette mesure, c'est la fermeture. »

Consultation prolongée

Plus de 160 riverains se sont déjà exprimés dans ce sens, dans le registre de consultation citoyenne ouvert à l'occasion du changement de régime de l'installation. En accord avec la préfecture, la Ville a choisi de prolonger cette consultation jusqu'au vendredi 28 juin, à la mairie de Wittenheim ou à la sous-préfecture de Mulhouse.

 

Contacté à ce sujet, l'exploitant d'Agrivalor n'a pas souhaité commenter les initiatives municipales, mais a indiqué « faire le maximum » pour juguler les nuisances.

 

11:13 Publié dans A la M2A, A Wittenheim, Au PS, En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

lundi, 17 juin 2013

Inauguration équipements sportifs à Wittenheim


© Dna, Samedi le 15 Juin 2013 / Monde

Wittenheim Judo Club
Wittenheim Un dojo et un éclairage neufs

 

Le maire, Antoine Homé, et l'adjointe aux sports, Anne-Catherine Lutolf, ont offert un nouveau dojo aux judokas du JCW.
Est-ce le retour des beaux jours ? Les élus ont la fibre sportive et courent d'inauguration en inauguration. Dernière en date, un dojo pour les judokas.

René Ruh, président du Judo Club Wittenheim (JCW) a reçu les élus dans sa salle de la MJC pour y inaugurer de nouvelles installations : un dojo (tapis de judo) et un éclairage flambant neuf.

De quoi donner un élan supplémentaire à un club qui se porte comme un charme.

Adjointe aux sports, Anne-Catherine Lutolf lui a rendu hommage : « Une centaine de licenciés, une équipe junior championne d'Alsace et une 3e place aux championnats de France cadet pour Vivy Crécy... Vous portez haut les couleurs de Wittenheim... »

 Cela valait bien une contribution de la ville qui a financé le nouvel équipement à hauteur de 20 000EUR.

Après un couper de ruban festif, des démonstrations impressionnantes et viriles des judokas du JCW ont épaté les convives et mis à l'épreuve leur nouveau tapis.

 

© Dna, Vendredi le 14 Juin 2013
Wittenheim  Equipements sportifs
Wittenheim Un terrain de foot pour... 700 000 EUR

 Le maire et ses adjoints se musclent... pour les futures joutes électorales ?

Un samedi matin ensoleillé, propice à une visite des équipements réalisés ou en chantier sur le complexe Pierre de Coubertin, les élus se sont mis à l'heure du sport.

« Ma petite entreprise ne connaît pas la crise... » chantait Alain Bashung, visiblement, il en va de même à Wittenheim où Bashung aurait pu compléter : le foot ne connaît pas la crise. D'ici la fin de l'été, un nouveau terrain de foot synthétique sera mis à la disposition des accros du de la balle au pied de l'USW et de l'ASTR, soit près de 400 licenciés. Adjointe aux sports, Anne-Catherine Lutolf précise que ce terrain, 100m sur 60m servira également aux écoles et collèges de la ville.

Quant au coût de l'équipement, on en est à la coquette somme de 700 000EUR (dont une aide de 350 000EUR du Conseil Général et 15 000EUR de la Ligue d'Alsace de football) Cette structure permettra de pratiquer le foot par tout temps, a-t-il été souligné. Après le terrain de foot, une salle de musculation équipée d'une quinzaine d'engins a elle aussi été inaugurée. L'adjointe aux sports et le maire Antoine Homé s'en félicitent et indiquent que cette salle de musculation est avant tout destinée aux associations sportives de la ville, quant à son coût, il est de 6000EUR.

09:53 Publié dans A Wittenheim, En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |