Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 19 novembre 2012

Le conseil d'alsace : interview d'Antoine Homé

© Dna, Dimanche le 18 Novembre 2012 / Région

 

conseil d'alsace Antoine Homé (PS)
« Le projet n'est pas acceptable en l'état »

 

Antoine Homé.
Pour le président du groupe Socialistes et Démocrates du conseil régional, la résolution sur la future collectivité unique d'Alsace, qui doit être approuvée samedi, n'est « pas acceptable » en termes de méthode, d'organisation, de compétences et d'équilibre géographique.

Après la lecture, l'attaque. Antoine Homé a attendu de lire la résolution sur la collectivité unique d'Alsace diffusée vendredi par les présidents Buttner, Kennel et Richert pour réagir publiquement (DNA d'hier). Le président du groupe Socialistes et Républicains du conseil régional avait déjà eu l'occasion d'exprimer jeudi ses critiques directement à Philippe Richert.

Le maire de Wittenheim « déplore » d'abord « la méthodologie d'élaboration » du projet. « Malgré nos demandes insistantes pour une méthode plus citoyenne, la population et les maires n'ont jamais été associés. Le projet n'a été élaboré que sous l'égide de quelques notables », estime le socialiste.

« Un tripatouillage à quelques encabluresdu référendum »

Il aurait aussi aimé une structure institutionnelle « plus simple » et « lisible », et s'inquiète du rôle que joueront les conférences départementales et les conseils de territoires de vie. « S'il s'agit d'instances locales de consultation, c'est bien. Mais nous sommes opposés à ce qu'on leur délègue du pouvoir, ça va générer de la confusion, accroître les coûts et créer des baronnies », prévient l'élu.

Antoine Home considère ensuite que « l'équilibre géographique n'est pas respecté » : « Le rôle de Mulhouse n'est pas respecté et Strasbourg ne peut pas être qu'un siège symbolique, c'est la capitale européenne ! » Il demande que l'agence de développement touristique soit installée à Colmar mais que l'agence de développement économique s'implante à Mulhouse.

Autre désaccord : le mode de scrutin. Le socialiste exige que la part de proportionnelle ne soit pas inférieure à 50 % et que l'autre moitié des conseillers soit élue par un scrutin cantonal de droit commun.

Le maire de Wittenheim s'oppose en outre à l'amendement que des sénateurs UMP et PS (François Patriat) ont déposé pour supprimer le verrou des 25 % des inscrits lors du référendum (DNA d'hier et de vendredi). « C'est un tripatouillage à quelques encablures du référendum. Philippe Richert a voulu casser le thermomètre parce que sa méthode était mauvaise. »

« Davantage un slogan qu'un projet construit »

Antoine Homé suggère enfin la plus grande prudence sur les compétences : « Il ne faut pas une liste de courses au risque de faire déraper les coûts. Il faut déjà fusionner les compétentes existantes et en demander de nouvelles dans le cadre de l'Acte III de la décentralisation. Nous devons rester dans le cadre républicain : le détricotage du droit du travail serait inacceptable ».

Pour Antoine Homé, « le projet n'est pas acceptable en l'état ». Le groupe Socialistes et Démocrates entend présenter des amendements à la résolution et « prendra position lors du congrès en fonction du sort qui leur sera réservé ». Il demandera aussi la tenue d'assises citoyennes. « On voit bien qu'à ce stade, c'est davantage un slogan qu'un projet construit. »

14:58 Publié dans Au PS, En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.