Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 08 janvier 2009

Ruelisheim : Voeux

Ruelisheim / Voeux du maire
Le presbytère vers d'autres cieux

 

Philippe Hartmeyer entend jeter une passerelle entre la Camsa et la Communauté de communes de l'Ile Napoléon. (Photo DNA)
De très nombreux villageois et une impressionnante brochette d'élus se sont retrouvés dans la salle Edmond-Vogt pour répondre à l'invitation du maire, Philippe Hartmeyer. Musique, vidéo, distinctions, discours et agapes pantagruéliques étaient bien entendu au menu.

Le député, Francis Hillmeyer, le président de la Camsa, Jo Spiegel, ainsi que son homologue de la Communauté de communes de l'Ile Napoléon, Bernard Notter, ou encore le conseiller régional Antoine Homé, notamment, étaient aux premières loges. Après un tour d'horizon très géopolitique du monde, de la crise en particulier, Philippe Hartmeyer évoque Ruelisheim. La commune compte désormais 2 537 habitants, ainsi depuis le dernier recensement, sa population est en chute de 156 âmes.

Les philosophes Aristote et Diogène le Cynique ont été convoqués aux voeux municipaux

Le maire en vient aux projets 2009 : le devenir du presbytère reste en suspens, à ce jour, deux solutions sont envisagées, soit sa transformation en logements sociaux, soit sa destruction dans une perspective de rénovation globale de la place de l'église.
Le maire affiche également ses espoirs de se voir réaliser une piste cyclable reliant Ruelisheim à Battenheim, ce dans le prolongement de la voie existence (Ruelisheim/Pulversheim), une piste, précise le maire, dans un clin d'oeil à Jo Spiegel et Bernard Notter« qui jetterait une passerelle entre la Camsa et la Communauté de communes de l'Ile Napoléon ».
Enfin, concernant la Maison des associations, quelques travaux de sécurisation s'y achèvent avant son inauguration. Philippe Hartemeyer en a également rappelé le coût : 1 455 000 € TTC, l'ensemble étant subventionné à hauteur de 530 720 €.
La ligne ainsi tracée, le maire devait laisser le soin à son premier adjoint, Hubert Wnekowicz, de distiller quelques réflexions philosophiques ayant trait à la crise : « L'argent pour l'argent est stérile ». Puis, après avoir ainsi cité Aristote, l'adjoint poursuit : « On nous abreuve quotidiennement de la question du pouvoir d'achat, comme si cela pouvait tout résoudre (...) mais on oublie de nous dire que cette consommation forment le seul horizon de notre existence... ». Et de conclure en en appelant à Diogène le Cynique, qui dans les rues d'Athènes se promenait avec une lanterne en plein jour à la recherche de l'Homme.
Il était l'heure de distinguer l'adjointe honoraire, Annie Toussaint, et le conseiller Raymond Haag de la médaille d'or de la commune puis de savourer quelques prestations musicales avec en point d'orgue le magnifique filet de voix de la charmante Aude, dont le talent n'avait d'égal que la gracilité de ses épaules, pour en terminer par un plantureux buffet, pied de nez à la crise.


09:26 Publié dans A la M2A | Lien permanent | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.