Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 26 mars 2012

Cessez-le-feu en Algérie: une plaque pour le 50e anniversaire

© L'alsace, Vendredi le 23 Mars 2012

Kruth Cessez-le-feu en Algérie: une plaque pour le 50e anniversaire

 

Une plaque fixée sur un monolithe en granit a été dévoilée. Elle indique la place du 19-Mars. Photos R.W.


Les anciens d'AFN ont répondu très nombreux à l'invitation de la section Kruth et environs de la Fnaca, lundi soir 19 mars. Ils commémoraient le 50e anniversaire du cessez-le-feu qui a mis fin à la guerre d'Algérie.

Dans l'assistance ont pris place le conseiller régional Antoine Homé, le conseiller général Jean-Jacques Weber, plusieurs maires et adjoints du canton, le président du Souvenir français Roger Bringard, le président honoraire Claude Fischer, mais aussi les représentants d'associations patriotiques. En défilé, ils se sont rendus sur le carré du souvenir de Kruth, devant la stèle érigée en mémoire des sept soldats du canton qui sont tombés au cours de cette guerre ; leurs noms ont d'ailleurs été lus par Guillaume Feder, le délégué kruthois du SF. Moment d'émotion, quand le jeune trompettiste Bastien a joué la sonnerie aux morts.

En présence de quatre drapeaux, ont été lus le message du 19 mars 1962 puis celui du 19 mars 2012. Trois Titres de reconnaissance de la nation ont été remis à Adrien Andrès, Jean-Jacques Ruffenach et Henri Messerlin. À l'issue du dépôt de gerbe et de la Marseillaise chantée a cappella, l'assistance a été invitée par le président Georges Karpierz à se rendre jusqu'à la place du 19-Mars. Un monolithe en granit rappelant la date du 19 mars y a été dévoilé. Puis l'assistance de plus d'une centaine de personnes a été invitée à se rendre dans la salle L. Brunn. Le président Karpierz a évoqué ces « moments de gâchis et de déchirure » qui ont été le lot de toute une génération de jeunes hommes qui ont passé des années à se battre parce que « c'était les ordres ». Il a tenu à y associer aussi tous les civils tués par cette « guerre qui a mis 37 années à être reconnue ».

Le maire Claude Walgenwitz a souhaité que « notre société assume cette page de son histoire pour enfin arriver à l'apaisement ». Évoquant les tragiques événements de l'actualité, il a demandé que soit observée une minute de silence. sLe conseiller général Jean-Jacques Weber a parlé, lui, de ses camarades qui sont partis faire cette guerre et en sont revenus « marqués dans leur chair ». Le conseiller régional Antoine Homé a souligné combiesn ce type de manifestation, mais aussi des lieux tels que ceux créés par la section locale de la Fnaca, permettent de « mettre des ponts entre le passé et le futur ».

Le verre de la solidarité a clos la manifestation.


10:01 Publié dans En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.