Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 22 février 2012

Antoine Homé auprès de l'entreprise de démolition FERRARI

© Dna, Mercredi le 22 Février 2012 / Mulhouse

 

Wittelsheim Ferrari Démolition : opération séduction

 

Un des groupes, guidé par Arnaud Sengelin, au centre, bras levé.
L'entreprise Ferrari Démolition a réalisé une vaste opération de communication sur son site de recyclage, sur le thème « démolition et développement durable ».

Il fallait oser : ce fut une réussite totale, tant par le nombre de personnes présentes que par la force des messages transmis.

S'y ajoute la qualité de la réception, ce qui n'était pas gagné d'avance dans un tel site.

Situé en bordure de la RN66, à l'angle avec la route de Reiningue, il faut en principe montrer patte blanche pour y entrer, et seuls les professionnels y accèdent.

La capacité de recyclage pour ce centre est de 150 000 t par an

Les responsables ont guidé des visites par petits groupes ; ainsi, Arnaud Sengelin, adjoint d'exploitation, a montré les différents systèmes de recyclages pour ce centre, dont la capacité est de 150 000 t par an.

Les produits traités sont issus des chantiers de démolition de l'entreprise (c'est justement la démolition de deux immeubles dans le quartier Bel-Air de Cernay qui avait inspiré cette opération), ainsi que des déchetteries.

In fine, les refus de tris ne représentent que 0,5 % des volumes : ils sont acheminés sur le site d'enfouissement de Retzwiller. Il faut noter que Ferrari emploie des personnes en insertion (30 000 h depuis l'ouverture), ce qui peut déboucher sur des formations et des emplois pérennes, 22 jusqu'à présent.

Dans son intervention, Yvan Fabret, directeur de Ferrari, a présenté les « solutions Ferrari », qui produit des matériaux routiers reconstitués de différentes grosseurs et dont la qualité est soigneusement contrôlée, ce qui permet de se passer des gravières.

Les opérations de désamiantage vont devenir très délicates

« Certains font des trous, nous ont fait des bosses », a-t-il ironisé. L'autre solution, encore à l'étude au plan local et national, est d'apporter des matériaux compatibles à la fabrication de bétons ordinaires.

Un de ses collaborateurs a ensuite indiqué que, lors des travaux de démolition, les opérations de désamiantage allaient devenir très délicates, la législation préventive étant considérablement renforcée.

Denis Risemann, maire de Wittelsheim, a salué « une entreprise qui trouve parfaitement sa place dans le cadre du développement durable ». Antoine Homé, son collègue de Wittenheim, a souligné « la réussite et le savoir-faire de Ferrari ». Jean-Paul Omeyer, vice-président du Conseil Régional, a lancé un message qui ne se perdra pas : « La Région est en capacité de vous accompagner dans vos investissements et vos démarches administratives ». Le mot de la fin pour le député Michel Sordi, lui-même « issu du bâtiment, des gravières et du béton ».

« La crise de méfiance des produits recyclés est derrière nous » (Michel Sordi)

Pour lui, « la crise de méfiance des produits recyclés est derrière nous, la confiance positive doit suivre ». Un sympathique buffet a ensuite comblé les invités.

18:34 Publié dans En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.