Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 06 juin 2014

Pour ou contre le rapprochement Alsace-Lorraine?

© Dna, Jeudi le 05 Juin 2014 / Région
Politique Réforme territoriale
Pour ou contre le rapprochement Alsace-Lorraine?

 

 Le groupe socialiste et démocrate du conseil régional d'Alsace , par la voix de son président Antoine Homé, approuve « cette nouvelle étape de la décentralisation ». « Nous nous engageons à contribuer à la réussite de ce projet en participant activement aux travaux qui auront lieu dès les prochaines semaines, écrit-il. Il est essentiel que la France soit dotée de régions plus fortes qui lui permettent de relever les défis économiques au plan national mais également européen. » « La proposition de fédérer l'Alsace et la Lorraine avait notre préférence car il est nécessaire de penser ces régions renforcées à une échelle géographique raisonnable afin de continuer à répondre efficacement aux enjeux de proximité. Le futur siège de cette nouvelle région ne peut être que Strasbourg, siège du parlement européen », conclut-il.

 

Le sénateur (PS) de la Moselle, Jean-Louis Masson, parle quant à lui de « bricolage et cafouillage », faits de « choix improvisés sans réflexion d'ensemble »... «Les nouvelles institutions s'organiseraient sur deux niveaux : de grandes régions entraînant la suppression des départements et de grandes intercommunalités ayant vocation à absorber les communes. C'est un non-sens total car dans l'exercice de leurs compétences, ces deux niveaux n'auraient plus aucune proximité avec le terrain », écrit M. Masson. « Dans l'Est de la France, le projet initial réunissait les trois régions Alsace, Lorraine et Champagne-Ardenne. Il correspondait à une configuration compacte s'appuyant sur les infrastructures d'aménagement du territoire [...] Hélas, au dernier moment, le Président a préféré réunir Champagne-Ardenne à la Picardie. [...] Par contrecoup, les régions Alsace et Lorraine seront regroupées. Les partisans de cette solution la justifient par les réminiscences de l'annexion à l'Allemagne en 1870. Toutefois, dans un tel face-à-face, la Lorraine a été à chaque fois marginalisée. »

 

Philippe Bies, député PS du Bas-Rhin, se réjouit de cette réforme territoriale, « une initiative politique majeure », qui s'inscrit « dans la longue marche de la décentralisation initiée et portée par les socialistes il y a 30 ans ». Cette réforme est pour lui « une réponse structurelle à la défiance des citoyens vis-à-vis de l'action publique, ainsi qu'au sentiment de déclassement qui a gagné les quartiers populaires des grandes agglomérations comme les territoires ruraux ». « Les régions, plus grandes, plus fortes, seront les responsables de la préparation de l'avenir de territoires liés aux dynamiques des métropoles, comme l'Eurométropole de Strasbourg, que ce soit dans le domaine économique, des transports, de l'environnement et du climat. Ce doit être l'occasion pour des régions frontalières telles l'Alsace et la Lorraine d'acquérir encore davantage de compétences dans la coopération transfrontalière ».

09:43 Publié dans A la M2A, A Wittenheim, Au PS, Blog, En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.