Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 28 mars 2012

Wittenheim : Conseil municipal du lundi 26 mars

© Dna, Mercredi le 28 Mars 2012 / Mulhouse 

 

Wittenheim Conseil municipal
Wittenheim Stabilité fiscale

 

 

Des travaux de sécurisation seront entrepris rue du Markstein à hauteur de 250 000 euros.

 

Le budget 2012, qui a fait l'unanimité, a constitué le plat principal du menu proposé aux élus lundi soir. Avant de s'y atteler, le maire a fait respecter une minute de silence en mémoire des victimes de Mohamed Merah à Toulouse et Montauban.

 

Présenté par Antoine Homé, le budget 2012 valide et reprend les orientations du débat budgétaire de la séance du 13 février dernier. Ainsi le maire réaffirme : « Dans un contexte général difficile, nous tenons notre pari en maîtrisant les dépenses. Prudents, nos recettes ont été sous-évaluées et les dépenses surévaluées [...] L'autofinancement est confortable, la dette faible et les taux d'imposition stables. »

 

Quelques chiffres éclairent les propos du maire : le budget total est de 23 174 810EUR (13 991 960EUR en fonctionnement, 9 182 850EUR pour l'investissement) La dette s'élève à 5 038 454EUR à fin 2011, soit 347EUR par habitant.

 

A cet égard le maire souligne que pour des communes de mêmes strates cette dette par habitant est de 950EUR.

Les élus réaffirment «leur plus vive opposition» aux mesures prises par l'Education Nationale

Quant aux taux d'imposition, ils sont maintenus soit : 10,11 % pour la taxe d'habitation, 18,46 % pour le foncier bâti et 49,20 % pour le foncier non bâti. Là encore Antoine Homé remarque : « cette stabilité fiscale locale ne se retrouve pas partout, au niveau du Conseil Général par exemple où la hausse est de 8 % ! »

 

Le maire en termine en déclinant la longue liste de travaux et d'investissements prévus ; au passage il indique que la future salle culturelle sera érigée près de la salle Florimond Cornet et non pas dans le secteur du Markstein comme prévu initialement : « Question de visibilité... » précise-t-il.

 

Les trois groupes d'opposition reprennent leurs propos du débat d'orientation budgétaire. L'approbation est donc générale : Philippe Duffau souhaiterait juste que l'on aille plus vite concernant la salle culturelle, Patrick Pichenel valide le budget il considère cependant que le travail des commissions est à améliorer. Maurice Haffner est pour aussi, il ajoute qu'il ne faut pas négliger l'investissement et aller à contre-courant de la rigueur ambiante. Quoi qu'il en soit, majorité comme opposition votent comme un seul homme et confortent les choix du maire. Ce dernier s'en félicite, remercie et conclut : « Je tiens à saluer l'esprit de responsabilité de tous les groupes du conseil ».

Une motion qui fait l'unanimité

Une séance sans motion solennelle à Wittenheim, ce serait un peu comme une soupe sans sel. Pour cette fois-ci il en allait d'une « Motion relative à la défense de l'Education Nationale ». L'objet du document présenté par le maire au nom de la Ville insiste sur trois points : « Réaffirmer sa plus vive opposition aux mesures prises par l'Education Nationale se traduisant par de nouvelles suppressions de postes et des fermetures de classes. Réaffirmer son attachement aux missions des RASED et exiger le maintien des postes. Témoigner de son soutien aux enseignants et parents d'élèves, aux côtés desquels la collectivité poursuivra sa mobilisation ».

 

Comme pour le budget, l'unanimité est sans réserve. Philippe Duffau ajoute cependant : « Il faut réformer la carte scolaire et refuser toutes subventions à l'enseignement privé ! » L'adjoint Francis Knecht-Walker ne partage pas ce point de vue concernant le privé : « A Wittenheim nous avons le lycée privé Don Bosco, il fait du bon travail ». Philippe Duffau : « C'est exact, ma remarque ne concerne pas Don Bosco ».

 

Comprenne qui pourra.

 

09:54 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.