Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 09 juin 2009

Elections européennes : un cap difficile à passer et une note d’espoir à Wittenheim.

Les résultats des élections européennes sont tombés. L’UMP obtient un score bon au plan national et régional. Le Parti Socialiste, lui, subit un revers avec seulement 16.48% des voix au plan national et il est talonné par Europe Ecologie. Sur le Grand Est, la liste menée par Catherine Trautmann réalise un score légèrement supérieur au résultat national avec 17.24%. En Alsace, le score est de 14.64% en moyenne sur les deux départements et 12.76% en particulier dans le Haut-Rhin.

Les Socialistes ne peuvent bien entendu pas se satisfaire d’un tel score. Beaucoup de choses sont à revoir dans le fonctionnement de notre parti, mais une nouvelle révolution de palais ou la recherche de bouc émissaire serait aussi une grave erreur.

Depuis trop longtemps, le PS ne s’affirme pas comme un parti de Gauche décomplexé : il est temps de nous assumer, il est temps pour le PS de brandir haut et fort notre bannière et nos convictions. Dans cette campagne, le PS a aussi manqué de clarté, alors qu’il avait des atouts, notamment avec le Manifesto commun aux 27 partis socialistes et sociaux-démocrates européens. Le PS aurait certainement dû axer sa campagne sur une ligne plus européenne… mais, plutôt que de critiquer le parti qui n’a pas besoin de cela aujourd’hui, il faut chercher les causes de cet échec et repartir de l’avant.

Je note malgré tout avec satisfaction que le Parti Socialiste résiste beaucoup mieux à Wittenheim avec un score de près de 21%. Plus de 4 points de plus que le score national, 6% de plus que le score alsacien et 8% de plus que le score départemental. Avec une vague favorable, le PS aurait été en tête à Wittenheim.

Je voudrais aussi, pour conclure, saluer Catherine Trautmann, car si le PS a subit un revers, notre tête de liste a, pour sa part, fait une très belle campagne et malgré un contexte difficile, elle ne s’est jamais découragée. Je lui souhaite, ainsi qu’à Liêm Hoang-Ngoc, bonne réussite pour ce mandat très important à Strasbourg.

17:07 Publié dans Au PS | Lien permanent | Tags : wittenheim, ps, européennes, trautmann | |  Facebook | |

mercredi, 03 juin 2009

Elections européennes : lettre de Martine Aubry

A quelques jours du vote pour les élections européennes, Martine Aubry adresse un message de mobilisation.

7 jours pour convaincre

20:37 Publié dans Au PS | Lien permanent | Tags : européennes, trautmann, élection, aubry | |  Facebook | |

jeudi, 21 mai 2009

L'Alsace : Meeting de Catherine Trautmann à Mulhouse

Européennes « Nicolas Sarkozy confisque la campagne »

 

Pierre Freyburger, Patricia Schillinger, Catherine Trautmann et Jacques Bigot, mardi soir à la SIM. Photo L’Alsace

Tête de liste socialiste pour le Grand Est, Catherine Trautmann était en meeting mardi soir à la SIM. Cible de prédilection : le président de la République.

Une grande famille réunie : voilà l’image que les socialistes alsaciens se sont évertués à donner d’eux-mêmes, mardi soir, à la Société industrielle de Mulhouse (SIM), en présence de quelque 200 personnes. L’occasion était toute trouvée : le scrutin européen du 7 juin prochain et la venue de sa tête de liste dans le Grand Est, Catherine Trautmann.Parmi les présents, citons Pierre Freyburger, chef de file de l’opposition socialiste de Mulhouse, Jo Spiegel, maire de Kingersheim et président de la Communauté d’Agglomération de Mulhouse-Sud Alsace (Camsa), Patricia Schillinger, sénatrice du Haut-Rhin, mais aussi le Bas-rhinois Jacques Bigot, maire d’Illkirch-Graffenstaden et président de la Communauté urbaine de Strasbourg (CUS).Voilà qui a donné lieu à d’émouvantes déclarations d’amitié et à de jolies photos… Mais même dans les grandes familles, on connaît des moments de doute. À trois petites semaines du scrutin, le PS redoute pêle-mêle le futur score de l’UMP, les concurrences additionnées des Verts et du Modem… Et l’abstention. La faute au « désenchantement » des électeurs frappés par la crise économique, souligne d’emblée Pierre Freyburger.

« Écouter la colère sociale »

« La priorité, c’est la mobilisation. Il reste peu de temps ! Face à l’UMP, le seul vote utile et efficace, c’est le vote socialiste. Les autres, ce sont des dispersions de voix », complète le maire de Wittenheim Antoine Homé. « Oui, nous devons écouter la colère sociale ! résume Catherine Trautmann. Mais arrêtons de nous laisser démoraliser - et arrêtons aussi de laisser Nicolas Sarkozy confisquer la campagne ! S’il a obtenu quelques résultats lors de la présidence française de l’Union, il les doit aussi à Angela Merkel, Gordon Brown et quelques autres… » Voilà une entrée en matière plutôt hexagonale, mais c’est que tout est lié dans l’esprit de l’oratrice : « Nicolas Sarkozy pratique une politique que l’Europe ne lui demande pas. Il aime les Français démoralisés, sidérés par sa prestidigitation. C’est tellement plus facile de manipuler les gens dans ces conditions. » Conclusion : « Il vaut mieux être à gauche et reconnaître qu’on n’a pas toujours été bon, qu’à droite et pratiquer une politique de casse sociale. Eux veulent se faire élire pour ne rien changer. Nous, nous voulons changer l’Europe. »


Emmanuel Delahaye

10:50 Publié dans Au PS | Lien permanent | Tags : trautmann, européennes, élection | |  Facebook | |

vendredi, 20 février 2009

DNA : Réunion publique du PS à Munster

Première réunion publique du PS
La crise en débat

 

La section du Parti socialiste de Munster vient d'organiser sa première réunion publique en présence du conseiller régional Antoine Homé et du premier secrétaire du PS 68 Denis Wiesser. La crise était au coeur du débat.

Le parti socialiste a décidé de passer à l'offensive dans la vallée de Munster en lançant une série de réunions-débats publiques. Pour cette première rencontre, Jean-Louis Hoffet et Serge Geisert ont invité Antoine Homé, maire PS de Wittenheim, conseiller régional et président de la fédération des élus socialistes et républicains du Haut-Rhin, qui était accompagné de Denis Wiesser, le premier secrétaire du PS 68.
Dénonçant « la dérive monarchique » de Nicolas Sarkozy qui « veut casser tous les contre-pouvoirs » et « annonce trop vite des choses sans penser aux conséquences », Antoine Homé s'est interrogé sur les capacités du gouvernement à lutter efficacement contre la crise. Il y a opposé les propositions faites par le PS : relance de la consommation par le versement d'une aide immédiate de 500 € aux bénéficiaires de la prime à l'emploi, gel de toutes les suppressions de postes dans la fonction publique, promouvoir la croissance verte...
Sur le plan local, Serge Jaeggy de la CGT a évoqué « la centaine d'emplois perdus » dans la vallée et « certains hôtels qui risquent de mettre la clé sous la porte ». Sylvie Buhl a, quant à elle, relevé une progression de 15 à 20 % de la fréquentation des Restos du coeur avec un vestiaire « qui ne désemplit pas ». Les différents intervenants ont aussi regretté « le manque de synergie » entre les différents acteurs concernés par l'action touristique, tout en s'interrogeant sur l'intérêt et la viabilité de la Maison du munster.


09:15 Publié dans Au PS | Lien permanent | |  Facebook | |