Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 14 mars 2009

Presse régionale : Conseil Régional d'Alsace

DNA :

Conseil régional / Un plan de relance de 34 millions d'euros
Des mesures ciblées

 

« Arrêtez vos conneries, vous travestissez la vérité », s'est énervé à un moment Adrien Zeller face à un contradicteur socialiste. (Photo DNA - Michel Frison)
Le conseil régional a adopté hier un «plan de relance» de 34 millions d'euros de crédits supplémentaires. Il s'agit de « mesures ciblées » destinées aux lycées, aux entreprises et à la formation des salariés.

Ce plan de relance correspond à « nos compétences exclusives », a souligné Adrien Zeller en réponse au Césa (Conseil économique et social d'Alsace) qui aurait souhaité un plan commun à l'ensemble des collectivités (DNA de jeudi).

« Il reste beaucoup
de secteurs où il y a
des possibilités
de recrutement»

« Nous ne faisons pas de la relance pour la relance, uniquement pour être réactifs. Dans un monde incertain, notre plan a l'avantage d'être cohérent », a dit le président du conseil régional.
L'essentiel des crédits ira à des travaux de maintenance et de restructuration dans des lycées : 18,5 M € s'ajoutant aux 76,7 M € votés au budget primitif. « Neuf gros chantiers sont avancés d'un an », signale Justin Vogel, président de la commission des finances.
Le budget «économie et emploi» est abondé de 3 M € (+ 10,9 % par rapport au budget initial). Le tiers ira à Oséo pour le fonds de garantie Alsace qui permettra de garantir 62,8 M € de crédits à des entreprises, y compris à des entreprises en restructuration. « C'est un dispositif périlleux, mais nous faisons confiance aux entreprises pour récupérer la mise. La contrepartie que nous exigerons est le maintien de l'emploi », dit André Reichardt, président de la commission économie.
Le troisième volet du plan, d'un montant de 4,5 M € (+ 7,3 %), est destiné au soutien d'actions de formation, notamment pour des salariés en chômage partiel. « Il reste beaucoup de secteurs où il y a des possibilités de recrutement. Nous devons faire du sur-mesure pour former à ces métiers », dit Martine Calderoli-Lotz, présidente de la commission formation.
Mi-février, le groupe PS-Verts s'était abstenu sur cette aide aux salariés en chômage partiel. Hier, il est revenu à de meilleurs sentiments, Pierre Mammosser (PS) qualifiant le volet formation de « plus novateur » des trois.

Remboursement anticipé
de la TVA

Le groupe s'est néanmoins abstenu sur le plan de relance que Antoine Homé (PS) soutient sur le principe mais dont il déplore le « manque d'ambition ».

Pour Philippe Carbiener, ce plan, « pot-pourri de projets » dont certains sont « approuvables, d'autres discutables voire franchement condamnables », n'est qu'une « illusion régionale dont l'influence restera très marginale ». Le FN a voté contre le plan de relance. « Quelle sera son efficacité, vous croyez que vos mesures vont ralentir la crise en 2009 ? C'est faux », a asséné Patrick Binder.
Le plan sera financé par l'emprunt et par l'avance sur le fonds de compensation de la TVA versée par l'État (9,4 M €). « La Région bénéficiera de ce remboursement anticipé. Je m'y engage », a dit Justin Vogel en réponse à certains doutes émis par l'opposition.


Claude Keiflin

Conseil régional Le « shunt » de Mulhouse divise les groupes

 


Les élus régionaux ont adopté hier, après de longs débats, le contrat triennal de Strasbourg et le plan de relance. « Sans être mirobolant, ce contrat triennal permet de franchir une nouvelle étape pour consolider la vocation européenne de Strasbourg », a relevé le président du conseil régional, Adrien Zeller, en présentant la version définitive du contrat triennal de Strasbourg (2009-2011) de 245 M , négocié par les collectivités locales avec l’État qui engagera 117 M .

Discutable

Le président de la Communauté urbaine, Jacques Bigot (PS), partie prenante dans ces négociations, s’est félicité du « bon partenariat » entre les élus alsaciens, et plusieurs élus de la majorité régionale ont relevé les éléments positifs du contrat. À l’inverse, Jacques Fernique, au nom des Verts, a contesté le volet routier, avant de dénoncer le raccordement court de Mulhouse, le fameux « shunt », « inscrit au titre de l’accessibilité de Strasbourg, pour un maigre gain de 10 mn ». « C’est un élément d’accessibilité discutable », a renchéri le maire de Wittenheim, Antoine Homé (PS), la députée de Mulhouse Arlette Grosskost (UMP), ayant elle aussi émis des réserves. Pour sa part, Patrick Binder (FN) avait parlé de « véritable aberration économique ». Premier vice-président du conseil régional, le Mulhousien Bernard Stoessel a rappelé que « la SNCF avait demandé que ces travaux se fassent dès la première phase du TGV Rhin-Rhône pour éviter à certaines rames de s’arrêter en gare de Mulhouse, puis de faire marche arrière ». « Je ne serai pas choqué si des TGV pour Bâle et Zurich ne s’arrêtaient pas à Strasbourg », a rétorqué Jacques Bigot aux anti-shunt. « Il faut dédramatiser cette question », a demandé Adrien Zeller, en affirmant « que la Région Alsace a mis 30 % de plus pour le TGV Rhin-Rhône de plus que pour l’ Est ». « C’est la première fois qu’une infrastructure hors de Strasbourg est inscrite au triennal », s’est félicité Pascal Mangin qui avait suivi les négociations, côté ministère de l’Aménagement. Le contrat a été adopté (en l’absence des élus FN) par la majorité et les socialistes. Les Verts se sont abstenus.

Relance

Auparavant, les élus avaient discuté du plan de relance du conseil régional qui porte sur 34 M supplémentaires, soit 12 % du budget d’investissement de 2009 (nos éditions du 28 février) « Un vrai plan, avec des moyens nouveaux », a assuré le président Zeller. Pour sa part, Antoine Homé n’y a vu qu’« un mini plan destiné à rattraper la faiblesse du budget primitif ». « La Région ne peut intervenir qu’à la marge », a déploré Philippe Carbiener (Verts), Patrick Binder (FN), affichant son « scepticisme quant à l’impact de ces mesures sur la crise ». « Pour que le plan réussisse, il faut être réactif », a estimé Arlette Grosskost, rapporteur des crédits au niveau national. Le document a été adopté par la majorité. Le FN a voté contre, les élus PS et Verts se sont abstenus.


Y.B.

09:25 Publié dans En Alsace | Lien permanent | Tags : homé, zeller, région | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.