Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 02 mai 2012

Manifestation du 1er mai

© Dna, Mercredi le 02 Mai 2012 / Mulhouse

Manifestation du Premier mai Dans les rues du centre-ville / 1 500 manifestants

 

La manifestation a rassemblé plus de 1 500 participants.
« Nous sommes là pour la fête du travail tout court, celui que nous connaissons bien, nous les syndicalistes ». Au micro de la CGT, et au nom de l'intersyndicale, Éliane Lodwitz a donné le coup d'envoi de ce premier mai aux allures historiques.

CGT, FSU, Solidaires et UNSA avaient appelé à cette manifestation qui a rassemblé plus de 1 500 personnes (source police) dans les rues du centre-ville de Mulhouse. La CFDT Alsace n'avait pas voulu s'associer à ce rassemblement, ce qui n'a pas empêché les représentants CFDT des finances, de la santé, de l'éducation, les cheminots et les métallos de défiler drapeau à la main. « Le mot d'ordre de ce premier mai est plus syndical que politique », expliquait Gilles: «Je manifeste depuis 25 ans, c'était important d'être là cette année aussi, pour le symbole ».

Le cortège est parti de la place de la Bourse pour sillonner les rues du centre-ville avec des revendications dont la première était certainement la lutte contre la xénophobie : « Nous sommes dans une région où le Front National fait un score qui peut nous faire trembler, les syndicats doivent combattre la xénophobie et le racisme », a insisté Éliane Lodwitz, reprenant aussi les grands thèmes de la rémunération excessive du capital, des salaires, de la précarité, du pouvoir d'achat, demandant une Europe solidaire, qui mette fin à la concurrence sociale et fiscale dans l'Union européenne.

Dans le cortège, se sont joints aux militants syndicaux les représentants des salariés de la liste noire des entreprises qui licencient ou délocalisent : Fibertechs, Schindler, Tresch...

Quant au collectif « Humanité sans limite », il a profité de ce rassemblement pour promouvoir « quatre jours festifs et intelligents du 9 au 12 mai à Mulhouse, autour de sujets comme l'immigration, le droit d'asile et les droits de l'homme». (www.humanitesanslimite.com).

Et puis en fin de cortège, derrière la banderole annonçant « le changement c'est maintenant », se sont regroupés les élus socialistes ainsi que les candidats socialistes aux prochaines élections législatives : « Ce premier mai est un temps fort pour les organisations syndicales et les partis de gauche, mais cette année, nous sentons un esprit de mobilisation extrêmement fort », a commenté Antoine Homé, maire de Wittenheim et conseiller régional.

14:53 Publié dans Au PS, En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.