Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 19 avril 2009

DNA : Mémorial des mineurs

Wittenheim / Mémorial des mineurs
Une stèle, mais où ?

 

Valérie Gerrer-Hug, sous le regard des membres de l'Association de sauvegarde du chevalement, met la dernière main à une création imposante, «le mémorial des mineurs ». (Photo DNA)
C'est dans les ateliers des Établissements Zanchetta, à Village-Neuf, que l'artiste mulhousienne, la sculptrice Valérie Gerrer-Hug, achève ces jours-ci la réalisation d'une oeuvre monumentale, une stèle en hommage aux mineurs de potasse.

Portée par l'association pour la sauvegarde du chevalement de Théodore, la création devrait se finaliser avant fin août. Rémy Schonecker, président, et une délégation de l'association, se sont rendus sur place, occasion de faire le point, occasion aussi de manifester une certaine irritation.
« Aujourd'hui, nous ne savons pas où le mémorial se verra implanté, notre souhait est de le voir érigé à proximité du chevalement de Théodore, nos relances auprès des élus de Wittenheim restent pour le moment sans réponse, des sites à Wittelsheim ou Bollwiller pourraient être une solution de repli, il y a urgence... ».

L'artiste perpétue
l'amour de la pierre

Une fois ces inquiétudes géographiques levées, le sentiment général était au beau fixe. Et pour cause, Valérie Gerrer-Hug conjugue talent et savoir-faire. Les gènes ne mentent pas, l'artiste perpétue l'amour de la pierre et du beau d'une famille de marbriers sculpteurs mulhousiens depuis 1836. L'artiste a récemment produit une stèle,« Les Malgré-nous » à la mémoire des incorporés de force, une oeuvre attachante, poignante, visible place de la mairie à Wittenheim.
Quant au mémorial des mineurs, conçu puis sculpté par Valérie Gerrer... Chapeau bas ! Plusieurs mois de labeur pour un résultat imposant : taillée dans le grès rose des Vosges, la sculpture ne pèse pas moins de 7,5 tonnes, 2,50 mètres de haut pour 3,80 mètres de large. A l'avant, une forme stylisée d'un chevalement et le profil d'un mineur casqué, à l'arrière du bloc de grès, une carte du bassin potassique et, emblème des MDPA, une cigogne.

Coût du mémorial :
plus de 53 000 €

Ce mémorial d'un coût de 53 222 € a été financé par une souscription lancée par l'association de Rémy Schonecker ainsi que par diverses subventions des communes du bassin potassique, de la Région et du Département.
Cette stèle inaugurée, devrait se voir flanquer par un « Mur des Noms ». L'association projette en effet, à hauteur de 30 247,32 €, la réalisation d'un mur en grès sur lequel une gravure de huit panneaux portera les noms des 800 victimes de la longue aventure (1904/2004) des mines de potasse.
N'en doutons pas, Valérie Gerrer-Hug saura, une fois de plus, donner libre cours à ses immenses qualités pour faire de ce Mur des Noms un digne témoignage de l'histoire, les joies, les peines ou souffrances aussi, des hommes de la mine.


D.W

Contact : (notamment pour les dons en faveur du Mur des Noms) Association de sauvegarde du chevalement Théodore 60, rue Joseph-Vogt 68270 Wittenheim (Tél: 03 89 62 08 33) www.chevalement-theodore.com

Appel à la sérénité

Interrogé, Antoine Homé, maire de Wittenheim a souhaité répondre aux soucis exprimés par M. Schonecker et appelle à la sérénité. « Nous souhaitons une localisation sur Wittenheim. Je rappelle que j'avais proposé un premier site, à la limite de Wittenheim et Ruelisheim qui n'avait pas convenu à l'association. Ce nouvel emplacement, je le trouve bien (je l'avais proposé il y a deux ans déjà) et nous travaillons activement sur ce dossier. Je l'ai d'ailleurs évoqué avec le sous-préfet il y a quelques jours, lors d'une visite sur le terrain. L'association a donc déposé un permis de construire qui est à l'instruction. Mais ce dossier doit respecter trois conditions :obtenir l'accord du propriétaire qui est l'EMC, obtenir l'accord de l'architecte des Bâtiments de France puisque nous sommes à côté d'un monument classé et l'accord de la DRIRE puisque nous sommes à côté d'un site industriel. Mais ce sont des procédures administratives normales, qui doivent être respectées même si celles-ci durent. Il faut continuer à travailler dans la sérénité et une logique partenariale. A Wittenheim, nous sommes tous attachés au projet, la commune a voté 7000€ de subvention, et à la défense du patrimoine minier. »

14:25 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | Tags : wittenheim, patrimoine, potasse | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.