Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 19 avril 2012

Communiqué de presse sur le concordat

 

François Hollande et le Concordat :

 

Un engagement clair pour le maintien du statut spécial d’Alsace-Moselle.

 

 

 

Trop, c’est trop ! A court d’arguments et sentant la défaite se dessiner, l’UMP utilise le mensonge pour faire naître la peur dans l’esprit des Alsaciens. Après les affiches insinuant que le PS abrogerait le Concordat en Alsace-Moselle en cas de victoire, voilà que les jeunes UMP du Haut-Rhin distribuent des tracts propageant la même contre-vérité.

 

A l’inverse du candidat sortant, François Hollande n’a pas changé sa ligne de conduite au gré des sondages. Dès le début de sa campagne, il l’a indiqué dans son programme de 60 propositions, sa feuille de route, à l’article 46 : « Je proposerai d’inscrire les principes fondamentaux de la loi de 1905 sur la laïcité dans la Constitution en insérant, à l’article 1er, un deuxième alinéa ainsi rédigé : La République assure la liberté de conscience, garantit le libre exercice des cultes et respecte la séparation des Eglises et de l’Etat, conformément au titre premier de la loi de 1905, sous réserve des règles particulières applicables en Alsace et en Moselle ».

 

On ne peut pas être plus clair ! La laïcité sera défendue et le Concordat sera maintenu. Il est vraiment choquant que les élus et les militants de l’UMP utilisent la rumeur et la calomnie afin de manipuler les électeurs. C’est accorder bien peu de crédit aux Alsaciens que de penser qu’ils se feront berner par leurs mensonges comme ils ont pu croire il y a cinq ans aux fausses promesses de Nicolas Sarkozy.

 

François Hollande dit ce qu’il fera et fera ce qu’il dit. En cas de victoire du Parti Socialiste aux élections présidentielles, le Concordat sera bien évidemment maintenu, tout comme le régime spécifique de Sécurité sociale et les jours fériés supplémentaires (Vendredi saint et 26 décembre).

 

Au lieu de mentir aux Alsaciens, l’UMP serait mieux avisée de porter le débat sur les vrais enjeux qui concernent notre pays et notre région : le redressement économique, la lutte contre le chômage, l’éducation… C’est sur ces questions que les Alsaciens attendent des réponses, c’est sur ces questions que François Hollande a pris des engagements pour leur redonner espoir et confiance dans l’avenir.

 

 

 

Pierre Freyburger, Président du groupe Socialiste, Républicain et Indépendant du Conseil Général du Haut-Rhin

 

Antoine Homé, Président de l’Union des Elus Socialistes et Républicains du Haut-Rhin

 

Patricia Schillinger, Sénatrice du Haut-Rhin

 

Denis Wiesser, Premier Secrétaire Fédéral du Parti Socialiste du Haut-Rhin

 

 

 

09:41 Publié dans Au PS, En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.