Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 15 juin 2009

DNA : Théodore Deck à Guebwiller

Guebwiller / Vie culturelle
La ville de Théodore Deck

 

Discussion céramique entre Jean-François Fouilhoux, David Caméo et Catherine Trautmann. (Photos DNA)
Le musée guebwillerois est devenu officiellement hier « Musée Théodore-Deck et des pays du Florival » en présence de personnalités marquantes du monde de la céramique.

Lors de son installation en mai 1984 sur son site actuel, le musée comptait dans ses collections moins d'une centaine d'oeuvres du céramiste guebwillerois ; un quart de siècle plus tard, d'acquisitions en donations et dépôts, ce sont plus de 600 de ses créations qui y sont exposées.
Comme l'a souligné Denis Rebmann dans son propos inaugural, « ce musée d'histoire locale, dans un lieu historique magnifique, a connu une superbe métamorphose grâce à la passion d'un conservateur, Julien Schweizer, pour le génie créatif d'un enfant de Guebwiller ; une passion qui a abouti à la constitution méthodique, obstinée et raisonnée de la plus belle collection Deck au monde ». Après avoir redit sa « volonté de porter le projet de développement de l'IEAC (Institut européen des arts céramiques) ici, sur notre territoire », il a affirmé celle de « faire le pari de l'art et de l'intelligence ; de faire de Guebwiller la ville de Théodore Deck, de la céramique, de l'art ; de l'art comme démarche de développement et de création de richesses ».

Le bleu est bien de Deck !

Directeur de la manufacture de Sèvres, et donc lointain « descendant » de Théodore Deck, David Caméo a dressé un rapide portrait de celui-ci, « homme de la couleur avant tout (...) qui a redécouvert par ses recherches incessantes d'anciennes techniques, renoués avec des traditions ancestrales... » avant d'affirmer avec un large sourire « ... mais le bleu est bien de Deck ! ». A la surprise de ses hôtes mais également des responsables de l'Institut européen des arts céramiques installé à Guebwiller depuis 5 ans, David Caméo a annoncé vouloir « engager un partenariat entre Sèvres et l'IEAC... peut-être dans le cadre d'une collaboration dans le domaine de la recherche ».
Faisant un parallèle entre l'obstination dans la recherche de Deck et celle Jean-François Fouilhoux, dont les céladons sont exposés au musée cet été, il a rappelé qu'un créateur céramiste « doit aller jusqu'au bout de la matière, lui donner ses lettres de noblesse. Ce n'est qu'en maîtrisant totalement la matière qu'il s'exprime entièrement et librement ».
Un propos repris par Jean-François Fouilhoux qui aurait « pu signer les textes de Deck exposés au musée. (Je) partage avec Deck la passion de la matière ; la passion, c'est une façon de vouloir percer le mystère de la création », avant de faire l'éloge des musées, « lieux où les relais se passent de génération en génération ».
Cette cérémonie s'est déroulée en présence de Catherine Trautmann, députée européenne et ancienne ministre de la Culture et de la Communication, de Antoine Homé, conseiller régional, de Daniel Weber, vice-président du conseil général, du directeur des Arts décoratifs de Strasbourg, de Julien Schweizer, conservateur du musée guebwillerois, de Auguste Vonville, président de l'IEAC, et de Thiébaut Dietrich, directeur de l'IEAC et maître d'oeuvre de l'exposition de Jean-François Fouilhoux.


b. fz.

13:15 Publié dans En Alsace | Lien permanent | Tags : alsace, guebwiller, musée, patrimoine | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.