Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 24 juin 2013

Nuisances occasionnées par la compostière Agrivalor : la ville ne cesse d'agir !

Nuisances occasionnées par la compostière Agrivalor : j'ai organisé une conférence de presse vendredi dernier pour annoncer les actions et mesures prises par la municipalités de Wittenheim dans ce dossier.

© Dna, Samedi le 22 Juin 2013 / Monde

Wittenheim Agrivalor et ses nuisances
Wittenheim Colère et plaintes...

 

Les boues et déchets verts d'Agrivalor, source de nuisances...
Le dossier Agrivalor, les nuisances occasionnées par la compostière implantée en zone urbaine, empoisonnent la tranquillité des habitants du secteur Wittenheim-Ruelisheim-Pulversheim. Les élus manifestent leur colère, leur « ras-le-bol ».

Antoine Homé, entouré de ses adjoints, réitère la position de la ville : « Nous exigeons la fermeture ou la délocalisation d'une entreprise qui ne maîtrise pas son processus de fabrication... »

Plus de 200 signatures dans le cahier de doléances

Une décision qui cependant appartient à l'État, au préfet, rappelle le maire. Il ajoute : « Depuis 7 ans, des nuisances olfactives, une prolifération de mouches (en période estivale surtout) importunent la population [...]. La colère des habitants est légitime, nous sommes au côté des riverains, mobilisés, nous entendons agir avec fermeté... » Une fermeté qui passe par le dépôt de deux plaintes, au civil et au pénal, qui demandent à l'exploitant de mettre un terme à des nuisances apparentées à des troubles à l'ordre public.

 

Par ailleurs le maire signale qu'un cahier de doléances ouvert jusqu'au 28 juin, en mairie et à la sous-préfecture de Mulhouse a déjà enregistré plus de 200 signatures.

 

Antoine Homé indique aussi que des associations telles qu'Alsace Nature sont sollicitées pour entreprendre une action collective et fédérer les actions des riverains, un type de démarche qui a été couronné de succès pour obtenir le départ de l'entreprise Poulaillon de Morschwiller-le-Bas, rappelle le maire.

 

Quant à l'adjoint Albert Haas, en sa qualité de médecin, il se dit inquiet de la prolifération des mouches qui pourraient polluer l'alimentation. Le maire conclut et assène : « Nous ne faisons pas confiance en l'exploitant, nous demandons au préfet d'agir, il en va de la tranquillité et de la santé de la population... »

 

© L'alsace, Samedi le 22 Juin 2013

Wittenheim La Ville porte plainte contre Agrivalor au pénal

Le maire de Wittenheim, Antoine Homé, l'avait annoncé à demi-mot lors du dernier conseil municipal. C'est désormais chose faite. Après avoir engagé en vain de nombreuses initiatives pour mettre un terme aux gênes occasionnées par la compostière Agrivalor, la municipalité a choisi de passer la vitesse supérieure en portant plainte au pénal, a-t-on appris hier lors d'une conférence de presse.

 

Elle reproche à l'installation, implantée depuis 2004 au hameau de Schoenensteinbach, d'occasionner des nuisances olfactives et des invasions de mouches récurrentes dans les quartiers de Jeune-Bois, Sainte-Barbe ainsi que dans certains secteurs de Ruelisheim et Pulversheim.

 

La Ville a également adressé à l'exploitant un courrier où elle le met en demeure de régler le problème d'insectes sous huitaine, sous peine d'engager à l'encontre de la compostière une procédure civile pouvant se solder par des amendes. Enfin, elle a contacté des associations de défense de la nature susceptibles de porter une action collective de particuliers.

 

« Ma conviction, après toutes ces années, est que nous avons affaire à des gens qui sont dans l'incapacité de maîtriser le processus de production », a commenté le maire. Pour lui, la conclusion va de soi : l'exploitation de la compostière doit cesser, soit du fait de l'exploitant lui-même, soit de celui de l'État, qui a compétence exclusive sur cette installation classée.

 

Le premier magistrat a d'ailleurs profité de l'occasion pour répéter un appel au préfet du Haut-Rhin. « Vous êtes venu à Wittenheim le 25 avril dernier, nous avons constaté que vous étiez à l'écoute et nous souhaitons que vous preniez une mesure d'urgence, a-t-il plaidé. Cette mesure, c'est la fermeture. »

Consultation prolongée

Plus de 160 riverains se sont déjà exprimés dans ce sens, dans le registre de consultation citoyenne ouvert à l'occasion du changement de régime de l'installation. En accord avec la préfecture, la Ville a choisi de prolonger cette consultation jusqu'au vendredi 28 juin, à la mairie de Wittenheim ou à la sous-préfecture de Mulhouse.

 

Contacté à ce sujet, l'exploitant d'Agrivalor n'a pas souhaité commenter les initiatives municipales, mais a indiqué « faire le maximum » pour juguler les nuisances.

 

11:13 Publié dans A la M2A, A Wittenheim, Au PS, En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

Commentaires

Bonjour,

Aujourd'hui, 11h30, route de Soultz à côté du Lidl une dame âgée à vélo a été victime d'un accident de la route, visiblement heurtée par une voiture, les pompiers et la police ont été mobilisés devant les centaines de véhicules qui se rendent tous les samedis dans la zone commerciale.

Cette route est une honte d'un point de vue de la sécurité. Nous sommes en zone urbaine, sur un axe de grand trafic et pourtant il n'y a ni trottoirs, ni piste cyclable. La large voie d'insertion au niveau du Cora oblige les cyclistes à se retrouver entre deux files de voitures se faisant ainsi doubler par la gauche et par la droite par des véhicules dont certains ne respectent visiblement pas les limitations. Mais comment a-t-on pu autoriser un tel aménagement en zone urbaine?

Que compte faire nos élus à ce sujet?

Bon Week-end.

Écrit par : Jacques | samedi, 20 juillet 2013

Au sujet d'Agrivalor, merci pour votre action et votre dynamisme car l'invasion de mouches est insupportable cette année!

En attendant, impossible de manger dehors. J'en ai tué plus d'une soixantaine hier malgré la moustiquaire, elles ont dû profiter des ouvertures des portes. Nous sommes obligés de garder les fenêtres fermées alors que la canicule est annoncée... L'année dernière ça allait encore à peu près, mais cette année je crois que nous battrons tous les records de mouches.

Ne peut-on pas trouver un compromis d'urgence, l'exploitant pourrait par exemple ne plus accepter d'arrivages supplémentaires en périodes de forte chaleur. Ne peut-on pas lui imposer des quotas estivaux (correspondant à ses capacités réelles) à ne pas dépasser de manière à ce qu'il conserve son activité et que pour nous ce soit un peu plus vivable?

Merci encore pour votre engagement sur ce sujet.

Écrit par : Jacques | samedi, 20 juillet 2013

Les commentaires sont fermés.