Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 19 décembre 2009

L'Alsace : « Zelleriens » et MoDem adoptent le budget

Conseil régional « Zelleriens »et MoDem adoptent le budget

 


Après presque deux jours de débat, la large majorité d'André Reichardt a voté hier le budget primitif de 2010.Les élus PS-Verts et FNont voté contre.

Il n'y avait pas de suspense, hier, au conseil régional, si ce n'est pour l'heure du déjeuner ! Au fur et à mesure de l'avancement des travaux, on a senti chez l'un ou l'autre élu une certaine émotion. Les trois vice-présidents Jean-Paul Heider, Gérard Traband, Mariette Siefert, présentaient leurs derniers rapports, puisqu'ils ont choisi de ne pas se représenter. Tout comme Hubert Haenel, Élisabeth Weiss, Danièle Meyer pour la majorité, Jean-Pierre Baeumler pour l'opposition, qui assistaient à leur « dernière séance ».

« Budget virtuel »

Au moment du vote des rapports budgétaires, les 18 élus PS, Verts et FN ont voté contre l'augmentation de la fiscalité de 4 % (L'Alsace de jeudi et de vendredi ). Les mêmes élus ont rejeté le budget adopté par les 27 conseillers de la « majorité zellerienne » et les 2 du MoDem. Sur un ton plutôt modéré, Jacques Fernique s'est dit « insatisfait » des choix budgétaires. Évoquant le vote des Verts en faveur du budget de l'environnement, présenté jeudi soir par Gilbert Scholly, il a précisé : « Ce n'est pas un blanc-seing », précisant que « le budget est en deçà de l'exigence environnementale et écologique ».

Plus incisif, le socialiste haut-rhinois Antoine Homé a reproché à Antoine Reichardt le nombre de chantiers engagés depuis son élection, le 14 septembre, et « la rupture avec la politique d'Adrien Zeller ». « C'est un budget virtuel car il devra être remanié après les échéances électorales », a-t-il conclu. « C'est un budget fourre-tout », a renchéri Martine Binder (FN), en critiquant le président d'avoir renouvelé le contrat sur les TER. Enfin, le Mulhousien Bernard Stoessel a fait entendre sa différence, en déplorant que « le budget ne porte pas la marque d'Adrien Zeller ». Tout en le votant « par raison ».

« J'ai fait mon travail »

« Le budget avait été préparé par Adrien Zeller, conforté par Bernard Stoessel et simplement amendé par moi-même, qui ai fait rajouter le plan Agir pour l'emploi », a répliqué André Reichardt. Il a regretté que les élus PS et Verts aient voté contre le rapport final, « alors qu'ils avaient voté pour ou s'étaient abstenus sur les deux tiers du budget ». « Et ne me reprochez pas d'en avoir fait trop. J'ai fait mon travail », a-t-il conclu, en espérant, plus politique, que « la majorité zellerienne aura l'occasion de porter ce budget tout au long de l'année »...

Lors de la matinée d'hier, Martine Calderoli-Lotz a présenté le budget de la formation continue, la députée Arlette Grosskost la politique de la ville, Gérard Traband les crédits en faveur de la culture et du sport (lire ci-dessous) et Jean-Paul Heider le budget des affaires européennes et internationales.

Plusieurs échanges assez vifs ont émaillé les débats. Y compris lors de la présentation, par Bernard Stoessel, de la politique en faveur de l'apprentissage et des lycées qui, s'ajoutant à la formation continue et à l'enseignement supérieur représente 303 millions d'euros. Une fois de plus, le FN a contesté les actions en faveur de l'animation de la vie lycéenne, les initiatives dans le cadre du devoir de mémoire et du « Mois de l'Autre ». Mais c'était déjà le cas du temps d'Adrien Zeller...

Yolande Baldeweck


09:04 Publié dans En Alsace | Lien permanent | Tags : région, alsace | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.