Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 01 juin 2011

Les articles sur le Conseil Municipal du 30 mai 2011

© Dna, Mercredi le 01 Juin 2011 / Mulhouse

 

Wittenheim  Conseil municipal
Wittenheim Wittenheim phare solaire ?

 

A l'association d'aide aux personnes âgées du Bassin Potassique 150 emplois sont menacés (voir nos éditions d'hier).
Les comptes de gestion 2010, une conférence permanente du commerce local, le photovoltaïque et des inquiétudes quant au devenir de l'Association d'aide aux personnes âgées du Bassin Potassique étaient au centre des débats de la séance de lundi soir.

BUDGET : « Nos paramètres financiers sont de qualité, la Ville est bien gérée... » Le jugement du maire rencontre l'unanimité, le budget ville qui se caractérise par un excédent global de 1 351 709,63EUR au 31 12 2010 est approuvé par tous.

Commerce local : première assemblée le 22 juin

CONFÉRENCE PERMANENTE DU COMMERCE LOCAL (CPCL) : Antoine Homé s'en félicite et qualifie cette nouvelle instance : « Une étape supplémentaire de la mise en oeuvre de notre politique de démocratie participative ». Concrètement, 120 commerçants et professions libérales sont concernés. La CPCL sera composée d'une assemblée plénière constituée de commerçants et d'élus, une première assemblée se tiendra le 22 juin prochain. Le maire ajoute : « Déjà des attentes se font jour, ainsi une grande majorité des commerçants consultés espère une redynamisation du commerce de proximité »

ENERGIE PHOTOVOLTAÏQUE : L'adjointe Marie-France Vallat donne des précisions : « Notre choix se porte sur l'équipement en panneaux solaires de quatre toitures : la salle Coubertin et les écoles Pasteur, Bastian et Freinet ainsi que la façade de la salle Florimond Cornet [...] L'investissement total est évalué à 550 000EUR, les travaux devraient être réalisés durant l'été 2012 ».

Antoine Homé, enthousiaste : « Nous voulons faire de Wittenheim une ville phare dans le domaine du développement durable et des énergies renouvelables... » ; il ajoute, en songeant à la Chine : « Les panneaux installés seront de fabrication européenne (allemande) ».

ASSOCIATION D'AIDE AUX PERSONNES ÂGÉES DU BASSIN POTASSIQUE : la reprise de l'association par la Carmi Est (régime minier) était intervenue il y a près d'un an. Cette reprise a été annulée par le ministre de la Santé, une décision confirmée par le Tribunal administratif de Strasbourg.

Antoine Homé, rejoint par Maurice Haffner et Annick Havé, s'insurge : « On veut accélérer la fin du régime minier. L'association compte 2500 bénéficiaires dont plus de 800 à Wittenheim, nous devons nous montrer solidaires et nous battre pour la pérennité de ce service... »

Annick Havé précise : « Le 30 juin, le mandat de la Carmi se termine, s'il n'y a pas de repreneur nous allons vers un dépôt de bilan. En dépit d'une trésorerie délicate, l'association est viable, 150 emplois sont en jeu ». (Voir nos éditions d'hier.)

TERRITOIRE ECONOMIQUE : La Ville a posé sa candidature commune avec Kingersheim dans le cadre de la démarche dite d'Atelier National consacrée à la thématique « Territoires Economiques » (Ministère de l'Ecologie).

Le maire explique : « la Ville souhaite avancer sur la structuration du territoire communal et notamment, sur la question de l'évolution de la zone commerciale du Kaligone et de la route de Soultz. L'Atelier national Territoires Economiques nous permettra d'élaborer une stratégie, l'Etat s'engage à accompagner les élus s'ils décident de mettre en oeuvre les projets élaborés avec l'Atelier... »

D.W.

© L'alsace, Mercredi le 01 Juin 2011

 

Wittenheim Photovoltaïque :la Ville veut servir d'exemple

 

À la salle Florimond-Cornet, les panneaux photovoltaïques seront installés sur la façade. Photo M.C.

À l'été 2012, cinq bâtiments communaux seront équipésde panneaux photovoltaïques.Ainsi en a décidéle conseil municipal de Wittenheim, lundi soir.

Certes, le projet de la Ville de Wittenheim relatif à l'énergie solaire photovoltaïque a été revu à la baisse, en raison des récentes décisions prises par l'État en la matière et notamment la baisse du prix de rachat de l'électricité produite. Mais, pour le maire Antoine Homé, le programme présenté lundi soir au conseil municipal, et adopté à l'unanimité, est « un engagement extrêmement important » de la Ville, qui « s'inscrit aussi dans le Plan climat de l'agglo ». Il espère que ce projet aura « une vertu d'entraînement et d'exemplarité ».

La première adjointe Marie-France Vallat a détaillé les solutions et les investissements retenus à la suite de l'étude de faisabilité technico-économique. Sur les sept bâtiments communaux étudiés pour recevoir des panneaux photovoltaïques, cinq ont finalement été choisis : les toitures de la salle Coubertin et des écoles élémentaires Pasteur, Bastian et Freinet, ainsi que la façade de la salle Florimond-Cornet, celle-ci, par sa visibilité, devant servir de support de communication au projet, a souligné l'adjointe.

555 000 euros d'investissement

Les panneaux installés seront d'origine européenne et non chinoise, et garantis pour vingt ans, a également affirmé le maire. Coût total estimé : 555 000 EUR, dont 300 000 EUR inscrits au budget 2011. En tenant compte d'un taux de rendement minimum de 3,2 %, le retour sur investissement devrait avoir lieu à partir de la 13e année. Pour garantir les tarifs de rachat de l'électricité d'origine photovoltaïque actuellement en vigueur, la Ville doit déposer son dossier auprès d'ERDF avant le 30 juin, ce que le vote unanime de lundi soir va lui permettre. L'objectif est de réaliser les travaux durant l'été 2012.

Tout en approuvant le projet, le conseiller municipal Maurice Haffner s'est félicité de l'abandon, pour raison de non-rentabilité, de la mise en place de panneaux sur le carreau Schoenensteinbach et le terril Théodore. Il craignait en effet que « ce corridor de biodiversité » ne soit abîmé par ces installations. Ce qui n'aurait pas été le cas, a assuré le maire, en indiquant au passage que le terril Théodore était en cours d'acquisition par la Ville.

Magali Claudel


© L'alsace, Mercredi le 01 Juin 2011

 

Du nouveau pour le commerce local et pour la zone commerciale

 

Après les conseils de quartier, après le conseil municipal des enfants et celui des sages, la Ville de Wittenheim s'apprête à lancer une nouvelle « structure de dialogue et d'échanges », cette fois avec les commerçants, artisans et services de proximité. Son nom : la Conférence permanente du commerce local (CPCL), dont l'assemblée plénière est prévue le 22 juin à 19 h, avec tous les commerçants et les conseillers municipaux qui le souhaitent.

« C'est une étape supplémentaire dans la mise en oeuvre de la démocratie participative dans notre ville », a insisté le maire Antoine Homé, en présentant ce point d'information au conseil municipal.

Pour préparer cette CPCL, Francis Knecht-Walker, l'adjoint en charge du commerce local, accompagné de l'animateur de la démocratie de proximité, a remis un questionnaire à l'ensemble des commerçants wittenheimois, afin de connaître leurs sentiments et leurs attentes vis-à-vis de cette structure. Trente-sept commerçants ont répondu à l'enquête, sur 120 questionnaires distribués, « ce qui constitue un taux de réponses très positif », a fait valoir Antoine Homé.

Dans le détail, 29 sont d'accord avec la création de la structure et ont la volonté de s'y investir ; cinq y sont favorables, mais sans avoir le temps de s'y engager ; trois y sont plutôt défavorables, mais un aimerait toutefois s'y investir. Parmi les attentes des commerçants, « une grande majorité espère une redynamisation du commerce de proximité » et prône en priorité « la mise en oeuvre d'animations commerciales et de manifestations fédératives ». Suites concrètes le 22 juin.

Des experts pourla route de Soultz

Autre information du maire au conseil municipal concernant le commerce ou plus précisément l'évolution de la zone commerciale autour de la route de Soultz : les Villes de Wittenheim et Kingersheim ont posé une candidature commune et ont été retenues, avec cinq autres sites en France, pour bénéficier de l'expertise de l'Atelier national, mis en place par le ministère de l'Écologie et consacré à la thématique « territoires économiques ».

Le but de cet Atelier, regroupant les six sites choisis et des « experts de haut niveau », est de « mieux prendre en compte les problématiques de développement durable dans les zones d'activités économiques et commerciales » et donc d'« apporter un appui aux collectivités dans leur stratégie relative au territoire économique retenu », en l'occurrence la zone commerciale du Kaligone et le long de la route de Soultz pour Kingersheim-Wittenheim.

Une réunion de lancement de l'Atelier national est prévue le 5 juillet à Paris. Chaque site bénéficiera ensuite de trois séances sur place avec visites et réflexions. Après une dernière réunion nationale de restitution des résultats à l'automne 2012, chacun devrait repartir avec une feuille de route. Celle-ci « engage l'État à accompagner les élus s'ils décident de mettre en oeuvre les projets élaborés avec l'Atelier », a souligné Antoine Homé, visiblement très satisfait que la candidature Kingersheim-Wittenheim ait été retenue.


© L'alsace, Mercredi le 01 Juin 2011

 

Brèves de séance

 

Intercommunalité : le conseil municipal de Wittenheim s'est prononcé en faveur de l'extension de Mulhouse Alsace agglomération (M2A) et du Sivom de l'agglomération mulhousienne à Wittelsheim. Une proposition qui figure dans le projet de schéma départemental de coopération intercommunale préparé par l'État, et qui sera soumise à toutes les communes de l'agglo.

M2A : le maire a informé les élus de Wittenheim de la définition du projet communautaire de la M2A, qui sera soumis au conseil d'agglo le 24 juin. L'occasion pour les groupes minoritaires de donner un peu de la voix, Philippe Duffau parlant d'« inventaire à la Prévert », Maurice Haffner de « document qui n'engage que ceux qui y croient » et Patrick Pichenel demandant « plus de visibilité de la M2A aux citoyens ».

Finances : les comptes administratifs et de gestion 2010 des budgets Ville et annexes ont été adoptés. On notera que les résultats définitifs du budget principal 2010 donnent un excédent de 1,35 million d'euros.

Vidéoprotection : dans le cadre du déploiement de la vidéoprotection à Wittenheim, un comité d'éthique et de suivi a été créé. Réunissant des élus et des personnalités qualifiées, il est chargé de s'assurer que le système ne porte pas atteinte aux libertés publiques et privées fondamentales. Dans le même esprit, une charte d'éthique a été mise en place, pour encadrer les procédures de visionnage et d'enregistrement des images.

 

 
 

09:12 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | |  Facebook | |

Commentaires

Bonjour,

Je vous écris pour vous faire part d'un problème rencontré dans votre commune et attirer votre attention sur une zone particulièrement dangereuse située sur votre ban communal.

J'emprunte régulièrement la rue de Soultz entre le Pôle 430 et Pulversheim qui traverse le quartier wittenheimois de Schoenensteinbach. Le même axe dépourvu de trottoirs qu'emprunte à pieds les élèves du Lycée Charles de Gaulle de Pulversheim pour rejoindre Wittenheim. Les jeunes marchent sur la route du Lycée jusqu'à la cité Jeune-Bois où il y a un trottoir. A certaines heures ce sont des groupes de jeunes qui chahutent, s'amusent comme des jeunes de cet âge, se bousculent sur le bord la route. Je pense que vous imaginez aisément les soucis que ça peut poser. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi on laisse des jeunes marcher sur une route partiellement limitée à 90 km/h juste aux abords d'un établissement scolaire. Il y a pourtant assez de bordure en herbe aux abords de la route pour y mettre une bande de goudron (préférable à un trottoir car plus éloignée de la route) qui pourrait servir aussi bien de trottoir que de piste cyclable.

Si la commune de Pulversheim a convenablement réalisé ses aménagements permettant de sécuriser les abords du lycée, rien n'a été fait du côté de Wittenheim, pas de trottoirs (uniquement d'anciens trottoirs étroits non entretenu au niveau de la zone urbanisée de Schoenensteinbach) ce qui rend la cohabitation entre les voitures et les jeunes très dangereuse. Quand le temps est sec les jeunes circulent à moitié sur l'herbe et à moitié sur la route, mais quand c'est boueux il circulent intégralement sur la route avec une visibilité réduite pour l'automobiliste.

Hier, je circulais comme d'habitude en faisant attention quand des jeunes ont commencé à se bousculer, un d'eux est tombé sur la chaussée, j'ai pilé net et eu la frayeur de ma vie, je me suis arrêté à quelques centimètres du jeune. Ce n'est pas la première fois que je dois freiner brusquement pour éviter des jeunes à cet endroit. Je ne suis pas le seul, un jour il risque d'y avoir un drame.

Pour être un habitué de cette route je pense qu'il serait souhaitable (et moins cher que de construire trottoir) de mettre une bande de goudron d'un côté de la route dans la partie en herbe situées sur le côté droit de la route quand on va de Jeune-Bois vers Pulversheim. En complément il pourrait également être envisageable de limiter la vitesse à 50 km/h sur toute la distance qui sépare Jeune-Bois de Pulversheim.

Je ne sais pas si la voirie dépend de vous ou du département mais je tenais simplement à porter ces faits à votre connaissance car je trouve irresponsable que des jeunes de cet âge soient obligés de circuler ainsi sur la route.

Cordialement,

Marc Buhr-Meyer

Écrit par : Marc Buhr-Meyer | mardi, 07 juin 2011

Monsieur Buhr-Meyer,

J'ai bien reçu votre message sur mon blog relatif à la circulation dans le Hameau de Schoenensteinbach et celui-ci a retenu toute mon attention.

J'entends évoquer ce point lors d'une prochaine réunion consacrée à la voirie avec les services de la ville.

Bien cordialement,
Antoine Homé

Écrit par : Antoine Homé | mardi, 07 juin 2011

J'ai eu un problème similaire avec des lycéens qui marchaient sur cette route à la sortie des cours en hiver quand il faisait presque nuit.

Le problème c'est la configuration. C'est absurde le panneau de sortie de Wittenheim (passage de 50 à 90), après la voie ferrée pour à nouveau entrer dans Wittenheim à Schoenensteinbach (retour à 50) 150 mètres plus loin. Celà dans la même commune alors même qu'entre Schoenensteinbach et Pulversheim c'est limité à 50 en continu. Malgré les radars mobiles fréquents il y a souvent des automobilistes qui traversent Schoenensteinbach à 90 ou 100 à l'heure. Il suffirait de ne laisser de panneau de sortie de Wittenheim qu'entre Schoenensteinbach et Pulversheim, d'enlever celui après la voie ferrée et d'en mettre un à la sortie du rond-point vers la voie rapide. Ainsi tout serait limité à 50.

En dehors de la vitesse, la voirie en elle même est dangereuse. Les lycéens marchent sur la route car il n'y a aucun autre aménagement goudronné pour qu'il en soit autrement entre Schoenensteinbach et la voie ferrée. Je ne partage pas l'avis de Marc sur une simple bande de goudron. Pour moi il est désormais temps d'installer de véritables trottoirs à cet endroit. Il y a suffisamment de piétons qui y circulent (en marchant sur la route) et c'est dangereux. La présence de la maison du bassin potassique n'arrange pas les chose car on voit des gens qui viennent en bus, s'arrêtent à l'arrêt Jeune-Bois puisque l'arrêt Schoenensteinbach est trop mal desservi et qui marchent sur la route jusqu'à la maison du Bassin Potassique. Pourquoi ne pas déplacer de quelques centaines de mètres le terminus du bus Soléa numéro 19 pour le mettre devant la maison du Bassin potassique? Le terminus actuel deviendrait un simple arrêt.

Écrit par : Aurélie | mercredi, 08 juin 2011

Les commentaires sont fermés.