Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 20 décembre 2008

Budget Primitif 2009 du Conseil Régional

L'Alsace :

Conseil régional Hausse de la fiscalité (6,4 %) en baisse

 


Lors des orientations budgétaires, le président Adrien Zeller avait proposé une augmentation de 7,4 % des taux de la fiscalité locale. Il l’a baissé d’un point.

« Un exercice de démocratie régionale vivante… » Après deux longs jours de débats, Adrien Zeller semblait satisfait de voir son budget adopté par une majorité composée de 29 UMP, centristes et indépendants. Mais il n’a pas réussi à convaincre les socialistes et les Verts que son budget — « avec l’effort d’investissement pratiquement le plus important de France » — était dimensionné pour faire face à la crise. Ces derniers, tout comme les élus FN — en tout 18 voix — ont voté contre le budget. Et contre aussi l’augmentation de 6,4 % des taux.Le président de la commission des finances, Justin Vogel, avait expliqué que la revalorisation des bases de 2,5 % — dont bénéficient toutes les collectivités — permettrait à la Région de gagner un point de fiscalité. « Mais cette hausse ne représente qu’1,5E par habitant », s’est justifié Adrien Zeller, sans obtenir davantage l’unanimité. « Le compte n’y est pas », a conclu Antoine Homé (PS), dénonçant « une hausse trop brutale de la fiscalité ». Philippe Carbiener (Verts) a parlé de « budget déséquilibré ». « Vous auriez pu baisser ou supprimer certaines dépenses », a renchéri Patrick Binder (FN), en citant la politique de la ville ou la coopération décentralisée. À l’issue du vote, Adrien Zeller a donné rendez-vous à ses collègues en mars pour ajuster, le cas échéant, les différentes politiques.

690 TER par jour

Plusieurs budgets, et non des moindres, ont été adoptés hier. Ainsi de la formation professionnelle (61 M ), avec des autorisations d’engagement en hausse de 3,5 %. Martine Calderoli-Lotz s’est interrogée sur la stratégie à suivre en période de crise : « Faut-il préparer la relance économique ? Ou faut-il reconvertir les chômeurs qui souhaitent souvent d’abord trouver un emploi ? » Second budget après les lycées et l’apprentissage, les transports et déplacements mobilisent 238 M , dont 190 M consacrés aux TER. Le président de la commission, Hubert Haenel, a précisé que 690 trains circuleraient par jour en 2009, soit 40 % de plus qu’en 2002. Et le nombre de voyageurs passerait à 65 000. Des crédits seront affectés aussi aux TGV. Interpellé sur le shunt de Mulhouse, Adrien Zeller l’a justifié, en affirmant qu’« il a été prévu dans la première phase du TGV Rhin-Rhône, sinon les performances de la ligne auraient été insuffisantes ». À l’issue de ce débat, l’assemblée a adopté (avec l’abstention des Verts) une motion demandant l’achèvement du réseau TGV desservant l’Alsace. Enfin, il a aussi été question du contrat triennal de Strasbourg qui a donné lieu à un débat entre Strasbourgeois.


Y.B.

DNA :

Budget:
29 pour,
18 contre

Le budget primitif 2009 de la Région Alsace a été adopté hier par les 29 voix de la majorité UMP, des centristes et des non-inscrits. Les 18 élus du FN et de l'intergroupe PS-Verts ont voté contre.
Pour Philippe Carbiener, ce budget « faussement rigoureux » signe « l'art d'une certaine improvisation » : l'écologiste y déplorant l'inscription de lignes budgétaires « incohérentes ». Patrick Binder (FN) est aussi « déçu » par plusieurs politiques et un programme qui illustre à ses yeux « une grande illusion pour les Alsaciens ». Enfin, Antoine Homé stigmatise « un ensemble d'actions éparses », résultat d'un « manque d'anticipation et de stratégie d'ensemble ». « Il faut passer de la réaction à l'action », répète le socialiste.
Il s'agit d'un budget « équilibré », réplique le centriste Jean-Jacques Fritz. Relevant la « surenchère » faite par l'opposition, Justin Vogel, le vice-président chargé des finances, estime pour sa part que ce budget « réaliste » concrétise la volonté de la Région, avec une hausse « modérée » de la fiscalité, de tenir « les conditions d'un développement équitable de l'Alsace ». Arlette Grosskost saluera le « volontarisme » de la Région avant qu'Adrien Zeller ne se félicite de ces deux jours de débat : « Un exercice de démocratie régionalisante. »

Culture-sport:
le temps
des efforts

Le budget culture s'élève à 15,24 M €, en retrait de 9,3 % : la section de fonctionnement progresse de 0,6 % et celle des investissements recule de 27 % après d'importantes opérations soutenues en 2008 : le Zénith, la médiathèque Malraux... Le centriste Jean-Jacques Fritz souhaiterait que la Région s'implique davantage dans la création d'équipements d'excellence, à l'instar de ce qui est offert en Allemagne, quand Andrée Buchmann (Verts) regrette le recul du soutien au spectacle vivant et à la politique du livre. Le frontiste Patrick Binder déplore quant à lui l'insuffisance des moyens alloués à l'OLCA ; il demande un « plan de sauvegarde de l'alsacien » et l'organisation d'assises de l'alsacien. La majorité et l'intergroupe PS-Verts votent pour, le FN contre.
Les 4,32 M € consacrés au sport ont été approuvés, eux, à l'unanimité, bien que plusieurs élus aient souligné la modestie du budget. « On demande des efforts au monde sportif », concède Adrien Zeller, qui s'est montré ouvert à la proposition d'Antoine Homé qui souhaite que des équipes de communes de moins de 20 000 habitants évoluant en Nationale 3 puissent bénéficier des aides de la Région, ce soutien étant aujourd'hui plafonné à 10 000 habitants. Sans pour autant créer un appel d'air, prévient toutefois le président.


F. By

 

Formation professionnelle : en hausse ou en baisse ?

 

Le budget de la formation professionnelle continue a été approuvé par la majorité qui entend lancer de nouveaux programmes pour 3,5 M €. Les Verts, le PS et le FN ont voté contre en estimant qu'il n'était pas à la hauteur des besoins.

En baisse ou en hausse ? Cette question a occupé l'heure de débat autour des 61,80 M € que la Région Alsace a inscrits pour la formation professionnelle continue en 2009. Plus de 40 M € sont consacrés aux dispositifs collectifs de formation et 800 000 € aux actions en faveur de créateurs d'emplois, en progression de 10 %. Pressentant les critiques, Martine Calderoli-Lotz et Adrien Zeller ont relevé que ce budget avait progressé de 93 % en huit ans et que le budget primitif 2009 avait été construit en septembre, lorsque le chômage baissait encore.
Les attaques n'ont pas manqué. Pour Monique Marchal (PS), « le compte n'y est pas » face à la « précarité grandissante ». « Réservée » sur le dispositif du parrainage, elle regrette que l'Alsace n'ait pas, à l'instar d'autre régions, augmenté de « manière significative » son programme destiné aux chômeurs.

Un premier
abondement de 3,5 M €

Comme la situation de l'emploi s'est dégradée depuis novembre, Adrien Zeller a rappelé que « toutes les marges de manoeuvre » de la Région iront prioritairement à ce secteur. Et d'annoncer un premier abondement de 3,5 M € lors de la première décision modificative. « Ça ne suffira pas », conteste Monique Marchal.
C'est la notion même d'abondement qui pose problème à Antoine Homé pour qui un abondement présenté en séance doit être équilibré en dépenses et en recettes, ce qui n'est pas le cas selon lui. « C'est de l'affichage ! », lance-t-il à Adrien Zeller qui décide de transformer l'abondement en motion. Ce qui fait bondir Jacques Bigot : « S'il n'y a pas l'équilibre, c'est parce que vous faites de la gesticulation pour rattraper une erreur ».
Adrien Zeller balaie l'argument et réaffirme « l'engagement politique » de l'exécutif de lancer des programmes de formation supplémentaires avec des autorisations d'engagement qui seront réactualisés durant l'année.


Franck Buchy

15:43 Publié dans En Alsace | Lien permanent | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.