Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 25 mars 2015

Revue de presse du 23 Mars et 24 mars 2015

Permettre à l'enfant d'exprimer ses besoins »

 

Utilisés avec les tout-petits, les signes peuvent permettre une meilleure compréhension entre les parents et leurs enfants. Photo L'Alsace/Jean-François Frey

 

« J'ai un nom, un prénom, deux yeux, un nez, un menton, dis-moi vite ton prénom pour continuer la chanson... » C'est en utilisant les signes qui accompagnent chaque mot que Carine Ferber, présidente de l'association Signe-moi un papillon, a introduit l'atelier bébés signes qu'elle a proposé au périscolaire Nordfeld, à Mulhouse, dans le cadre du Mois de la parentalité.

À l'aide de quelques histoires et de beaucoup de comptines (Monsieur Pouce, Les crocrodiles, La famille tortue...), Carine Ferber a initié des parents, mais aussi des éducatrices, puéricultrices et assistantes maternelles : pour dire « bonjour », on place sa main sous son menton et on la dirige vers l'autre ; pour « maman », on frotte son pouce à côté de la bouche et pour dire « encore », on place sa main, doigts rapprochés, dans la paume de l'autre... « Il y a encore beaucoup de réticence à utiliser les signes avec les bébés, car cela reste associé au handicap, mais l'idée est de se servir de signes issus de la Langue des signes française comme des mots-clés. L'idée est de créer un lien différent, un moyen de communication qui permet à l'enfant d'exprimer ses besoins et ses émotions et ainsi de diminuer la frustration et la colère, car il aura été compris par l'adulte. C'est ça le plus important, indique Carine Ferber. On entend souvent que parler avec des signes retarderait le langage, mais c'est l'inverse et, en général, l'enfant arrête le signe de lui-même quand il a acquis le mot », témoigne-t-elle.

DÉCOUVRIR L'association Signe-moi un papillon animera un atelier de 45 minutes dans le cadre du festival Ramdam, samedi 28 mars à 10 h 30 et à 11 h 45 à la MJC de Wittenheim, site Fernand-Anna, 2, rue de la Capucine. Ticket gratuit à retirer à la billetterie.


 

Lycée Don Bosco :

le printemps des crécelles

 

Le groupe Crécelles et murmures. DR

 

Ceux qui n'ont pas pu fêter la Saint-Patrick pourront le faire à l'auditorium du lycée Don Bosco ce vendredi 27 mars à 20 h 30. Le groupe Crécelles et murmures entraînera le public dans un tour du monde musical avec une pause irlandaise assez soutenue.

Accompagnés d'instruments acoustiques, les chanteurs feront découvrir les quartiers animés de Dublin, les villes de l'Amérique profonde... Après un détour par les steppes de l'Asie centrale, l'ensemble regagnera l'Alsace et ses chansons joyeuses et entraînantes. Des moments plus intimes teintés de rêve et de poésie compléteront le programme.

Au niveau des instruments, la palette est vaste comme le monde : la guitare à Bernard, le violon d'Hélène, l'accordéon de Jérôme, la contrebasse de Roland et les percussions de Marguerite. N'oublions pas la guitare, l'harmonica, le banjo, la cornemuse, et la guimbarde de Joseph ! Le tout sera sonorisé par Philippe car David, régisseur attitré de la salle, est actuellement en tournée avec la Don Bosco Académy.

Une boisson sera offerte à chaque personne qui viendra déposer une crécelle pour le prochain marché aux puces des Segpa.

Y ALLER Vendredi 27 mars à 20 h 30, à l'auditorium du lycée Don Bosco, 60 rue d'Ensisheim à Wittenheim. Parking dans la cour. Tarifs : 7 EUR (adultes) ; 5 EUR (étudiants, demandeurs d'emploi, groupe de 10 et plus). Réservations au 03.89.52.62.25 (heures de bureau) ou contact@donboscowit.eu. Site Internet : www.donboscowit.eu


 

 

Un café des parents à Wittenheim

 

Une douzaine de mamans ont débattu sur l'organisation de la vie quotidienne. 

 

Récemment, Nathalie Merlet et Dorcas Delachaux, animatrices du secteur adultes et familles au Centre social et familial (CSF) de Wittenheim, ont convié les parents à un café pour débattre du thème « Articulation des différents temps de la vie quotidienne pour éviter les tensions familiales ».

Cette action a été menée dans le cadre du Mois de la parentalité organisé par Mulhouse Alsace agglomération (M2A) sur le thème du voyage. Avec le concours du Cidff, le Centre d'information sur les droits des femmes et des familles, le CSF a retenu la thématique du voyage vers l'autre. Une douzaine de familles ont répondu à l'invitation. Au fil des discussions, tout le monde a pris conscience des difficultés des familles à organiser les différents temps du quotidien d'un foyer, comment se répartir les tâches, l'importance des moments de convivialité et aussi de la vie personnelle de chacun...

 

Wittenheim Parc du Rabbargala
Une fête du printemps mais sans «l'invité»

 

Ouverture exceptionnelle hier du parc du Rabbargala.

 

Ce devait être une grande fête pour le printemps. Mais ce dernier s'est fait attendre et finalement le vent froid a découragé plus d'un visiteur. Pourtant l'occasion était belle de découvrir avant l'heure et l'ouverture officielle (fin mai), le parc du Rabbargala. Ce parc de détente à Wittenheim s'étend sur près de sept hectares entre l'ancien lit du Dollerbaechlein et la rue du Bourg.

L'aménagement de ce site, à vocation écologique, est basé sur la mise en scène de la motte castrale, au sein d'une grande plaine de jeux libres. Prairies fleuries, jardins médiévaux, mare pédagogique, passerelles en bois et aires de jeux agrémenteront le site, futur noyau de développement de la biodiversité.

Hier, dans le cadre de la semaine pour les alternatives aux pesticides (réitérée pour la 10e fois cette année), le parc a servi de support local à cette opération nationale.

Cet événement était organisé par les Missions Eau de la ville de Mulhouse en partenariat avec celle de Wittenheim.

Des animations étaient proposées dans les allées du parc avec la présentation de ce jardin à ciel ouvert, de la mare pédagogique. Une exposition sur la faune et la flore des lieux et des stands de sensibilisation étaient également proposés.

Pour les plus jeunes il y avait du théâtre, des marionnettes et des comptines...


 

 

Goûters Ramdam : une autre façon de découvrir le festival

 

Le moment du casting pour refaire le film « Charlie et la chocolaterie

Mercredi après-midi, à la MJC de Wittenheim, les familles et les centres de loisirs avaient la possibilité de découvrir le festival du livre et de la jeunesse à travers les Goûters Ramdam, des visites guidées et des animations en toute tranquillité. Tout le monde pouvait voir la superbe exposition « Les Petits Chaperons rouges bougent », grands et petits étaient invités à participer à des animations, le tout ponctué d'un succulent goûter.

Pour les plus petits, Huguette et Frédérique ont raconté des histoires du Petit Chaperon rouge, des histoires à leur façon avec des dénouements heureux. Les plus grands se sont mués en détectives et ont mené une enquête policière. Avec l'aide de Béatrice, Cindy et Caroline, ils ont tenté de trouver le coupable qui a fait disparaître le Petit Chaperon rouge. À la cuisine, c'était le Charivari de Vérodéco 68, les gastronomes se sont activés avec Véronique à créer des gourmandises à base de fruits et de légumes. Et enfin les plus grands ont refait le film Charlie et la chocolaterie. Une adaptation dirigée par Fabrice et Christophe qui a révélé des jeunes talents qui ont fait bien rire leurs parents.

Ces Goûters Ramdam seront reconduits ce mercredi 25 mars à partir de 14 h. Ce jour-là, le programme sera complété par l'atelier La Ronde des comptines de Messa. Cet après-midi sera encore une belle occasion pour les familles de découvrir Ramdam avant le week-end des 28 et 29 mars, notamment la grande exposition « Les Petits Chaperons rouges bougent » et sa multitude de créations réalisées par les écoliers haut-rhinois.

L.S. CONTACTER Inscription obligatoire pour les Goûters Ramdam au 03.89.53.55.54, à la MJC de Wittenheim, site Fernand-Anna. Formule tout compris : 2 EUR par personne.


 


Déchetterie et bassin d'orage : un chantier de deux mois

 

Pose d'une canalisation de dérivation. 

 

Laurent Schneider

Depuis quelques jours, un important chantier de travaux de terrassement et de pose d'imposantes canalisations a démarré sur les sites de la déchetterie et du bassin d'orage, rue d'Illzach à Wittenheim. Le Sivom de la région mulhousienne, établissement de service public qui assure les missions de collecte et de traitement des déchets et des eaux usées de 54 communes, est maître d'ouvrage de l'opération. « Il s'agit de sécuriser d'une part les installations du bassin d'orage dans la perspective d'y entreprendre un curage intégral et par la même occasion de sécuriser également la voie de passage dans la déchetterie », précise Mme Trognon-Meyer, du bureau d'étude du Sivom.

Obstruées par des déchets

Dans ce bassin d'orage transitent les eaux usées et les eaux de pluie du collecteur de la rue des Mines et des rues avoisinantes, ainsi que l'ensemble de la surcharge du réseau d'assainissement en provenance des communes de Richwiller, Kingersheim et de la partie sud de Wittenheim en cas de fortes pluies.

La vidange du bassin ne fonctionnait pas correctement, car les pompes de relevage étaient continuellement obstruées par des lingettes et tissus jetés dans les réseaux d'assainissement, rejets qui sont évidemment interdits. En 2012, y a été installée une vis d'Archimède qui devait assurer le relevage de ces matériaux indésirables. Cette installation s'est avérée insuffisante, notamment pour en sortir une épaisse couche très compacte de résidus recouvrant le fond de ce bassin d'un volume de 2500 m³.

Pour mener à bien une opération de nettoyage, il faut que des agents puissent descendre dans le bassin et y travailler en toute sécurité. Ceci implique la pose d'une canalisation de dérivation pour permettre le passage des eaux le temps des travaux de curage. Par ailleurs, il faut également agrandir les ouvertures du plafond et y installer des ventilateurs dans le but d'améliorer les conditions de travail du personnel.

Parallèlement seront aussi réalisés des travaux de sécurité au niveau de la déchetterie, qui est actuellement fermée. Le terrain d'emprise du site ne sera pas étendu, mais sa surface utile sera agrandie. Jusqu'à présent, les bennes devant recueillir les gravats étaient installées dans la voie de passage des véhicules venant déposer les déchets. Des emplacements pour ces bennes à l'écart de la voie de circulation seront créés. Les surfaces nécessaires seront prises sur des espaces non utilisés jusqu'à présent.

Les travaux, qui sont réalisés par l'entreprise Eurovia, seront achevés d'ici à la fin du mois d'avril.

09:27 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.