Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 09 septembre 2013

Fête de la concorde 2013 - (voir mon album photos)

© Dna, Lundi le 09 Septembre 2013 / Mulhouse
Droits de reproduction et de diffusion réservés

IMG_1612.JPGMULHOUSE Fête de la Concorde du parti socialiste et de ses alliés hier au Lerchenberg
Festive et offensive

 

En compagnie de Gilbert Buttazzoni (au centre), Roxana Maracineanu sourit, 15 ans après, à la Une de l'Equip e, datée du 19 janvier 1998 et brandie par Pierre Freyburger. Une qui qualifiait

Festive, la 5e fête de la Concorde l'était sans conteste, hier sous les frondaisons du Lerchenberg à Dornach avec, au moins, 600 participants. Offensive, elle l'a surtout été dans le discours musclé de Pierre Freyburger exhortant ses troupes à remporter les municipales de mars 2014 - « une victoire dont on n'a jamais été aussi proche », selon le leader socialiste.

Ils étaient au moins 600 à avoir arpenté la petite colline du parc du Lerchenberg. Au moins, car ce chiffre correspondait - nous a-t-on assuré - au nombre de repas servis. C'est d'ailleurs une gastronomie cosmopolite qui était à l'honneur puisque six menus étaient estampillés géographique : russe, maghrébin, réunionnais, africain, turc et... alsacien. Le septième versait dans le végétarien.

Outre les stands-cuisine où l'on faisait chauffer les plats des régions et nations précitées, des animations avaient été prévues pour les enfants et, sur le coup de 14h et des poussières, le chef de choeur de l'ensemble Vocaléidos Bernard Beck entraînait avec une belle énergie petits et grands dans une folle batucada, une samba brésilienne. Voilà pour la partie festive.

Pour la partie politique, des élus sont intervenus comme la sénatrice Patricia Schillinger, le premier secrétaire du PS Denis Wiesser ou encore Antoine Homé, le maire de Wittenheim.

Une pause politique et festive à la fois a ensuite été mise en scène par Gilbert Buttazzoni, le président du comité de soutien à Pierre Freyburger. Durant une petite demi-heure, il a interviewé Roxana Maracineanu, star mulhousienne et mondiale de la natation, qui a quitté les bassins d'eau chlorée pour évoluer dans d'autres eaux, nettement politiques celles-là... Depuis le 21 mars 2010, la championne du monde est en effet conseillère régionale d'Ile-de-France. C'est à ce titre que s'est d'ailleurs exprimée l'élue socialiste qui est venue - on l'avait compris - soutenir Pierre Freyburger dans son combat électoral. « En Ile-de-France, j'accompagne notamment les sportifs pour qu'ils ne se contentent pas de bâtir un projet uniquement lié au sport. Car le sport prend énormément de temps et empêche de penser à la suite, qui peut être un projet scolaire ou professionnel afin de s'insérer dans la société après le temps des compétitions. »

C'est Roland Ries, le sénateur-maire de Strasbourg qui a pris le relais en prononçant un discours sur le mode décontracté. Arrivant directement de la fête de la Rose à Strasbourg, il venait apporter les « salutations amicales des camarades du Bas-Rhin » (*).

Concluant les interventions, Pierre Freyburger a commencé son discours en remerciant vivement ses soutiens, connus ou anonymes. Puis, avec pugnacité, il a entamé le message de ce qui était hier sa rentrée politique avec pour ligne de mire la prise de la mairie en mars 2014.

« Le meilleur compagnon de route »

« Mulhouse a besoin de nous. Jamais on a été aussi proche de la victoire. On n'a rien lâché depuis cinq ans, après la trahison de Jean-Marie Bockel en 2007 qui a lâché la mairie à l'UMP. Mais vous, vous êtes restés fidèles à Mulhouse ! Notre plateforme municipale a déjà été remise à 1600 Mulhousiens. Pour gagner, ce projet est le meilleur compagnon de route. »

Saluant les radicaux de gauche, les écologistes (EELV) et les centristes qui ont rejoint le parti socialiste, l'orateur a exhorté ses troupes : « Notre ville souffre. Il faut aller à la rencontre de chaque Mulhousien et le convaincre de ne pas céder à la tentation de l'extrême. Au soir du 23 mars 2014, on doit être en tête pour gagner le dimanche suivant ! »

 

 

11:02 Publié dans A la M2A, A Wittenheim, Au PS, Blog, En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.