Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 21 septembre 2010

L'Alsace : action de l'UDESR 68 contre la réforme territoriale

Politique Les socialistes contre« la régression territoriale »

 11.0.961415001.jpg

 

Antoine Homé préside l'Union départementale des élus socialistes et républicains du Haut-Rhin. Photo J.-F. F.

Les socialistes haut-rhinois se mobilisent contre le projet de réforme des collectivités territoriales proposé par le gouvernement.

La réforme des collectivités territoriales, qui doit revenir en seconde lecture devant l'Assemblée nationale mardi 28 septembre, ne passe pas bien chez les socialistes : Antoine Homé, président de l'Union départementale des élus socialistes et républicains du Haut-Rhin, et sa vice-présidente Patricia Schillinger, également sénatrice, ont lancé, hier, la lutte médiatique contre ce projet.

Concrètement, ils ont écrit aux 377 maires du Haut-Rhin pour leur demander d'installer dans leurs mairies des affiches combattant la réforme et leur ont fourni un livret « sur les menaces qui pèsent sur nos collectivités ». Parallèlement, ils ont demandé aux députés du département - tous de droite - de se prononcer sur un certain nombre de points qui soulèvent leur inquiétude. « Le conseiller territorial qu'on veut mettre en place, critique Antoine Homé, est un Ovni politique, conseiller général le matin et conseiller régional l'après-midi ! On veut supprimer le scrutin proportionnel en usage pour les régions simplement pour pouvoir charcuter les cantons ! »

« Une disposition insensée »

Cette modification du mode de scrutin avait été supprimée par le Sénat et vient d'être réintroduite par le rapporteur UMP Dominique Perben à l'Assemblée nationale.

Les socialistes refusent aussi « une disposition grave, insensée, qui oblige les communes de plus de 3 500 habitants à financer à 30 % au moins leurs projets d'investissement, tout en leur interdisant ce qui est aujourd'hui la règle, le cofinancement Département/Région. Les seules collectivités qui pourront alors se développer seront les communes riches », martèle Antoine Homé.

Autre point de discorde pour le PS, la suppression de la clause de compétence générale qui permet aux Départements et aux Régions de s'autosaisir sur les dossiers qui les intéressent et de financer d'autres causes que ses responsabilités obligatoires. Selon Antoine Homé, « ce sont les domaines de la culture, du sport et de la vie associative qui sont ici menacés ».

Globalement, les socialistes dénoncent dans ce projet de loi une recentralisation voilée, « qui veut tuer l'esprit de la décentralisation parce que la gauche gère la majorité des collectivités ».

Olivier Chapelle

11:14 Publié dans Au PS | Lien permanent | Tags : homé, ps, udesr | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.