Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 18 décembre 2009

L'Alsace : Budget régional

Région Alsace Dernier budget avant l'inventaire

 

René Danési, André Reichardt, François Bouchard (directeur général des services) et Justin Vogel. Photo Dominique Gutekunst

En présentant le budget primitif 2010 du conseil régional (838 MEUR), le président André Reichardt a déclaré assumer l'ensemble de la mandature.

L'exercice pouvait sembler étrange. Devenu président il y a trois mois, à la mort d'Adrien Zeller, André Reichardt (UMP) a présenté son seul et unique budget, puisqu'il passera la main au lendemain du 21 mars, quel que soit le résultat des élections régionales. Si, depuis son élection, il a donné un certain nombre d'impulsions à la politique régionale -- même certains socialistes le reconnaissent -- il n'en assume pas le bilan de son prédécesseur. Adrien Zeller a d'ailleurs été cité en exemple sur tous les bancs de l'assemblée, ce qui l'aurait sûrement rempli d'aise...

L'hiver pour les finances

« C'était un visionnaire sur bien des points », a relevé, hier, André Reichardt, avant d'en appeler à « une vision la plus partagée possible de l'Alsace et au service de la qualité de vie des Alsaciens ». C'est oublier que lui-même est engagé dans la campagne des régionales derrière Philippe Richert... Président de la commission des finances, Justin Vogel a longuement détaillé le budget qui pourrait s'élever à 837,9 MEUR, en baisse de 3,3 %, dont 623,4 MEUR consacrés aux investissements (lire ci-contre).

« C'est l'hiver pour les finances régionales », a déploré Antoine Homé (PS), en dénonçant la diminution des investissements de 15 MEUR. Il a critiqué aussi « l'augmentation de 23 % au cours du mandat de la fiscalité », relevant que « six Régions de gauche ont moins augmenté les impôts que l'Alsace ». « Vous êtes l'héritier d'un bilan que vous tentez de défendre », a enchaîné Patrick Binder (FN), en affirmant être « le seul à dénoncer un certain nombre de subventions, votées par l'UMP et le PS », dont il publiera le « livre noir ».

« On peut trouver des inflexions écologiques, dans votre budget mais elles ne sont pas déterminantes », a jugé Jacques Fernique (Verts), en énumérant les différentes « incertitudes » qui obèrent ce budget, « liées à la situation économique, mais aussi à l'avenir de l'institution régionale ». « Vous subissez sans broncher la régression qui s'annonce », a-t-il regretté, en dénonçant la réforme des collectivités qui marquera, selon lui, l'effacement des Régions. Et de qualifier le mode de scrutin des conseillers territoriaux de « machine à produire des notables locaux au masculin ». « Je suis persuadé que la Région restera incontournable », a répondu le président Reichardt.

« Votre budget, c'est plus de charges, des marges de manoeuvre réduites, et moins de recettes », a ajouté enfin Jacques Bigot (PS), en critiquant « l'endettement de plus en plus fort de la Région, à l'instar de ce que fait l'UMP au plan national ». À quoi Justin Vogel a répliqué que l'endettement de la Cus -- que préside Jacques Bigot -- va « augmenter de 66 % en deux ans... »

Yolande Baldeweck


09:01 Publié dans En Alsace | Lien permanent | Tags : alsace, régionales, élection, région | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.