Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 14 février 2012

Intervention au Conseil Régional sur l'adoption de la résolution du Congrès d'Alsace du 1er décembre

 

 

 

Monsieur le Président,

 

 

 

Vous nous réunissez aujourd’hui, une nouvelle fois dans la cacophonie et la précipitation, au regard des nombreuses convocations contradictoires reçues ces derniers jours.

 

Si j’en crois l’ordre du jour que vous nous soumettez, l’objectif de cette séance exceptionnelle est de voter un texte sur le Conseil Unique d’Alsace, une résolution pour être plus précis, la même résolution soumise régulièrement au vote depuis maintenant presqu’un an.

 

Monsieur le Président, vous avez, si je puis dire, convoqué en plus de votre assemblée, l’Alsace et ses citoyens le 7 mai dernier, dans le but de présenter publiquement et en direct sur France 3 Alsace, la création du Conseil Unique d’Alsace garantissant selon vous une meilleure lisibilité de l’action publique territoriale, une organisation plus cohérente et donc plus efficace de nos institutions locales.

 

Si l’outil institutionnel a son importance, nous continuons à dire et redire pour notre part que les vraies priorités du Conseil Régional doivent être de répondre aux attentes des alsaciens en termes d’économie, de formation initiale et continue, trois domaines où votre politique pèche fortement.

 

Toutefois, dans une démarche constructive, avec la volonté d’une réflexion partagée et au-delà des clivages politiques, nous avons souhaité être force de propositions et contribuer à l’évolution institutionnelle de nos collectivités. Ainsi, nous avons adopté la résolution du 7 mai dernier, prévoyant notamment la création d’un groupe projet permettant une concertation approfondie associant l’ensemble de l’Alsace dans ses composantes politiques, socio-professionnelles et territoriales afin d’aboutir à un projet élaboré de manière démocratique et collégiale.

 

Depuis lors, cela fait plus de 9 mois, à coups de multiples grandes messes, de réunions improvisées selon une organisation calendaire chaotique, de battage médiatique, vous faîtes la promotion de votre projet de Conseil Unique d’Alsace. Mais, à ce jour, ce que vous proposez aux Alsaciens Monsieur le Président, ce n’est qu’un slogan car sur le fond, je pense que comme nous, ils vous attendent encore.  

 

Je reviens sur le rôle important que devrait jouer notre collectivité tant en matière d’innovation et de développement économique, d’éducation, de formation professionnelle que de transports. La nouvelle collectivité unique telle que nous la concevons se doit d’être la garante d’une action politique locale qui conjugue justice sociale et territoriale. Cette région devrait être garante d’une vraie décentralisation telle qu’elle a été impulsée par les socialistes il y a 30 ans, rétablissant la confiance entre l’Etat et les collectivités en leur attribuant notamment les moyens financiers à la hauteur des responsabilités qui leur sont confiées. Si les Français nous en donnent l’occasion le 6 mai prochain, nous proposerons d’ailleurs un véritable acte III de la Décentralisation renforçant la démocratie de proximité et l’autonomie financière des collectivités et l’Alsace pourra bien entendu disposer d’un statut adapté. Pour notre part, nous sommes cohérents : nous sommes pour la décentralisation ici comme ailleurs. Nous ne sommes pas comme vous, l’UMP jacobine qui étrangle les collectivités depuis Paris alors que vous vous prétendez girondins lorsque vous siégez dans cette assemblée.

 

Monsieur le Président, nous somme lassés d’une part du fait que l’Assemblée Régionale serve de chambre d’enregistrement chargée d’entériner vos annonces médiatiques et d’autre part, du retard qu’a pris la mise en œuvre de votre projet, projet qu’il sera difficile d’élaborer en pleine période électorale.

 

Les querelles d’égo auxquelles nous assistons depuis des mois entre vous-même, Messieurs Buttner et Kennel, relayées par les récents discours entendus au cours des dernières semaines, où chacun prêche pour la conservation de ses acquis, ce que nous refusons, semble paralyser le projet. Et je viens d’ailleurs de prendre connaissance du rapport qui sera présenté par Monsieur Buttner ce vendredi devant le Conseil Général du Haut-Rhin. Ce document est consternant d’une part sur le fond, à titre d’exemple le mode de scrutin évoqué ou encore le document faisant référence aux principes fondateurs de la collectivité unique qui pourtant avait été retiré du vote le 1er décembre dernier.

 

Cette cacophonie rend impossible, Monsieur le Président, la suite des opérations car les délibérations ne sont pas concordantes. Cette affaire tourne à la mascarade et l’on ne peut pas s’en réjoui. Vos méthodes de travail, je le redis, depuis  le début de cette aventure qui se voulait pourtant démocratique, sont insatisfaisantes au regard de l’enjeu d’une telle réforme. Les querelles intestines des trois Présidents UMP obscurcissent la réflexion institutionnelle qui nous engage. C’est pourquoi, le groupe Socialistes et Démocrates demande que l’on sorte de l’affichage politique et que l’on engage le travail, du moins si le calendrier politique le permet. Nous nous sommes déjà prononcés sur la perspective du Conseil Unique. Nous attendons maintenant des actes. Cependant, les nouvelles péripéties initiées par Monsieur Buttner et notre lassitude de nous voir voter et revoter conduiront le groupe à ne pas prendre pas part au vote de cette résolution.

 

Je vous remercie.

 

 

 

16:56 Publié dans En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.