Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 24 mai 2009

L'Alsace : Les Maires du Haut-Rhin à la Foire de Mulhouse

Maires du Haut-Rhin « Nous pouvons tous agir »

 

Petite pause conviviale après la séance de travail. Photo Jean-François Frey

Le président du conseil régional, Adrien Zeller, qui avait invité les maires du Haut-Rhin à se retrouver à la Foire de Mulhouse, s’est voulu « plus positif que pessimiste ».

Pas question de nier que l’Alsace, à l’instar des autres régions industrielles, a « subi durement le choc de la crise ». « Au plan social et au niveau de l’insertion des jeunes, les difficultés sont devant nous », a mis en garde Adrien Zeller, devant les maires du Haut-Rhin et leur président, René Danési.Même si la croissance revient, il faudra plusieurs années pour retrouver un niveau d’emploi élevé, a poursuivi le président du conseil régional, en rappelant aux élus : « Nous pouvons tous faire quelque chose… »

« Leviers en région »

Dans son exposé, le président du conseil régional a insisté sur les mesures prises, du plan de relance régional à la formation pour les salariés au chômage partiel, sans oublier les différentes initiatives pour lutter contre l’effet de serre. Ainsi, commentant les mesures annoncées par Nicolas Sarkozy mardi, à Urmatt (L’Alsace du 20 mai), il a lancé : « Nous n’avons pas attendu pour soutenir la filière bois et les scieries depuis huit ans », en précisant que la Région a aidé 300 entreprises. Et de conclure qu’il faudrait « plus de leviers en région pour animer la transition ». Invités à débattre avec lui, les maires ont évoqué certaines difficultés liées au plan de relance auquel la plupart d’entre eux se sont engagés à participer. Mais les travaux devront être réalisés avant fin décembre. Pourront-ils respecter cette date butoir sous peine de se voir pénaliser l’an prochain ? Le maire et conseiller régional de Wittenheim Antoine Homé (PS) a sollicité de la mansuétude de la part des services de l’État. Pour sa part, le maire de Colmar, Gilbert Meyer (UMP), a rappelé que les budgets de fonctionnement sont arrêtés fin janvier.Autre sujet d’inquiétude : le photovoltaïque solaire. Antoine Homé, mais aussi le sénateur Jacques Muller (Vert) ont fait part « des complications liées à l’attitude des architectes des bâtiments de France ». « Il vaudrait mieux qu’ils accompagnent les maires dans la bonne instruction du dossier, plutôt que de prendre des décisions incompréhensibles », a relevé le sénateur-maire de Wattwiller. « Il semble qu’il y a un assouplissement de ce côté-là », a noté cependant Adrien Zeller.En accueillant ses collègues, le maire de Mulhouse, Jean-Marie Bockel, avait souligné « le rôle plus important, en ces temps difficiles et dans une société qui se cherche », qui revient aux élus. « Le gouvernement n’a pas oublié que vous faites 75 % des investissements publics », a ajouté le ministre alsacien. Mais surtout, il a appelé les uns et les autres à « surmonter les difficultés territoriales et politiques pour parler d’une seule voix à Paris ». Et de citer en exemple les TGV : « On y a cru, on s’est battu et aujourd’hui l’un fonctionne et l’autre est en chantier» Sauf que la bataille du financement n’est pas terminée.


Yolande Baldeweck

09:56 Publié dans En Alsace | Lien permanent | Tags : alsace, mulhouse | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.