Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 17 février 2015

Comité des finances locales à l'Assemblée Nationale du 17 février 2015

IMG_2766.JPGJe siège au Comité des finances locales qui se réunit dans la salle de la commission des finances de l'Assemblée Nationale.

Au programme la répartition de la Dotation globale de fonctionnement ou plutôt la répartition de la pénurie ! La baisse de 3,7 milliards pour les collectivités territoriales n'est pas soutenable ! Elle doit être absolument revue !

10:33 Publié dans A la M2A, A Wittenheim, Au PS, Blog, En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

lundi, 16 février 2015

Revue de presse du samedi 14 au lundi 16 février 2015

 

 

 

L'alsace, Samedi le 14 Février 2015 Les quatre saisons du carnaval

Dimanche 15 février, l'Office municipal des sports et des loisirs, en partenariat avec la commune et avec le concours de plusieurs associations, organise le septième carnaval des familles de Wittenheim.

Les festivités se dérouleront l'après-midi en deux temps : d'abord, une cavalcade qui partira de la mairie à 14 h 30 pour se rendre à la Halle au coton suivie de séquences musicales assurées par les guggamusiks participantes et du tirage au sort du gagnant de la Corbeille du carnaval 2015. Puis la traditionnelle crémation de la sorcière se déroulera sur la place du Marché.

Plus de 850 carnavaliers

Cette septième édition du carnaval de Wittenheim sera placée sous le signe des quatre saisons. Les groupes carnavalesques ainsi que les habitants sont invités à porter des déguisements évoquant le printemps, l'été, l'automne et l'hiver.

Au total plus de 850 carnavaliers de 24 troupes, dont trois guggamusiks, ainsi que neuf chars participeront à la cavalcade. Parmi tous ces carnavaliers, figure un groupe d'enfants de l'atelier bricolage tous supports du Mille Club de Jeune-Bois.

Sous la houlette de Sabine Schartzentruber, ces jeunes travaillent depuis plus d'un mois à la réalisation d'un petit char qui évoque l'hiver. « Nous avons confectionné un petit ours polaire qui se promène dans la montagne enneigée. Nous serons évidemment aussi déguisés, certains en bonhomme de neige, d'autres en reine des neiges », précisent les enfants très heureux et fiers de pouvoir participer à la cavalcade.

Comme de coutume, la sorcière a été conçue et réalisée par des élèves du lycée technologique et professionnel privé Don Bosco de Wittenheim. Cette année, ce sont les élèves de la 4e technologique qui ont eu l'honneur de la fabriquer, sous l'autorité des professeurs Nadine Adam et Nathalie Krason.

Une sorcière des marais réalisée avec des petites lattes de bois et décorée avec de la mousse, des feuilles séchées, de la paille et divers fruits. Autant de décors évoquant l'automne.

À partir de 13 h 30, la rue d'Ensisheim, la cour, les parkings et les abords du lycée privé Don Bosco seront donc bien colorés. De là, le cortège se rendra à la mairie où sera vraiment lancée l'édition 2015 de ce carnaval des familles. Comme d'habitude, avant le départ du cortège, la reine Kelly et le roi Ludovic diront un mot de bienvenue aux participants et le maire remettra les clefs de la ville au couple royal. Trois coups de canon donneront ensuite le top départ du cortège.


© L'alsace, Dimanche le 15 Février 2015 Les photos de Nhu Minh à la médiathèque

Depuis le début du mois, Nhu Minh, 53 ans, de Colmar, expose 22 photographies qu'il a récemment réalisées, essentiellement des prises de vue avec mise en scène et quelques clichés de voyages et de scènes de rue. L'artiste photographe expose régulièrement ses réalisations dans diverses expos de photos en Alsace. Lors de la première édition de l'expo « Le printemps de la photographie » à Wittenheim, Nhu Minh a été primé. À la médiathèque, le fil rouge de ses photos avec mise en scène est la culture, son oeil s'est notamment intéressé aux lecteurs et aux musiciens. L'exposition, visible aux heures d'ouverture de la médiathèque, restera en place tout le mois de février.

Y ALLER Exposition jusqu'au 28 février à la médiathèque Paul-Zwingelstein, 1A rue des Mines à Wittenheim.


© L'alsace, Dimanche le 15 Février 2015 La proximité au quotidien

 Alors que les élus sont la cible des populistes, les maires tentent de tenir la barre de leur commune, avec des finances en berne et un moral pas vraiment au beau fixe. Les sujets de préoccupations ne manquent pas, comme l'ont montré les questions des élus, hier matin, après la partie statutaire de l'assemblée générale des Maires du Haut-Rhin qui s'est tenue à Guebwiller. Élu sénateur en septembre, le président René Danési n'a guère modifié sa manière de présider, soucieux de donner la parole au plus grand nombre. Mais laissant sa vice-présidente, Catherine Troendlé, monter au créneau pour certaines mises au point.

Souple avec intelligence

Que les communes connaissent des difficultés financières, même la gauche le reconnaît. Rapporteur de la commission des finances de l'AMF (Association des Maires de France), le socialiste Antoine Homé a évoqué les 15 000 motions signées par des communes, déplorant la baisse de la dotation globale de fonctionnement de 12 % en deux ans. Le président de l'AMF a souhaité alerter le Premier ministre sur cette question. « Aussi bien le montant de cette baisse que son rythme ne sont pas soutenables », argumente le maire de Wittenheim.

Autre sujet de préoccupation, les logements sociaux. Se faisant le porte-parole de ses collègues des Trois Frontières, le maire de Blotzheim a déploré la difficulté de trouver un bailleur social pour construire des logements. Les bailleurs incriminent le poids du foncier. Pour les communes, dès lors, le choix est cornélien : soit acheter les terrains pour les revendre moins chers aux bailleurs sociaux, soit ne pas construire de logement et payer des pénalités.

Autre sujet concernant l'État, l'impossibilité à renouveler une carte d'identité, alors qu'elle n'est pas périmée, mais le sera au moment du départ en vacances. « Vaut-il mieux la déclarer perdue et payer 25 EUR», a suggéré un élu. Car certains États, comme la Turquie... et l'Allemagne n'acceptent pas le principe de documents périmés. « La Suisse l'accepte », a nuancé le préfet, ce que des maires ont contesté. « On sera souple avec intelligence », a promis le secrétaire général, laissant entrevoir un renouvellement selon les pays de destination. Pour la sénatrice Troendlé, il y va cependant de « la liberté de circulation » pour les citoyens français...

Autre sujet récurrent, l'ouverture de classes bilingues, en l'occurrence au collège. Le maire de Dannemarie, Paul Mumbach - qui a appelé à signer la pétition pour un référendum sur l'avenir de l'Alsace - a demandé au rectorat de revenir sur son refus d'ouvrir une classe pour moins de 10 élèves. Tout en rappelant la volonté du recteur de promouvoir le bilinguisme, la directrice académique du Haut-Rhin, Maryse Savouret, a estimé impossible de descendre en-dessous de 10 élèves. Ce qui a conduit la sénatrice Troendlé à appeler les maires à « sensibiliser les parents pour qu'ils laissent leurs enfants dans la filière bilingue, jusqu'au bout ».

Fourrière trop chère ?

Ultime sujet, le tarif de la fourrière de Mulhouse, que ses responsables se proposent de faire passer de 53 à 75 centimes par habitant, pour les 250 communes sous contrat. « Le comité directeur a refusé cette augmentation », a indiqué, d'emblée, le président Danési, en précisant que « l'évolution est identique » à Colmar. Le président de la SPA de Mulhouse, le Dr François Tisserand, a expliqué que, par le passé, « les dons et legs destinés au refuge servaient à combler le trou de la fourrière », soit quelque 69 000 EUR cette année. « Une pratique illégale », selon lui. La SPA ayant décidé d'établir une comptabilité séparée, il appartiendra aux maires de payer la prestation à son prix. Ce qu'une majorité a semblé refuser, conduisant le président mulhousien à menacer de fermer la fourrière...

Appelé à conclure les débats, le préfet Lelarge a rappelé « les menaces d'actions terroristes qui visent tout le territoire, pas seulement les grandes villes ». « Nous sommes tous concernés », a-t-il conclu, en évoquant le travail qui devra être fait, dans les établissements scolaires, sur les valeurs républicaines.


© L'alsace, Lundi le 16 Février 2015 Ambiance familiale à Wittenheim

La météo a été nouvelle fois bienveillante pour le traditionnel carnaval des familles de Wittenheim. Même si le soleil n'a percé le ciel gris et qu'un léger vent du nord s'est levé durant la cavalcade et le grand rassemblement sur la place du marché et dans la Halle au coton, cette édition 2015 a de nouveau été une belle réussite. D'une part, la manifestation a rassemblé la grande foule tout le long du parcours, surtout à l'approche de la Place du marché, et d'autre part, le cortège de la cavalcade était très imposant, coloré et surtout festif et bruyant. De nombreux Wittenheimois, mais aussi beaucoup de spectateurs d'ailleurs étaient sur les trottoirs pour découvrir les beaux chars, les troupes remarquablement déguisées, dansoter au son des guggamusik, et aussi pour se faire arroser de confettis. La fête dans et autour du cortège était surtout familiale.

Grands et petits étaient comblés et émerveillés « c'est superbe, heureusement il ne pleut, pas on a de la chance », pouvait-on entendre tout au long du parcours. Les plus petits, souvent affublés de beaux déguisements ou embellis de maquillages, étaient fascinés ou faisaient semblant d'avoir peur mais ils n'avaient aucune envie de quitter la cavalcade.

Le cortège était ouvert par la Confrérie de la sorcière du lycée Don Bosco, les élèves de la 4e technologique dont un quatuor a porté une petite plateforme où était juchée la sorcière. Suivaient les troupes, les chars et les groupes de guggamusik, une succession de carnavaliers, tous très originaux et toujours prêts à amuser le public. Le char de la reine Kelly et du roi Ludovic auxquels le maire Antoine Homé avait confié les clés de la ville était en queue de cortège.

La Halle au coton était un peu étroite pour accueillir tous les spectateurs et participants à la cavalcade pour un moment musical et de restauration. Ensuite, sur la place du marché, la crémation de la sorcière était la dernière attraction de cet après-midi festif. Elle a bien résisté, les pompiers ont eu du mal à l'enflammer. « C'est nous qui l'avons confectionnée, ça nous a coûté beaucoup d'efforts. Même si elle est belle, ce n'est qu'une sorcière de carnaval et elle doit quand même être brûlée, c'est un peu dommage », disait l'un des élèves.


© Dna, Lundi le 16 Février 2015 / Mulhouse :Wittenheim  Carnaval

La grande foule était au rendez-vous pour le désormais traditionnel et fort couru carnaval de Wittenheim. La fête a été folle et belle...

Sous une météo bienveillante, le carnaval des familles organisé par la Ville et l'OMSL a connu un franc et beau succès. C'était la liesse, c'était la fête... Une dizaine de chars, une non moins belle présence de multiples Gugga musique, les airs tonitruants et entraînants des Altkirch Waggis, des Battemer Narra, des Haxa Gugga de Rouffach, des Welda Wagges de Thann... et pléthore de délicieuses majorettes.

Tous ont paradé et sillonné les rues de la ville de la mairie à la place du marché. On s'en doute, l'ambiance était folle et joyeuse, une impressionnante variété de déguisements, une pluie de confettis, des rires, sourires et applaudissements, un défilé haut en couleurs qui a rencontré l'adhésion générale. C'est depuis le balcon de la mairie que le couple princier, Kelly et Ludovic, a libéré les carnavaliers. Un carnaval placé sous le thème des « Quatre saisons » avec bien entendu les déguisements de circonstance... l'imagination et un épatant chatoiement de couleurs étaient au pouvoir. Après la parade, la fête se prolongeait à la Halle au Coton, en musique et avec l'immanquable crémation de la sorcière.

Un beau feu de joie final qui réchauffait encore, s'il en était besoin, les coeurs et les corps. Assurément si le carnaval de Wittenheim ne peut pas (encore) faire pâlir d'envie les festivités d'outre Rhin, il en reste néanmoins des plus réussis. Plutôt réjouissant non ? !

10:19 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | |  Facebook | |

mardi, 10 février 2015

Revue de presse du mardi 10 février 2015

 

 

© Dna, Mardi le 10 Février 2015 / Mulhouse
Wittenheim Pôle de psychiatrie Lauch-Thur-Doller
Le Leo à l'écoute le jeudi

Un premier Lieu d'écoute et d'orientation (Leo) pour les personnes en souffrance a été mis en place à Wittenheim.

Des points écoute existent déjà à Mulhouse ou à Kingersheim. Ce Leo est donc le premier à voir le jour sous cette forme, à l'initiative du pôle clinique de psychiatrie Lauch-Thur-Doller (*).

Le Leo existe depuis décembre 2014, il connaît une affluence plus importante depuis qu'il a quitté les locaux provisoires de la mairie de Wittenheim pour s'installer mi-janvier dans la nouvelle Maison de la Solidarité, toujours au centre-ville.

Beaucoup de femmes seules

Il fait le lien entre la population et le champ de la santé mentale en dehors de tous lieux institutionnalisés. Un réseau Santé existe d'ailleurs dans la commune. « La priorité est donnée aux habitants de Wittenheim. C'est une des grosses communes du bassin de vie », explique Barbara Schall, psychologue du pôle. Un second Leo devrait fonctionner à Wittelsheim courant mars.

Chaque jeudi matin, Barbara Schall ou sa collègue Clarisse Blauhellig, assistante sociale, quittent leurs bureaux du centre psychothérapeutique de Pfastatt (qui relève du centre hospitalier de Rouffach) pour assurer la permanence du Leo.

À la Maison de la solidarité, c'est le jour consacré aux Restos du coeur. Les personnes en difficulté sont souvent guidées vers la permanence d'écoute et d'orientation. Beaucoup de femmes seules sont concernées. « On reçoit toutes les personnes qui peuvent être en situation de difficulté psychologique. Elles peuvent être en deuil, subir des violences conjugales ou être harcelées au travail. » L'objectif est de désarmorcer les situations de crise et guider ces personnes vers une prise en charge, qui n'est pas forcément longue. Cela peut être vers le centre médico-psychologique de Pfastatt. « Les gens souvent ne connaissent pas ce service ou n'osent pas faire la démarche. »

Les personnes pourront revenir à la Maison de la solidarité de façon ponctuelle. Les rendez-vous sont gratuits et anonymes.

K.D. Leo, Lieu d'écoute et d'orientation, Maison de la solidarité à Wittenheim, 33 rue d'Ensisheim. Répondeur téléphonique : 03 89 78 78 90 (les personnes sont rappelées rapidement).leo.wittenheim@ch-rouffach.fr L'accueil a lieu tous les jeudis, avec une permanence libre de 9h à 10 et une possibilité de rendez-vous de 10h à 12h. (*) Ce sont les cantons de Gueb-willer, Soultz, Wittenheim, Cernay, Thann, Saint-Amarin et Masevaux.


© L'alsace, Mardi le 10 Février 2015
Trioplast : les coulisses d'une démolition

Une page se tourne rue de Lorraine, à Wittenheim. Neuf ans après la fermeture de l'entreprise de production de film plastique Trioplast, (lire ci-dessous), le nouveau propriétaire du site a chargé l'entreprise Batichoc de faire place nette. Début décembre, deux pelles mécaniques ont commencé à grignoter les bâtiments, soit quelque 20?000 m² de béton et de ferraille, et deux mois plus tard, il ne restait déjà qu'un bout de hangar éventré et une dalle jonchée de gravats.

Pendant qu'un engin de chantier croquait les derniers piliers comme des biscottes avec ses mâchoires d'acier d'une pression de 350 tonnes, une autre équipe s'affairait sur une partie du chantier plus discrète, mais aussi bien plus technique : les bureaux, d'une surface d'environ 100 m², où les dalles reposaient sur une colle à l'amiante. Quelques fibres indésirables transformant le chantier en une zone à haute sécurité. L'entreprise nous en a ouvert les portes, à quelques heures du début des opérations.

Dès les abords du bâtiment, des banderoles jaunes avertissent en gros caractères les badauds imprudents. « Danger amiante ». En s'approchant, une pancarte précise : « Empoussièrement niveau 2, accès contrôlé, équipement obligatoire », le tout assorti d'une ribambelle de logos et d'articles de loi. Bref, on n'entre pas sur ce chantier comme dans un moulin... d'abord parce qu'il n'y a pas une porte, mais quatre. Pour éviter qu'une fibre ne s'échappe, trois sas séparent l'extérieur de la salle à traiter.

Deux d'entre eux sont équipés de robinets pour permettre aux désamianteurs de respecter en sortant un rituel rigoureusement minuté. Première douche, délai d'attente, enlèvement de l'équipement, deuxième douche... L'eau utilisée file directement dans des appareils qui la filtrent, et à la sortie, des tongs et des peignoirs sont alignés, comme à la piscine.

De l'autre côté des sas, la salle est entièrement couverte d'une bâche translucide rendue étanche à l'aide de ruban adhésif et de mousse de polyuréthane afin d'éviter que l'air pollué ne s'échappe par un interstice une fois le désamiantage commencé. Les fibres en suspension ne doivent avoir qu'une seule issue : une bouche d'aération grillagée, à l'autre bout de la pièce. « À l'extérieur, il y a deux extracteurs », précise Bruno Bonnel, directeur du désamiantage chez Batichoc.

« Notre cosmonaute est prêt ! »

Si un appareil tombe en panne, l'autre prend le relais, et si l'alimentation en électricité s'interrompt, un générateur de secours embraie : « Tout est doublé », précise le responsable. Pour rendre toute fuite impossible, l'autre secret est de maintenir toute la salle en « dépression », à exactement 20 pascals en dessous de la pression atmosphérique. Mécaniquement, l'air ne peut sortir que par ces aspirateurs géants, comme une boisson dans une paille. Après l'installation du dispositif - qui doit être approuvé par l'inspection du travail -, Roland Marien, chef du chantier de désamiantage, procède à un dernier test grandeur nature. Il entre avec un générateur de fumée et en emplit toute la pièce jusqu'à ce que l'on ne puisse plus distinguer le bout de ses doigts. « En cinq minutes, tout doit être parti », résume-t-il. Le premier désamianteur peut alors commencer à s'équiper pour travailler.

Entre le masque à ventilation assistée, la combinaison et l'arsenal de capteurs embarqués, sa préparation prend encore un bon quart d'heure. « Voilà, notre cosmonaute est prêt ! », rit Patrick Gaidella, responsable de travaux. Durant l'intervention, un hublot, des mini- caméras et une batterie de capteurs permettront aussi de relever et d'enregistrer les moindres paramètres de l'extérieur.

Finalement, le chantier a pu être libéré vendredi, après des dernières « mesures libératoires » ayant confirmé qu'il ne subsistait plus aucune trace de fibres dans l'air. En tout, le chantier de désamiantage aura pris environ deux semaines... dont la moitié de préparation et d'installation.

10:05 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | |  Facebook | |

mercredi, 04 février 2015

Revue de presse du mardi 3 et du mercredi 4 février 2015

 

 

© Dna, Mardi le 03 Février 2015 / Mulhouse
Wittenheim
Wittenheim Il y a 70 ans, la Libération

Le 70e anniversaire de la libération de Wittenheim a été célébré avec sobriété et dignité. Une forte représentation de libérateurs était saluée par le maire Antoine Homé.

Un office inter-religieux s'est déroulé à l'église Sainte-Marie. Les cultes catholique, protestant, israélite et musulman y participaient. Dans le choeur de l'église 70 bougies allumées symbolisaient les 70 années écoulées depuis fin janvier, début février 1945. Des lectures des livres fondateurs des trois religions, la Torah, la Bible et le Coran, et un long moment de recueillement ont marqué l'office.

C'était ensuite face au monument aux morts que le maire rappelait les combats, les lourdes pertes humaines et matérielles qui ont meurtri la ville martyre » - la mairie étant libérée le 31 janvier 1945. Un dépôt de gerbes de la part des autorités, du conseil municipal des enfants et des représentants des villes marraines de Wittenheim, soit Saint-Cloud, Thiers et Fontenoy, clôturait ce douloureux anniversaire. Les convives se retrouvaient dans l'après-midi au complexe Léo-Lagrange pour la découverte d'une exposition relatant le retour de Wittenheim à la France, marquant la fin du joug nazi.

d.w.


Dna, Mardi le 03 Février 2015 / Mulhouse
Wittenheim  Expo photos à la bibliothèque
Wittenheim Les clichés de Monsieur Nhu

Au milieu des livres une fort attrayante expo photos fait le ravissement des usagers de la bibliothèque municipale.

Nhu Pham Minh Thuyen, la cinquantaine rayonnante, est venu depuis sa ville de Colmar pour proposer de superbes clichés au regard du public. Une vingtaine de photographies, des portraits, la ville ou encore des thèmes ayant trait à la culture et, l'endroit est tout indiqué, aux livres, illustrent le coup d'oeil éclairé de « Maître Nhu ». Ce dernier n'en est pas à sa première exposition à Wittenheim, il y a été primé lors du « Printemps de la photo 2014 ». M. Nhu est également régulièrement présent dans plusieurs salons de la photo en Alsace. Directrice de la bibliothèque, Frédérique Wisson a une fois de plus déniché une pointure pour magnifier la culture dans ses locaux. Une forte délégation d'élus a salué le talent du photographe et fait l'éloge des activités et du dynamisme de la médiathèque Paul-Zwingelstein.

dw


Dna, Mercredi le 04 Février 2015 / Mulhouse
Wittenheim  Conseil municipal
Wittenheim « Un effort de tous pour des services performants »

Eclairer les élus sur les axes de l'action municipale pour l'année 2015, au regard du contexte économique, budgétaire et des perspectives financières de la Ville. C'était l'objet de la séance de lundi soir, la tenue du débat sur les orientations budgétaires (DOB).

Après avoir évoqué un contexte économique difficile qui se traduit notamment par une forte baisse des dotations de l'Etat (moins 300 000EUR pour 2015, alors que le budget de la ville est de l'ordre de 15 à 16 millions d'euros) Antoine Homé analyse la situation locale : « Les difficultés qui pèsent sur les collectivités demandent un effort de tous pour offrir un niveau de service performant aux Wittenheimois. La diminution des concours de l'Etat oblige la Ville à poursuivre ses efforts de rationalisation de ses dépenses tout en maintenant une pression fiscale maîtrisée. » Le maire poursuit : « Notre politique d'investissement reste ambitieuse [...]. On n'a pas posé notre sac, on continue, mais il n'y a aucune place pour le gaspillage. Cette année les associations devront participer à l'effort de réduction des dépenses [...]. La solidarité et l'éducation sont prioritaires». L'élu en arrive aux investissements : « La ville gardera un bon niveau d'investissement, les grands projets (parc de détente, Centre social, complexe Coubertin) arrivent à terme et feront encore l'objet d'inscriptions budgétaires cette année. Pour 2015 sont notamment programmés : des travaux de réaménagement du gymnase Pierre-de-Coubertin, la réhabilitation de la rue de la Forêt, la sécurisation de la rue de Ruelisheim, l'amélioration thermique des bâtiments publics, etc. »

L'opposant UMP Patrick Pichenel, plus que jamais en accord avec le maire : « On voit votre volonté de continuer à maîtriser les dépenses, nous vous soutenons. » Puis, Patrick Pichenel s'en prend à l'USW foot : « Cette association a utilisé son site pour faire campagne contre vous et moi-même au profit de la liste de Philippe Duffau lors de la campagne électorale [...]. C'est irresponsable, ce club bénéficie de subventions importantes, il me paraît souhaitable qu'une sanction financière soit prononcée contre lui ».

«Ne pas faire payer aux Wittenheimois...»

Philippe Duffau : « Si la croissance est en berne ce n'est que la conséquence d'une politique nationale désastreuse qu'il n'est pas question de faire payer aux Wittenheimois [...]. Des choix d'investissements locaux sont discutables, on pourrait supprimer les voeux du maire, impliquer les associations quant à l'animation, trop municipalisée, de la ville, revoir la tenue des Journées Italiennes, éviter les audits, repenser le bulletin municipal, etc. »

Le maire répond : « Merci à M. Pichenel pour son intervention constructive. M. Duffau, vous méconnaissez la vie locale, nos associations sont mobilisées, les voeux ont un coût extrêmement modeste. Vous semblez vous désintéresser des manifestations locales où vous êtes très peu présent. » Ambiance...

Mais gageons que tous se retrouveront pour le carnaval de la ville, et ce sera le 15 février prochain.

dw


© L'alsace, Mercredi le 04 Février 2015
Première séance de l'année par une minute de silence en hommage aux victimes des récents attentats à Paris. Une séance largement dominée par le débat d'orientations budgétaires.

Fiscalité locale : « On fera du mieux qu'on pourra »

Comme à son habitude, le maire Antoine Homé a d'abord présenté le contexte économique général et les perspectives financières de la Ville, avant de décliner les axes prioritaires de l'action municipale. Ces orientations budgétaires ont été élaborées dans un cadre « contraint », comme l'ont souligné tous les interlocuteurs.

En cause, principalement : l'amputation de la dotation globale de fonctionnement (DGF) de 11 milliards d'euros pour la période 2015-2017 (3,67 milliards pour cette année), qui touche toutes les collectivités, ceci dans le but de réduire les déficits publics. Pour Wittenheim, cela induit une baisse de 300 000 EUR cette année, a souligné le maire, sachant que la DGF représente 28 % des recettes de fonctionnement de la Ville, soit le deuxième poste de recettes après les impôts locaux. Pour 2015, la DGF est estimée à 2,27 millions d'euros (MEUR), alors que les recettes fiscales, compte tenu de l'évolution des bases, devraient augmenter de 200 000 EUR, à 4,77 MEUR. Sur les taux de la fiscalité locale, Antoine Homé a d'ailleurs juste parlé de « conserver une pression fiscale maîtrisée ». « On fera du mieux qu'on pourra. »

L'élu a toutefois relevé quelques bonnes nouvelles, comme le maintien du fonds d'amorçage de la réforme des rythmes scolaires pour 2015-2016, soit 50 EUR/élève, ou la progression de la dotation de solidarité urbaine (DSU) pour une Ville comme Wittenheim, soit 466 000 EUR prévus cette année.

Conséquence en partie de la baisse de la DGF, le taux d'épargne brute (autofinancement) passe sous la barre des 10 % (il était de l'ordre de 14 % jusqu'en 2011). Quant à la dette de la Ville, elle a progressé à 6,89 MEUR début 2014, en raison des financements de projets structurants et des mises aux normes obligatoires (Grenelle de l'environnement, accessibilité...), a fait valoir le maire, mais elle reste inférieure par rapport à la moyenne des communes de même importance.

La questiondes subventions

Résultant de tout cela, la maîtrise des dépenses de fonctionnement est une nouvelle fois un objectif « ambitieux » pour la Ville. Antoine Homé n'a pas manqué de saluer « le gros effort » fait en la matière et le travail des services de la mairie pour y arriver. Une baisse de 6 % est notamment prévue dans les charges à caractère général. De même, il est question de revoir les contributions aux organismes intercommunaux et les subventions aux associations, qui « devront cette année participer à l'effort de réduction des dépenses ». La priorité sera donnée à tout ce qui relève de la solidarité et de l'éducation.

La Ville entend quand même « garder un bon niveau d'investissement ». Les grands chantiers que sont le parc du Rabbargala et le nouveau centre social et familial devraient être finis pour l'été, une deuxième phase de travaux au gymnase Pierre-de-Courbertin devrait être engagée, la sécurisation de la rue de Ruelisheim est programmée cet été, entre autres...

Ces orientations budgétaires ont été en grande partie soutenues par le groupe Servir Wittenheim. Patrick Pichenel a même « suggéré certaines pistes avant le vote définitif du budget », notamment pour les subventions aux associations, « qui sont dans leur immense majorité exemplaires, mais l'une d'entre elles, l'USW football, a, durant la campagne électorale, utilisé son site pour faire campagne contre vous (Antoine Homé) et moi-même... Ce site doit servir à communiquer des résultats sportifs et non faire une campagne politique avec l'argent du contribuable, puisque ce club bénéficie de subventions importantes. À titre personnel, il me paraît souhaitable qu'une sanction financière soit prononcée. »

Une suggestion qui n'a été relevée ni par le maire, ni par l'autre groupe minoritaire, Witt'démocratie citoyenne. Son chef de file, Philippe Duffau, s'est juste prononcé contre la baisse des subventions aux associations et contre la hausse - éventuelle - des impôts. « On ne va pas faire payer aux Wittenheimois les conséquences d'une politique nationale désastreuse », a-t-il déclaré. Au plan local, il a pointé « des années d'investissements pas judicieux » et « la municipalisation des manifestations au détriment des associations ». Il a émis d'autres pistes que la majorité pour faire des économies : « supprimer les voeux du maire, confier l'organisation des temps d'activités périscolaires (Tap) à la MJC, faire le journal municipal en interne... ».

Antoine Homé lui a répondu point par point et a vivement défendu sa politique. Les deux hommes se sont aussi opposés sur le fait de parler de laïcité et des valeurs de la République pendant les Tap, Philippe Duffau - instituteur de métier - estimant que « c'est le rôle de l'école, et non du périscolaire », le maire considérant que « tout le monde doit s'y mettre, en renfort de l'Éducation nationale ».

Bref, Charlie était encore très présent lundi soir à Wittenheim.

11:05 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | |  Facebook | |