Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 12 novembre 2012

Cérémonie du 11 novembre

© Dna, Lundi le 12 Novembre 2012
Wittenheim 11 Novembre 
Wittenheim Avec les jeunes du Conseil Municipal des Enfants

 

 

Un hommage à Tous les morts pour la France.

 

Les élus, les associations patriotiques, l'harmonie municipale Vogésia, la fanfare batterie Avenir, les sapeurs-pompiers et de nombreux Wittenheimois ont commémoré l'Armistice.

Après l'office religieux à Sainte-Marie, un défilé a conduit le cortège jusqu'au Monument aux Morts. Antoine Homé a rendu hommage aux morts, à Tous les morts pour la France, même les plus récentes, celles d'Afghanistan notamment. Puis, au milieu d'une forêt de drapeaux, lecture était donnée lecture du message ministériel, à une immarcescible Marseillaise et à une poignante Sonnerie aux Morts. Des gerbes déposées par le maire, le commandant de police Patrick Fictor, des Anciens Combattants et des jeunes gens du Conseil Municipal des Enfants ponctuaient ce devoir de mémoire, digne, sobre et emprunt d'émotion.

 

Discours prononcé lors de la cérémonie du 11 novembre par Antoine Homé

 

Commémoration de la Victoire et de la Paix,

Hommage à tous les morts pour la France

 

 

 

Mesdames, Messieurs, chers compatriotes, chers amis,

 

 

Avant de vous lire le message de Monsieur Kader ARIF, Ministre délégué auprès du Ministre de la Défense et des Anciens Combattants, je souhaite vous dire quelques mots en guise d’introduction.

 

Je vous adresse tout d’abord mes chaleureuses salutations et je tiens particulièrement à saluer les organisations patriotiques et d’anciens combattants, venues en nombre encore cette année et cela malgré le froid et la pluie de cette journée automnale. 

 

Notre république a choisi de faire de la date du 11 novembre la commémoration de la fin de la première guerre mondiale et celle du souvenir de tous ceux qui, lors de tous les conflits et sur tous les théâtres d'opération, ont donné leurs vies pour défendre nos valeurs. Et ils sont, hélas, trop nombreux a avoir fait ce sacrifice afin que chacun puisse vivre en paix dans ses frontières, ses croyances, sa langue et ses coutumes.

 

Mais l'Europe, berceau prétendu de la civilisation, n'a pas de leçon à donner en matière de Paix car la sagesse des nations est une idée récente.

En effet, avant de voir naître des institutions européennes dotées d'un gouvernement et susceptibles d'intervenir sur le quotidien des peuples, il a fallu deux guerres mondiales. Il a fallu passer par les pires crimes de l'histoire. Il a fallu la destruction de générations entières de français mais aussi d'allemands. Il a fallu la peur, il a fallu la guerre des tranchées, il a fallu des souffrances. Il a fallu voir l'Europe coupée en deux. Il a fallu attendre la chute d'un mur qui, il n'y a pas trente ans, se dressait encore à quelques heures d'autoroute de nos frontières pour se dire que la seconde guerre mondiale était enfin terminée.

 

 

Oui, l'intolérance, la terreur, les oppresseurs de toutes les espèces ne sont pas morts le 11 novembre 1918 et pas plus que le 8 mai 1945.

Il existe encore des fanatiques racistes ou religieux qui, hélas, ne désarment pas et veulent au contraire imposer aux autres leur folie meurtrière. Pour cela nous devons toujours rester vigilants.

 

Aujourd’hui, célébrer ce jour et le souvenir de nos soldats devant notre monument aux morts, c'est renforcer, ensemble, cette pensée partagée qui nous rappelle que dans chaque famille française du sang a coulé pour notre liberté. La France ne nous a pas été donnée : nous l'avons  gagnée par les décennies de combats, de souffrances et de deuils.

 

Quel courage avaient nos parents pour mourir par régiments entiers sous le feu des mitrailleuses pour la conquête, souvent dérisoire, de quelques mètres de terrain !

Quel courage pour supporter de vivre dans le froid, la boue, dans la vision des blessés et des morts !

Quel courage pour survivre et pour continuer à obéir à des ordres hiérarchiques parfois vains et meurtriers !

Quel courage enfin pour ces femmes de France faisant dans les coulisses tourner l'industrie de défense !

 

Cette guerre a engendré le siècle le plus violent de l'histoire humaine et ne s'est terminée qu'à la fin des sanglants conflits en ex-Yougoslavie, comme si ce qui avait commencé à Sarajevo en 1914 par l’assassinat de l’Archiduc d’Autriche devait, par une terrible destinée, s'achever au même endroit huit décennies plus tard.

 

Aujourd'hui plus personne n'apprendra l'histoire de la Grande Guerre et de ses tranchées par l'un de ses participants car ils sont tous morts.

Mais leur souvenir est vivant dans notre chair et dans nos histoires familiales.

 

Le 11 novembre est de ces rendez-vous annuels qui nous rappellent que dans un monde de plus en plus petit, notre nation, la France, est très grande.

 

Vive la paix ! Vive la République ! Vive la France !

 

 

 

 

 

17:09 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.