Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 14 décembre 2012

Revue de presse du 8 au 14 décembre

 

© Dna, Vendredi le 14 Décembre 2012 / Mulhouse
Wittenheim personnes âgées 
Wittenheim Noël pour les seniors

 

Près de 600 seniors se sont retrouvés à l'Espace Léo Lagrange pour la traditionnelle fête de Noël initiée par la mairie. Au programme, les mots de solidarité et d'amitié du maire Antoine Homé, une animation musicale, quelques démonstrations de danse, les incontournables chants de Noël, un repas festif, l'immanquable distribution de colis... et de la joie plein les mirettes !


L'alsace, Jeudi le 13 Décembre 2012
Brèves de séance

 Voici les principaux points traités par le conseil municipal de Wittenheim, lundi soir.

Travaux.- La Maison de la communauté de paroisses Sel de la terre, implantée rue du Bourg à Wittenheim, va subir une rénovation complète pour un montant estimé à 431 373 EUR TTC, afin d'améliorer l'accueil des paroissiens et de répondre aux normes d'accessibilité. La communauté Sel de la terre regroupant les paroisses de trois communes, Kingersheim et Ruelisheim ont également été sollicitées pour cofinancer ces travaux. Les trois communes concernées ont trouvé un accord : les travaux seront effectués pour partie en régie communale et pour partie par des entreprises sur un rythme pluriannuel ; leur participation tiendra compte du poids démographique et du potentiel fiscal de chacune d'entre elles ; la Ville de Wittenheim prendrait à sa charge l'intégralité des travaux réalisés en régie. Une première tranche, portant sur l'aménagement des combles puis l'agencement du rez-de-chaussée, pourrait être entreprise en 2013 et 2014. Le conseil municipal de Wittenheim a approuvé ce programme de travaux et les modalités de cofinancement. Il reste aux élus de Kingersheim et de Ruelisheim à délibérer sur ce projet de rénovation.

Intercommunalité.- Les élus wittenheimois ont approuvé la modification de M2A (Mulhouse Alsace agglomération) afin de permettre l'adhésion de Steinbrunn-le-Bas. Commune qui serait représentée au conseil d'agglo par deux représentants, a souligné le maire Antoine Homé, en rappelant : « Dans moins de quinze mois, le nombre de conseillers communautaires sera divisé par deux et celui de vice-présidents par trois ».

Tarifs.- Le conseil municipal de Wittenheim a adopté la nouvelle grille de droits et tarifs municipaux 2013, avec une augmentation limitée à l'inflation (2 %). Seuls les tarifs de la médiathèque, du marché, des concessions de cimetière et du thé dansant restent inchangés.

Eau.- Le montant de la part communale dans le prix de l'eau 2013 est maintenu à 0,985 EUR/m3.

Conventions.- Toute une batterie de conventions attributives de subvention (supérieure à 23 000 EUR par an) a été renouvelée pour la période 2013-2015 : OMSL (Office municipal des sports et des loisirs), MJC, Théâtre de l'Amarante, Centre social et familial, poney-club Les Amazones, ludothèque Pass'aux jeux, Centre de loisirs utiles, société de gymnastique MDPA, USW basket et USW football.

Périscolaire.- L'adjointe Catherine Runzer a fait un point sur le périscolaire (de compétence M2A) et les effectifs des enfants accueillis sur chacun des cinq sites wittenheimois. Où il apparaît que la fréquentation pour cette année scolaire 2012-2013 est en légère progression, atteignant 39,80 % des enfants scolarisés. Avec toutefois toujours un très faible taux de prise en charge au périscolaire du groupe Pasteur-La Forêt (22 %). Et l'élue de préciser : « Ce périscolaire fait actuellement l'objet de réflexions et travaux engagés par M2A et par la Ville portant sur la création d'un nouvel équipement... Une parcelle appartenant à la Ville de Wittenheim sera d'ailleurs mise à disposition de M2A, pour créer le nouveau périscolaire, qui devrait ouvrir ses portes en 2015. »


© L'alsace, Samedi le 08 Décembre 2012
 Wittenheim

Saint Nicolas, accompagné du Père Fouettard avec son âne, a passé son dimanche après-midi au parc animalier de l'association Les Amazones poney-club. Il a distribué des corbeilles de friandises aux enfants qui, parfois, avaient un peu peur de l'approcher. Les petits ont également pu faire des promenades à dos de poney à travers les chemins de la forêt voisine.


© L'alsace, Samedi le 08 Décembre 2012

Wittenheim

La Société de gymnastique MDPA a proposé, samedi, sa traditionnelle soirée de gala à la salle spécialisée. Le président Maurice Loibl a placé cette fête interne de l'association sportive au premier dimanche du mois de décembre pour la faire coïncider avec les autres manifestations liées à la Sainte-Barbe, au centenaire de la cité et à l'inauguration du mémorial en l'honneur des mineurs décédés au fond des puits miniers. Une fois de plus, c'était une belle fête au cours de laquelle le savoir-faire gymnique des jeunes et des adultes a mis en valeur le côté esthétique de ce sport.


© Dna, Dimanche le 09 Décembre 2012 / Mulhouse

Wittenheim-ruelisheim  Cérémonie patriotique
Wittenheim Commémoration A.F.N.

 Le président Ichters, les maires et les médaillés ont rempli leur devoir de mémoire.

 

Antoine Homé et Philippe Hartmeyer, maire de Wittenheim et de Ruelisheim, Gérard Ichters, président de l'UNC Wittenheim/Ruelisheim, le commandant de Police Patrick Fictor, une délégation d'Anciens combattants, des patriotes, la fanfare batterie Avenir et une forêt de drapeaux ont commémoré la journée nationale d'hommage aux « Morts pour la France » de la guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie. Devant la stèle AFN, les autorités ont distingué des Anciens Combattants et déposé une gerbe.

La médaille commémorative des opérations de sécurité et de maintien de l'ordre en Afrique du Nord-agrafe Algérie revient à Jean-Pierre Laville et Pierre Gaugler.


© Dna, Dimanche le 09 Décembre 2012 / Mulhouse
Wittenheim  Réunion publique du centre
Wittenheim « Ils tournent comme des fous ! »

 Humeur joyeuse salle Albert-Camus à l'écoute de la parole municipale.

Visiblement les habitants du centre-ville ont une idée fixe : la circulation, les embarras routiers...

C'était l'objet principal de leurs préoccupations à l'occasion de la réunion publique initiée par la municipalité.

La neige peut-être... toujours est-il que l'affluence était en demi-teinte salle Albert-Camus. Comme lors du rendez-vous du quartier de Jeune-Bois (DNA du 1er décembre), le maire a détaillé les réalisations et projets de la ville. D'emblée cependant, Antoine Homé évacue le dossier Agrivalor, un incontournable des réunions publiques, en rappelant la position de la ville (relatée dans nos, précédentes éditions).

A propos du centre, le maire évoque ensuite : « Des perspectives de réaménagement du stationnement et de la circulation afin de favoriser les commerces et les riverains ce qui se caractérisera par une réactivation de la zone bleue ou de la zone à durée limitée »

Autre information : le nouveau CSF dont les travaux débuteront après la démolition, dès le printemps 2013, du foyer sainte Marie. Le maire donne encore des détails sur la construction de futurs logements locatifs, rue St Cloud et rue du Pelvoux.

Avalanche de questions

Le micro est donné à la salle et là... une avalanche de questions à propos de la circulation, voirie et sécurité. En vrac donc : Rue de Pfastatt insuffisamment sécurisée pour les collégiens; un casse-auto dans le même secteur est source de nuisances [...]; il faudra songer à faire déplacer les voitures lors du passage de la balayeuse, rue d'Illzach; [...] la rue de la Forêt, sa rénovation c'est pour quand ? La rue de la Croix, quid de son devenir ?

Ou encore, un quidam s'adresse au maire : « Monsieur le maire j'ai été très content que vous m'ayiez reçu, mais très mécontent du résultat... » On apprendra qu'il s'agit d'une obscure question de stationnement gênant rue des Vosges, toujours la même voiture croit bon d'ajouter le questionneur.

Enfin, une dame, peut-être une poétesse méconnue : « Rue du Molkenrein, les voitures tournent en rond et roulent comme des fous ! » Les élus tentent des réponses : rue de Pfastatt, une étude globale sera menée dans le cadre de la révision du PLU, le secteur pourrait cesser d'abriter une zone artisanale. Rue de la Forêt : dès l'année prochaine des travaux seront entrepris, mais là encore dans le cadre d'un réaménagement global prenant en compte le futur schéma de circulation et notamment l'arrivée de bus à liaison rapide.

«On aimerait bien aussi que la police agisse»

Pour le stationnement gênant, l'adjointe à la sécurité Brigitte Lagauw est dépêchée sur place à l'invitation du maire qui précise, souriant en lui rendant hommage : « Elle est fortement mobilisée et travaille nuit et jour ! » Il ajoute : « On aimerait bien aussi que la police agisse ». Concernant rue de la Croix, le maire assume et défend une réalisation qui « permet plus de sécurité et casse le trafic de transit ». La réunion publique s'achevait... pas le moindre embarras routier à l'horizon des habitants du centre qui rejoignaient leurs pénates.



© L'alsace, Dimanche le 09 Décembre 2012
Cyclo-cross Jacquot se relance

 Mickaël Jacquot était à son aise dans le bourbier éteimbois.

 

Mickaël Jacquot (VC Wittenheim) a accroché sa première victoire en Alsace hier lors du cyclo-cross FSGT d'Eteimbes. Le local Didier Crave (CC Etupes), 6e au scratch, est devenu champion du Doubs.

S'il avait déjà remporté deux étapes et le général du Tour du Val d'Orge dans l'Essonne en début de saison, Mickaël Jacquot n'était pas mécontent d'avoir touché au but hier à Eteimbes, à nouveau en FSGT. Dans des conditions rendues difficiles par une dizaine de centimètres de neige pour davantage de course à pied qu'à l'accoutumée, le cyclo-crossman du VC Wittenheim est allé à grande enjambées vers la victoire grâce à son traditionnel départ canon.

Mais pour une fois, Mickaël Jacquot ne s'est pas éteint au fil des tours. Didier Crave, l'Eteimbois du CC Etupes s'est enflammé dans la chasse au troisième tour, pour rapidement cédé sa place de dauphin à Cyrille Fretz (VC Soultzia). Il ne pouvait en être autrement pour celui qui avait travaillé jusqu'à quatre heures du matin avant de déneiger le tracé haut-rhinois. Finalement battu au sprint pour la 5e place par Jérémy Meiller (ASPTT Mulhouse), il se console avec le titre de champion du Doubs. « J'étais à l'affût derrière Cyrille Fretz, mais je n'ai pas réussi à m'accrocher, c'était fini et j'ai complètement explosé dans le dernier tour ».

Objectif Alsace FSGT

Aussi très pris professionnellement, Mickaël Jacquot n'a pour une fois pas subi ce tel contrecoup. « Je manque d'entraînement avec une seule séance par semaine, mais on est tous pareils en FSGT, constate le lauréat du jour. Et comme j'aime bien la course à pied, ça m'a plu. Ça me fait vraiment plaisir de gagner devant les autres coureurs alsaciens. Pour la troisième année, je vais prendre le départ du championnat d'Alsace FSGT. J'ai déjà fini deux fois deuxième, maintenant la victoire est l'objectif ».

À deux semaines de ce rendez-vous, qui sera disputé le 23 septembre à Fesches-le-Châtel (Doubs) dans le cadre du championnat interrégional avec la Franche-Comté, sa marge de manoeuvre n'est pas grande. Le Wittenheimois espère des conditions particulières comme avec la neige hier, où l'expérience technique évite de sortir de la course comme Alban Guillon (VC Sainte-Marie-aux-Mines) qui n'arrivait plus à enclencher ses pédales automatiques.

Et Mickaël Jacquot, qui s'occupe des jeunes du VC Wittenheim, a apprécié de l'emporter devant ses coéquipiers Valentin Candan, lauréat en cadets, et Floriane Barberio, deuxième au scratch des minimes derrière Alexandre Koerber (SSOL Habsheim). « J'attendais cette victoire par rapport à mes jeunes, ce n'est pas le tout de leur expliquer ce qu'il faut faire... »

Et l'intéressé a tenu à partager sa joie avec la cheville ouvrière de ce cyclo-cross, Didier Crave. « Merci d'avoir déneigé. » On peut être adversaire et se respecter.


© L'alsace, Lundi le 10 Décembre 2012
 

Wittenheim

Quelque 700 personnes âgées de Wittenheim se sont retrouvées hier à la salle Léo-Lagrange pour la traditionnelle fête de Noël organisée en leur faveur par les élus. Le déjeuner était prolongé d'un après-midi récréatif ; musique, chants et danses étaient au programme. L'amicale des accordéonistes d'Ensisheim a par ailleurs proposé des séquences de danse pour les invités.


© Dna, Lundi le 10 Décembre 2012 / Sport divers
Judo Challenge Noris à Wittenheim
Un formule libre et plaisante

 Chaude ambiance hier sur les tatamis de Wittenheim.

La troisième édition du Challenge Noris s'est tenue hier à Wittenheim. L'ACS Peugeot Mulhouse a frappé fort, en terminant premier au classement général, avec 436 points.

« Au départ, l'esprit est convivial et sort de la rigueur des compétitions officielles. Il remplace les anciennes coupes départementales seniors qui ont été arrêtées », résume Hugues Loux, du comité départemental 68.

Une bonne définition de ce que représente le challenge Noris depuis trois ans déjà. Cet esprit semble plaire à la petite centaine de compétiteurs, ce dimanche, dans la salle Pierre de Coubertin à Wittenheim, même si ce nombre n'a que peu évolué depuis la saison dernière.

Avec une délégation allemande

En prime, cette année, des judokas d'outre Rhin sont venus se frotter à leurs homologues alsaciens. Les Allemands terminent deuxièmes au passage, avec 186 points, entre l'ACS Peugeot Mulhouse (436 points) et Colmar (128 points).

Répartis en deux catégories, combattants « marron/noires » et combattants « kyus », le challenge du Haut-Rhin a permis « aux compétiteurs non-chevronnés d'y participer », reprend Hugues Loux.

« La formule est assez libre. Si un club ne peut pas composer d'équipe, il peut s'associer à d'autres pour compléter. »

D'après ses observations, le niveau a été plutôt bon.

Côté individuels, Mulhouse se démarque en catégorie -73 kg (avec Thomas Fleith), -81 kg (Marc Maeder) et -90 kg (Didier Berkati) chez les hommes, en -52 kg chez les dames avec Nadine Gillme, et par équipes, devant la Team Breisgau allemande (3e).

Colmar aussi est sur la plus haute marche du podium, en -70 kg féminine (Camille Schwander) et +90 kg masculins, avec Christophe Benrabah et Mike Bodein.


 

 

10:56 Publié dans A Wittenheim, En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

lundi, 03 décembre 2012

Inauguration du mémorial des mineurs le 1 decembre 2012

Discours prononcé par Monsieur Antoine Homé, Maire de Wittenheim

Pour l’inauguration du Mémorial des victimes de la mine - Samedi 1er décembre 2012

 

" Mesdames et messieurs les élus,

Mesdames et messieurs les représentants des associations,

Mesdames, Messieurs, chers concitoyens,

Nous sommes réunis nombreux aujourd’hui pour un moment que nous attendions tous depuis fort longtemps : l’inauguration du mémorial des victimes de la Mine et du chemin de la mémoire. Je suis heureux que nous puissions honorer la mémoire des 827 hommes tombés au fond de la Mine et dont les noms seront dorénavant gravés à jamais dans le grès rose. Je vous demande solennellement, au nom de leur mémoire, de bien vouloir observer avec moi une minute de silence.

Je vous remercie. La réalisation de ce monument a été possible grâce aux efforts conjugués de l’Association du chevalement Théodore, de l’entreprise K&S Kali et des villes de Wittenheim et de Ruelisheim, dont je remercie ici le Maire, Philippe Hartmeyer pour son soutien et son investissement pour cette manifestation. En effet, nos villes sœurs ont toutes deux cette histoire magnifique et à la fois terrible de l’exploitation de la potasse en Alsace. Je remercie aussi chaleureusement les communes du Bassin Potassique ainsi que la Région et le Département qui ont cofinancé la stèle. Je rends hommage aux souscripteurs qui ont complété le plan de financement. Je remercie tous les partenaires pour leur implication, leur sens du travail et leur professionnalisme, les entreprises pour la pose et le terrassement du monument et du chemin de la mémoire. Je tenais également à saluer particulièrement le travail réalisé par l’artiste ici présente, Madame Valérie GERER-HUG qui, je tiens à le préciser, est l’une des rares femmes à exercer le métier de graveur ornemaniste en France. Merci à tous pour ce travail remarquable et cela pour la mémoire de nos morts, pour que chacun puisse, à jamais se rappeler du prix que certains ont du payer au fond de la Mine.  

Ce projet commun est née en 2007, suite à l’inauguration de la rénovation du Chevalement Théodore de Wittenheim, devenu l’étendard de la sauvegarde du Patrimoine Minier pour notre population du Bassin Potassique. Il a fallu donc presque cinq année pour que le rêve devienne réalité, il a fallu une mobilisation exemplaire de la part de chacun. Et cette journée, mes chers amis, je souhaiterais la dédier non pas  seulement aux victimes de la Mine elles-mêmes mais également à leurs familles. N’oublions jamais que si des hommes ont perdu la vie au fond de la Mine, ils étaient avant tout des maris, des pères, des frères. Cela représente donc autant de familles et de vies brisées. En témoigne, cet extrait d’un poème d’un mineur inconnu de mine de charbon du Nord de la France  mais qui convient aussi très bien pour notre Bassin Potassique :

« Ils ne sortiront plus, tout noirs, du fond des puits,
Les yeux à demi clos, blessés par le grand jour,
La fosse va fermer ,dès demain, pour toujours,
L'Erèbe des mineurs retrouvera la nuit.

Ils ont donné leur sang, leur sueur et leur vie,
Dans le bruit des haveuses et la chaleur du fond,
Ils ont mangé la roche et noirci leurs poumons,
Pour que nul d'entre nous, ne manque de rien chez lui.

Quand les vieux seront morts, arrivera l'oubli,
De toutes ces fatigues et de toutes ces peines,
Personne ne sera plus ce que fut la vie,
Du mineur tué, par une tache humaine. »

Avec cette inauguration, nous accomplissons donc notre devoir de mémoire, celle de l’histoire minière de notre Bassin de vie en hommage aux mineurs et à leurs familles mais aussi à l’attention des générations futures. Pour que la mémoire collective ne s’efface pas et que les souvenirs des mineurs soient toujours dans notre esprit.

Il faut que l’Alsace soit plus tournée vers son histoire industrielle, vers son patrimoine industriel. L’Alsace ce n’est pas seulement le vignoble, les villages à colombage, c’est aussi une terre de labeur ou les hommes ont construit le développement économique. L’inauguration de ce jour est une étape, une belle étape, dans le combat pour la reconnaissance de la mémoire des mines et de l’industrie Alsacienne toute entière. Une étape, car d’autre projets nous attendent ; un combat car il faut rappeler sans cesse que l’Alsace est plurielle et que le labeur des mineurs en est une part essentielle.

Aujourd’hui, nous n’accomplissons pas seulement un devoir de mémoire, mais aussi un acte de justice, de reconnaissance envers ce que nous a apporté la corporation minière, avec ses valeurs de solidarité qui ont façonné notre territoire. "

 

 

© L'alsace, Dimanche le 02 Décembre 2012

IMG_0069.JPG

Plus de 600 personnesont participé hier, à Wittenheim, à l'inauguration du mémorial des victimes de la mine. Au pied de la stèle et des quatre piliers égrenant les noms des 827 hommes morts au travail, une émotion palpable et beaucoup de souvenirs. Le premier s'appelait Émile Fuchs, il est mort le 9 août 1908, victime d'une chute de pierres lors du creusement du puits Amélie 1. Le dernier était Jean-Paul Le Flo de Kerleau, victime d'un malaise cardiaque, au jour, le 17 avril 2001. Entre ces deux noms, 825 autres rappellent la longue liste des drames qui ont marqué l'histoire des mines de potasse d'Alsace. « Toutes les victimes y sont, au fond comme au jour et même sur le trajet du travail », souligne René Giovanetti. Ce spécialiste de l'histoire des mines sait ce qui se cache presque derrière chaque nom, chaque date inscrits là. Gravés sur quatre piliers disposés autour d'une stèle de grès rose sculptée par Valérie Gerrer-Hug. L'ensemble constitue un mémorial pour lequel l'Association pour la sauvegarde du chevalement Théodore (ASCT), présidée par Rémy Schonecker, s'est battue durant six années (notre édition du 28 novembre) et qui a été inaugurée enfin, hier, à l'ombre du chevalement Théodore, en présence de très nombreux anciens mineurs. Le doigt d'André Dellsperger se promène sur le premier pilier, au niveau de l'année 1919, particulièrement meurtrière. Treize noms pour la seule date du 14 mars, 11 pour le 25 mars. « Mon beau-père travaillait alors à la mine, se souvient André, lui-même employé vingt-sept ans au bureau d'études à Théodore. Il avait pu se sauver, il avait été protégé par un treuil. » « Le 14 mars, un dépôt d'explosifs avait sauté à Fernand, précise René Giovanetti. Et le 25, c'est un dégagement de grisou qui s'était enflammé à Théodore. Les gens étaient morts brûlés. » Mais l'épisode le plus meurtrier de l'histoire des mines de potasse se situe le 23 juillet 1940. Un coup de grisou à Rodolphe, 25 victimes, précise notre historien. J'avais 15 ans, je venaisde rentrer de l'école... Pour Jacky Fischer, 55 ans, le souvenir est beaucoup moins lointain. C'est sur le quatrième pilier, le dernier, qu'il retrouve le nom de son père. Maurice Fischer, 22 février 1973. « Il a été tué au puits de Berrwiller, écrasé par la tête motrice d'un convoyeur à raclette... » Un chef est venu sonner à la maison. « J'avais 15 ans, je venais de rentrer de l'école. Bien sûr, il y avait régulièrement des accidents, mais on ne pensait jamais que ça allait toucher quelqu'un de la famille. » Cela n'a pas empêché Jacky de descendre à la mine, deux ans plus tard. « Tout le monde faisait ça ici. » Malgré les effondrements fréquents, les toits branlants, « on ne descendait pas la peur au ventre, on n'aurait pas tenu sinon... » Un silence et Jacky ajoute : « J'en ai sorti aussi des morts. J'étais sauveteur. » Alors pour lui, forcément, ce mémorial est fondamental. « On n'avait pas de lieu de recueillement. Là, tous les noms sont réunis. » « C'est une journée très importante », confirme Bertrand Morgenthaler, ancien mineur et syndicaliste. Les trois derniers morts de la mine, il les a tous connus. « Bernard (Burgart, 13 mars 1996) a été enseveli à Marie-Louise, Pierre Paul (Unfer, 12 février 1999) est tombé dans un silo à Berrwiller et Jean-Paul (Le Flo de Kerleau) a fait un malaise cardiaque. Là, on parle de gens qui sont morts sur leur lieu de travail, mais il y a aussi les invalides qui souffrent encore tous les jours. » Il reste peu de choses des mines de potasse, déplore Bertrand. Ce mémorial sculpté dans le grès n'en prend que plus de valeur... Hélène Poizat Y ALLER Des membres de l'ASCT seront présents aujourd'hui sur le site de 14 h à 17 h pour des visites. L'exposition de documents, photos et anciens objets de mineurs est visible aux mêmes horaires dans l'ancien laboratoire des mines, entreprise K + S Kali, 27 rue du Général-de-Gaulle. L'inauguration d'hier a fourni à Maurice Haffner, vice-président de l'ASCT, l'occasion de rappeler, non sans amertume, le long combat que fut la réalisation de ce mémorial. « On dirait que l'Alsace n'aime pas son passé minier... Heureusement, des associations ont suppléé à ces défaillances pour que la mémoire de ces bourreaux de travail soit réunie en un lieu unique... », a-t-il lancé, en soulignant que l'association n'avait pas achevé son combat pour la mémoire des mines : « La machine d'extraction, le projet muséal, nous les réaliserons. » « C'est un moment que nous attendons depuis longtemps, a renchéri le maire de Wittenheim, Antoine Homé. L'Alsace, ce n'est pas que le vignoble, les maisons à colombages, l'Alsace est plurielle, le labeur des mineurs y tient une place essentielle. » « Ce monument est la prolongation de cette exceptionnelle solidarité des mineurs », a souligné de son côté le député Francis Hillmeyer, tandis que le sous-préfet Béatrice Lagarde, dont c'était la dernière sortie officielle avant son départ, s'est souvenu des sacs de potasse que son père, paysan dans l'Ouest, utilisait. « Ce fut ma première image de l'Alsace », a-t-elle affirmé dans un discours vibrant. « Vous avez raison d'être fiers de votre travail, vous avez raison d'être fiers du patrimoine minier, qui appartient à la mémoire nationale ! »

 

© Dna, Dimanche le 02 Décembre 2012 / Monde 

 

Wittenheim  Mine
Wittenheim Les victimes ont leur monument

 

Les officiels ont coupé le ruban symbolique inaugurant ainsi le mémorial dédié aux 827 mineurs morts pendant un siècle d'exploitation de la potasse en Alsace.
Le mémorial dédié aux mineurs de potasse décédés dans l'exercice de leur profession a été inauguré hier après-midi au pied du chevalement Théodore.

Petite température mais grande foule réunie solennellement à la porte de la mine Théodore pour l'inauguration du mémorial portant les noms des 827 mineurs et ouvriers du jour du Bassin potassique morts au travail.

Le premier de la liste est Émile Fuchs, mort en 1908 lors du creusement du puits Amélie 1 ; le dernier est Jean-Paul Le Flo de Kerleau, mort en 2001. L'accident le plus meurtrier, qui a fait 25 victimes, a eu lieu en juillet 1940. « Derrière chacun de ces 827 noms, se cache un drame familial » a rappelé Rémy Schonecker, président de l'Association pour la sauvegarde du chevalement Théodore.

Il a également souligné les efforts et « les six années de lutte sans lâcher prise » menée par l'association pour arriver à la création et la mise en place de cet imposant monument composé d'une sculpture de grès et de quatre stèles de granit, oeuvre de l'artiste Valérie Gerrer-Hug. Pour Antoine Homé, maire de Wittenheim, il s'agit d'une « oeuvre collective du Bassin potassique. Nous avons été solidaires, comme les mineurs ».

Maurice Haffner, ancien mineur, l'une des chevilles ouvrière de l'édification du mémorial, a rappelé le chemin parcouru : « un pays qui ignore son passé n'a pas de mémoire. Des mineurs ont laissé leur vie pour que ce patrimoine existe. Retrouver leurs noms n'a pas été chose aisée car il n'existe aucune liste officielle ».

Dans la foule, Henri, 84 ans, un ancien des mines Anna et Théodore cherche à retrouver le nom de son grand-oncle Louis mort après être tombé dans un bac à dissolution, dans les années'20. Francine, venue de Mulhouse, pointe son doigt sur le nom de son parrain tué lors d'un coup de grisou à Marie-Louise en avril 1957 : « sa soeur et moi-même avons fait un don pour le financement du monument. Aujourd'hui est un intense moment d'émotion et de mémoire ».

La cérémonie s'est terminée par un concert de l'Harmonie des mines et une visite des expositions consacrées au centenaire de la mine Théodore et de sa cité.

 

14:33 Publié dans A Wittenheim, En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |