Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 31 août 2009

L'Alsace : Sahel vert

Wittenheim Sahel Vert sort

de sa phase de croissance

 

Jacky Ceroi et Nicole D'Angelo, chevilles ouvrières de l'association. Photo Elisa Meyer


À l'occasion de ses 18 ans et de la journée « Recyclades » proposée par l'association Sahel Vert aujourd'hui à Wittenheim, rencontre avec Jacky Ceroi, son délégué général, et Nicole D'Angelo, responsable éducative. Ils reviennent sur les origines, l'histoire, le fonctionnement et les projets de la structure.

L'association Sahel Vert fête cette année ses 18 ans d'existence.

À 18 ans, l'association a-t-elle atteint sa vitesse de croisière ? Oui, elle sort de sa période de croissance, de son adolescence en quelque sorte. Nous sommes parvenus à structurer l'association dans sa démarche de professionnalisation et d'institutionnalisation. L'ensemble du personnel a suivi une formation et obtenu un diplôme dans le champ de l'action sociale. Sur sept employés, trois personnes sont même titulaires d'un diplôme d'ingénierie sociale (master 2). Enfin, ces sept emplois correspondent à 5,6 postes à temps plein. L'association s'articule comme une structure classique. Un conseil d'administration la gère. Son particularisme réside dans son mode de fonctionnement. Le conseil d'administration a créé une DCO (Direction cheville ouvrière), faite de l'ensemble des salariés pour lesquels l'objectif est de travailler sur du management participatif. Nos champs d'application sont la prévention, l'insertion sociale, la solidarité, l'art et la culture. Nous travaillons avec l'État, le conseil général, le conseil régional, la Camsa et les communes, la mission locale et les associations d'insertion (pour tout ce qui relève de l'insertion professionnelle) et le Cap (pour les conduites addictives). Nous proposons des activités de jour qui sont une alternative au placement... Nous pouvons recréer du lien autour de tous les dispositifs de droit commun. Nous travaillons sur le savoir-être : l'insertion sociale étant un préalable à l'insertion socioprofessionnelle. Comment fonctionnez-vous ? L'association dispose d'un budget de 500 000 EUR par année. 250 000 EUR en numéraire et 250 000 EUR en bénévolat valorisé, c'est-à-dire que si l'on convertit pécuniairement le travail fourni par les bénévoles de l'association et si nos ressources augmentaient, Sahel Vert pourrait encore créer de l'emploi. L'État contribue à hauteur de 100 000 EUR, la municipalité de Wittenheim nous met gracieusement le site de la Dynamitière à disposition (économie de 18 000 EUR). Enfin, les collectivités territoriales contribuent à hauteur de 100 000 EUR, 50 000 EUR proviennent du mécénat et d'activités privées. Comment l'association est-elle née ? Grâce à l'appui de certains hommes politiques comme Paul Zwingelstein et Antoine Homé, les maires successifs de Wittenheim... Grâce également à Jo Spiegel, président de la Communauté de communes du Bassin Potassique à l'époque, et actuel président de la Camsa (Communauté d'agglomération Mulhouse sud Alsace). Nous nous situons au croisement des trois cercles formant notre société : politique, économie et société civile. L'association a été placée en redressement judiciaire, qu'en est-il aujourd'hui ? Depuis le 11 mars 2009, nous bénéficions d'un accord de « continuation » d'activité et de la mise en place d'un plan d'épuration de la dette (105 000 EUR) que nous souhaitons sur trois ans. Comment cette dette s'est-elle créée ? Nous avons des difficultés à nous constituer une trésorerie, car les subventions tardent toujours à arriver. Ensuite, nous avons commencé, lors d'un projet de création d'un centre éducatif fortement indiqué par l'État, à avancer les frais de formation, mais il y a eu un décalage par rapport au versement des charges sociales. Si nous n'avions pas été assignés en justice, nous aurions eu la capacité à couvrir nos charges en utilisant un lissage des dettes sur quelques années. Tout ça, en fait, est un mal pour un bien, car nous avons su répondre à point nommé aux demandes du juge-commissaire et de nos partenaires... Quelles sont les méthodes employées à Sahel Vert ? Nous mettons en oeuvre la méthode du projet-action. Concrètement, pour les personnes qui viennent chez nous, il est nécessaire de partir d'une idée et de la réaliser dans le cadre de leur parcours de vie. C'est ainsi qu'ils arrivent à croire à nouveau. Nous nous fixons des objectifs atteignables, pour faire de l'ordinaire, de l'extraordinaire. Ici, pas de jugements de valeur. On ne positionne pas nos bénéficiaires en victime de la société, cela voudrait dire qu'on les déconsidère. Quels sont les projets de l'association ? Courant 2010, nous aimerions inscrire notre manière de voir les choses, à savoir « Il n'y a de sens à être humain que de vivre ensemble », dans des réflexions universitaires. Nous travaillons d'ailleurs avec Roger M'Pongo, prêtre à Staffelfelden, sur un projet qui s'inscrirait dans une dimension africo-européenne. Enfin, nous voudrions faire de Sahel Vert une OING (Organisation internationale non gouvernementale). Ce qui est déjà le cas dans la pratique, du fait d'avoir deux lieux d'implication - le centre « An ka Ta N'Gnéfé » (« Allons de l'avant ») en Bambara à Sofara au Mali et le centre de La Dynamitière à Wittenheim-, mais nous aimerions le devenir officiellement. Quel sera le programme de la journée Recyclades ? Il y aura une exposition de mobilier en carton réalisé par les jeunes à La Dynamitière et à la maison d'arrêt de Mulhouse dans le cadre du dispositif Ville/Vie/Vacances. Un atelier ludique de découverte pour les enfants, de 14 h à 17 h (recyclage de papier, découverte de la faune et de la flore, fabrication de mobile) sera également proposé, ainsi qu'un atelier d'action d'autofinancement (petite restauration, vente d'artisanat malien, lavage de voitures). Une grande braderie solidaire aura aussi lieu (matériel d'informatique, électroménager, mécanique, etc.) dans le but de financer des actions de solidarité menées par des jeunes avec le Mali. L'association Adesion exposera, également, le mobilier de l'Atelier du Beau. Entre 17 h et 18 h est programmée l'inauguration de notre tipi végétal. Enfin, à 18 h, un repas sera partagé avec tous les participants. Y ALLER Journée des Recyclades, aujourd'hui samedi 29 août, à partir de 14 h, au centre La Dynamitière, à Wittenheim, le long de la route du Florival, en face de l'entrée de Staffelfelden en venant de Wittelsheim.


10:28 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | Tags : association | |  Facebook | |

Commentaires

Oui, probablement il est donc

Écrit par : Nina_Tool | dimanche, 20 septembre 2009

franchemen c la famille sahel vert

Écrit par : seven | lundi, 28 janvier 2013

Les commentaires sont fermés.