Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 19 mars 2012

Les adieux au père Hyacinthe Styla

© Dna, Vendredi le 16 Mars 2012 / Mulhouse

 

Avec beaucoup de peine et de tristesse, les fidèles de Wittenheim avaient appris le décès du père Hyacinthe Styla le 28 février, à l'hôpital Émile-Muller de Mulhouse où il était hospitalisé depuis quelques mois.

Émotion très palpable au sein de la communauté polonaise où il avait en charge plusieurs paroisses et dont il venait de fêter récemment 55 années de son ordination sacerdotale.

Né en 1933 à Wadowice, il était le fils de François, disparu à Auschwitz et de Marie, décédée en 1954, frère de Jean et Antonina, décédée accidentellement en 1994.

Hyacinthe Styla avait participé en tant que servant de messe, à l'ordination de Karol Wojtyla (le futur pape Jean-Paul II) à Krakowie en 1946, puis à sa première messe à Wadowice.

En 1950, il choisit la congrégation de la Mission (lazariste) et sera ordonné prêtre le 17 septembre 1956 par l'évêque Stanislas Rospond. De 1961 à 1974, il enseignait le grec et le latin au séminaire de Gorzow.

En 1974, la Mission catholique polonaise de France, le charge d'animer la paroisse Saints -Pierre-et-Paul de Rosalmend-Wittelsheim, et celles de Sainte-Barbe et Saint-Christophe de Wittenheim, charge qu'il a assumée jusqu'à ces derniers mois.

Ses funérailles en l'église Saint-Christophe, ont été présidées par Mgr Wieslaw Mering, évêque du diocèse de Wloclawek en Pologne, de Kristian Gawron, vice-recteur de la Mission catholique polonaise en France, en présence de très nombreux prêtres et rehaussées par les chorales polonaises réunies sous la direction de Patrice Panek.

Parmi les témoignages, le maire Antoine Homé a relevé sa grande culture et son attachement aux communautés des différents quartiers de Wittenheim, le vicaire épiscopal, un prêtre animé d'une grande foi, à la recherche de la vérité, avec des yeux toujours pétillants, et Alfred Kaluzinski, au nom des associations et de la communauté polonaise, son engagement auprès de l'immigration polonaise, lui qui a connu la première génération, qui a partagé la pénibilité du métier de mineur, les a ensuite accompagnés à leur dernière demeure.

15:33 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.