Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 07 avril 2009

L'Alsace : Veillée des écoles

Wittenheim Mobilisation contre les fermetures de classes

 

Enseignants et parents ont pu échanger autour du sombre sujet de suppression de classes. Photo C.S.

Après l’annonce de suppressions de classes dans les écoles maternelle et élémentaire Sainte-Barbe, les parents d’élèves et les enseignants se sont mobilisés, ensemble. Ils l’ont notamment prouvé lors d’une réunion qui a eu lieu samedi dernier.

Ils l’ont appris le 27 mars, et organisaient une réunion samedi dernier, soit une semaine après. Lorsque les parents d’élèves wittenheimois de l’école Sainte-Barbe ont appris la suppression d’une classe en maternelle et d’une autre en primaire, leur réaction ne s’est pas fait attendre.Si des classes ferment, c’est à cause de statistiques basées sur des prévisions, en rapport avec des quotas émis par les académies. Ainsi, au lieu des 65 enfants requis en école maternelle, l’école Sainte-Barbe n’en compte que 63. Partant du même principe, l’école primaire compte 135 élèves au lieu du seuil fixé à 136… « Cela induit qu’une classe sera supprimée en primaire et une en maternelle, explique Véronique Lang, directrice de l’école maternelle. De cette manière, nous aurons deux classes de maternelle composées de 31 et 32 enfants… » Certains, comme Pierre Parra, parent d’élève et co-organisateur de la réunion, se désolent de cette situation : « On ne peut pas dire que la jeunesse c’est l’avenir et d’un autre côté réduire les effectifs de ceux qui contribuent à la construction de cet avenir ».

Pétition

Et tandis que certains ironisent sur la possibilité ou non de rajouter des « élèves fantômes », tous tentent de trouver des solutions à temps, pour « éviter des décisions du 15 juin qui obligent à agir en urgence », comme le souligne la directrice. Ainsi, parents d’élèves et enseignants ont l’intention de s’investir de manière directe, par le biais notamment d’une pétition qui sera mise en place dans les semaines à venir.Ils comptent aussi sur le soutien du maire, Antoine Homé. À ce propos, Catherine Runzer, adjointe chargée de l’éducation, explique être « très attentive à ce qui se passe. Nous allons faire ce qui est en notre pouvoir pour éviter au maximum les fermetures, en tentant par exemple d’influer sur les dérogations ».La réunion s’est déroulée dans une ambiance bon enfant, et a aussi permis aux enseignants Rased (réseaux d’aides spécialisées aux enfants en difficulté) de rappeler leur engagement. En effet, suite à leur grande mobilisation, les Rased ne seront plus supprimés, mais chaque poste inoccupé ne sera plus pourvu… Cela ne satisfait bien sûr qu’en partie les enseignants spécialisés, qui ont assisté à cette réunion à la fois pour ne pas que leur cause soit oubliée, mais surtout « pour soutenir les collègues et les écoles qui nous ont soutenus », conclut Astrid Schneider, enseignante spécialisée.


Christophe Schmitt

09:39 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.