Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 15 mars 2009

Assemblée Générale des Maires du Haut-Rhin et réforme des collectivités

Haut-Rhin / Association des maires

Les réformes sur la table


Les réformes en tout genre, dont celle des collectivités territoriales, ont été au coeur de l'assemblée générale des maires du Haut-Rhin qui s'est tenue hier à Rosenau.
Quelque 260 maires, adjoints, présidents et vice-présidents d'intercommualités ont assisté hier matin à l'assemblée générale de l'association des maires du Haut-Rhin à Rosenau. Une réunion consacrée à la réforme de l'administration territoriale de l'État dans le département et à la promotion de l'usage de l'alsacien dans les communes, à laquelle s'est naturellement invitée la réforme des collectivités territoriales.
C'est Thierry Litzler, maire de Rosenau et par ailleurs attaché parlementaire du député UMP Michel Sordi, qui a évoqué le premier le sujet. « S'il y a une couche du mille-feuille à ne pas rogner, c'est bien celle de la commune », a-t-il lancé en rappelant que les maires étaient les élus préférés des Français. « Nous devons garder nos compétences et préserver notre pouvoir de décision. » « Le rapport Balladur fait preuve de bon sens en maintenant la compétence générale aux communes », dira plus tard René Danesi, le président de l'AMHR, maire de Tagsdorf et vice-président centriste de la Région.

« Décomplexer
les Alsaciens »

Les propositions de l'ancien premier Ministre sur la réforme des collectivités, c'est le socialiste Antoine Homé qui en parlera le plus à la tribune. Le conseiller régional et maire de Wittenheim se réjouit de voir le rapport confirmer la place des communes comme il approuve le système de fléchage pour désigner, lors des élections municipales, les élus susceptibles de siéger dans les intercommunalités.
Il juge en revanche plus « discutable » la proposition de l'élection double avec une liste Région-Département et une liste Département.
Ce n'est pas à une réforme mais à une révolution à laquelle a appelé Justin Vogel lors d'un vibrant plaidoyer pour la sauvegarde de l'alsacien. Avec humour, le président de l'Office pour la langue et la culture d'Alsace (OLCA) a encouragé les élus à participer à l'opération "Ja fer unseri Sproch" en organisant une ou deux actions concrètes pour « faire revivre l'alsacien » et « décomplexer les Alsaciens » : mise en place de rues et de panneaux bilingues, identification des fonctionnaires bilingues, introduction de mots alsaciens dans les discours...
Dans un autre domaine, Lara Millon, adjointe au maire de Mulhouse, a précisé les modalités à suivre pour que les communes puissent bénéficier du versement anticipé d'un an au lieu de deux du fonds de compensation de la TVA (FCTVA). Pour ce faire, l'investissement prévu en 2009 devra être supérieur au moins d'un euro à la moyenne des dépenses d'investissements réalisées entre 2004 et 2007. La collectivité devra en outre signer une convention avec le préfet.


Franck Buchy

Relance Les maires réclament plus de souplesse

 

Une assemblée toujours très nombreuse. Photo Jean-François Frey

Les maires du Haut-Rhin ont été appelés à apporter leur pierre au plan de relance. Mais en échange, ils demandent des garanties.

À chaque assemblée des maires du Haut-Rhin, le président René Danési veille à garder une place pour les questions d’actualité. Hier matin, à Rosenau, des inquiétudes ont été exprimées au sujet du plan de relance de l’État. Le gouvernement compte fortement sur les maires – en liaison avec les Départements – pour lancer des travaux destinés à soutenir les entreprises locales, en période de crise. Pour cela, il propose aux communes le versement anticipé de la TVA en 2009 et en 2010. « Les maires doivent s’engager, par convention signée avant le 15 avril avec le préfet, à faire des travaux d’ici la fin de l’année, d’un montant supérieur à la moyenne de ceux effectués entre 2004 et 2007 », a expliqué l’adjointe mulhousienne Lara Millon, déléguée à l’Association des maires de France (AMF).

Un euro de plus

« On a besoin de ces travaux maintenant », a martelé Stéphane Guyon, secrétaire général de la préfecture du Haut-Rhin. Il n’a même pas été choqué d’entendre le député Michel Sordi lancer à ses collègues : « Il suffit d’1E de plus… » Qui plus est « les travaux restant à réaliser sur le budget de 2008 seront pris en compte », a confirmé René Danési. En revanche, les maires des communes rurales craignent ne pas avoir le temps de « mandater » les dépenses avant le 15 décembre au TPG. « Il faudra un peu plus de souplesse pour les investissements », a suggéré le président, en évoquant une démarche de l’AMF dans ce sens auprès du gouvernement.Pour sa part, le maire de Wittenheim, Antoine Homé, président de la Fédération des élus socialistes, a évoqué des craintes concernant la suppression de la taxe professionnelle, même si les recettes devront être compensées intégralement par l’État. Selon lui, « cet impôt économique doit garder un lien avec le territoire qui supporte aussi les charges liées aux entreprises ». Pour sa part, la sénatrice Catherine Troendlé interrogera, mercredi, la ministre des Finances sur ce que prévoit la réforme de la taxe professionnelle pour les zones d’activités en cours de création.

Alsacien et breton

Enfin, les maires ont applaudi le vibrant plaidoyer du président de l’Olca (Office pour la langue et la culture d’Alsace), Julien Vogel, en faveur du dialecte et de mesures concrètes à prendre pour l’inscrire dans le paysage. Même les francophones ont été touchés par son engagement. En saluant les élus en… breton, le représentant de l’État, Stéphane Guyon, a montré que les Alsaciens ne sont pas les seuls à vouloir faire vivre leur langue. Dans la foulée, il a tracé les grandes lignes de la réforme des services de l’État prévue pour 2010. Une « véritable révolution » avec un regroupement, au niveau régional, au sein d’un même service des ingénieurs de l’Équipement, de l’Agriculture, de l’Industrie et de l’Environnement. « Mais les sous-préfets seront maintenus », a-t-il précisé.


Yolande Baldeweck

11:20 Publié dans En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.