Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 07 juin 2012

Revue de presse du 21 mai au 7 juin 2012

 

 

© L'alsace, Jeudi le 07 Juin 2012

Législatives Les cinq engagements d'Antoine Homé

 

Antoine Homé et son suppléant Jean-Luc Barberon. Photo Jean-Marie Schreiber

 

4e circonscription Les cinq engagements d'Antoine Homé

Antoine Homé, candidat du PS et d'Europe Écologie - Les Verts, dans la 4e circonscription, a présenté, hier, ses cinq engagements s'il est élu député et a insisté sur le vote utile.

Paraphrasant le président de la République, François Hollande, Antoine Homé, candidat du PS et d'Europe Écologie - Les Verts, dans la 4e circonscription, a présenté, hier, ses cinq engagements s'il est élu député.

1. « Moi député, je serai actif : je siégerai à l'Assemblée nationale et je serai présent aux commissions plus que Michel Sordi (le candidat sortant UMP) qui écrit lui-même dans son tract de campagne n'avoir posé que trois questions orales au gouvernement en cinq ans. »

2. « Moi député, je serai cohérent : je voterai le plan de recrutement pluriannuel des personnels de l'Éducation nationale, la suppression de la hausse de la TVA et de la taxe sur les mutuelles et je me battrai pour obtenir la sortie des 44 000 tonnes de déchets de Stocamine. »

« Je redonnerai confiance à la jeunesse, donc à des parents et des grands-parents »

3. « Moi député, je serai efficace pour soutenir l'économie et l'emploi par la relance de la croissance qui passera par les PME et les artisans, qui ont été les victimes de la suppression de la taxe professionnelle. Je redonnerai confiance à la jeunesse, donc à des parents et des grands-parents en votant la création de 500 000 contrats de génération et de 150 000 contrats d'avenir. »

4. « Moi député, je serai proche des citoyens en étant au contact et à l'écoute de la population de ma circonscription. Cela suffit les mensonges autour de mon parachutage alors que je suis président du syndicat de l'eau du Bassin potassique, représentant de la Région au conseil d'administration de l'Écomusée, du lycée de Pulversheim, des syndicats mixtes Pays Thur et Doller et Rhin-Vignoble- Grand Ballon ».

5. « Moi député, je serai exemplaire et je renoncerai à 30 % de mes indemnités que je reverserai à des associations du territoire ce qui représente 1500 EUR par mois ; 18 000 EUR par an et 90 000 EUR sur 5 ans. Je voterai aussi la loi sur le non-cumul des mandats que je m'appliquerai à moi-même. »

« L'importance du vote utile »

C'était, hier matin, à Bollwiller, dans son local de campagne, en présence de son suppléant : Jean-Luc Barberon, le maire de Guewenheim et vice-président de la communauté de communes de la vallée de la Doller et du vallon de Soultzbach.

Antoine Homé a également insisté sur « l'importance du vote utile lors du premier tour des élections législatives afin de donner une majorité au président François Hollande. La cohabitation serait une erreur pour le pays. D'ailleurs la majorité des citoyens que j'ai rencontrée sur les marchés, en faisant du porte-à-porte ou lors des meetings n'en veulent pas ».

«J'appelle à la mobilisation et au rassemblement»

Et d'ajouter : « Je suis le seul candidat de la majorité présidentielle et j'appelle à la mobilisation et au rassemblement. Si je suis élu député, je serai entendu par le président de la République et le gouvernement car je les connais ».

Antoine Homé a illustré son propos avec deux exemples : la reconversion de la centrale nucléaire de Fessenheim et la RN 66 pour laquelle il se prononce en faveur de la régulation du trafic des poids lourds et la mise en place de déviations concrètes.

Stéphanie Freedman RENDEZ-VOUS Dimanche 10 juin, Antoine Homé convie tous les militants et sympathisants le soutenant à suivre la soirée électorale au local de campagne de Bollwiller (12, rue de la Gare), où aura lieu la centralisation des résultats de tous les bureaux de vote de la circonscription.


 

 

© Dna, Mercredi le 06 Juin 2012 / Mulhouse 
 

 

législatives
Les candidats en campagne

 

4e circonscription Antoine Homé

Les élus PS de Wittelsheim Antoine Homé, Marie-Jeanne Taureau, Pierre Richert et Nicole Joste, membres du groupe socialiste Solidarité et Avenir au conseil municipal de Wittelsheim, tiennent à préciser « qu'ils soutiennent sans réserve Antoine Homé, candidat PS-EELV dans la 4e circonscription du Haut-Rhin. Suite à une erreur technique, le document de campagne distribué actuellement dans les boîtes aux lettres de la circonscription ne mentionne pas leurs noms. Mais ils se sont engagés pleinement dans la campagne en participant à toutes les actions d'Antoine Homé (réunion publique, distribution de documents, porte-à-porte, tractage...).»

© Dna, Mardi le 05 Juin 2012 /

PS/EELV Réunion publique à Masevaux
«Bougerles lignes»

 

Antoine Homé (au centre) s'engagé à assumer ses décisions sur le terrain.
Candidat du Parti Socialiste et d'Europe Écologie/Les Verts, Antoine Homé, au fil des réunions publiques, l'assure : « Les lignes sont en train de bouger ».

En réunion publique à Masevaux avec son suppléant le maire de Guewenheim Jean-Luc Barberon, Antoine Homé s'est posé comme « le candidat du redressement moral, fiscal et judiciaire ». Pour Antoine Homé, « un grand espoir est né » suite à l'élection présidentielle, « un grand changement qui doit se concrétiser lors des législatives pour permettre la mise en oeuvre des projets grâce à des députés utiles et efficaces issus de la majorité présidentielle ». Le candidat PS/EELV ne cache pas son ambition de faire basculer la circonscription à gauche.

Dans cette campagne, le maire de Wittenheim se revendique comme un élu de terrain, adepte du dialogue et du compromis, comme un député qui « assumera ses votes sur le terrain ». Et d'avertir : « Il ne faut pas confondre, ce sont les législatives qui se jouent aujourd'hui, pas les municipales, le bilan que je veux confronter à mes projets c'est celui du député pas du maire ». Un bilan qui ne suscite évidemment pas l'admiration du candidat : « En tant que député, Michel Sordi est comptable de ses décisions, celles qui ont endommagé les services publics, les hôpitaux, les tribunaux, les casernes et surtout les écoles, tranche Antoine Homé, de la même façon que sur le dossier Stocamine, il y a eu trop d'inertie au cours des dix dernières années ».

Transports, nucléaire...

Concernant la R.N. 66, Antoine Homé promet de se battre pour mobiliser les crédits nécessaires aux contournements de Willer/Bitschwiller. Il s'engage à mettre en pratique une régulation du trafic des poids-lourds en détournant le transit national et international vers le tunnel de Sainte-Marie-aux-Mines et en étudiant les projets destinés à soulager la circulation sur Thann et Moosch. Concernant la protection de la nappe phréatique : « Il n'est pas question de laisser polluer cette ressource unique en Europe, s'indigne le candidat, il faut déstocker tous les déchets de Stocamine ».

Sur le nucléaire, il se veut pragmatique : « Il y a deux positions qui ne sont pas tenables : fermer les centrales tout de suite ou ne rien changer... Objectif : passer à 50 % d'énergie nucléaire en 2025 ». Pour Fessenheim, il se veut consensuel : « L'outil a fait son temps, le site présente des risques sismiques. Sa reconversion passerait par une conservation de l'outil à travers sa transformation en centre expérimental de démantèlement des centrales. Une reconversion tournée vers des solutions et des métiers d'avenir qui permettrait le maintien des emplois et des dotations ».

Pêle-mêle, Antoine Homé, reprenant dans les grandes lignes les projets portés lors de la campagne présidentielle par François Hollande, est revenu sur l'emploi, la fiscalité, le pouvoir d'achat, les retraites et l'enseignement

© L'alsace, Dimanche le 03 Juin 2012

Wittelsheim Destocamine : 350 manifestants dans la rue hier

 

Plus de 350 personnes ont manifesté, hier en milieu d'après-midi, au pied du château d'eau, rue de Reiningue à Wittelsheim. Photo A.V.

 
Le collectif Destocamine, qui réclame le destockage des 44 000 tonnes de déchets toxiques enfouis au fond de la mine Joseph-Else par l'entreprise Stocamine, a organisé une grande manifestation, hieren milieu de journée,à Wittelsheim.

Une semaine avant les législatives, le collectif Destocamine, avec l'Union départementale CFTC 68, soutien syndical des mineurs de la Potasse, organisait hier après-midi une manifestation pour réclamer le retrait des déchets enfouis au fond de la mine. Plus de 350 personnes se sont retrouvées devant le Château d'eau, rue de Reiningue à Wittelsheim. Les manifestants, encadrés par la gendarmerie, se sont ensuite rendus en cortège, à pied, pour défiler dans les rues du Château d'eau, de Mulhouse et Mermoz avant un retour par la rue de Reiningue.

Étienne Chamik, ancien mineur de potasse, et Jean-Marie Dubel, membre du syndicat mineurs CFTC, portes-parole du collectif Destocamine, ont pris la parole : « Le déstockage est urgent, la nappe phréatique est en danger. Aujourd'hui, syndicats de mineurs et associations se regroupent au sein du collectif Destocamine pour informer, mais aussi coordonner un combat qui sera gagné avec le soutien de la population du Bassin potassique, d'Alsace et du bassin rhénan... Ne pas sortir ces déchets serait criminel pour l'avenir. Les puits remblayés ne sont pas étanches, le resserrement des galeries est plus rapide que prévu. Il existe un risque avéré de pollution de la nappe phréatique suite à l'ennoyage de la mine et à la remontée de la saumure polluée. Pourquoi avoir attendu aussi longtemps ? Nous craignons que d'autres produits, dont de l'amiante, se mélangent. Ils seront noyés, ressortiront par les puits non étanches et pollueront la nappe phréatique d'Alsace. »

Rassemblés au pied de ce château d'eau, de nombreux élus étaient présents, notamment Michel Sordi, député-maire, Jean-Paul Omeyer, conseiller général, l'ancien sénateur Jacques Muller, maire Vert de Wattwiller, Denis Riesemann, maire de Wittelsheim, Antoine Waechter et le conseiller régional Antoine Homé.


© L'alsace, Dimanche le 03 Juin 2012

Vallée de la Doller Les candidatsaux législatives sur Télé Doller

 

Les candidats, sur le plateau de Télé Doller, lors de l'enregistrement de l'émission. D.R.

 

Depuis le 1er et jusqu'au 8 juin, Télé Doller propose à ses téléspectateurs une émission spéciale « élections législatives ».

Les sept candidats aux élections législatives dans la 4e circonscription (Masevaux, Thann, Cernay, Saint-Amarin, Soultz et Ensisheim) y présentent leur programme, leurs idées et de leurs stratégies de campagne et ils répondent à la question qui fâche !

Sur le plateau : Xavier Elbel, de Solidarité progrès ; Claude Holler, Les Alternatifs ; Antoine Homé, du PS-EELV ; Nadia Peter Lantz, du Front de gauche, et Michel Sordi, de l'UMP. En aparté : Raoul Biondi, du FN et Aimé Sense, de Lutte ouvrière.

L'émission est également à découvrir sur internet sur le site www.tele-doller.com ainsi que sur facebook, page Télé Doller, et sur le site web Dailymotion.


© L'alsace, Mercredi le 30 Mai 2012 

 

Wittenheim Sivu SAEP BP/Hardt :un avenant au contrat de concession

 

 

La dernière réunion publique du syndicat des communes du Bassin potassique alimentées en eau potable par les puits de la Hardt s'est exceptionnellement tenue à la mairie de Wittelsheim. Elle avait essentiellement pour objet la présentation de l'avenant n° 5 du contrat de concession liant le syndicat et la Lyonnaise des eaux France. Par ce contrat, qui a été acté le 9 février 1989 pour une durée de trente ans, le Sivu a concédé la construction et l'exploitation de tous les ouvrages nécessaires à l'alimentation en eau potable des communes de Richwiller, Wittelsheim, Wittenheim, Kingersheim et Ruelisheim. Jusqu'à ce jour, il a déjà fait l'objet de quatre avenants essentiellement intervenus pour améliorer la qualité de l'eau distribuée.

« Un accord de qualité »

L'objet de ce cinquième avenant est tout différent. L'arrêt du Conseil d'État du 8 avril 2009, arrêt Olivet, a jugé que les contrats conclus avant la loi Barnier du 2 février 1995 pour une durée supérieure à vingt ans ne pourraient être exécutés au-delà du 3 février 2015, sauf justifications soumises à l'examen du directeur départemental des finances publiques. Dès 2009, des négociations ont été engagées entre le Sivu et le concessionnaire, pour faire évoluer le contrat de concession afin qu'il puisse être mené jusqu'à son terme en 2018. D'où cet avenant n° 5.

Le président Antoine Homé a présenté le contenu de cet avenant au comité syndical en présence de M. Augereau, ingénieur de la Lyonnaise des eaux. « Des avancées significatives, tant sur le plan financier et de la gestion du contrat que sur le plan technique ont été obtenues. Il s'agit d'un accord de qualité. » M. Augereau s'est pour sa part félicité de « cette orientation heureuse. Nous convenons d'une vraie gouvernance partagée ». L'avenant sera définitivement approuvé s'il obtient l'avis favorable de la Direction départementale des finances publiques.

Autres points

Le comité a décidé de prolonger la convention provisoire de fourniture d'eau en gros au profit des communautés des communes de Cernay et environs et du Pays de Thann jusqu'au 31 décembre 2012.

Le Sivu a approuvé la reconduction du partenariat avec la mission eau, créée sous la maîtrise d'ouvrage de la Ville de Mulhouse, pour une nouvelle période de trois ans, à compter du 1er juin. La participation financière du Sivu sera de 4335 EUR par an.

Laurent Schneider


© L'alsace, Mardi le 29 Mai 2012

Déchets toxiques Destocamine appelle à manifester le 2 juin

 

Des membres du collectif Destocamine, dont Jacques Muller, maire de Wattwiller, lors de la manifestation devant la sous-préfecture de Thann, au mois de février. Archives E.M.

 
Le collectif Destocamine, qui militepour le retraitde 44 000 tonnesde déchets toxiques enfouis à Wittelsheim, lance un appelà manifestersamedi 2 juin.

« Maintenant que l'élection présidentielle est passée, nous voulons relancer le dossier concernant le déstockage des 44 000 tonnes de déchets hautement toxiques enfouis à Wittelsheim. Il est désormais impératif que les choses avancent. Nous invitons donc l'ensemble de la population du Bassin potassique ainsi que les élus du territoire concerné à manifester samedi 2 juin, pour exiger le déstockage des déchets », indique Yann Flory, porte-parole du collectif Destocamine.

Le rassemblement, prévu à 15 h devant le château d'eau de Wittelsheim, sera suivi d'un rassemblement festif.

Josiane Kieffer, représentante de la CLCV (Consommation, logement, cadre de vie), rappelle que le risque de pollution de la nappe phréatique est avéré par des experts « à un horizon défini, de l'ordre de 150 à 300 ans ».

« Les terrains travaillent et commencentà se refermer »

La revendication du collectif est soutenue par plusieurs élus dont Antoine Homé, maire de Wittenheim, Jacques Muller, maire de Wattwiller, Denis Riesemann, premier magistrat de Wittelsheim et Michel Sordi, député-maire de Cernay. Le Conseil régional d'Alsace, présidé par Philippe Richert, a également « voté une motion qui demande la remontée des déchets ! Idem au conseil général. Toutes les communes du Bassin potassique ont été sollicitées : Staffelfelden, Wittelsheim, Bollwiller et Feldkirch ont également voté une motion au sein de leur conseil municipal. Silence radio pour les autres », note Michel Eidenschenck, secrétaire général du syndicat CGT des mineurs de potasse.

« Il est urgent de s'y mettre car les terrains travaillent et commencent à se refermer. Plus on attendra, plus l'extraction des déchets sera difficile. Nous regrettons que le précédent gouvernement ne se soit pas prononcé... Et comptons sur le nouveau pour y remédier », poursuit Yann Flory en ajoutant : « Nous demandons à tous ceux qui se sont déjà exprimés de renouveler leur positionnement. Depuis 2002 -en septembre cela fera donc dix ans-, le coût d'entretien du stockage aura coûté près de 50 millions d'euros. Le déstockage a, lui, été évalué à 100 millions d'euros. En dix ans, donc, nous avons perdu 50 millions d'euros qui auraient pu être investis au lieu d'être perdus ! » Courroucé par l'arrêté préfectoral concernant la recomposition de la Clis (Commission locale d'information et de surveillance), qui autorise cinq représentants seulement pour le collège des associations au lieu de sept pour les autres, le porte-parole de Destocamine annonce « qu'un recours gracieux a été effectué, sans réponse à ce jour. » Agaçante l'était aussi « l'incompréhensible lettre » que l'ancienne ministre de l'Écologie -Nathalie Koziusco-Morizet- a adressée au collectif. Un courrier a été envoyé au nouveau ministre en fonction à ce poste, Nicole Bricq, « la semaine dernière ».

«Sortir 75% des déchets dans un premier temps»

« Nous proposons donc, dans un premier temps, de sortir 75 % des déchets. L'extraction de ceux-ci ne représentant pas trop de problèmes techniques. Suivra le mode opératoire devant être établi pour déstocker les 25% restants », poursuit Yann Flory. Enfin, il rappelle que, lors de la manifestation du mois de février devant la sous-préfecture de Thann, Anne Laparre-Lacassagne, sous-préfète, a informé le collectif de « l'obligation, pour l'entreprise Stocamine, de produire trois scénarios : sortie partielle, sortie totale, enfouissement total. Mais sans fixer à l'entreprise de limite de date ! »

Enfin, le collectif informe qu'une démarche auprès de la Commission européenne des pétitions a été lancée. Son représentant s'engage « à suivre ce dossier de très près ». De plus, Destocamine vient également de déposer plainte contre l'État français, dans le cas où celui-ci ne respecterait pas la directive sur la protection de l'eau imposée par la Commission européenne environnement, s'il était décidé du stockage définitif des déchets. La Sogest, sollicitée elle aussi « et qui devrait quand même s'inquiéter de la qualité du produit qu'elle gère, l'eau en l'occurrence, nous a déboutés. »

« À noter que ce dossier est d'un intérêt international car toute la nappe phréatique du Rhin est concernée », rappelle Josiane Kieffer. Et de conclure : « Une association allemande vient encore de nous rejoindre... »

Elisa Meyer Y ALLER Rendez-vous samedi 2 juin, à 15 h, devant le château d'eau (route de Reiningue), à Wittelsheim. Le circuit s'étalera sur un parcours d'environ 3 km. CONTACT www.destocamine.fr ou 03.89.57.72.54


 

© L'alsace, Samedi le 26 Mai 2012

Pulversheim Homé dénonce la « politique partisane » de Richert

 

Antoine Homé, candidat PS-EELV aux élections législatives dans la 4e circonscription du Haut-Rhin, réagit dans un communiqué à un article paru dans nos colonnes le jeudi 24 mai.

« C'est avec étonnement et consternation que j'ai découvert dans un article de votre quotidien que Philippe Richert, président du conseil régional d'Alsace, a organisé un déplacement en compagnie d'élus UMP dont M. Sordi, député sortant et candidat de l'UMP aux législatives, au lycée des métiers de Pulversheim en omettant intentionnellement de m'y inviter. Or, en ma qualité de conseiller régional, j'ai été désigné pour représenter la Région au sein de cet établissement et je m'investis pleinement dans cette tâche. Alors que cela fait plusieurs années que je demande au président du conseil régional que l'avenir de cet établissement soit assuré, sans obtenir de réponse claire de sa part, voilà comme par hasard qu'il fait des annonces à deux semaines du premier tour des élections législatives ! De telles pratiques qui visent à favoriser un candidat UMP à des fins purement partisanes ne sont pas acceptables.

Je déplore que les discours de rassemblement prononcés depuis des mois par le président Richert au sujet du Conseil unique d'Alsace ne dépassent pas l'enceinte du conseil régional et que, sur le terrain, ce soit la politique partisane qui soit, de f ait, pratiquée. »


 

 

 

© L'alsace, Vendredi le 25 Mai 2012

Wittelsheim Le dynamisme et les multiples activités de Kalivie

 

La formidable équipe de bénévoles de Kalivie, qui assure son fonctionnement et les nombreuses activités proposées au public. Photos GB

 

Un partenariat très actif entre l'association, la ville de Wittelsheim, les MDPA, la M2A, Thémis, la Nef des Sciences, l'Éducation nationale, les offices de tourisme... et tous les groupes qui s'associent à la sauvegarde du patrimoine minier, permet à Kalivie de présenter un riche programme d'animations.

Forte de près de 500 adhérents dont une trentaine de bénévoles sur la brèche tous les jours, Kalivie est une association qui a le vent en poupe. Entre l'entretien des installations tous les mercredis matin, souvent entrecoupés par des visiteurs avides de découvrir ce patrimoine industriel et la formidable histoire des mineurs de potasse, l'association accueille toute l'année des milliers d'écoliers, de collégiens, de lycéens et d'universitaires venant de France, mais aussi d'Outremer et de l'étranger.

Kalivie, c'est aussi de nombreuses expositions régionales, nationales et, dernière en date, sa participation à la Foire internationale de Mulhouse dans le cadre des trésors d'ici et de son spectacle son et lumière en 3D sur le patrimoine de Haute Alsace.

Comptons également son implication dans l'aventure citoyenne, ses portes ouvertes lors de la Journée du patrimoine industriel en juillet, sa collaboration avec le Parc de Wesserling, son grand marché aux puces du 15 août, sa participation aux Journées nationales du patrimoine en septembre, à la fête de la Science, l'organisation de la Sainte-Barbe des mineurs et des pompiers, la traditionnelle fête de Noël des bénévoles, les échanges avec les mineurs polonais, allemands et le Berry.

Plus de 7200 heuresde bénévolat

Sans compter plus de 7200h cumulées de présence sur le site pour entretenir les bâtiments, la salle des pendus, le musée minéralogique, le jardin géologique et les différents aménagements réalisés en interne. Une activité débordante !

Dernièrement, lors de l'assemblée générale qui s'est déroulée sur le site de Joseph Else en présence de nombreux élus et de plus de cent membres, le président Roland Ringenbach a eu l'occasion d'énumérer et de commenter toutes ces activités, appelant les jeunes mineurs à rejoindre Kalivie pour pérenniser l'aventure. Il en a profité pour remercier la ville de Wittelsheim d'avoir accepté le transfert de bâtiments par les MDPA, tous les partenaires et les collectivités pour leur soutien, mais surtout la formidable équipe de bénévoles sans qui rien ne serait possible. Tous les points à l'ordre du jour de cette assemblée générale ont été adoptés à l'unanimité, sans remarques particulières.

Denis Riesemann, Pierre Vogt et Antoine Homé n'ont pas manqué de féliciter Kalivie pour son dynamisme et son engagement pour la sauvegarde de ce patrimoine minier qui a fait la richesse de toute une région pendant près d'un siècle. Ils se sont dit impressionnés par l'investissement des bénévoles et la richesse des activités. Le traditionnel film de René Hitter a rappelé bien des souvenirs à l'assistance, avant le verre de l'amitié qui a clôturé la réunion


 

 

 

© L'alsace, Lundi le 21 Mai 2012

Aménagements Moosch : promenade dominicale inaugurale

 

Le couper de ruban au presbytère, un exercice auquel Philippe Richert a initié le maire de Moosch. Photos G.M.

 
Dimanche matin,place des fêtes,le maire de Mooschavait convié les élusdu conseil régional, du conseil général,de l'État et de la vallée, ses partenaires aussi,à une « promenade inaugurale » entre les réalisations 2011de la commune.

Dimanche matin, José Schruoffeneger, le maire de Moosch, a commencé par énumérer les diverses étapes de la visite avant la partie discours officielle à la salle Coutouly. Première station : découverte d'une nouvelle plaque de rue bilingue, la rue des Écoles devenue Mooschgassla. Une occasion de rendre hommage au bilinguisme.

Puis visite de la place du Morvan entièrement refaite en grande partie avec les anciens pavés nettoyés. Une place qui sert maintenant de passage sécurisé pour les enfants de ces écoles également rénovées. Elle donne aussi accès à la nouvelle bibliothèque et ses 4000 ouvrages. L'occasion pour le maire de « remercier les fonctionnaires de la médiathèque départementale dont l'accompagnement a été exemplaire ».

Nouvelle station, nouveau panneau bilingue découvert, le « Frendschaftstressla », la ruelle de l'Amitié « baptisée ainsi, selon le maire, par ses habitants qui, chaque veille de Noël, s'y retrouvent ensemble avec lui pour le café et le vin chaud ».

Le gros de la visite s'est passé au presbytère, « le projet du mandat, un million d'euros » selon le maire. Le ruban inaugural a été coupé devant le bâtiment autrefois tristounet mais superbement réhabilité pour accueillir le périscolaire, des bureaux pour le culte et trois logements. Hommage a été rendu à l'architecte, Josiane Trible, pour son travail intelligent et... La vue superbe sur la colline de la Vierge qu'offre la terrasse. La visite au périscolaire a été l'occasion pour sa responsable, Sabine Hoffmann, de remettre au maire, au nom de son équipe, un bouquet confectionné par les enfants.

Dernière étape, la salle Coutouly, revue selon les nouvelles normes d'accessibilité et d'isolation, tout comme d'ailleurs la bibliothèque et le presbytère. Le maire José Schruoffeneger y a salué ses illustres visiteurs dont nombre ont été pourvoyeurs de subventions. Il a insisté sur la gestion « en bons grands-pères de famille qui économise d'abord et dépense après. » Il a indiqué que la dette par habitant est basse, 280 euros, « due essentiellement aux 500 000 euros empruntés pour la réfection du presbytère ».

Il a rappelé l'esprit de conservation du patrimoine et dans l'intérêt des familles qui a prévalu pour les travaux, la pression parfois exercée pour soutirer certaines subventions...

Le président de la communauté de communes, François Tacquard, a rappelé les problèmes économiques de la vallée. Il a relevé l'importante politique familiale communautaire « afin que les ménages vivent ». Le périscolaire est ainsi financé pour 1/3 par les familles, 1/3 par la CAF et 1/3 par la com com.

Au nom du conseil général, Rémy With s'est dit heureux de voir Moosch respecter ainsi son patrimoine, « grâce aux aides, aussi ». Il a rappelé l'âpreté du maire à défendre les intérêts de la commune, « Moosch fait honneur à notre Alsace ».

Le président du conseil régional, Philippe Richert, a estimé que « ce matin, tout est grandiose, le soleil, les fleurs, le respect du patrimoine, la gestion, l'intelligence des aménagements, de la rentabilisation des matériaux, la recherche de durabilité et l'adaptation aux besoins du moment ». Pour lui « Moosch est une belle cité, riche d'un héritage et de promesses d'avenir. »

Les invités

Étaient présents hier matin pour cette visite : Philippe Richert, président du conseil régional, le député Michel Sordi, Rémy With, vice-président du conseil général qui remplaçait son président et les conseillers généraux Weber et Habib, les conseillers régionaux Antoine Homé et Jean-Paul Omeyer, le président de la com com François Tacquard et son vice président Martin Waeckel, des élus de Moosch et de la vallée, ainsi que les forces vives et partenaires habituels.


 

 

© Dna, Mardi le 22 Mai 2012 / Thann

Moosch Promenade inaugurale
Ou comment savoir faire sans trop s'endetter

 

 

Et le clou de la matinée, le presbytère rénové.

 

La municipalité de Moosch organisait dimanche matin une promenade inaugurale pour les élus, les habitants et tous ceux qui ont contribué à faire « de grandes choses » dans la commune, sans pour autant « l'endetter pour l'éternité »...

 

Le maire de Moosch n'était pas peu fier en ce dimanche préélectoral de réunir dans sa petite commune autant de personnalités : l'ancien ministre et président de Région, Philippe Richert avec son vice-président Jean-Paul Omeyer, le premier vice-président du conseil général Rémy With, le député-candidat (UMP) Michel Sordi, le conseiller régional-candidat (PS-EELV) aux législatives Antoine Homé, le président de la com com de St-Amarin, François Tacquard, son vice-président, Martin Waeckel... et beaucoup de villageois concernés par ces travaux qui allaient être mis en valeur.

 

L'humeur était joyeuse pour cette promenade inaugurale ; et les piques et autres boutades électorales, plutôt bon enfant...

« À Moosch, nous sommes de bons élèves, nous gérons en bon grand-père de famille »

Mais le premier à ne pas hésiter à être incisif, fut le maire lui-même : « Je souhaitais revêtir cette matinée d'une certaine vertu pédagogique et rappeler à ceux qui rêvent de nous faire disparaître, que de petites municipalités savent faire de grandes choses sans endetter leur commune pour l'éternité. Ce discours sur l'endettement des collectivités, je le vis mal... À Moosch, nous sommes de bons élèves, nous gérons en bon grand-père de famille. On économise d'abord, on demande de l'aide et on dépense après. La dette par habitant s'élève chez nous à 280 EUR, constituée essentiellement du seul emprunt effectué depuis 2001, 500 000 EUR qui correspondent à la moitié du coût du presbytère... »

 

Et José Schruoffeneger de se dire fier de montrer ce qui a été réalisé et de rappeler que l'année 2011 a été marquée par un pic d'investissements :

 

Toilettage du pont de la Thur jusqu'à la place du Morvan (régiment qui a libéré le village en 1944) ; ravalement des façades de l'école (côté rue) ; cheminement piétonnier sécurisé du plateau sportif à l'entrée de l'école élémentaire ; enrobés entre les deux ponts ; élargissement du trottoir au niveau du canal pour les poussettes notamment ; installation d'un panneau "sens prioritaire" pour faire ralentir les automobilistes ; aménagement du parvis de l'école devant l'ancienne mairie pour en faire un bel espace fleuri en été...

Un choix mûrement réfléchi

Sans oublier évidemment « la rénovation du presbytère qui n'a pas été un caprice de maire, a assuré José Schruoffeneger, mais un choix mûrement réfléchi, un choix difficile compte tenu de l'estimation des dépenses. Mais depuis la retraite de notre prêtre, la détérioration devenait visible à l'oeil nu : vandalisme, infiltrations, mérules et autres champignons... L'éventualité d'une démolition de cette maison de maître du 19e siècle m'est vite apparue insupportable ».

 

Une petite structure périscolaire a été créée dès 2001 dans le sous-sol de la chapelle de la Résidence Jungck... Voilà la genèse de cette opération... »

 

Trois ans après, depuis le 3 octobre, le périscolaire s'est installé au rez-de-chaussée de ce bâtiment pour une douzaine d'enfants par jour. La responsable est Sabine Hoffmann, qui tenait à mettre à l'honneur toute son équipe qui s'implique réellement dans ce projet, ce qui se remarque par « l'augmentation de la fréquentation du périscolaire », comme l'a souligné Martin Waeckel, vice-président en charge notamment du service périscolaire à la com com.

En tout 311 733 EUR d'aides pour une dépense de 1,158 M EUR

Une salle est à disposition pour le catéchisme, une autre pour le conseil de fabrique et le prêtre, qui désormais réside à Saint-Amarin... et trois appartements sont loués à de jeunes couples, au premier étage et dans les combles. Les avis ont été unanimement favorables, quant à la rénovation-extension (pour l'accès aux étages) de ce bâtiment par l'architecte Josiane Trible.

 

Enfin, la salle Coutouly où s'est achevée cette promenade inaugurale, répond désormais aux normes d'accessibilité.

 

Le maire a énuméré les participations à tous ces chantiers : la Région, le Département, l'État, la CAF, la com com, la Fondation du Patrimoine... En tout 311 733 EUR d'aides pour une dépense de 1,158 M EUR ; la commune ayant emprunté 500 000 EUR et cassé sa tirelire en engageant 350 000 EUR d'autofinancement.

 

D'autres réalisations mooschoises ont été mises en valeur ce dimanche : les plaques de rues bilingues ont été dévoilées . La rue des écoles, est désormais "Mooschgassla", rebaptisée ainsi après validation par « les anciens du village et les hautes autorités bilingues alsaciennes », pour revenir aux sources des lieux. Et la ruelle de l'Amitié est aussi maintenant la "Frendschaftstressla", un lieu où chaque 24 décembre, se déroule un rendez-vous « émouvant » pour le maire de Moosch, la fête des voisins hivernale, avec vin chaud, café et Bredala...

Bibliothèque pour tous

Les participants à cette marche inaugurale ont également pu pénétrer dans la bibliothèque communale où 4 000 ouvrages sont disponibles pour une cotisation annuelle de 10 EUR par adulte, gratuite pour les enfants. José Schruoffeneger a réussi son pari dimanche, sous le soleil : montrer qu'à Moosch, il fait bon vivre.

16:58 Publié dans Au PS, En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

lundi, 14 mai 2012

Élections législatives 4e circonscription : Cernay / Ensisheim / Masevaux / St-Amarin / Soultz / Thann

© Dna, Samedi le 12 Mai 2012 / Mulhouse

Élections législatives 4e circonscription : Cernay / Ensisheim / Masevaux / St-Amarin / Soultz / Thann
Caractéristiques

 

La nouvelle carte des circonscriptions du Haut-Rhin.
Avec la modification territoriale des circonscriptions haut-rhinoises, le canton de Cernay rejoint les trois autres du secteur Thur-Doller auxquels s'ajoutent Ensisheim et Soultz. Ce qui représente un territoire de près de 130 000 habitants.

Avec la modification de la carte, le Haut-Rhin se découpe désormais en six circonscriptions. Le secteur Thur-Doller est désormais unifié dans la 4e.

Séparations et regroupements

Les cantons de Cernay, d'Ensisheim et de Soultz-Haut-Rhin, appartenant encore à la 7e circonscription lors des dernières législatives en 2007, se séparent de celui de Guebwiller pour rejoindre les cantons de Thann, Saint-Amarin et Masevaux jadis liés, dans la 3e circonscription à ceux d'Altkirch, Dannemarie, Ferrette et Hirsingue.

Population équilibrée

Si le nombre de citoyens dans chaque circonscription semble équilibré, la 4e circonscription, qui compte 129 905 habitants, est le deuxième territoire le plus peuplé après celui de la banlieue mulhousienne (136 577) et juste avant celui de Mulhouse (129 027).

Quant à la population, 41,9 % des habitants sont âgés de 25 à 54 ans et 26 % sont retraités (le plus fort taux après la 2e circonscription -Piémont des Vosges depuis Guebwiller jusqu'à Ribeauvillé- qui en compte 27,9 %).

Les candidats pour l'instant en lice

Les députés sortants des deux anciennes circonscriptions étaient tous deux UMP : Michel Sordi (ancienne 7e circonscription) et Jean-Luc Reitzer (ancienne 3e circonscription).

Les candidats de la nouvelle 4e circonscription pour l'instant en lice sont les suivants : le député-maire de Cernay Michel Sordi pour l'UMP, député sortant ; le maire de Wattwiller Jacques Muller pour Europe Écologie-les Verts ; le maire de Wittenheim et conseiller régional Antoine Homé pour le PS ; et Nadia Peter, assistante dentaire à la retraite de Pfastatt du PCF et candidate pour le Front de gauche, suppléée par Gilbert Jollain.

 

10:55 Publié dans Au PS, En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

Fermeture de classes : une action trop tardive

© Dna, Dimanche le 13 Mai 2012 / Monde

Education/antoine homé réagit La réaction d'Antoine Homé
Fermeture de classes : une action trop tardive

 

En réponse aux déclarations de Michel Sordi concernant les fermetures de classes, Antoine Homé nous prie de publier sa réaction. « Après six ans d'inaction, Monsieur Sordi agit enfin contre les fermetures de classes, à un mois des élections législatives. Alors que 16 classes sont menacées de fermeture dans la 4e circonscription, il est impératif de rappeler que le député sortant a voté avec son groupe UMP la baisse des budgets de l'Education Nationale qui ont entraîné la diminution drastique du nombre d'enseignants, et notamment des RASED. Pour ma part, je me suis mobilisé sur le terrain auprès de nombreuses écoles concernées (Merxheim, Geishouse, Willer-sur-Thur, Roggenhouse...) pour sauver ces classes. Si les citoyens en décident les 10 et 17 juin, j'agirai en tant que député pour que l'Education soit de nouveau une priorité, comme François Hollande s'y est engagé. »

10:52 Publié dans Au PS, En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

vendredi, 11 mai 2012

Élections présidentielles : la réaction d'Antoine Homé

© Dna, Mardi le 08 Mai 2012 / Monde

 

Élections présidentielles

Antoine Homé, maire de Wittenheim et conseiller régional (Parti Socialiste)

« Je me réjouis de la belle victoire de François Hollande. Notre nouveau Président de la République va mettre en oeuvre les projets qui sont de nature à conforter le pouvoir d'achat, à redonner la priorité à l'éducation et à relancer la croissance économique, tout en privilégiant le développement durable. Sur le plan local, l'Alsace demeure une terre plus conservatrice ; pour autant, il est nécessaire que des députés de la nouvelle majorité présidentielle soient élus dans notre région. Seuls ces députés pourront être utiles pour faire avancer les dossiers structurants de notre territoire. J'appelle donc au rassemblement de l'ensemble de celles et ceux qui ont soutenu François Hollande, qu'il s'agisse des écologistes, des électeurs du Front de Gauche, et de l'ensemble des humanistes, autour de ma candidature aux élections législatives des 10 et 17 juin. La victoire est possible et elle implique que ce rassemblement se réalise dans les tout prochains jours ».

 

 

18:13 Publié dans A la M2A, A Wittenheim, Au PS, En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |