Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 14 décembre 2008

Presse locale : CA du SITRAM

Sitram / Les actions cédées à Transdev
Soléa en voie de cession

 

Directeur du projet tram-train, Daniel Damman a aussi fait le point sur l'extension du tram à Bourtzwiller. Même si le chantier va s'arrêter en fin de semaine prochaine, le planning est respecté. La 1re circulation test est prévue en avril 2009. Première exploitation et inauguration de l'extension en juillet. (Photo DNA - Marc Rollmann)
Vendredi soir, le dernier comité d'administration de l'année du Syndicat intercommunal des transports de la région mulhousienne a entériné le principe de céder ses actions dans Soléa à Transdev, un des leaders européens du transport collectif de voyageurs.

Soléa est une SA d'économie mixte locale, détenue majoritairement par le Sitram (57 834 sur 100 000 actions). Mais « ce montage juridique a montré ses limites et ne permet pas d'optimiser la gestion du réseau de transport » a expliqué le président du Sitram, Denis Rambaud.

7 % des 750 arrêts du réseau Soléa sont accessibles aux personnes à mobilité réduite

Après plusieurs réunions du bureau sur « la pertinence de la gouvernance » du réseau, il a été décidé de transformer la SAEML en SA. Le groupe Transdev, qui possède déjà 20 000 actions de Soléa, a fait une offre de reprise des actions du Sitram, sur la base de 34,58 € l'action dont la valeur nominale est de 15€, ce qui rapportera 900 000 € au Sitram. Cette cession, sous réserve de validation par un audit en cours, serait effective à la fin de la délégation de service publique octroyée pour une année par le Sitram à la SAEML Soléa (fin 2010). A la question de Henri Metzger sur l'intérêt de cette privatisation, Jean-Marie Bockel a rappelé que Transdev, qui est une émanation de la Caisse des dépôts, travaille depuis des années avec le Sitram. Joël Lebreton, son nouveau président est «un homme du transport public, gage de sérieux, de compétence et garantie pour le personnel». Denis Rambaud estime que le syndicat ne voit que des avantages dans le futur partage des rôles : le Sitram dira ce qu'il veut sur les barèmes, l'organisation et le cadencement seront du ressort de Transdev. Cléo Schweitzer et Antoine Homé auraient aimé que le comité d'administration reçoive une information voire puisse rencontrer les gens de Transdev avant de prendre une telle décision. Le vote a été unanime à deux abstentions près (Cléo Schweitzer et Pierre Freyburger) pour le changement de statut de Soléa et la cession à Transdev. Il a été convenu d'inviter en début d'année Joël Lebreton afin qu'il dévoile ses intentions pour le réseau mulhousien (lire encadré).

Cléo Schweitzer et Antoine Homé auraient aimé que le comité d'administration reçoive une information sur Transdev avant de prendre une telle décision

Le Sitram a approuvé le schéma directeur d'accessibilité. Au préalable, Yann Thomas, a rappelé que la loi est ambitieuse puisqu'elle exige qu'en 2015 tous les réseaux de transport soient accessibles aux personnes handicapées et à mobilité réduite. La réalisation de ce schéma est moins contraignante. Mais il faut investir (surcoût de 4000 € par arrêt). A ce jour, 7 % des 750 arrêts du réseau Soléa sont accessibles aux personnes à mobilité réduite.


Éric Chabauty

 

Transport en commun Le Sitram cède Soléa

 

Après avoir résolu ses difficultés financières au moins pour l’an prochain, le Sitram passe à autre chose. Archives Darek Szuster

C’est la société Transdev et non plus le Syndicat intercommunal des transports qui sera majoritaire à Soléa. Rien de changé pour les clients ni pour le personnel, assurent les responsables.

Le principal point à l’ordre du jour du comité d’administration du Sitram (Syndicat intercommunal des transports de l’agglomération mulhousienne) s’intitule — très administrativement : « Modification des statuts de Soléa ». Concrètement, le Sitram, qui détenait jusqu’à présent 58 % des actions de l’entreprise, en vend 48 % à la société Transdev — qui en possédait déjà 20 %. « L’ancien montage juridique a démontré ses limites et ne permet pas d’optimiser la gestion du réseau… », explique la délibération — approuvée moins les deux abstentions des Mulhousiens Cléo Schweitzer et Pierre Freyburger. Le président Denis Rambaud précise : « Cette décision a été discutée dans l’entreprise et a fait l’objet d’un large consensus au sein du bureau du Sitram… »

Il faut couper le cordon ombilical

« La valeur nominale de notre action est de 15 euros. Transdev nous la reprend au-dessus de 30 euros. Cela nous rapportera donc 900 000 euros en plus des 800 000 qu’on pouvait attendre… », précise le secrétaire général Laurent Kammerer. « C’est une privatisation ? », s’inquiète un autre Mulhousien, Henri Metzger. « Pas du tout, Transdev est une émanation de la Caisse des dépôts et consignations et on retrouve dans son capital des actionnaires comme la RATP. C’est un partenaire aux qualités professionnelles et humaines démontrées… », tente de le rassurer le vice-président Jean-Marie Bockel. « L’affaire est en gestation depuis des années. Je pense sincèrement qu’il ne s’agit pas d’une garantie absolue mais du meilleur choix possible… » « Quel intérêt ? », insiste son interlocuteur. « Cela permettra au Sitram, au moment du renouvellement de l’appel d’offres, dans deux ans, de choisir en toute liberté et en toute indépendance d’esprit parmi les entreprises qui postuleront. Et de travailler en toute autonomie sur l’offre et les moyens dans les années à venir. Ce qui est difficile en étant juge et partie. Il vaut mieux que le cordon ombilical soit coupé… », répond le président Denis Rambaud.

Un réseau accessible en 2015

Cléo Schweitzer enfonce le clou : « Où est le problème aujourd’hui alors qu’il ne se posait pas jusqu’à présent ? » « Quelles conséquences pour les usagers ? », interroge encore Henri Metzger. Denis Rambaud : « C’est toujours le Sitram, autorité organisatrice, qui décide des tarifs ainsi que de l’offre en matière de lignes et de fréquences… » « Et pour les salariés ? », demande Cléo Schweitzer. Réponse : « Pas d’incidence. Le personnel est repris. Il aura l’avantage d’être adossé à une entreprise puissante… » Autre point important : l’approbation du Schéma directeur d’accessibilité. La loi impose « la mise en accessibilité des réseaux de transports avant le 11 février 2015 » « Un objectif très ambitieux… », détaille à l’assemblée Yann Thomas, chargé de mission. En effet : pour l’instant, un tiers seulement du parc de bus et 7 % des points d’arrêt (il y en a 750 en tout) sont accessibles — le tramway l’étant par définition.L’idée est d’avoir dès 2011 un « noyau dur » avec le tram-train, le tramway et 6 lignes de bus « en accessibilité partielle » avec au moins un bus accessible toutes les 30 minutes et les principaux arrêts aménagés. Antoine Homé, maire de Wittenheim, regrette les ruptures entre tram et bus déjà constatables le soir à Rattachement et bientôt à Châtaigniers : « C’est quand même paradoxal pour Kingersheim et Wittenheim, en attente d’un prolongement du tram. Il en va de même pour Illzach… » « Ce n’est qu’un point de départ, d’autres réflexions auront lieu… », conclut le président. Une séance plus calme que la précédente : les questions financières sont réglées pour l’an prochain.


Stéphane Samacoïtz

11:24 Publié dans A la M2A | Lien permanent | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.