Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 29 décembre 2008

L'Alsace : Tram

Est-ce bien raisonnable ?

 

Le tramway est forcément accessible. En 2011, le tram-train le sera aussi. Photo Darek Szuster

Le délai pourra-t-il être tenu ? Et à quel prix pour des communes déjà fortement sollicitées par le budget du Sitram ?

Le schéma directeur d’accessibilité du réseau a été approuvé lors de la dernière séance du Syndicat intercommunal des transports sans faire trop de vagues : il serait malséant d’insister lourdement sur le coût que représentent les facilités d’accès au réseau pour les handicapés.

Un objectif très ambitieux

Reste que chacun est conscient de l’ampleur de la tâche — avec un tiers seulement du parc de bus accessible et… 7 % seulement des 750 points d’arrêt. « C’est un défi ! », reconnaît le président du Sitram Denis Rambaud. « Un objectif très ambitieux… », confirme Yann Thomas, chargé de mission au service études et projets. « Il existe une marge de manœuvre, mais la loi est néanmoins très contraignante… », résume ce dernier. Un aspect intéressant : il ne sera pas nécessaire de renouveler par anticipation le parc de bus — son renouvellement normal suffira à l’acquisition du nombre nécessaire de véhicules accessibles. C’est toujours ça.À une question de Bernard Stoessel, qui s’enquiert du coût estimatif de l’ensemble de l’opération, Yann Thomas reconnaît la difficulté de l’exercice. « C’est difficile à chiffrer. Faut-il, par exemple, prendre en compte l’extension du tramway à Bourtzwiller ? » Par ailleurs, un certain nombre d’arrêts pourront être traités à l’occasion de travaux d’aménagement plus vastes.Un point de repère : « On peut compter 4000 E en moyenne par point d’arrêt si on refait un trottoir… » Le Sitram prend en compte 50 % de la dépense. Encore ne s’agit-il que d’une moyenne indicative — tout dépend de la configuration et de l’importance du point d’arrêt en termes de fréquentation.Il faut faire le maximum pour faciliter la vie et la ville aux personnes handicapées, tout le monde est d’accord. Il faut respecter la loi, tout le monde est d’accord aussi. Mais ces dépenses supplémentaires viendront alourdir des budgets communaux déjà sollicités par l’augmentation de leurs contributions au budget de fonctionnement du Sitram et par la modification, en parallèle, d’une clé de répartition "historique" qui pénalise Mulhouse.

4000 euros par point d’arrêt

Concernant le choix des lignes pour le « réseau-noyau » accessible dès 2011, le maire de Wittenheim Antoine Homé juge qu’on aurait pu penser davantage aux terminus des trams : « C’est accessible jusque-là et on a une rupture de charge très importante lorsqu’on passe du tram aux bus… » La remarque sera intégrée à l’ultime réflexion sur le schéma, promet le président.


10:08 Publié dans A la M2A | Lien permanent | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.