Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 18 décembre 2009

L'Alsace : SIVU de l'eau

Bassin potassique Le coût

et le goût de l'eau

 


Débat d'orientation budgétaire et rapports

Débat d'orientations budgétaires et rapports étaient au menu de la dernière réunion du comité syndical du Sivu de l'eau.

Les délégués des six communes du Bassin potassique, Kingersheim, Richwiller, Ruelisheim, Staffelfelden, Wittelsheim et Wittenheim alimentées en eau potable par les puits de la Hardt se sont retrouvés récemment à la mairie de Wittenheim pour une séance publique du comité syndical présidée par Antoine Homé. Principales affaires à l'ordre du jour, le débat d'orientation budgétaire et deux comptes-rendus.

Orientation budgétaire

L'évolution des comptes administratifs des exercices allant de 2003 à 2009 (prévisionnel pour cette dernière année) révèle deux constats. D'une part, les dépenses afférentes à la location des skids qui permettent de délivrer une eau de qualité pèsent de plus en plus sur les dépenses de fonctionnement du budget du syndicat (66 154 EUR pour un montant global de dépenses de 106 966 EUR en 2008). D'autre part, suite à la baisse constante des volumes d'eau vendus, les recettes générées par la surtaxe sont devenues insuffisantes. Le comité syndical a estimé qu'il y a lieu d'augmenter cette surtaxe syndicale et de la porter à 0,047 EUR/m3 (pour l'exercice 2009, son montant était de 0,035 EUR/m3). Le président a rappelé que le bureau du syndicat négocie actuellement avec le délégataire, la Sogest, pour revoir les conditions de location de ces skids. Cette négociation devrait aboutir au cours du 1er semestre 2010. Rappelons que les skids filtrent l'eau pompée au niveau des puits de la Hardt, selon le principe de la filtration sur charbon actif qui fixe les résidus de pesticides ou autres fongicides.

Rapports

Dans un premier temps, Christophe Kauffmann de la DDAF a commenté le rapport de gestion du délégataire pour l'exercice 2008. Le responsable de la direction départementale de l'agriculture et de la forêt a critiqué certains aspects du rapport. Il a notamment relevé l'opacité du rapport et certains manques. En ce qui concerne le bilan technique, le rapport montre une faible baisse de la consommation et de la production. Par ailleurs, la mise en place d'une seconde batterie de filtres au champ captant de la Hardt a permis d'augmenter la production de ce champ, et de réduire ainsi l'achat d'eau à la ville de Mulhouse. La production du champ captant de Wittelsheim a été arrêtée le 23 juin 2008, suite à une pollution.Lors de la visite des installations, le 15 octobre 2009, il a été constaté que, globalement, elles sont relativement bien entretenues, néanmoins la Sogest devrait tous les ans proposer un programme de travaux de renouvellement. « L'eau sent trop le chlore », ont affirmé plusieurs délégués. « Nous n'ajoutons pas trop de chlore, cela provient essentiellement d'une mauvaise régulation du dosage, le point de mélange et d'injection du chlore pose problème », a répondu le responsable de la Sogest.

Autres affaires

Le champ captant de Wittelsheim gare est pollué par du bromacil et autres pesticides produits par l'entreprise Du Pont de Nemours à Cernay. Le principe du traitement est acquis. Quatre filtres seront posés, la production pourrait reprendre vers la fin du 1er semestre 2010.Un nouveau contrat d'assistance à maîtrise d'ouvrage pour une durée de 5 ans avec la DDAF a été entériné. Il s'agit d'une mission de conseil pour le suivi du contrat de la gestion déléguée des installations. Coût annuel : 2850 EUR.Une nouvelle convention de fourniture d'eau en gros au syndicat Babaru des communes de Baldersheim, Battenheim et Ruelisheim a été approuvée. Elle prendra effet au 1er janvier 2010, jusqu'au 8 février 2018.

08:59 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | Tags : sivu, eau | |  Facebook | |

mercredi, 16 décembre 2009

L'Alsace : Conseil Municipal du 14 décembre

Wittenheim Cinq caméraspour 2010, 16 pour 2012

 

Deux caméras de surveillance vont être installées en 2010 à la Halle au coton. Photo Dom Poirier

Adoptée dans son principe il y a déjà plus de deux ans par le conseil municipal, la vidéosurveillance ou vidéoprotection va devenir réalité à Wittenheim.

On parle désormais plutôt de « vidéoprotection » que de « vidéosurveillance ». Au-delà du débat sémantique, l'objectif est le même : lutter contre les incivilités et la délinquance, ou du moins les prévenir.

Ainsi, lundi soir, lors de la séance du conseil municipal de Wittenheim, ce sujet a été abordé à deux reprises, lors du débat d'orientation budgétaire (ci-dessous), où la sécurité a été présentée par le maire comme restant un axe « prioritaire » pour 2010, et surtout lors d'un point spécialement dédié au plan de financement de la vidéoprotection.

Les élus wittenheimois, qui avaient déjà approuvé dans son principe l'installation de caméras, ont missionné le cabinet Thévenet pour mener « une étude de sécurité urbaine » et notamment repérer les sites « les plus sensibles ». Présenté rapidement par l'adjointe Brigitte Lagauw, le rapport de cet expert préconise la mise en place d'un dispositif de 16 caméras disséminées sur le ban communal, avec déport des images vers le commissariat de police.

Coût de 442 000 euros

Le coût total étant estimé à 442 000 EUR, la Ville a décidé d'échelonner la mise en oeuvre de ce dispositif. Pour l'année prochaine, est prévue l'installation de l'infrastructure globale (salle technique, réseaux...) et de cinq caméras : deux à la Halle au coton, une à l'Espace de la République, une au carrefour rue du Markstein/rue du Vercors et une rue du Markstein/rue de la Forêt. Coût de cette première tranche : 181 000 EUR. En 2011, huit autres caméras devraient être posées, puis trois en 2012.

La Ville va évidemment solliciter une subvention auprès du Fonds interministériel de prévention de la délinquance, qui peut atteindre entre 20 et 50 % du montant des travaux et jusqu'à 100 % pour des opérations spécifiques comme le déport d'images. Pour l'installation de caméras aux abords des deux collèges de Wittenheim, le concours financier du Département va aussi être demandé.

« Ni de droite,ni de gauche »

« Nous sommes dans la cohérence de la mise en oeuvre du programme municipal », a souligné d'emblée le maire Antoine Homé, comme pour parer à toute critique. L'opposant Patrick Pichenel s'est toutefois inquiété de la « création d'une charte pour garantir les libertés individuelles », en ironisant à l'adresse du maire socialiste : « C'est vraiment un point de droite. Je vais vous proposer comme candidat d'ouverture sur la liste de Philippe Richert aux régionales ».

Réponse de l'intéressé : « La sécurité n'est pas un point de droite ou de gauche. Ce que nous n'aimons pas, c'est de marcher sur une seule jambe, de ne faire que du répressif comme M. Hortefeux ». Voilà pour la riposte politique. Pour le reste, la charte, Antoine Homé n'y est pas opposé et a rappelé que la vidéoprotection est réglementée. Ainsi, une réunion publique sera organisée en janvier avec les riverains de ces installations et une demande d'autorisation sera déposée à la préfecture.

Rebondissant sur une intervention de Philippe Duffau, le maire a ajouté qu'une évaluation sera faite à l'issue de la première tranche.

Au terme d'échanges finalement assez consensuels, le conseil municipal a approuvé le plan de financement de la vidéoprotection, à une abstention près, celle du conseiller municipal délégué Jean Stritmatter.

Magali Claudel

« Sous le signe de la rigueur »

 


Les auditeurs fidèles des séances du conseil municipal de Wittenheim ont peut-être eu l'impression de revivre, lundi soir, le même débat d'orientation budgétaire que l'année dernière.

La présentation du contexte économique et des perspectives financières de la Ville a été en effet une nouvelle occasion pour le maire de s'inquiéter du « net ralentissement de la progression des dotations de l'État » et d'« un accroissement des charges transférées ».

Antoine Homé a pointé du doigt la réforme de la taxe professionnelle et ses incidences pour les collectivités locales et les ménages, mais aussi la création de la taxe carbone, qui constitue une dépense supplémentaire de 28 100 EUR pour Wittenheim. Il faut dire également que la diminution des dotations de l'État s'est accentuée l'an passé, notamment par l'impact des résultats du recensement : la ville a perdu 500 habitants, passant sous la barre des 15 000. Elle compte actuellement 14 621 habitants.

Dans l'attente des chiffres définitifs concernant ces recettes, le maire a d'ores et déjà placé « le budget sous le signe de la rigueur », avec la poursuite de la maîtrise des charges de fonctionnement. Il a toutefois ajouté que la Ville allait continuer à soutenir les aînés, les jeunes, les associations, les écoles...

Côté investissements, en misant sur « le meilleur autofinancement possible » de l'ordre d'1,1 MEUR et le moins d'emprunt possible, Antoine Homé a évoqué des acquisitions foncières, comme celle du Grosstück, les études relatives à la construction de l'équipement culturel promis, la mise en valeur du Moulin, l'aménagement de la rue de la Forêt, celle du site du Mémorial aux victimes de la mine...

Des choix...

Dans leurs interventions, les représentants des groupes minoritaires ont tous partagé les mêmes inquiétudes quant à la crise et au désengagement de l'État. Et comme l'an passé, Philippe Duffau a souligné qu'en cas « de choix draconiens, il fallait donner la priorité à l'équipement culturel » plutôt qu'au parc de loisirs. Il a par ailleurs fait allusion à des restructurations au sein du personnel communal qui créeraient « un malaise ». Ce à quoi Antoine Homé lui a répondu qu'il s'agissait de « situations particulières ».

Pour sa part, Maurice Haffner a répété qu'« on ne pourra pas tout faire » et a pris acte pour l'examen du budget 2010.

...et des taux

Quant à Patrick Pichenel, entre autres remarques, il s'est étonné de l'absence des taux d'imposition dans la présentation des orientations budgétaires. « Est-ce qu'ils resteront stables ? » « On ne peut rien dire pour le moment, a expliqué le maire. On étudiera cela dans le cadre du budget primitif, on fera du mieux qu'on pourra. » L'an passé, les mêmes interrogations avaient été soulevées et, finalement, les taux des taxes locales étaient restés stables.

Quid de l'extension du tram ?

 


En fin de séance du conseil municipal de Wittenheim, Maurice Haffner a interpellé le maire sur les propos du président de la communauté de communes de l'Ile-Napoléon, Bernard Notter, relayés dans la presse (L'Alsace du 4 décembre). Ce dernier soutenait en substance que la CCIN avait obtenu l'abandon de l'extension du tram vers Kingersheim-Wittenheim comme condition à son adhésion à la future grande agglomération. « Est-ce que c'est vrai ou est-ce que Bernard Notter est un menteur ? », a demandé l'élu communiste, en réclamant dans ce dernier cas « un démenti public » du président de la Camsa Jo Spiegel ou du président délégué Jean-Marie Bockel.

Affirmant qu'il avait « aussi découvert ces propos dans la presse », Antoine Homé a répondu qu'il s'en était ému auprès de Jo Spiegel comme auprès de Bernard Notter. Que celui-ci lui avait dit qu'il s'agissait de « sa position ». Quant au premier, il lui avait confirmé que le document unique restait en vigueur et que, donc, il fallait « s'en tenir à ce qui avait été discuté dans ce document », à savoir que la Carma -ou Mulhouse Alsace agglomération- allait « reprendre les engagements et les besoins de financement du Sitram ». « C'est dans le cadre de cette nouvelle agglo qu'on discutera de l'extension du tram », a expliqué le maire, en soulignant aussi que, face aux différentes positions, « il faudra se battre, faire sentir à l'ensemble des délégués qu'il s'agit d'un projet intercommunautaire, important pour toute l'agglo ».

15:17 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | Tags : wittenheim, conseil municipal | |  Facebook | |

DNA : Conseil Municipal du 14 décembre

Wittenheim / Conseil municipal / Vidéosurveillance
16 caméras dans la ville

 

16 caméras équiperont divers sites de la Ville (dont la Halle au Coton ci-dessus) pour un coût de 442 000 €. Si on est loin de l'oeil du glacial "Big Brother" d'Orwell, l'arrivée dans une cité de la vidéosurveillance peut provoquer des réticences dans la population. (Photo DNA)
Le débat d'orientation budgétaire (DOB), l'arrivée hypothétique du tramway et l'installation de 16 caméras de vidéosurveillance sur des sites sensibles ont constitué le gros du menu du dernier conseil municipal de l'année.

DOB 2010 : D'entrée Antoine Homé évoque un contexte économique maussade et un désengagement toujours plus important de l'Etat. « A Wittenheim comme ailleurs, l'Etat met à mal les fondamentaux de notre budget (...) L'analyse du contexte économique de la loi de finances et de la situation financière de la Ville invitent la collectivité à une gestion rigoureuse. »

Antoine Homé: «La Ville souhaite poursuivre sa politique de modération fiscale et aborde avec prudence la confection du budget 2010 qui restera un budget de rigueur 

  Il poursuit: « En dépit d'un contexte extrêmement contraint et d'une visibilité à court terme très réduite (...) la Ville souhaite poursuivre sa politique de modération fiscale et aborde avec prudence la confection du budget 2010 qui restera un budget de rigueur ».
 Le maire décline ensuite les axes prioritaires de l'action municipale : Une poursuite des efforts engagés pour maîtriser les charges de fonctionnement. Le maintien d'une politique active en matière de solidarité (aide aux personnes fragilisées par la crise, aux aînés, aux associations). Quelques projets structurants ensuite : La poursuite des études relatives à la construction d'un équipement culturel, l'avancement de la réalisation d'un parc de loisirs, un important programme de voirie, des travaux dans les écoles et au cimetière, etc.
 Philippe Duffau (opposition) : « D'accord sur les grandes lignes, mais je considère qu'il faut donner la priorité à un futur équipement culturel... »
 Patrick Pichenel (opposition) : « Les taux d'imposition resteront-ils stables ? »
 Maurice Haffner (groupe communiste) : « Je partage vos inquiétudes, il faut s'opposer fermement à la politique de réforme des collectivités locales ».
 Le maire répond, « concernant la fiscalité nous ferons de notre mieux (...) Le projet d'un équipement culturel peut-être mené de pair avec d'autres engagements (...) ».
Le tramway : Maurice Haffner s'inquiète de la position récente du président de la Communauté de l'Ile-Napoléon Bernard Notter qui envisage un abandon de l'extension des lignes du tram vers Kingersheim, Illzach et Wittenheim, « Qu'en est-il? Je demande un démenti public de la part du président délégué de la Camsa, Jean-Marie Bockel ».
 Antoine Homé : « Il s'agit d'un projet structurant vital, à l'heure actuelle nous nous en tenons au Document Unique (les axes de la prochaine Carma) qui estime nécessaire l'extension du Tram; cependant, le combat continue, il fera l'objet d'un débat; il est certain que la Camsa seule n'aurait pas pu financer ce projet. Le point de vue de M. Notter reste une position personnelle ».

Vidéosurveillance: « Ce n'est pas l'arme absolue, mais une corde de plus à l'arc de la sécurité (...). Ce projet figurait à notre programme, il y aura début janvier une réunion publique sur ce dossier »

Vidéosurveillance : L'adjointe Brigitte Lagauw en détaille la mise en place : « Un dispositif composé de 16 caméras sera installé sur des sites sensibles, il sera assorti d'un système de déport des images en direction du commissariat de police ».
 Dès 2010, une première tranche équipera ainsi le quartier du Markstein, l'Espace de la République et la Halle au Coton. Plus tard viendra le tour des églises Ste-Barbe et St-Christophe, du cimetière, des deux collèges, de la MJC (à Théodore et Fernand-Anna) de la route de Soultz, et de la place du Mont-Blanc. Le coût total de ce dispositif est estimé à 442 000 €. Antoine Homé : « Ce n'est pas l'arme absolue, mais une corde de plus à l'arc de la sécurité (...) Ce projet figurait à notre programme, il y aura début janvier une réunion publique sur ce dossier ».
 Philippe Duffau: « Je suis pour mais souhaite une évaluation sur l'efficacité de cette installation après la mise en route de sa 1re tranche, les caméras ne remplacent pas la présence humaine ». Unanimes, majorité et opposition, les élus adoptent la proposition à l'exception d'un conseiller de la majorité municipale, Jean Stritmatter qui s'abstient.
Divers : Le coût de la réalisation d'un carrefour giratoire rue du Nonnenbruch, en vue de desservir la future plate-forme de Décathlon est chiffré à 727 170 € (part de la Ville : 353 620 €). André-Yves Le Grand, habitant du Var et ancien libérateur de Wittenheim est nommé citoyen d'honneur de la Ville.
 Enfin, le maire se réjouit: « Après une certaine baisse, la courbe s'inverse, Wittenheim compte désormais 14 621 habitants ».


D.W.

15:15 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | Tags : wittenheim, conseil municipal | |  Facebook | |

mercredi, 09 décembre 2009

DNA : Les agents municipaux honorés

Wittenheim / Mairie
Agents municipaux honorés

 

Médaillés, retraités et élus... tous ont été honorés. (Photo DNA)

Le maire, Antoine Homé, était entouré de nombreux élus pour rendre hommage aux salariés de la mairie. Des médailles de travail mais aussi, les veinards, quelques départs à la retraite, étaient fêtés dans les salons de la mairie.
Agents municipaux titulaires de la médaille d'honneur communale :
Argent (20 années) : Garmia Derri, Gilles Fessler, Marc Kohler et Solange Monteiro. Vermeil (30 années) : Rémy Blind, Serge Husser, Gilbert Marchal, Michèle Mensch, Yvonne Roth et Jacqueline Wittig. Or (35 années) : Roger Sick.
Agents municipaux titulaires d'une ancienneté de service :
20 ans : Marie-Blanche Denis, Francis Frigerio, Marc Kohler et Helga Sauter. 25 ans : Michel Meyer. 30 ans : Christine Bejarano, Rémy Blind, Serge Husser, Gilbert Marchal, Michèle Mensch, Huguette Sick, Geneviève Sutter. 35 ans : Huguette Sosnowski et Jacqueline Wittig. 38 ans : Viviane Ackermann, Jean-Paul Cano, Béatrice Kleinhans et Jean-Denis Sauter.
Agents municipaux admis à faire valoir leurs droits à la retraite : Yvette Brogly, Michèle De Guio, Monique Gerber et Monique Holder.


09:29 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | Tags : wittenheim | |  Facebook | |