Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 19 avril 2012

Débat sur les unions homosexuelles

© Dna, Jeudi le 19 Avril 2012 / Mulhouse 

Débat sur les unions homosexuelles

 

A l'hôtel Mercure à Mulhouse, un petit-déjeuner/débat a été organisé conjointement par Homosexualités et Socialisme (HES) et le parti Socialiste haut-rhinois. «0Une centaine de personne de tous les âges, de tous les sexes, de convictions différentes, se sont réunies pour écouter et débattre notamment de questions liées au mariage de personnes de mêmes sexes.

Pierre Freyburger, candidat aux élections législatives sur la 5ème circonscription du Haut-Rhin, a ouvert la rencontre en insistant sur le changement de majorité nécessaire qui seule serait capable de faire bouger la société.

A sa suite, Denis Wiesser, mandataire de François Hollande dans le 68, a expliqué que l'engagement 31 ne tient qu'en une seule phrase : « J'ouvrirai le droit au mariage et à l'adoption aux couples homosexuels », qui suscite un profond clivage.

Richard Sancho Andréo, délégué régional HES (...) a lancé un appel à la création d'une groupe à Mulhouse et ses environs.

«Le mariage homosexuel : une réalité»

Bertrand Pauvert, doyen de la faculté de droit de Haute-Alsace, a expliqué que François Hollande n'est pas le seul à porter cette revendication. Le NPA et le Front de Gauche disent la même chose, alors que François Bayrou est proche de cet engagement. Quant à Nicolas Sarkozy, il a été plutôt favorable à cette idée lors des élections de 2007 et a opéré depuis un revirement total alors qu'une partie de la famille politique libérale prône cette égalité de droits. Il a ensuite abordé différentes étapes constitutifs de la législation actuelle qui veut que le mariage se réalise avec une personne du sexe opposé. Les jurisprudences montrent que les juges estiment ne pas avoir l'autorité morale suffisante de changer la loi et que c'est donc au législateur de le faire.

Jessica Vonderscher, juge aux affaires familiales à Mulhouse explique que seuls 7 Etats européens sont allés au bout de cette démarche. Il est donc logique que la Cour Européenne des Droits de l'Homme suive, dans ces décisions, la majorité. Il ne tient qu'à nous de changer les choses en faisant que plus d'Etat légalisent dans leur droit national, le mariage de couples de même sexe.

Pour exemple, elle cite le Canada qui n'a pas hésité a redéfinir le mariage comme « une union volontaire de deux personnes à l'exclusion de toute autre », mais aussi l'Etat du Massachusetts aux USA qui a entériné le fait que le mariage était vital à la stabilité de la société et l'a donc ouvert à tous les couples. Elle conclut en disant que pour assurer la pérennité des mariages qui pourront être prononcés en France, il vaut mieux passer par une loi.

«Les services des conseils généraux sont plutôt frileux»

Concernant l'adoption, il est constaté qu'en droit, cela est possible sans tenir compte de l'orientation sexuelle. Cependant, il est vrai que les services des conseils généraux en France sont plutôt frileux. Les différentes interventions insistent sur le fait que l'adoption relève du droit national exactement comme pour un couple hétérosexuel. Le public a réagi en demandant notamment comment un couple de même sexe peut avoir un agrément français et aller adopter dans un autre pays qui ne reconnaît pas les couples de même sexe ? Plusieurs interventions de la salle ont raconté les difficultés à vivre son homosexualité ou le fait d'être transgenre dans la vie de tous les jours tant par le regard des autres que les tracasseries administratives. Une personne a, en son nom propre, exprimé son désaccord avec des droits en plus pour ce type de population. Un consensus s'est fait pour dire qu'il n'est pas demandé de droits en plus mais bel et bien l'égalité des droits.

Un pasteur est intervenu pour dire que « la question de l'homosexualité est porteuse de violence car elle est porteuse de la propre orientation sexuelle de chacun et chacune ».

La matinée s'est conclue avec une intervention d'Antoine Homé et Malika Schimdlin Ben M'Barek, respectivement candidats aux législatives sur les 4ème et 6ème circonscriptions du Haut-Rhin, saluant le succès de l'évènement, la qualité des interventions et appelant à continuer le débat chacun et chacune, tous les jours pour continuer à faire bouger la société dans le sens d'une plus grande égalité de chaque citoyen et chaque citoyenne».

09:39 Publié dans Au PS | Lien permanent | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.