Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 19 mars 2012

Le « Groupe projet » qui doit dessiner le futur Conseil d'Alsace est convoqué le samedi 24 mars

© Dna, Lundi le 19 Mars 2012 / Région 

 

Antoine Homé
président du groupe socialiste et démocrate au conseil régional

  

Le « Groupe projet » qui doit dessiner le futur Conseil d'Alsace est convoqué le samedi 24 mars.

Cette réunion vous semble précipitée ? La méthode est pour le moins curieuse. Après nous avoir fait attendre des mois, on nous invite à quelques jours de la rencontre. Depuis des mois, on assiste à un scénario compliqué dont les mésententes entre MM. Richert et Buttner multiplient les péripéties. C'en est une nouvelle ! On lance le groupe projet à trente jours du premier tour de la présidentielle...

Vous y serez cependant ? Notre groupe s'est engagé le 7 mai dernier. Nous serons cohérents, serons présents et participerons au travail. Mais nous voulons que tous les sujets soient mis sur la table dans la transparence -- et pas certains réglés entre les trois présidents. Et la population doit être associée en amont même du référendum.

François Hollande, dans les DNA, a assuré qu'élu, il ne bloquerait ni ne freinerait ce processus. Qu'en pensez-vous ? Au PS, tout le monde n'est pas unanime ? Pour notre part, à la Région, nous avons voté la résolution à l'unanimité. C'est la gauche qui a porté la décentralisation, il y a trente ans déjà, avec les lois Defferre. Il n'y a donc aucune hostilité à une expérimentation souhaitée par les élus d'Alsace à condition que le projet soit accepté par tous. L'alternance que j'espère rend encore plus nécessaire que le projet soit consensuel. Nous sommes le parti de la décentralisation alors que M. Sarkozy est un jacobin de toujours.

15:23 Publié dans En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.