Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 01 février 2010

L'Alsace : 65ème anniversaire de la Libération

Souvenir Wittenheim libérée...

 

Dépôt de gerbe par Marie-Claude Depalle-Grannet, adjointe au maire de Thiers, et Antoine Homé, maire de Wittenheim.Photo C.S.

Wittenheim a revêtu son habit bleu, blanc, rouge, ce week-end à l'occasion du 65e anniversaire de sa libération.

Les festivités ont commencé dès samedi après-midi, avec un dépôt de gerbes sur la place Thiers, sur laquelle se trouvaient des maisons durant la guerre. Plus tard, les élus ont accueilli la trentaine de libérateurs venus de toute la France. Ces derniers ont aussi pu visiter l'exposition retraçant les grands moments de cette libération, et ont assisté au concert de l'harmonie Vogésia, durant lequel un récit des événements d'alors était lu.

Dimanche matin, deux dépôts de gerbes ont eu lieu au monument du 21e RIC à Sainte-Barbe et à la stèle de la 1re DB à Schoenensteinbach. En milieu de matinée, une cérémonie inter-religieuse s'est déroulée en l'église Sainte-Marie en présence notamment du curé Pierre Haag, de l'imam Ioube Lalleg, ainsi que de représentants protestants et israélites. Lors de cet office émouvant, des témoignages poignants et des messages de paix ont été délivrés. Après ce moment fort, porte-drapeaux, anciens combattants et élus ont défilé autour de la place Thiers, avant de se rendre au monument aux morts, place des Malgré-Nous.

Là, le maire de Wittenheim, Antoine Homé, a rappelé que « si Wittenheim a pansé ses plaies et redémarré une nouvelle période, elle n'oublie jamais ses libérateurs », tout en saluant « la solidarité des villes de Fontenay-sous-bois, Saint-Cloud et Thiers, qui ont contribué petit à petit à la reconstruction des édifices ».

Christophe Schmitt

12:02 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | |  Facebook | |

DNA : 65ème anniversaire de la Libération

Wittenheim / 65e anniversaire de la Libération
Souvenirs d'une liberté retrouvée

 

La dernière gerbe a été déposée par Jean-Marie Bockel, Antoine Homé et une élue du conseil municipal des enfants. (Photos DNA - Cathy Kohler)
Délivrée par l'armée française entre le 28 et le 30 janvier 1945, au prix d'un lourd tribu, la ville de Wittenheim a commémoré hier l'anniversaire de sa libération.

 «  Ni peur ni haine, c'est notre victoire  » peut-on lire sur le monument aux morts de Wittenheim. Ces mots signés Albert Camus figuraient aussi en bonne place hier dans le discours prononcé par Antoine Homé à l'occasion du 65e anniversaire de la libération de Wittenheim. Une cérémonie qui, comme l'entrée des troupes françaises dans la ville fin janvier 1945, s'est déroulée dans un froid glacial.
 La journée avait commencé par des dépôts de gerbes au monument du 21e RIC à Sainte-Barbe et à la stèle de la 1ere DB à Schoenensteinbach, derniers quartiers de Wittenheim à être libérés. Après l'office interreligieux et le traditionnel défilé des sociétés patriotiques, elle s'était poursuivie devant le monument aux morts de la place des Malgré-Nous.
 Le dispositif était comme toujours réglé par le lieutenant-colonel Guy Caron, avec la participation des sapeurs-pompiers, de la musique municipale Vogesia et de la batterie-fanfare Avenir. Quelques centaines de personnes ont assisté à la cérémonie, parmi lesquelles le secrétaire d'Etat à la justice Jean-Marie Bockel, le sous-préfet de Mulhouse Louis Le Franc, les députés Arlette Grosskost et Francis Hillmeyer ou le conseiller général Jo Spiegel. Des représentants de Thiers et Fontenay-sous-Bois, deux des communes « marraines » qui avaient participé à la reconstruction de Wittenheim après la guerre, étaient également présents.
 Les allocutions du maire Antoine Homé et de Yoube Lalleg, président de la section locale Rhin et Danube, ont été suivies par un petit poème, lu par une jeune élue du conseil municipal des enfants. Jean-Marie Bockel a ensuite remis la croix de chevalier de la Légion d'Honneur à René Benda. La cérémonie s'est close par une série de dépôts de gerbes.


12:01 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | |  Facebook | |

samedi, 23 janvier 2010

L'Alsace : Remise de médailles

Photo Laurent Schneider

Wittenheim

Lors de l'assemblée générale de la société de gymnastique MDPA, Antoine Homé, le maire de Wittenheim, et Maurice Loibl, président de la société de gymnastique, ont remis la médaille grand or de la Fédération française de gymnastique à Marlyse et René Loibl, pour 40 ans de bénévolat au service du club de gymnastique wittenheimois. Par la même occasion, ils ont aussi remis la médaille de bronze de la FFG à Philippe Richert, adjoint au maire, ancien gymnaste et ancien président de la société.


09:38 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | Tags : sport, association | |  Facebook | |

vendredi, 22 janvier 2010

DNA : Vidéo-protection

Wittenheim / Mise en place de la vidéoprotection
Un dispositif qui fait consensus

 

D'ici fin 2012, seize caméras de surveillance équiperont la ville pour un coût de 442 000€ HT. L'espace de la République (sur la photo) sera sous surveillance dès l'automne 2010. (Photo DNA)
La ville projette la mise en place de la vidéosurveillance d'ici l'été. Dans le cadre de la loi, une réunion d'information a éclairé les citoyens quant au bien fondé de cet outil.

Face à une soixantaine de personnes réunies dans la salle Léo-Lagrange, le maire, son adjointe à la sécurité, Brigitte Lagauw, le commandant de police Patrick Fictor, son adjoint le capitaine Laurent Hurst ainsi que M. Thévenet du cabinet de consulting du même nom ont éclairé l'auditoire. « La sécurité est un droit ». Antoine Homé poursuit : « Ce droit, nous le conjuguons sous deux aspects, la prévention et l'éducation d'une part, la sanction et la répression de l'autre (...). Ne faire que de la sécurité répressive est voué à l'échec... ».
Ces garde-fous bien marqués, le maire en vient au projet : il s'agit d'un programme pluriannuel sur trois ans dont le coût total, étalé sur la même durée, s'élève à 442 000€ HT (ce hors maintenance). L'objectif est d'installer seize caméras d'ici 2012. Dans le détail, cela signifie, que dès l'automne de cette année, cinq caméras seront opérationnelles à la halle au Coton (deux appareils), l'un à l'espace de la République et deux aux deux angles de rue du Markstein. Pour l'année 2011, huit caméras s'y ajoutent ; à la MJC Fernand-Anna (deux), église Saint Christophe (une), route de Soultz (une), à l'angle de la rue Albert-Schweitzer et du Vieil-Armand (une), au cimetière (une), église Sainte-Barbe (une), à la MJC Théodore (une). Enfin, courant 2012, les deux collèges ainsi que la place du Mont-Blanc seront équipés d'une caméra chacun.

«Plusieurs dizaines de milliers d'euros sont consacrés chaque année à réparer les actes de vandalisme»

Une vidéo, Les atouts de la vidéoprotection, réalisée par le cabinet lyonnais Thévenet, déclinait ensuite comment cet outil contribue à la sûreté des biens de la collectivité. Ses atouts ont été mis en avant.
Brigitte Lagauw relève par exemple: « A Wittenheim, plusieurs dizaines de milliers d'euros sont consacrés chaque année à réparer les actes de vandalisme. Les caméras ne pourront être que bénéfiques... ». Le commandant Fictor, fermement convaincu des bienfaits de la vidéoprotection, souligne : « Cela soulagera et facilitera notre travail (...) c'est aussi un moyen de compenser la perte de nos effectifs ». Plusieurs questions émanaient ensuite de la salle : « Pourquoi ne pas mettre en place un comité d'éthique ? Qu'en est-il de la sauvegarde des données et de leur confidentialité ? Un système de floutage des images vers les lieux privés est-il prévu ? La vidéo n'est-il pas un prétexte gouvernemental pour baisser les effectifs de la police ? ».

«Tout ce dispositif est très rigoureusement réglementé»

Les réponses données - au passage pas une voix ne s'est élevée contre la mise en place des caméras -, ont visiblement rassuré les inquiets. « Tout ce dispositif est très rigoureusement réglementé : les prises de vues privées seront floutées, confidentielles elles ne pourront être copiées; leur sauvegarde est de sept jours ». Le maire fait également part de son sentiment quand à la baisse des effectifs de police. « Leur travail est remarquable, ils étaient plus de soixante-dix et sont encore cinquante-cinq, soit une baisse de 20 %, nous nous battons avec les autorités de l'État pour une présence plus nombreuse de la police... ».
Quant au comité d'éthique, Antoine Homé précise : « Un premier bilan sera fait fin 2010, un comité est créé à cet égard, nous y adjoindrons des représentants du conseil des Sages et des conseils de quartiers de la ville... ». Assurément au terme de cette réunion, la vidéoprotection dont le maire souligne qu'elle faisait partie intégrante de son programme municipal, paraît bel et bien adoptée par la population. Plusieurs inconditionnels réclamaient d'ailleurs déjà plus de caméras !


D.W.

09:45 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | Tags : wittenheim | |  Facebook | |