Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 15 février 2010

L'Alsace : Carnaval de Wittenheim

Wittenheim Un joli carnavaldes familles, toujours populaire

 

Le petit chariot pour transporter les confettis. Photos Laurent Schneider

La foule des grands jours était au rendez-vous, dans les rues de Wittenheim, pour participer à la belle fête populaire du carnaval.

De nombreuses personnes ont bravé le froid et se sont retrouvées hier, en début d'après-midi, devant la mairie, pour le démarrage du traditionnel carnaval des familles organisé par la ville et l'Office municipal des sports et des loisirs. Cette sympathique fête populaire a débuté par la remise des clés de la ville par le maire Antoine Homé au couple princier Amira et Ennio. Le long cortège multicolore et bruyant a ensuite quitté les abords de la mairie pour se rendre à la Halle au coton, par la rue de Kingersheim. Plusieurs groupes de Gugga musique ont réalisé une superbe animation musicale tout au long du parcours. De magnifiques voitures décorées, des groupes de sorcières, des acrobates et plusieurs fanfares précédaient le char où trônaient Amira et Ennio. Ce cortège haut en couleurs aspergeait le public de confettis, serpentins et autres cotillons. Les grands comme les petits étaient évidemment ravis de pouvoir participer à ce spectacle. À la Halle au coton, les groupes ont poursuivi leurs animations. Ce fut l'occasion pour tout le monde de se réchauffer et de consommer boissons chaudes et beignets. Plus tard, la troupe turbulente s'est rassemblée sur la place du marché pour assister à la crémation de la sorcière qui avait en l'occurrence plutôt l'aspect d'un gentil clown.


09:48 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | Tags : carnaval, wittenheim | |  Facebook | |

DNA : Carnaval de Wittenheim

WITTENHEIM
Le cirque de carnaval

 

C'est sous une arche de bulles que le cortège était invité à passer. (Photo DNA - Cathy Kohler)

Le carnaval 2010 a animé les rues de Wittenheim ce dimanche. Une cavalcade placée sous le signe du cirque...
Avant que ne soit donné le coup d'envoi des festivités carnavalesques, élus, organisateurs (Office municipal des sports et Loisirs) et bénévoles se sont retrouvés en mairie pour la traditionnelle remise des clés de la ville.
En effet, il est de coutume que le couple princier - en l'occurrence Amira et Ennio - demande les clés de la cité au maire. Antoine Homé s'est exécuté et les trois coups de canon ont enfin libéré les clowns et les animaux sauvages dans les rues de cette cité du bassin potassique.
Le carnaval de Wittenheim, version revue et corrigée depuis l'an dernier, semble avoir trouvé son public. En attestent les quelque 2 000 carnavaliers et spectateurs qui ont été dénombrés dans le long cortège. Vingt-deux groupes constitués essentiellement par les associations du village, quatre guggas et surtout un carnaval marqué par la présence des enfants et de leurs parents. Bref, un carnaval 100 % familial.


09:46 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | Tags : carnaval, wittenheim | |  Facebook | |

mercredi, 10 février 2010

DNA : Visite de Martine Aubry

Régionales / Martine Aubry à Colmar
« L'Alsace peut basculer à gauche »

 

Martine Aubry, entourée de Jacques Bigot (à gauche) et Antoine Homé, répondant aux syndicalistes au Cercle Saint-Martin à Colmar. (Photo DNA - Michel Petry)
Martine Aubry, premier secrétaire du PS, a passé hier matin trois heures à Colmar, où elle a rencontré une trentaine de syndicalistes, avant de poursuivre son tour des régions par Metz.

Entourée de Jacques Bigot et Antoine Homé, les têtes de la liste PS, mais aussi du maire de Strasbourg Roland Ries, de la sénatrice Patricia Schillinger et du conseiller général Jo Spiegel, Martine Aubry a écouté les syndicalistes de Clariant, Hymer, Timken, Sony, Continental Biscuits, Peugeot Mulhouse, ainsi qu'un représentant de l'Afpa (formation professionnelle pour adultes) et un retraité des mines de potasse. Tous ont entamé à peu près le même refrain : on restructure, on licencie, on n'a pas d'interlocuteurs, les salariés sont « traités comme des chiffonniers, ils en ont marre », « personne ne nous écoute, le gouvernement nous méprise », « nos patrons ont grugé l'État », « on a laissé partir les bureaux d'études et de recherche, l'Alsace est devenue une région tournevis ». Avec, en fin d'intervention, cette question lancinante : « Que pouvez-vous faire, vous les politiques, pour maintenir l'emploi ? »

Crise : « On a laissé faire »

 Jacques Bigot et Martine Aubry n'avaient plus qu'à surfer sur cette vague de mécontentement syndical et salarial. Tout en concédant que la situation ne changera pas « de manière radicale » au lendemain du 21 mars, si la gauche gagne, et en refusant de faire « de fausses promesses », le président de la CUS a répondu aux salariés qu'il fallait « changer de mode de gouvernance en instituant le dialogue avec des dirigeants d'entreprises et en travaillant avec les salariés » pour établir des perspectives de reconversion et une feuille de route stratégique afin de développer les secteurs clés porteurs d'avenir.
 Pour Martine Aubry, la droite au pouvoir à la Région Alsace est responsable de la dégradation rapide de la situation industrielle. « On a attendu, on a laissé faire, on n'a pas accompagné les chefs d'entreprise, on n'a pas anticipé la crise. Dans les autres régions, vous ne verriez pas des travailleurs expliquer qu'ils sont seuls, laissés à eux-mêmes, comme je l'ai entendu ce matin ». La maire de Lille cite souvent le Nord-Pas-de-Calais. « Nous avions beaucoup plus de chômage qu'en Alsace, mais nous n'avons pas laissé faire les entreprises voyous, ni le marché. Nous avons mis en place des plans de développement. »

Pour le désistement
républicain

 Et lorsque la gauche sera au pouvoir en Alsace, sa priorité sera de mettre en place la « sécurisation des parcours professionnels » avec des formations pour « ceux qui sont en instance de licenciement ou travaillent dans des entreprises fragiles ». Car Martine Aubry n'en doute guère : « L'Alsace peut basculer à gauche ». Que ce soit avec Jacques Bigot ou Jacques Fernique (Europe écologie). « Je suis pour le désistement républicain à gauche. Ce qui m'intéresse, c'est que la gauche peut gagner », dit-elle en se dépêchant d'ajouter : « Le projet de Jacques Bigot est celui qu'attendent l'Alsace et les Alsaciens. »


Claude Keiflin

 

09:23 Publié dans En Alsace | Lien permanent | Tags : alsace, régionales, élection, aubry, bigot, homé | |  Facebook | |

DNA : réunion publique à Fernand-Anna

Wittenheim / Réunion publique municipale
A l'écoute de Fernand-Anna

 

Près de 80 habitants de Fernand-Anna ont dialogué avec les élus. (Photo DNA)
La séquence des quatre réunions de quartier proposées par la municipalité s'est achevée à la MJC Fernand-Anna. Sans surprise, les embarras routiers étaient au coeur des échanges.

Dans un premier temps, Antoine Homé a présenté les réalisations et perspectives de son action municipale. L'adjoint Albert Haas devait quant à lui intervenir pour préciser le rôle et les actions du Conseil des Sages; quant à la première adjointe, Marie-France Vallat, c'est à l'aide de diapos qu'elle a détaillé les gros chantiers de la ville.
 La parole était aux habitants de la cité Fernand-Anna. Pêle-mêle : « Des travaux sont-ils prévus pour faciliter le déplacement des personnes handicapées ? ». Autre thème : « Le trafic rue des Mines est trop chargé, pourquoi avoir abandonné le projet d'un délestage par la rue de la Forêt ? .
 Un autre : « Les racines des platanes provoquent des dégâts sur les trottoirs... ». Ou encore, problème personnel : « Un arrêt de bus est placé devant ma fenêtre, c'est intolérable... ». Sont encore évoqués les nuisances olfactives de la Société Anna Compost, l'avenir de la zone anciennement occupée par la jardinerie Meyer ou, plus polémique, une mise en cause des services techniques municipaux qui feraient preuve d'un «certain laxisme» pour le déblaiement de la neige ou l'enlèvement des feuilles mortes.

Le maire prend la défense de ses services techniques

 Marie-France Vallat : « Si nous devons couper des arbres, nous les remplacerons immédiatement, nous sommes à la recherche d'essences dont les racines causeraient moins de soucis (...). Concernant les personnes handicapées, un diagnostic sera fait sur l'ensemble de la commune dès cette année, la plupart de nos écoles sont déjà équipées; progressivement tous nos bâtiments publics seront accessibles aux personnes à mobilité réduite... ».
 Le maire prend la défense de ses services techniques dont il souligne «le travail remarquable»; il précise que la propreté des rues incombe à la Communauté d'agglomération et là encore il considère que cette tâche est bien menée.
 A propose de l'arrêt de bus, Antoine Homé précise qu'il est déjà saisi du dossier; cet arrêt sera déplacé, un courrier est envoyé au directeur de Soléa.
 Sur l'emplacement de la jardinerie, un complexe comprenant notamment un magasin bio « Les Halles Natures », un magasin de déco et un dépôt de boissons devrait y voir le jour. Quant au trafic rue des Mines, le maire rappelle (voir nos éditions précédentes) la volonté des élus de conserver un poumon vert dans le secteur du Mittelfeld.
 Antoine Homé en termine en souhaitant que la zone commerciale rue de Soultz présente un aspect plus agréable; à cet égard dit-il, « nous avons obtenu que plusieurs panneaux publicitaires, une pollution visuelle, soient enlevés ». Mais lucide il concède: « Bien sûr ce ne sera jamais Le Louvre  ».


D.W.

09:19 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | Tags : wittenheim, réunion publique | |  Facebook | |