Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 31 mars 2011

Revue de presse du 10 mars au 23 mars 2011

 

Dna, Vendredi le 11 Mars 2011 / Mulhouse

 

Bassin Potassique  Réunion publique
Bassin Potassique Destocamine pour déstocker Stocamine

 

La salle Albert Camus de Wittenheim était comble pour partager le combat de Destocamine.
Le collectif Destocamine a fait salle comble à Wittenheim. Près de 200 personnes ont participé à une réunion débat au mot d'ordre on ne peut plus clair : « il faut ressortir tous les déchets ».

Des associations pour la défense de l'environnement et des syndicats composent le collectif Destocamine. Tous ont résumé les enjeux, les risques, les solutions envisagées... Étayé par un diaporama, ce bref rappel des faits a éclairé l'assistance : Stocamine, entreprise de stockage de déchets, a enfoui 44 000 tonnes de ces déchets, toxiques pour beaucoup d'entre eux, dans une ancienne mine de potasse à Wittelsheim. Suite à un incendie, le 10 septembre 2002, au fond de cette même mine, les activités ont cessé.

« C'est un combat juste et utile, il s'agit d'une cause d'intérêt général »

Le collectif s'alarme : « Les déchets enfouis présentent un risque pour la nappe phréatique, il faut ressortir tous ces déchets et ne pas laisser aux générations futures ce cadeau empoisonné ». Beaucoup d'élus dans la salle, les maires Antoine Homé, Denis Riesemann, Jean-Claude Mensch ou encore la conseillère régionale Cléo Schweitzer apportent leur soutien au collectif : « C'est un combat juste et utile, il s'agit d'une cause d'intérêt général, il ne faut plus attendre... » assène notamment le maire de Wittenheim Antoine Homé. Ainsi, le Conseil régional, le Conseil économique et social d'Alsace mais aussi les communes du Bassin Potassique seront tous saisis du dossier, à travers des demandes de débats et des motions.

Plusieurs questions émanent de la salle : « Oui pour sortir les déchets, mais où allons-nous les mettre ? » Un autre intervenant : « Les experts nous ont trompés. » Ou encore : « Je regrette qu'une partie des élus du Bassin Potassique se réfugie derrière les experts alors que l'on sait pertinemment que leur mission est de laisser les déchets au fond ! »

« D'ores et déjà on évoquela somme de90 millions d'euros »

Rappelons qu'à ce jour le dossier est entre les mains de ces experts décriés, dont la décision n'est pas attendue avant fin juin. Seule note discordante, celle d'un ancien mineur : « On est dans le domaine de l'irrationnel, laissons faire les experts, faisons leur confiance, ce sont des experts qualifiés, attendons leurs propositions... » On s'en doute, cette prise de position a reçu un accueil plus que mitigé.

Le collectif apporte plusieurs réponses : les déchets prennent le chemin d'une mine en Allemagne. Quant aux fameux experts, « le rôle des experts n'est pas de nous dire ce qu'il faut faire, mais comment le faire, c'est-à-dire comment et à quel coût remonter les déchets, d'ores et déjà on évoque la somme de 90 millions d'euros. » Le maire d'Ungersheim Jean-Claude Mensch approuve : « L'heure est à l'action, c'est une question de santé publique, il faut sortir les déchets ! »

Au terme des débats, le collectif Destocamine se veut plus déterminé et mobilisateur que jamais : « Notre action est d'informer la population du Bassin Potassique, d'Alsace et du Bassin Rhénan, mais aussi de coordonner un combat qui sera gagné avec le soutien de cette population ! Des réunions seront organisées dans toutes les communes du Bassin Potassique, une grande manifestation se déroulera également le 21 mai à Wittelsheim », précise-t-il.

Contact : Collectif Destocamine, ? 03 89 57 72 54, site internet www.destocamine.fr

 

Contact : Collectif Destocamine, <span>?</span> 03 89 57 72 54, site internet www.destocamine.fr

 

L'alsace, Vendredi le 11 Mars 2011

 

Déchets Collectif Destocamine : « L'attentisme est dangereux »

 

Plus de 150 personnes ont assisté à une réunion publique à Wittenheim, à l'appel du collectif Destocamine. Leur conclusion : il faut déstocker sans attendre les déchets ultimes enfouis sur le site de l'ancienne mine Joseph-Else.

Deux thèses s'affrontent actuellement quant au devenir des 44 000 tonnes d'amiante, de mercure et d'autres produits hautement toxiques entreposés à 600 mètres sous terre du côté de Wittelsheim. Quelques maires et une partie de la population souhaitent attendre le mois de juin et les conclusions d'experts internationaux pour se décider et agir. D'autres plaident pour le déstockage immédiat. La presque totalité des personnes réunies mercredi soir rejoignent la deuxième hypothèse. Leurs arguments, soutenus notamment par plusieurs organisations syndicales et environnementales, ainsi que par les maires de Wittelsheim, d'Ungersheim et de Wittenheim, se rejoignent.

Être unis pour gagner

La confiance dans les experts est mise à mal : « Ils nous ont trompés en excluant tout risque d'incendie dans les galeries... On a vu ce qui s'est passé. » Michel Mensch, le maire d'Ungersheim, va plus loin : « Les experts sont toujours payés par quelqu'un qui donne des orientations. » Josiane Kieffer, présidente du collectif Destocamine, Étienne Chamick, Pierre Richert et leurs amis, souhaitent sensibiliser la population du Bassin potassique. « Il faut sauver la nappe phréatique pendant qu'il est temps », avancent-ils, craignant une pollution à la suite de l'ennoyage de la mine et de la remontée de la saumure polluée. Jean-Marie Dubel confirme : « Si le bloc 16 s'affaisse, il fera sauter un bouchon créé par un sondage et nous serons devant une catastrophe environnementale. » Un mineur présent assure que ses collègues sont en mesure de procéder au déstockage. « Nous serons vigilants quant à leur sécurité », poursuit Michel Eidenschenck, délégué syndical.

Le collectif souhaite que le principe « pollueur payeur » soit appliqué, pointant les responsabilités du groupe Séché. Antoine Homé, maire de Wittenheim, appelle quant à lui à démultiplier la mobilisation : « Cette cause dépasse nos vies, nous ne pourrons gagner qu'en étant unis. » Destocamine ne voit pas les choses autrement. De nouvelles réunions publiques seront organisées, avec distribution de tracts, d'affiches et d'autocollants pour faire grossir le nombre de manifestants.

Jean-Paul Frey

 

 

Dna, Lundi le 14 Mars 2011 / Mulhouse

 

Wittenheim  28e Tour du Canton
Wittenheim Tomasi le plus fort

 

Les officiels et les personnalités ont félicité les coureurs. (
Ils étaient deux cents, un record d'inscriptions pour cette course d'ouverture de la saison cycliste sur route en Alsace. Des champions venus du grand Est de l'Hexagone mais aussi quelques cadors suisses et allemands.

Au terme des quelque 130 km, soit 19 tours de circuit avalés à la respectable moyenne de plus de 45 km/h le sociétaire de La Pédale d'Alsace, Julien Tomasi a mis tout le monde d'accord en s'imposant au sprint. Pour lui ce n'était pas une première, puisque le fringant cycliste âgé de 27 ans récidive à Wittenheim après sa victoire de 2009. Ce 28e Tour du Canton, dont le départ a été donné par le maire Antoine Homé, aura rencontré un nombreux public et de surcroît, si le soleil ne régnait guère, la pluie aura épargné les coureurs. Au terme de l'épreuve, Gérard Grunewald, président du Vélo Club Wittenheim affichait sa satisfaction et allait procéder à une pléthorique remise de coupes et de prix. C'est dans les locaux de la MJC voisine que les champions allaient être fêtés, félicités et glorifiés... Pas moins de 17 trophées offerts par les 6 communes du canton venaient récompenser les athlètes.

Les résultats en pages Sports

 

Les résultats en pages Sports

Dna, Mardi le 22 Mars 2011 / Mulhouse

 

Rixheim  Team Vélo-Club Wittenheim
Rixheim Des maillots noir et blanc

 

Nouvelles tenues pour le Team du VC Wittenheim.
Une petite cérémonie liée à la présentation des nouveaux maillots du vélo-club de Wittenheim s'est déroulée au magasin AS Bike de Rixheim.

"Comme j'ai ouvert mon magasin il y a à peine un an et demi, j'ai eu l'idée de sponsoriser un club cycliste qui formait des jeunes" explique d'emblée Guillaume Annoye. Il faut dire que le jeune patron de AS Bike n'a pas eu à chercher très loin puisqu'il est lui-même licencié au Vélo-Club de Wittenheim. Très officiellement, il a reçu avec son épouse Sabine les coureurs cyclistes des trois équipes ainsi que Alexis Laieb, le directeur sportif et Gérard Grunewald le légendaire président qui s'est réjoui de "ce changement de couleurs, beaucoup plus sobres, pour nos maillots". Pour l'occasion, le maire de Wittenheim Antoine Home ainsi que Anne-Catherine Lutolf-Camorali, son adjointe aux sports et Alain Wersinger, le délégué aux sports se sont également déplacés. Quant à Adriano Marcuz, il a représenté la Ville de Rixheim en tant, lui aussi, qu'adjoint aux sports.

JN

 

 

L'alsace, Mercredi le 23 Mars 2011

 

Journée de l'eau Wittelsheim :la CLCV a offert l'« Apér'eau »

 

Les membres de la CLCV ont célébré la Journée mondiale de l'eau en saluant l'action entreprise contre la pollution dans les champs captants à Wittelsheim. Photo L.B.

L'association Consommation, logement et cadre de vie (CLCV) a fêté hier la Journée mondiale de l'eau, en organisant un « Apér'eau » devant le centre de dépollution des champs captants de Wittelsheim Gare.

Les manifs, ils n'y goûtent que lorsqu'elles sont indispensables. C'est une action positive que les responsables de l'association CLCV ont voulu mettre en avant à l'occasion de la Journée mondiale de l'eau à Wittelsheim. C'est pour cela qu'ils ont organisé un « Apér'eau » au niveau des puits des champs captants à Wittelsheim Gare. Un endroit qui ne doit rien au hasard puisque l'eau est actuellement considérée comme impropre à la consommation en raison d'une pollution au bromacyl de la nappe phréatique. Une pollution pour laquelle l'usine DuPont de Nemours, à Cernay, a reconnu son entière responsabilité et contre laquelle elle lutte, en interne d'abord mais aussi au niveau des puits de captage. C'est ainsi qu'une usine de dépollution est en cours de construction. Un établissement devant lequel les membres de la CLCV ont souhaité dire leur satisfaction de voir que « le principe pollueur payeur a été appliqué ». Les membres de la CLCV ont aussi pu discuter avec Antoine Homé, le maire de Wittenheim, présent au titre de président du Sivu, ainsi que Nicolas Augereau, responsable de la Sogest. « Cette installation, qui doit entrer en service à la fin du premier semestre, permet d'éliminer la pollution au bromacyl, les bouchons de charbon actif agissant uniquement sur les pesticides », a-t-il expliqué à la vingtaine de membres de la CLCV, ajoutant que « lorsque l'usine sera opérationnelle, l'eau redeviendra propose à la consommation. Mais au-delà de la pollution ponctuelle, nous avons toujours la volonté de faire perdurer la bonne qualité de l'eau », a souligné Nicolas Augereau. Mais si les membres de la CLCV ont salué le travail entrepris à Wittelsheim, ils ont, à l'image de Monique Fremiot, souligné que « les assurances sur la potabilité de l'eau, malgré la pollution, n'ont pas ramené la confiance des consommateurs ». Et de rappeler que « les puits qui relèvent du syndicat d'Ensisheim, Bollwiller et environs, également touchés par la pollution au bromacyl, sont restés en service, le taux des polluants étant abaissés par ajout d'eau indemne. Satisfaction à Wittelsheim, doutes ailleurs », ont conclu les responsables de l'association des consommateurs.

L.B.

 

 

09:37 Publié dans A la M2A, A Wittenheim, Au PS, En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

Revue de presse du 2 mars au 9 mars 2011

 

L'alsace, Vendredi le 04 Mars 2011

 

Bassin potassique Soirée Destocamine à Wittenheim

 

Réunion publique :« La nappe phréatique en danger »

« La nappe phréatique en danger » : tel est le thème de la soirée organisée mercredi 9 mars à 20 h à la salle Albert Camus de Wittenheim par le collectif « Destocamine ».

L'objectif de ce collectif est d'obtenir des décideurs que la totalité des 44 000 tonnes de déchets stockés à Stocamine soit remontée à la surface pour préserver l'intégrité de la nappe phréatique. Destocamine est constitué d'une part d'associations de défense du citoyen, du consommateur et de l'environnement et d'autre part des syndicats de mineurs.

La soirée se fera avec la participation d'Antoine Homé, maire de Wittenheim.

Elle permettra de faire le point sur l'historique de Stocamine et sur les risques encourus à l'avenir dans la mesure où il est décidé de maintenir au fond de la mine ces déchets extrêmement polluants, décrits dans le rapport Caffet.

Cette séance publique est ouverte à tous ceux qui, à Wittenheim et dans les environs, sont préoccupés par l'avenir de la nappe phréatique.


 

 

Dna, Samedi le 05 Mars 2011 / Haut-Rhin

 

Wittelsheim Stocamine
Wittelsheim / Stocamine Des maires appellent au déstockage

 

De gauche à droite, MM. Mensch, Muller, Riesemann et Felly.
Les maires de cinq communes ont décidé de passer à l'offensive pour exiger le déstockage des déchets enfouis et mobiliser l'opinion ; ils ont tenu une conférence de presse.

Ils sont, par ordre alphabétique, Bertrand Felly, maire de Feldkirch, Antoine Homé, maire de Wittenheim et conseiller régional (absent à la réunion), Jean-Claude Mensch, maire d'Ungersheim, Jacques Muller, maire de Wattwiller et ancien sénateur, et Denis Riesemann, maire de Wittelsheim. « Depuis un certain temps, on n'entend plus parler de ce dossier. Pendant que les experts réfléchissent, nous voulons mettre les points sur les i », annonce Jacques Muller. Face à la position d'une quinzaine d'élus, qui affirment leur foi en la transparence et l'indépendance de la démarche initiée par l'État, il a écrit une longue lettre au ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement, Nathalie Kosciusko-Morizet, dans laquelle il s'efforce de démontrer le contraire.

« On se moquede nous »

Jacques Muller rappelle l'existence du rapport de la Dreal (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement), disponible uniquement sur Internet après une indiscrétion, et qui était très critique par rapport aux deux solutions envisagées, confinement ou déstockage. « J'ai demandé ce rapport au préfet, je n'ai toujours pas de réponse », ajoute Denis Riesemann. Dans son courrier, Jacques Muller pointe un autre rapport, le Caffet, qui conclut que le débat « ne peut porter que sur le pourquoi et le comment du recours au confinement ». Et l'ancien sénateur de rajouter, oralement cette fois : « Les élus qui nous disent que rien n'est tranché se moquent de nous ». En montrant du doigt « un amendement de circonstance déposé par le député de la circonscription » (ndlr : Michel Sordi), il invite la ministre à appliquer un principe de précaution qu'elle a elle-même inscrit dans la Charte de l'environnement.

« La décisionest du ressortdes politiques »

Denis Riesemann évoque un récent courrier de l'expert allemand désigné par sa commune. Selon lui, les informations données au comité de pilotage sont insuffisantes, et la fermeture du site exécutée dans les règles ne serait pas forcément la solution la moins chère. Pour Jean-Claude Mensch, ancien responsable de la sécurité au puits de Berrwiller, « le déstockage complet, même au bloc 15 (ndlr : celui qui a brûlé en 2002) ne pose aucun problème technique ». Bertrand Felly insiste sur la nappe phréatique, qui sera irrémédiablement polluée après l'ennoyage des galeries. « Les experts doivent nous dire comment faire, lance-t-il, mais la décision est du ressort des politiques. Nous ne pouvons pas rester silencieux et léguer ces déchets à nos enfants ». Tous s'accordent à exiger « la seule solution qui corresponde aux principes de précaution et de responsabilité », le déstockage de l'intégralité des 44 000 tonnes restant dans les galeries. « L'argent injecté ne sera pas du gaspillage, mais servira à créer une activité économique socialement utile », conclut Jacques Muller.

P.Br.

 

 

L'alsace, Samedi le 05 Mars 2011

 

Stocamine Mobilisation pour demander le destockage

 

Quatre des cinq maires qui appellent à la « mobilisation civile ». De gauche à droite : Jean-Claude Mensch, d'Ungersheim, Jacques Muller, de Wattwiller, Denis Riesemann, de Wittelsheim et Bertrand Felly, de Feldkirch. Manque Antoine Homé, de Wittenheim. Photo S.D.

Plusieurs élus du Bassin potassique lancent un appel au public : ils demandent la transparence sur les études en cours pour décider de l'avenir du site de Stocamine et surtout, refusent le recours au confinement.

Ils sont de bords politiques très différents mais se retrouvent à 100 % sur un dossier : celui de Stocamine et de l'avenir du site de stockage de déchets dangereux. Cinq maires du Bassin potassique (Jean-Claude Mensch, d'Ungersheim, Jacques Muller, de Wattwiller, Denis Riesemann, de Wittelsheim, Bertrand Felly, de Feldkirch et Antoine Homé, de Wittenheim) unis pour lancer un appel au public : « Dans la mesure où l'on n'entend plus parler de ce dossier, on se doit de le remettre sur la place publique, insiste Jacques Muller. Surtout face aux hypocrisies qu'il contient... »

Les cinq maires ont écrit à Nathalie Kosciusko-Morizet, la ministre de l'Ecologie, pour dénoncer le manque de transparence sur les études en cours. « Le rapport essentiel, celui de la Dreal, n'a été rendu public que grâce à des fuites sur internet ! raconte Jacques Muller. Or il est très critique par rapport aux propositions de l'exploitant Stocamine. C'est sans doute pour cela qu'il est gênant... »

Dans ce rapport, il est ainsi noté que « le scénario réversibilité a été trop vite écarté », « l'irréversibilité du bloc 15 ne doit pas constituer un a priori : une telle décision doit être motivée », « l'étude d'impact sur les enjeux à long terme est insuffisante ».

« Les déchetsdoivent être sortis »

Mais surtout, les élus craignent que sur le fond, la décision n'ait déjà été prise. « On nous dit d'attendre les solutions du rapport en cours d'élaboration et qu'aucune n'est privilégiée, note le maire de Wattwiller. Sauf que le rapport CAFFET a déjà tranché. Il y est écrit que ''la reprise de déchets, y compris en dehors du bloc 15, s'avère une opération extrêmement hasardeuse et dangereuse qui ne peut être mise sous contrôle'' et que la question ne peut porter que ''sur le pourquoi et le comment du recours au confinement''. »

Les élus ne sont pas d'accord et dénoncent des propos « scandaleux » et « inadmissibles ». « Nous estimons que les déchets doivent être sortis, assure Jacques Muller. Les mineurs aussi sont d'accord avec le destockage. Et si les professionnels qu'ils sont disent qu'on peut les sortir, il faut les écouter ! » Ce que confirme Jean-Claude Mensch, ancien mineur. « Les mineurs ont toujours trouvé des solutions pour accéder partout. Le destockage ne pose pas de problème technique que l'on ne puisse résoudre. Et c'est la seule solution pour préserver la nappe phréatique. »

Les cinq maires appellent donc leurs collègues « à ne pas se laisser berner et à exiger le destockage. Comme pour le refus de l'usine d'incinération, la population doit se mobiliser et mettre la pression pour dire qu'il faut sortir les déchets enfouis à 550 m du sol. »

Séverine Depond

 

 

Dna, Mercredi le 09 Mars 2011 / Mulhouse

 

Stocamine Débat
La nappe phréatique

 

?« La nappe phréatique en danger », tel est le thème de la soirée organisée ce mercredi 9 mars, à 20 h, à la salle Albert-Camus de Wittenheim par le collectif « Destocamine ». L'objectif de ce collectif est d'obtenir des décideurs que les 44 000 tonnes de déchets stockés soient remontées à la surface pour préserver l'intégrité de la nappe phréatique. Destocamine est constitué d'une part d'associations de défense du citoyen, du consommateur et de l'environnement et d'autre part des syndicats de mineurs.

la soirée se fera avec la participation de Antoine Homé, maire de Wittenheim. Elle permettra de faire le point sur l'historique de Stocamine et sur les risques encourus à l'avenir dans la mesure où il est décidé de maintenir au fond de la mine ces déchets extrêmement polluants, décrits dans le rapport Caffet.

Cette séance publique est ouverte à tous ceux qui, à Wittenheim et dans les environs, sont préoccupés par l'avenir de notre nappe phréatique.


 

 

09:31 Publié dans A la M2A, A Wittenheim, Au PS, En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

Revue de presse du 25 février au 1er mars 2011

 

L'alsace, Vendredi le 25 Février 2011

 

Cyclisme Un nouveau look pour le VC Wittenheim

 

Le VC Wittenheim, version 2011, entouré des personnalités et de son nouveau sponsor.Photo D.B.

Doté d'un nouveau sponsor et d'un directeur sportif ambitieux, le VC Wittenheim, le club de Gérard Grunenwald, entend renouer au plus vite avec les heures glorieuses des années 1980.

Accueilli au magasin AS Bike de Rixheim par Guillaume Annoye, son nouveau sponsor, le VC Wittenheim a présenté samedi son effectif 2011 et dévoilé ses ambitions. À l'orée d'une saison qu'il veut être celle du renouveau, Gérard Grunenwald, le champion des années 1964-1965 qui dirige le VCW depuis une trentaine d'années, ne cache pas sa confiance. « La venue l'an dernier d'Alexis Laieb comme directeur sportif confère indiscutablement un regain de dynamisme à notre club. Sous son impulsion, c'est une équipe motivée qui défendra nos couleurs à partir de la mi-mars et j'ai bon espoir que nos coureurs se situeront bientôt à nouveau en bonne place dans les différents palmarès. »

« Refaire surface dansle giron régional »

Modeste, Alexis Laieb se veut mesuré : « C'est en toute humilité que j'oeuvre à la restructuration du club. Renforcer notre dynamique, refaire surface dans le giron régional et renouer progressivement avec les heures glorieuses qu'a connues le Vélo-club dans les années 1980, constituent mes objectifs à plus ou moins long terme. Pour cela, après avoir créé une école de cyclisme il y a 6 mois, je souhaite monter une équipe fanion capable de tirer vers le haut des jeunes. Lucas Brondani, champion d'Alsace de cyclo-cross cadet FSGT 2011, et Valentin Candan, champion d'Alsace minime et vice-champion de France 2011 dans la même discipline, semblent les plus prometteurs. »

Pour cela, il pourra certainement compter sur Philippe Sinck et, surtout, sur Alexis Ballester, son chef de file, qui compte déjà parmi les meilleurs régionaux et ne cache pas son ambition de viser, entre autres, le podium au mois de juillet au Tour du Piémont et une place d'honneur au Tour du Charollais.

Le noir et blanc à suivre

Efficacement soutenu par Guillaume Annoye qui a été séduit par les ambitions du club et son effectif d'une trentaine de coureurs (dont dix jeunes de 9 à 14 ans), le VC Wittenheim, désormais revêtu de noir et blanc après avoir longtemps porté les couleurs rouge-blanc-jaune, s'appliquera à mettre en lumière sa nouvelle tenue dès le Tour du canton de Wittenheim qu'il organisera le 13 mars prochain et qui marquera l'ouverture de la saison. Présents samedi en compagnie d'Adriano Marcuz, adjoint au maire de Rixheim, Antoine Homé, maire de Wittenheim, Anne-Catherine Lutolf, son adjointe des sports, et Alain Wersinger, délégué aux sports de la Ville, n'en doutent pas et ont assuré les coureurs de tout leur soutien.


 

 

Dna, Samedi le 26 Février 2011 / Mulhouse

 

Wittenheim AG des arboriculteurs
Bilan et diplômes

 

Deux diplômes "Pommes d'Argent" ont été zremis.

Lors de la dernière assemblée générale de la société des arboriculteurs de Wittenheim, le maire, Antoine Homé, et son adjoint ont remis deux diplômes « Pommes d'Argent » à Pierre Fischesser et Richard Deroze, membres actifs de la société.

Fervents défenseurs des traitements bio, les moniteurs assurent des démonstrations de tailles, de greffages, de plantations et donnent des conseils. Contact : Robert GASSER, Président au ? 03 89 50 49 86.


09:26 Publié dans A la M2A, A Wittenheim, Au PS, En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

jeudi, 17 février 2011

Revue de presse du 10 février au 17 février 2011

 

L'alsace, Jeudi le 10 Février 2011 
 

 Politique Les socialistes plaidentà Paris contre la prison de Lutterbach

Une délégation d'élus socialistes du Haut-Rhin a demandé mardi au ministre de la Justice, l'organisation d'une table ronde sur la carte pénitentiaire du département.

Le PS dénonce le choix de Lutterbach en tant que future prison unique du département, et parce que le site envisagé « pose de sérieux problèmes environnementaux et réglementaires », selon Patricia Schillinger. La sénatrice du Haut-Rhin et trois élus du département -- les conseillers régionaux Antoine Homé et Victorine Valentin, le conseiller général Pierre Freyburger - l'ont dit mardi au ministre de la Justice. Du moins à son conseiller pénitentiaire, Bruno Clément, qui a promis une réponse rapide de Michel Mercier à la requête des socialistes : l'organisation par le préfet du Haut-Rhin d'une table ronde associant toutes les parties intéressées par la refonte de la carte pénitentiaire du département.

Alors qu'une enquête publique sur le projet de Lutterbach est en cours pour six mois, l'opposition souhaite en effet plus de transparence dans les choix finaux, et surtout faire entendre ses arguments. Le PS ne veut pas d'une « prison-usine » de près de 750 détenus venus de tout le département, rassemblant prévenus et condamnés dans un site qui empiétera sur des terres agricoles et n'est pour l'heure pas desservi par les transports en commun.

Favorables à la fermeture des prisons vétustes de Colmar et Mulhouse, les élus socialistes préfèrent créer deux structures « à taille humaine », de 200 à 300 places, dont une à Colmar, et maintenir la Maison centrale d'Ensisheim. « Aucun point de non-retour a été atteint », veut croire Antoine Homé, qui observe que le gouvernement a déjà renoncé à la fermeture de nombreux établissements, prévue par la carte pénitentiaire. Les arbitrages définitifs sont attendus en juin 2011.

De notre bureau parisienSimon Barthélémy

 

 

L'alsace, Vendredi le 11 Février 2011 

 

 

 Wittenheim Deux couples royaux

Les couples régnant sur le Carnaval. Photo Jean-Paul Frey

La Maison des jeunes de Fernand Anna a, avec l'Office municipal des sports et loisirs et la Ville, chapeauté l'élection des deux couples régnant sur le carnaval de Wittenheim.

Kelly et Dylan ont été nommés prince et princesse, Lorraine et Nicolas sont respectivement reine et roi de cette fête. Le premier magistrat Antoine Homé leur remettra les clés de la ville dimanche à 15 h au balcon de la mairie pour un règne éphémère qui s'achèvera le soir même.

Le cortège carnavalesque s'élancera à 15 h 15 au départ de l'hôtel de ville. Six chars de musique et d'ambiance encadreront les grosses têtes, guggas et autres carnavaliers sur un circuit empruntant la rue de Kingersheim pour arriver à la place du Marché.

On chassera l'hiver en brûlant l'effigie d'un bonhomme, puis les convives pourront poursuivre la fête aux sons des orchestres qui distilleront leurs notes à la Halle au coton.

Les organisateurs espèrent rassembler un maximum de personne, car il est connu que plus on est de fous, plus on s'amuse !

J.-P.F. y aller Mairie de Wittenheim, dimanche à 15 h remise des clés aux couples royaux. Départ du cortège : à 15 h 15, départ à l'hôtel de ville, arrivée à la Halle au coton vers 16 h 30.

 

 

Dna, Vendredi le 11 Février 2011 / Haut-Rhin 
 

 Commissariat de Wittenheim-Kingersheim

Antoine Homé demande le respect des engagements pris

« Un audit est actuellement conduit par la Direction Centrale de la Sécurité Publique au sein du commissariat de Wittenheim-Kingersheim. Cet audit examinerait l'hypothèse d'un éventuel rattachement de la circonscription de police de Wittenheim-Kingersheim à celle de Mulhouse en la transformant en un commissariat dit subdivisionnaire fermé la nuit. Une telle orientation, si elle était envisagée, conduirait inévitablement à une forte baisse de la qualité du service public de sécurité sur le ban des deux communes et pourrait à terme entraîner un risque de fermeture. Je m'oppose très fermement à toute perspective en ce sens qui serait totalement inacceptable.

Au contraire, je souhaite que soit confirmée la pérennisation de notre commissariat avec ses prérogatives actuelles.

Je tiens d'ailleurs à rappeler que M. le Préfet du Haut-Rhin a indiqué très clairement le 9 décembre dernier que le commissariat de Wittenheim-Kingersheim « n'est pas menacé ». Au regard de cette déclaration publique du principal représentant de l'État dans le Département, je demande que les engagements pris soient tenus et que de surcroît les effectifs du commissariat soient augmentés.

Une rencontre est d'ores et déjà fixée début mars avec le Cabinet du Ministre de l'Intérieur au cours de laquelle le député Francis Hillmeyer et moi-même réaffirmerons la nécessité absolue de maintenir la présence de la Police Nationale sur le territoire de Wittenheim-Kingersheim et de construire un nouveau commissariat ».


 

 

Dernières Nouvelles D'alsace, Samedi 12 Février 2011. / Mulhouse 
 

 Wittenheim / Festival Ramdam
Lectures buissonnières

 

Dans la classe de Margith Cullmann à Fernand-Anna, contes et lectures. (Photo DNA)

Le festival Ramdam, dédié aux livres pour la jeunesse, se profile. En amont, de multiples manifestations initiées par la MJC prennent corps, « Lectures buissonnières » est l'une de ces animations phares.
 Depuis la rentrée, les écoliers des classes élémentaires de la ville se sont vus remettre quatre livres, des romans pour la jeunesse, dont les auteurs seront tous présents à la mi-avril pour le temps fort de Ramdam. Ces ouvrages, les enfants les ont lus, avec leurs parents fréquemment, mais aussi bien entendu en classe.
 Messa Saltzmann, passionnée de lecture est également auteur de contes pour enfants. L'écrivaine est allée à la rencontre des écoliers, à l'école élémentaire de Fernand-Anna. Les enfants de CP et de CE1 ont ainsi débattu avec Messa Saltzmann, ils ont rendu compte de leurs lectures, ils ont aussi eu le privilège de la lecture de quelques contes inédits de Messa Saltzmann... Bref ! à l'instar de la vocation de Ramdam, cette rencontre de « Lectures buissonnières » remplit parfaitement son office, faire aimer le livre, la lecture, et ce dès le plus jeune âge. Toujours est-il qu'un élève attentif, voire passionné a suivi la leçon, le maire Antoine Homé a pris un bain de jouvence et goûté lui aussi aux plaisirs des lectures enfantines.


 

 

Dernières Nouvelles D'alsace, Samedi 12 Février 2011. / Mulhouse


Wittenheim / Fernand-Anna
Trafic et sécurité

 

Une centaine de personnes à la MJC Fernand-Anna. (Photo DNA)
La séquence des quatre réunions de quartier proposées par la municipalité s'est achevée à la MJC Fernand-Anna. Les incivilités des automobilistes ou... cyclistes ainsi que les embarras routiers étaient visiblement la préoccupation principale des habitants de cette cité minière.

Dans un premier temps, Antoine Homé a présenté les réalisations et les perspectives de l'action municipale. Le maire s'est concentré sur Fernand-Anna : « La sécurisation de la rue des Mines a été réalisée, la toiture de l'école sera rénovée (90 000€), des panneaux de quartier représentant cette même école seront installés, le quartier du Millepertuis sera aménagé (travaux de voirie et un petit parc, 1 000 000€), le parvis de l'église Saint-Christophe sera réaménagé (500 000€), une caméra de surveillance sera bientôt en place à proximité de la MJC... ».
 La parole a été donnée à la centaine de personnes présentes, avec une idée fixe, la circulation et la sécurité : « Aux abords de l'école la circulation est trop rapide, danger ! ». Un autre intervenant : « A proximité du collège, rue de l'Espérance, la vitesse des voitures est excessive, de plus, beaucoup de collégiens circulent de façon dangereuse à vélo ou en cyclo sur les trottoirs, la police ne se manifeste guère ! ». Autre doléance : « La rue de Soultz est dangereuse, les véhicules sont également garés à la va-comme-je-te-pousse à proximité des restaurants, les enseignes commerciales provoquent aussi gêne et danger ».

« Il faudrait un rond-point à hauteur de la rue du Jasmin »

 Mais encore : « L'éclairage public est insuffisant, on rentre dans mon jardin pour me voler... ». Et aussi : « Les pistes cyclables ne sont pas déneigées (...) le trafic, celui des camions notamment est infernal rue des Mines, il faudrait un rond-point à la hauteur de la rue du Jasmin... ». Enfin, une dame que la beauté des fleurs laisse apparemment de marbre : « Devant la boulangerie, un grand pot de fleurs bouche toute la vue ». Les élus répondent, le maire martial : « Nous écrirons au commandant Fictor (commandant de police à Wittenheim) afin de lui demander une plus forte présence de ses hommes sur le terrain, ces derniers ne devront pas se contenter de rester dans leur véhicule, ils devront en sortir pour faire respecter la loi et l'ordre !  ». Concernant un éventuel giratoire à l'angle de la rue des Mines et du Jasmin, l'adjointe Marie-France Vallat précise que « c'est techniquement impossible, par contre l'installation de feux tricolores est envisageable (... ) Une solution est en voie d'être trouvée pour améliorer l'éclairage public du quartier ».
 A propos de la rue du Soultz, le maire indique qu'en collaboration avec Kingersheim, une réflexion devra être conduite pour arriver à plus ou moins long terme à un réaménagement complet de cet axe qui devra aussi laisser sa place aux piétons et aux cyclistes.


D.W.

 

Dernières Nouvelles D'alsace, Samedi 12 Février 2011. / Mulhouse

  

 Habsheim / Soutien de Cécile Duflot au candidat Philippe Wolff
« Le nouvel âge des écolos »

 

Cécile Duflot et Philippe Wolff, candidat aux élections cantonales de mars. (Photo DNA - Auriane Poillet)
La secrétaire nationale d'Europe Écologie - Les Verts (EELV), Cécile Duflot, est passée, hier, à Habsheim pour soutenir le candidat EELV et PS aux cantonales de mars, Philippe Wolff. Élus et responsables de gauche ont échangé durant près d'une heure sur le thème des déchets.

Après Strasbourg et Sélestat, Cécile Duflot, s'est arrêtée à Habsheim, hier, entre 11 h et 13 h, juste le temps de marquer son soutien au candidat du parti Europe Écologie - Les verts (EELV) sur le canton d'Habsheim, le fief du président du conseil général Charles Buttner. Le candidat Philippe Wolff, adjoint de Rixheim, est également soutenu par le PS dans le cadre d'un accord départemental entre les deux partis pour les cantonales de mars.
 Hier, plusieurs élus ou responsables verts et PS étaient présents à Habsheim pour échanger, avec la secrétaire nationale EELV sur le thème des déchets.

« Philippe Wolff est là pour virer Buttner »

 Michel Knoerr, président du Sivu déchets de Thann-Cernay, est revenu sur la victoire des écologistes contre la construction du 3e incinérateur du département. « Avec une autre majorité au conseil général, nous aurions économisé les 6 M € dépensés pour les études » a t-il remarqué. « En tous cas nous avons économisé les 53 M € prévus pour la construction » se réjouit le sénateur-maire Vert de Wattwiller, Jacques Muller.
 Leur credo : réduire les déchets plutôt que construire des incinérateurs. Henri Stoll, conseiller général et député-maire Vert de Kaysersberg a apporté l'expérience de sa communauté de communes qui a adopté une nouvelle gestion des déchets, avec une seule collecte par semaine. « Nous sommes passé de 230 kg de déchets par personne et par an à 102 kg. » Pour Henri Stoll, l'objectif est clair, « il faut prendre la majorité au conseil général pour mener nos actions. Philippe Wolff est là pour virer Buttner » a-t-il lancé.

« Les élus écolos veulent prendre le pouvoir »

 Le maire PS de Wittenheim Antoine Homé estime que « le Haut-Rhin souffre beaucoup. Il faut une nouvelle majorité pour changer les choses. » Pour Denis Wiesser, secrétaire départemental du PS, « la droite a intérêt à dépolitiser le débat. Nous, nous allons le repolitiser » clame-t-il en remarquant que les élus UMP n'affiche pas le logo de leur parti mais l'étiquette « Majorité alsacienne ».
 En conclusion, Cécile Duflot note « un nouvel âge des écolos, qui veulent prendre le pouvoir pour décider. » Elle se réjouit aussi « du lien entre société civile et les élus. » Enfin, comme les autres responsables présents, elle adhère au principe de réduction et de recyclage des déchets, « modèle économique qui peut créer des emplois, contrairement aux incinérateurs ».


V.F.

 

L'alsace, Dimanche le 13 Février 2011 

 

 

 Wittenheim Les préoccupations de la cité Fernand-Anna

L'aménagement de la rue du Millepertuis sera entrepris en 2011. À droite, l'espace qui accueillera le lotissement Sodico. Photo L.S.

Les problèmes de circulation dans les rues de l'Espérance et des Mines ainsi que route de Soultz ont largement occupé les débats lors de la réunion de quartier de la cité Fernand-Anna.

Jeudi soir, la municipalité de Wittenheim a tenu sa dernière réunion publique de quartier à la MTL de la cité Fernand-Anna. Cette ultime rencontre avec les habitants d'un quartier a réuni un peu plus de cent personnes. Elle s'est déroulée suivant le schéma classique, exposé et séquence questions/réponses.

Les projets 2011

La partie exposé était assurée par le maire Antoine Homé. Il a parlé des projets entrepris et réalisés au cours de l'année 2010 ou qui le seront en 2011, en insistant plus particulièrement sur ceux concernant la cité Fernand-Anna. C'est ainsi qu'ont été abordées les actions initiées par le conseil de quartier, notamment l'installation des panneaux de signalisation indiquant que l'on est dans la cité Fernand-Anna.

Il a aussi évoqué les travaux réalisés dans les écoles : remplacement des fenêtres et volets, sécurisation de la rue du Muguet, mise en place de caméras de surveillance du côté de l'église Saint-Christophe et autour de la MJC et réalisation du giratoire rue du Nonnenbruch.

L'année 2011 sera marquée par le démarrage de l'aménagement de la rue du Millepertuis, dont le coût est estimé à un million d'euros, et du lotissement Sodico y attenant.

La réfection du parvis de l'église est aussi programmée. Elle pourrait démarrer fin 2011 pour être achevée en 2012. Estimation du coût : 500 000 EUR.

« Les voitures roulent trop vite »

Le lotissement Sodico aura la caractéristique d'un éco-quartier où se côtoieront pavillons et petits collectifs. À son entrée sera aménagé un petit parc public, une zone de rencontre. La vitesse y sera limitée à 20 km/h.

Les questions posées par l'auditoire concernaient essentiellement le thème de la circulation dans les rues de l'Espérance et des Mines et la route de Soultz. « Les voitures roulent trop vite rue de l'Espérance, les cyclistes circulent sur les trottoirs, je n'arrive pas à sortir de chez moi. »

Dans un premier temps, le maire et l'adjointe Brigitte Lagauw ont répondu : « Il y a d'abord lieu de faire appliquer la loi, de demander à la police d'intervenir plus fréquemment. L'aménagement de ralentisseurs n'est pas forcément la bonne solution, il faut d'abord trouver des riverains qui les acceptent devant chez eux. »

Concernant la route de Soultz, où il y a des problèmes de stationnement au niveau des enseignes de restauration, Brigitte Lagauw a précisé « qu'un projet sera proposé aux riverains ce printemps. » Toujours route de Soultz, « beaucoup de panneaux illégaux d'enseignes commerciales gênent la visibilité des automobilistes », a déploré un riverain. Antoine Homé a donné un aperçu de ce qui devra être entrepris pour améliorer la situation. « Il s'agit d'une voirie qui a été réalisée au cours des années 1970. Dès à présent, nous réfléchissons au moyen de redonner un caractère plus civilisé à cet axe, l'aménager en deux fois une voie et repenser les accès des rues qui y débouchent au niveau du tronçon de la cité Fernand-Anna. »

« Il y a tropde camions »

Une autre question se rapportait à la rue des Mines : « Elle devient invivable, il y a trop de camions qui y circulent. Ne pourrait-on pas modifier le croisement rue des Mines/rue du Jasmin en y aménageant un giratoire ? » « La réalisation d'un giratoire à cet endroit est impossible, l'espace est trop restreint », a précisé la première adjointe Marie-France Vallat. « Les camions en transit n'ont pas le droit d'emprunter la rue des Mines, restent les camions de livraison », a ajouté le premier magistrat.

Il était encore question de pavés déchaussés au niveau de la rue des Roses, du stationnement difficile aux abords de la boulangerie rue des Mines, de problèmes d'éclairage, de voisinage et de dégradation de biens publics le long de la coulée verte. Autant de questions qui seront prises en compte par les élus et les services.

Laurent Schneider

 

 

L'alsace, Dimanche le 13 Février 2011 

 

 

 Réunion  Réunion publique suite

Rue du Millepertuis, son aménagement sera entrepris au cours de l'exercice 2011; à droite l'espace qui accuellera le lotissement Sodico Photo Laurent Schneider

circulation

». Autre question : « la rue des Mines devient invivable, il y a trop de camions qui y circulent, ne pourrait-on pas modifier le croisement rue des Mines rue du Jasmin en y aménageant un giratoire ». « La réalisation d'un giratoire à cet endroit est impossible, l'espace est trop restreint » a précisé Marie -France Vallat. « Les camions en transit n'ont pas le droit d'emprunter la rue des Mines, restent les camions de livraison », a ajouté Antoine Homé.

Il était encore question de pavés déchaussés au niveau de la rue des Roses, du stationnement difficile aux abords de la boulangerie rue des Mines, de problèmes d'éclairage, de voisinage et de dégradation de biens publics le long de la coulée verte. Autant de questions qui seront prises en compte par les élus et les services. Autre point évoqué : la construction par la commune de Kingersheim d'un complexe sportif à proximité du lotissement Le Point du Jour et du collège Irène Joliot-Curie de Wittenheim. « Le 15 février prochain, une réunion d'information est programmée par la ville de Kingersheim, les habitants du lotissement Le Point du Jour y seront conviés », a précisé l'adjointe Brigitte Lagauw. Précision importante, on ne pourra pas accéder en voiture à ce complexe par la rue de l'Espérance.

Laurent Schneider

 

 

L'alsace, Dimanche le 13 Février 2011 

 

 

 

Photo Laurent Schneider

Wittenheim

Les élus de Wittenheim avaient convié les associations sportives et culturelles à la traditionnelle remise de distinctions aux sportifs et aux membres d'associations culturelles particulièrement méritants au cours de l'année 2010.

Le maire Antoine Homé a présidé cette réception qui a duré deux heures et au cours de laquelle Alain Wersinger, conseiller délégué pour le sport, Anne-Catherine Lutolf, adjointe responsable des sports, Philippe Richert, président de l'OMSL et adjoint responsable de la culture, ont, tour à tour, pris la parole. Un mini-concert proposé par le quintette d'accordéon, lauréat du Trophée national de l'Académie musicale de France, et une démonstration du Cercle d'escrime ont ouvert la réception.

Trophées culturels : n iveau bronze : Harmonie municipale Vogésia ; niveau argent : MJC pour l'organisation de Ramdam ; niveau or : Sylvie Lindecker et Fabrice Erard pour l'exposition Voisin-Voisine.

Trophées sportifs. Individuels : niveau bronze Valentin Candan, champion d'Alsace minime cyclocross, et Floriane Pagnon championne du Haut-Rhin et d'Alsace judo ; niveau argent : Sarah Estner, championne du Haut-Rhin d'Alsace et interrégionale, 3e au championnat de France haltérophilie ; niveau or Sarah Pichaud, championne du Haut-Rhin, d'Alsace et de France niveau critérium en gymnastique.

Collectifs : niveau bronze : gymnastique équipe benjamines minimes ; niveau argent : équipe 1 badminton montée en Nationale 2 ; niveau or : équipe U15 USW Football, championne d'Alsace Futsal et niveau A.


 

 

 

Dna, Lundi le 14 Février 2011 / Région

Les chuchotements

MAIRES Confortable matelas

Les associations des maires du Bas-Rhin et du Haut-Rhin ont chacune sur leur compte bancaire un « matelas » qui s'élève peu ou prou à 300 000 EUR, la trésorerie nécessaire pour une année de fonctionnement. Le maire d'Ostheim Roger Fritsch a proposé à René Danesi, le président des maires haut-rhinois, de « réduire de moitié » cette enveloppe pour « alléger la charge immédiate » des communes cette année dans un contexte fiscal difficile pour elles. Au nom de la « prudence » et d'une gestion économe, le président n'a pas voulu accéder à la demande de son collègue ; il a été suivi par la majorité des maires. Le socialiste Antoine Homé avait suggéré de rabioter le matelas de 10 à 15 %, sans plus de succès.

Rubrique de Claude Keiflin et Franck Buchy
L'alsace, Mardi le 15 Février 2011 
 

 Bassin potassique Une nouvelle station de traitement pour fin mai

 

À Staffelfelden, le château d'eau du carreau Marie-Louise, vu son intérêt patrimonial, ne sera pas démoli. Photo L.S.

Outre l'adoptiondu budget, les délégués du Sivu de l'eaudu Bassin potassique ont évoqué deux dossiers concernantla qualité de l'eauet ont décidé de ne pas démolir le château d'eau du carreauMarie-Louise.

Le comité syndical du Sivu (syndicat intercommunal à vocation unique) des communes du Bassin potassique alimentées en eau potable par la Hardt s'est réuni en séance publique à la mairie de Wittenheim, sous la présidence du maire de la commune, Antoine Homé.

Si l'ordre du jour ne concernait que l'adoption des comptes 2010 et le budget primitif 2011, trois points divers -- le compte-rendu de la visite du Gaec (groupement agricole d'exploitation en commun) de Wittelsheim, l'état d'avancement des travaux au niveau des puits de captage de Wittelsheim gare et le devenir du château d'eau du carreau Marie-Louise à Staffellfelden -- ont retenu l'attention des délégués des six communes.

Unanimitépour le budget

Le compte administratif 2011 est excédentaire de 60 582 EUR; 45 333 EUR pour la section de fonctionnement et 15 248 EUR pour la section d'investissement. Ce résultat a été adopté à l'unanimité tout comme son affectation, à savoir l'inscription des excédents de fonctionnement et d'investissement en recettes respectivement dans les sections correspondantes du budget primitif 2011.

Dans la foulée ont été approuvés le compte de gestion 2010 et le budget primitif 2011, qui est équilibré à hauteur de 176 500 EUR pour la section de fonctionnement et de 15 240 EUR en section d'investissement.

Préoccupé par l'excellence du champ captant alimentant les puits de Langenzug et de Wittelsheim gare, le Sivu avait décidé la création d'un comité de suivi de la gestion du Gaec de Wittelsheim, groupement agricole qui cultive quelque 200 ha et qui a un élevage de 200 vaches laitières. Ce comité de suivi est chapeauté par Dominique Boussit, des services vétérinaires de l'ARS (Agence régionale de santé).

Visite du Gaecde Wittelsheim

La visite des installations a eu lieu le 25 janvier dernier. Dominique Boussit a présenté le bilan de cette visite. « Rien ne nous a été caché, les exploitants semblent prêts à réaliser toutes les améliorations nécessaires... » Quelques anomalies ont été néanmoins constatées. Le responsable technique de l'ARS a par ailleurs relevé que les équipements de stockage du lisier et du fumier sont aux normes. En ce qui concerne l'épandage des engrais, on constate un souci de respect des règles prescrites. Ces deux derniers points préoccupent essentiellement le Sivu du fait de leur incidence sur la qualité de l'eau de la nappe de la Thur.

Captagesde Wittelsheim gare

À la suite de la pollution des captages du site Wittelsheim gare, le Sivu avait demandé à la Sogest la création d'une station de traitement dont l'objet est d'éliminer les molécules polluantes. Nicolas Augereau, chef d'agence de la Lyonnaise des eaux, a précisé que les travaux sont en cours, qu'ils devraient être achevés le 31 mai prochain. À partir du mois de juin, l'exploitation de ces captages pourra redémarrer.

Par ailleurs, l'étude de vulnérabilité qui devrait aboutir à une meilleure protection du champ captant est engagée. Elle devrait conduire à la mise en place de nouveaux périmètres de protection et aboutir à la Dup, déclaration d'utilité publique, en 2013.

Laurent Schneider

 

 

L'alsace, Mercredi le 16 Février 2011 
 

 

 Wittenheim Orientations claires, mais chiffres incertains

La Ville va acquérir ce bâtiment, situé rue d'Ensisheim, pour en faire une maison de la solidarité. Photo Laurent Schneider

Le débat d'orientations budgétaires et un nouveau projet ont dominé la séance du conseil municipal de Wittenheim, lundi soir.

Les temps sont durs pour les finances publiques et notamment celles des communes. Mais, « malgré une nette baisse des dotations de l'État et un accroissement des charges transférées, la Ville se donne l'objectif de dégager le meilleur autofinancement possible, afin de poursuivre la politique d'équipement communal au service de la population » : telle a été la conclusion du maire de Wittenheim à l'occasion du débat d'orientations budgétaires 2011, que le conseil municipal a tenu lundi soir. Auparavant, comme à chaque Dob, Antoine Homé a passé en revue le contexte économique général, les perspectives financières de la Ville et les priorités pour cette année.

« Budget de rigueur »

Côté finances, les dotations de l'État et autres ressources n'étant pas toutes connues mais déjà estimées à la baisse, le maire espère dégager un autofinancement de 1,5 million d'euros (MEUR) en 2011 (il atteignait plus de 2 MEUR en 2009). Il entend aussi « maîtriser le recours à l'emprunt pour contenir l'endettement de la Ville », dette de 5,5 MEUR qu'il juge « plutôt faible », avec un remboursement du capital des emprunts établi à 502 000 EUR. En gros, toujours soucieux de préserver « une bonne gestion » des finances, Antoine Homé « préfère que l'on ménage des capacités pour l'avenir » et attend surtout « des chiffres plus précis » pour la confection du budget 2011, qui « restera un budget de rigueur » et sera présenté en avril.

Ces incertitudes sur les recettes n'ont pas empêché le maire de tracer les axes prioritaires pour cette année. En fonctionnement, il est question d'accorder « une priorité absolue » à la solidarité, en soutenant notamment le centre communal d'action sociale, mais aussi à la sécurité, avec le déploiement effectif de la vidéoprotection. Sans oublier pour autant les actions en faveur des aînés, de la jeunesse et des associations. Côté investissements, 235 000 EUR seront prévus pour l'achat du bâtiment du 33 rue d'Ensisheim (lire ci-contre). Les grands projets du programme municipal (salle culturelle, parc de loisirs, structuration du territoire...), tout comme l'entretien du patrimoine communal seront poursuivis. Un million d'euros est aussi programmé pour l'aménagement de la rue du Millepertuis.

Après cette présentation, les représentants des groupes minoritaires ont pris la parole. Rien de neuf pour Patrick Pichenel, qui a trouvé que ce Dob ressemblait « à 90 % » à celui de l'an dernier. Il s'est p ar ailleurs « inquiété du fonctionnement du conseil municipal », trouvant que les commissions se faisaient « de plus en plus rares » et que « les adjoints s'effaçaient derrière les collaborateurs ».

Et les impôts locaux ?

Quant à Philippe Duffau, tout en approuvant certains investissements, il a redit son scepticisme quant au projet de parc de loisirs, « trop onéreux » selon lui et « qui ne correspond pas à un réel besoin ». Il a aussi proposé de baisser les impôts locaux du montant des augmentations décidées par la M2A, soit de 0,34 % pour la taxe d'habitation et de 0,427 % pour la taxe foncière. Sans aller jusque-là, Maurice Haffner s'est prononcé pour la stabilité de la fiscalité locale et a émis un souhait : garder le dispensaire médical à Théodore.

Jugeant « un peu démagogique » la proposition de baisser les impôts, Antoine Homé a répondu que « la Ville souhaitait poursuivre sa politique de modération fiscale », mais qu'« on verra au moment du budget dans quelle situation on est. » Prudence prudence...

Magali Claudel

 

 

L'alsace, Mercredi le 16 Février 2011 

 

 Commissariat Wittenheim : Antoine Homé réagit

 

Suite à l'audit, réalisé la semaine dernière par la Direction centrale de la Sécurité publique au sein du commissariat de Wittenheim-Kingersheim, le maire de Wittenheim Antoine Homé a tenu à réagir : « Cet audit examinerait l'hypothèse d'un éventuel rattachement de la circonscription de police de Wittenheim-Kingersheim à celle de Mulhouse en la transformant en un commissariat dit subdivisionnaire fermé la nuit. Je m'oppose très fermement à toute perspective en ce sens qui serait totalement inacceptable. Je souhaite que soit confirmée la pérennisation de notre commissariat avec ses prérogatives actuelles.

Je tiens d'ailleurs à rappeler que Monsieur le Préfet du Haut-Rhin a indiqué très clairement le 9 décembre dernier que le commissariat de Wittenheim-Kingersheim « n'est pas menacé ». Au regard de cette déclaration publique du principal représentant de l'État dans le Département, je demande que les engagements pris soient tenus et que, de surcroît, les effectifs du commissariat soient augmentés.

Une rencontre est d'ores déjà fixée début mars avec le Cabinet du ministre de l'Intérieur au cours de laquelle le député Francis Hillmeyer et moi-même réaffirmerons la nécessité absolue de maintenir la présence de la police nationale sur le territoire de Wittenheim-Kingersheim et de construire un nouveau commissariat. »


 

 

Dna, Jeudi le 17 Février 2011 / Mulhouse 
 

 Wittenheim  Conseil municipal
Wittenheim Création d'une maison de la solidarité

 

À deux pas de la mairie, la future Maison de la solidarité
Le débat d'orientation budgétaire (DOB) 2 011 et une future maison de la solidarité à Wittenheim étaient les points centraux de la séance de lundi soir.

DOB 2011 : D'emblée le maire resitue le débat dans son environnement national. « Le contexte économique reste extrêmement fragile. Dans ce cadre, et sans visibilité pour l'avenir, la Ville voit ses marges de manoeuvre contraintes [...] L'État met à mal les fondamentaux de notre budget. Une gestion rigoureuse des deniers communaux est nécessaire pour atténuer les effets de ces mesures. » Antoine Homé en vient à sa ville : « Le budget 2 011 restera un budget de rigueur. Notre politique restera cependant ambitieuse avec pour maîtres mots rigueur et gestion sérieuse des finances communales. » Il poursuit en développant quelques axes prioritaires : une priorité absolue à la solidarité et notamment aux personnes fragilisées par la crise ; une autre priorité à la sécurité (vidéosurveillance) ; une nouvelle politique jeunesse ; un soutien aux associations et une poursuite de la politique scolaire. Quant aux grands travaux projetés, le maire évoque la construction d'un équipement culturel, le projet de parc de loisirs, un important programme de voirie etc. Tout cela est réalisable précise le maire, « grâce aux fondamentaux financiers sains de Wittenheim ». Philippe Duffau (opposition) partage et l'analyse du maire et ses choix mais diverge sur un point : « Nous désapprouvons le projet de parc de loisirs trop coûteux. » L'élu propose également une baisse des impôts locaux correspondant aux augmentations décidées par M2A. Même constat sur l'analyse pour Maurice Haffner, un autre opposant. Ce dernier ajoute : « Il serait utile que la population puisse visualiser le manque à gagner de la Ville, conséquence de la politique de l'État. » Il émet également un souhait aussi : « Le maintien d'un dispensaire et d'un médecin à Théodore. » Enfin selon un dernier opposant, Patrick Pichenel : « Vos propositions et documents sont quasi identiques à l'année passée [...]Il y a beaucoup de projets structurants qui ne sont pas discutés en commission [...]Le rôle des adjoints est effacé derrière celui de vos collaborateurs . Je ne mets pas leurs compétences en doute, mais c'est aux élus de fixer le cap. »

Maison de la solidarité : La ville a l'intention d'acquérir un bâtiment commercial de 286 m² situé au 33, rue d'Ensisheim sur une parcelle de 9,93 ares pour la somme de 235 000 EUR. Il est projeté d'y aménager une « maison de la solidarité » au sein de laquelle seront accueillies les Restos du Coeur et Caritas (secours catholique d'Alsace). L'adjointe Livia Londero explique : « Au titre des années 2009 et 2010, 31 946 repas et 131 colis pour bébés ont été distribués par les Restos du Coeur à Wittenheim. Concernant Caritas, 111 familles soit 330 personnes (dont 78 % de femmes seules ou avec enfants et 58 % de personnes de moins de 40 ans) ont été reçues par l'association en 2009. Ces chiffres en hausse font écho aux situations observées sur le plan national. La création d'une maison de la solidarité contribuera à répondre aux problématiques rencontrées en mutualisant et optimisant les espaces mis à disposition des associations caritatives [...] La ville sollicitera tous les partenaires potentiels susceptibles de cofinancer ce projet et notamment le Conseil Régional et Général mais également des fondations privées. » La proposition est approuvée à l'unanimité.

M2A : La fixation des attributions de compensation de M2A donne lieu au vote suivant : 3 non, 15 oui et 14 abstentions dont celle du maire et de plusieurs adjoints. Pour Maurice Haffner : « Nous n'avons aucun élément, aucune information. Il y a un manque flagrant de transparence, je vote contre. »

DW

 

09:45 Publié dans A la M2A, A Wittenheim, Au PS, En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |