Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 08 septembre 2009

DNA : Fête de la Concorde à Mulhouse

Politique / Benoît Hamon à la Fête de la concorde
« Les jours de Bockel à la tête de Mulhouse sont comptés »

 

Il n'y aura plus de Fête de la rose à Mulhouse mais la Fête de la concorde où seront toujours distribuées des roses.

« On a comptabilisé 805 billets sur le site, dont 450 repas ». Pour Thierry Sother, élu de la liste municipale d'opposition de gauche Un souffle nouveau pour Mulhouse, le résultat de la première Fête de la concorde est inespéré. « Le beau temps a joué pour nous. Nous avons eu un temps de rentrée politique agréable. »
Dans l'assistance au moment des interventions politiques, il y avait, entre autres, la sénatrice Patricia Schillinger, les conseillers régionaux Jo Spiegel (maire de Kingersheim, président de la Camsa) et Martine Diffor, les conseillers généraux Antoine Homé (maire de Wittenheim), Gilbert Buttazzoni, le maire de Flaxlanden Claude Frey, Catherine Hoffarth (ex-secrétaire fédérale), mais aussi l'ancien maire de Morschwiller Jean-Paul Wurth et l'ancienne adjointe de Mulhouse Monique Leborgne, ou encore Jean-Louis Hoffet (conseiller de Munster), Paul Meyer conseiller communautaire de Strasbourg.
Si le porte parole national Benoît Hamon ne s'est pas trop attardé sur le cas du maire et secrétaire d'État, il a tout de même estimé que « les jours de Bockel à la tête de Mulhouse sont comptés. Bockel a eu la chance d'être dans l'ombre d'Éric Besson, le traître absolu, sur qui se sont focalisées les critiques ». Avant son intervention, Benoît Hamon a prédit en aparté, à Pierre Freyburger et Karim Kacel, que « la Gauche moderne, ça n'existera plus dans deux ans ».
Après avoir rendu un vibrant hommage au regretté Roger Imbéry, Pierre Freyburger, a cité les personnalités présentes et remercié avec insistance Antoine Homé « pour son soutien indéfectible ». Le chef de file de l'opposition de gauche à Mulhouse votera pour le maire de Wittenheim comme tête de liste aux Régionales et non pour Jo Spiegel, pourtant pressenti par quelques ténors socialistes alsaciens comme Yves Bigot, président de la Communauté urbaine de Strasbourg.


E.Ch.

10:40 Publié dans En Alsace | Lien permanent | Tags : région, alsace, ps | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.