Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 26 novembre 2008

DNA : Exposition à WITTENHEIM

Wittenheim / Salle Albert-Camus
Exposition au féminin

 

L'exposition a beaucoup plu au public. (Photo DNA)
Baptisée « Vagabondages... », l'exposition de peintures qui s'est tenue durant le week-end dans la salle Albert-Camus se sera avérée de la meilleure veine.

Marie-José Hartmeyer, Marie-Catherine Walch et Violaine Aimetti composent un équipage d'artistes féminins de talent. Elles présentaient le week-end dernier une quarantaine de toiles, figuratives, impressionnistes, modernes... un réel plaisir pour les amateurs de belles choses.

La peinture adoucit-elle
les moeurs ?

Lors du vernissage, de très nombreux élus, dont notamment le député Francis Hillmeyer, le maire de Wittenheim, Antoiné Homé, son homologue de Ruelisheim, Francis Hartmeyer (par ailleurs l'heureux époux de son exposante d'épouse Marie-José), ont affiché leur admiration face aux oeuvres proposées.
Pour la petite histoire, si lors de ce vernissage il était beaucoup question d'art, des conversations animées évoquaient également un autre thème : l'imbroglio politique offert par les instances socialistes depuis quelques jours.
La contemplation des tableaux aura su apaiser quelques esprits passablement retors. La peinture, à l'instar de la musique, adoucirait-elle les moeurs ?


09:28 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | |  Facebook | |

mardi, 25 novembre 2008

L'Alsace : recomptage au PS 68

Recomptage dans le Haut-Rhin

 


Une erreur de six voix sur le procès-verbal de l’élection au Parti socialiste, jeudi dernier, a braqué les feux sur la section de Kingersheim (68).

L’erreur serait advenue en passant de la transcription des résultats manuels à celle sur ordinateur. « Vu les documents rédigés, franchement on ne pouvait pas confondre un six avec un zéro et un sept avec un » affirme Huguette Lichtlé, nouvelle secrétaire de la section de Kingersheim. « C’est un peu gros » ajoute-t-elle tout en souhaitant que « l’erreur soit rectifiée » avant d’ajouter : « Ensuite, nous aviserons. » Nous avons joint hier Denis Wiesser, premier secrétaire fédéral du Parti socialiste haut-rhinois. Pour lui, « tout a déjà été dit. Il n’y a aucune malveillance ni tricherie ». À ses yeux, la polémique autour de cette affaire de vote est due à ceux qui « font monter la mayonnaise pour que tout ça parte en sucette ». Antoine Homé tout comme Catherine Hoffarth et le secrétaire fédéral ont tous signé le PV au soir de l’élection. Pour Antoine Homé, ces six vois « ramènent le score en faveur de Martine Aubry de 61,6 % à 60, 3 %, ce qui ne change pas grand-chose au résultat ». Le maire de Wittenheim pointe du doigt d’autres fédérations comme la Gironde où l’erreur porte sur une cinquantaine de voix. D’ailleurs, ajoute-t-il, « chez nous tout c’est bien passé et ces six voix sont l’arbre qui cache la forêt ».La commission de récolement s’est réunie hier après-midi au siège de la Fédération du PS à Mulhouse. Outre le premier secrétaire fédéral, elle réunissait Antoine Homé, mandataire de Martine Aubry et Catherine Hoffarth, mandataire de Ségolène Royal. Les résultats aussitôt vérifiés devaient être envoyés au siège national du Parti socialiste, rue de Solférino, à Paris.Le PS haut-rhinois a « mis le national au courant » de ce problème mais « il était impossible de réunir la commission de récolement plus tôt car Antoine Homé était absent ce week-end ».Au niveau technique, Denis Wiesser rappelle qu’une fois le PV expédié à Paris, les comptes ne peuvent plus être modifiés, ce qui explique que rien n’ait pu être fait avant la réunion d’hier midi.

Pas question de revoter

Le premier secrétaire fédéral du Haut-Rhin est formel : il n’est « pas d’accord pour que le PS revote, sinon on ne s’en sort plus ». Il souhaite surtout que « les deux têtes de liste fassent preuve d’intelligence et que le parti arrête de se donner en spectacle ». Huguette Lichtlé veut que « ça cesse car on reproduit au plan local les querelles du niveau national. Chacun doit y mettre du sien et nous allons œuvrer dans ce sens ».Antoine Homé qui est membre du conseil national se rend à Paris aujourd’hui où la commission nationale achève de refaire ses comptes. Lui aussi se refuse à un troisième tour de scrutin et « appelle tout le monde à arrêter ces querelles au plan local comme au plan fédéral ». Pour Antoine Homé, « il n’y a que des socialistes qui doivent se remettre tous ensemble au travail pour répondre aux attentes des Français ».


Raymond Couraud

21:28 Publié dans Au PS | Lien permanent | |  Facebook | |

vendredi, 21 novembre 2008

L'Alsace : Installation du CME

 

L’apprentissage de la citoyenneté dès l’enfance. Photo Jean-Paul Domb

Le conseil municipal des enfants de Wittenheim vient d’être installé. Et les idées ont déjà fusé pour améliorer la vie de tous.

Peu avant l’installation officielle du conseil municipal des enfants (CME), il règne, en ce lundi soir, pas mal d’effervescence à la mairie de Wittenheim, et un peu de stress aussi, surtout du côté des parents présents pour l’événement.Après l’élection de 24 élèves de CM2 le 24 octobre, le CME est désormais au complet pour travailler : 43 élus, dont 12 suppléants. La séance est ouverte par le maire Antoine Homé, son adjoint chargé de la jeunesse Arnaud Koehl, et la conseillère municipale déléguée au CME Thérèse Anzuini.Suit une rétrospective en photos des projets menés par les conseillers déjà élus l’an passé. Pour rappel, quatre commissions ont été mises en place : sport, culture et manifestations ; sécurité et aménagement ; jeux et environnement ; vivre ensemble et solidarité. Pour chacune d’elles, des actions ont été réalisées, telles que l’organisation d’un tournoi sportif, l’animation d’un après-midi jeux avec des personnes âgées, ou encore un concours de dessins pour définir la mascotte du CME…

Sécurité et loisirs

Un peu timides au début pour prendre la parole en public, les jeunes élus oublient bien vite leurs réticences et font part de nombreuses idées qu’ils aimeraient concrétiser durant leur mandat de deux ans. Par exemple, ils ne badinent pas avec la sécurité et souhaiteraient « plus de passages piétons », « des dos d’âne devant les écoles », « des radars vers la rue du Markstein », « des PV aux gens qui ne respectent pas le code de la route »«Près du collège Pagnol, il y a un sens interdit, mais les gens passent quand même », souligne Lehyan. Un mini-débat s’engage aussi sur les avantages des canisites par rapport aux canisacs, « que les gens jettent par terre ».En matière d’aménagements, les enfants ont de l’ambition : « Il faudrait construire une patinoire, suggère Myriam, car il n’y a pas assez de loisirs à Wittenheim, on est obligé d’aller à Mulhouse ». La même aimerait également un musée pour accueillir les artistes. D’autres proposent de faire des terrains de jeux ici et là, de « réparer les jeux cassés » ou encore d’en prévoir « pour les plus grands, comme un bowling ».Le CME se montre aussi très concerné par la solidarité et entend monter des actions en faveur des enfants hospitalisés, des personnes handicapées, des personnes âgées et des Restos du cœur.Enfin, des suggestions, plus inédites, sont lancées. À l’image d’Alicia, qui voudrait « repeindre les maisons près des écoles Freinet et Curie, parce que les couleurs sont tristes ». Tous ces projets vont être examinés attentivement par les jeunes élus. Beaucoup de pain sur la planche en perspective.


Magali Claudel

09:43 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | |  Facebook | |

DNA : Installation du CME

Wittenheim / Conseil municipal des enfants
De l'ordre à l'utopie

 

D'aucuns veulent police et feux rouges... d'autres rêvent de châteaux. (Photo DNA)
Ils et elles sont 43 élus, de onze-douze ans, dont douze suppléants, qui composent le conseil municipal des enfants, intronisé très officiellement dans la salle du conseil de la mairie. Un nombreux public composé d'élus, d'enseignants et de parents assistait à la prise de fonction d'une assemblée élue pour deux ans.

Le maire a bénéficié d'une cure de jouvence, il présidait cette séance inaugurale. Antoine Homé a encouragé les enfants à s'impliquer : « Vous prenez part à une belle et grande aventure, les élus de Wittenheim seront à vos côtés pour vous accompagner au quotidien... Nous sommes convaincus qu'il n'y a pas d'âge pour donner son avis, il est plus important que jamais de former l'esprit civique des enfants pour aujourd'hui et pour demain, vos idées et votre enthousiasme sont une chance pour toute la collectivité...  ».

Quatre commissions
ont été créées

Et en effet, les idées ont germé dès cette première séance. Quatre commissions articulent le conseil : sports, culture et manifestations ; environnement et aires de jeux ; solidarité et sécurité.
Mais revenons-en aux idées et propositions. Curieusement, certains de ces jeunes élus ont un fort tropisme sécuritaire. Ainsi, « il faut des dos d'ânes et des passages surveillés près des écoles, il faut plus de feux rouges, des radars et verbaliser les excès de vitesse, plus de présence policière ( !), etc.  ».
D'autres, à la fibre visiblement moins martiale, émettent quelques belles, voire utopiques, suggestions : « Il faudrait créer un système de Vél'Lib, organiser des manifestations pour les enfants hospitalisés, créer un centre d'hébergement d'urgence pour les nécessiteux... ». Ces nobles ambitions se voient couronner par une autre proposition, saugrenue peut-être, mais pourquoi pas : « Nous pourrions reconstruire le château du Rebbergala  » (ce dernier a été incendié par les troupes suédoises lors de la Guerre de trente ans). On s'en félicitera, l'imagination est aussi au pouvoir chez les plus jeunes.

Bientôt un château
à Wittenheim ?

Aux élus désormais de prendre en considération les propositions de leurs cadets. S'il est à souhaiter qu'il n'y ait guère urgence pour plus de police, un château à Wittenheim remplacerait très avantageusement une très hypothétique piscine. Piscine qui continue à hanter les séances du conseil municipal...
Comme le veut l'adage, la vérité sort de la bouche des enfants. Alors quoi, l'utopie n'est-elle pas aussi créatrice ? A vos truelles bâtisseurs de château, à coeur vaillant rien d'impossible !


D.W.

09:42 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | |  Facebook | |