Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 28 octobre 2008

L'Alsace : Orchestre à l'école

Wittenheim

 


25 instruments à vent et deux pièces de percussion ont été remisrécemment par le maire Antoine Homé, entouré de Philippe Richert, adjoint chargé de la culture, et de Martine Briand, conseillère municipale déléguée pour la culture, aux élèves d’une classe de CE2 et d’une classe de CM1 de l’école Pasteur. Cette remise a été réalisée dans le cadre d’une action sur deux années scolaires, intitulée « orchestre à l’école », portée par l’école municipale de musique et les enseignants des classes et soutenue par la Ville de Wittenheim.L’école Pasteur accueille les enfants du quartier de la Forêt qui comporte 400 logements et a été classé territoire communal prioritaire des Cucs (contrats urbains de cohésion sociale). Les enfants de ce quartier ne fréquentent guère l’école municipale de musique.Cette action a donc été organisée pour permettre à 25 enfants de cette école de bénéficier d’un enseignement musical débouchant sur la pratique d’un instrument, dans le cadre du temps scolaire. Les apprentissages se font collectivement ou par groupes restreints. L’orchestre formé sera constitué de quatre flûtes, quatre clarinettes, quatre saxophones, quatre trompettes, trois trombones, trois cors, trois euphoniums et deux percussions.Sept professeurs de l’école municipale de musique interviennent pour les séances instruments. Valérie Seiler, la directrice de l’école de musique, prendra en charge l’heure hebdomadaire d’orchestre.Le budget prévisionnel de l’action s’élève à 16 230 , réparti comme suit : 8 100 à la charge de la commune et une subvention de l’ANCSE (Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances) de 8 130 .


09:48 Publié dans A Wittenheim | Lien permanent | |  Facebook | |

dimanche, 26 octobre 2008

DNA : CAMSA et Pierre et Vacances

Conseil d'agglomération / Projet Pierre et Vacances
Les conseillers d'accord sur le protocole

 

Réuni vendredi soir à la Fonderie, le conseil de la Communauté d'agglomération de Mulhouse sud Alsace (Camsa) a adopté, à l'exception de six conseillers qui se sont abstenus, le protocole d'accord pour la réalisation, d'ici 2012, de l'éco-village touristique par Pierre et Vacances.

La décision ne faisait aucun doute, comme l'a rappelé le président Jo Spiegel : « On est au bout d'un long échange, d'une intense coproduction où la Camsa et les communes concernées ont joué un rôle moteur. A l'heure où je vous parle, les principales collectivités ont voté pour. » (*)
Longue maturation, intense coproduction... Le maire de Wittenheim Antoine Homé l'a rappelé à sa façon : « Ce texte a évolué puisqu'on en est à la 22e version ».

Jean-Claude Mensch a finalement dit oui au Symbio et au protocole qui reste selon lui « une cote mal taillée »...

Par ce vote, la Camsa a estimé qu'il est dans son intérêt d'accompagner « l'aménagement du site Bioscope, Écomusée, Carreau Rodolphe » et a décidé d'adhérer au Symbio, syndicat mixte créé par la Région et le Haut-Rhin pour le Bioscope, à condition que soit construit le village de résidences touristiques Pierre et Vacances.
La délibération présentée vendredi à la Fonderie, qui a fait l'objet de modifications rédactionnelles jusqu'au dernier moment, rappelle que l'ensemble sera constituée de 350 à 500 unités d'hébergement sous forme de cottages offrant à terme une capacité d'accueil de 2 500 lits en « résidence de tourisme classée » et exploité 39 semaines par an.
Ces maisons seront réalisées en deux tranches, sur des terrains appartenant à Ungersheim ayant fait l'objet d'un bail consenti à la société Ecoparcs et au conseil général sur le Carreau Rodolphe. L'investissement réalisé par Pierre et Vacances pour les deux tranches est évalué à 110 millions d'euros. S'ajoute la construction d'un équipement aqualudique de 4 000 m² dont 1 400 de bassins pour un coût est estimé à 20 M.€. Cet équipement qui accueillera les scolaires sera financé par le privé (6 M.€) et le public (14 M.€ dont 7 M.€ de la Camsa). La délibération retient les amendements apportés à la mouture initiale.
Le projet est aujourd'hui compatible avec le plan Climat territorial. Il prend en compte le patrimoine minier du Carreau Rodolphe. Il préserve la forêt alluviale. Le futur centre aqualudique sera ouvert au public. Enfin il ne nécessite pas, a priori, la modification du Scot pour l'édification du village touristique. Ces contributions ont été acceptées par l'ensemble des partenaires : la Région, le Département, la Caisse de dépôts, et le groupe Pierre et Vacances, et les communes de Ungersheim et Pulversheim (*).

... en revanche, son collègue de Pulversheim, Jean-Claude Eicher n'a eu qu'à se féliciter de la tournure des événements

Auparavant, Pierre Freyburger a rappelé sa défiance vis-à-vis du Symbio, « une structure uniquement créée pour le Bioscope » et estimé que « cette adhésion sera dangereuse pour les finances de la Camsa... qui, à terme, devra éponger jusqu'à 16 % (contribution de la Camsa dans le Symbio dont les statuts sont modifiés) du déficit du Bioscope ».
Jo Spiegel, relayé par Pierre Laplane, directeur des services communautaires, et par Jean-Marie Bockel, ont tenté de le rassurer. L'adhésion de la Camsa au Symbio ne s'inscrit que dans le périmètre du projet Pierre et Vacances. En outre, sans le Symbio, Région et Haut-Rhin n'auraient peut-être pas apporté leur écot.
Rien n'y fit, Pierre Freyburger et cinq autres conseillers ont préféré s'abstenir plutôt que de cautionner cette adhésion. Le Symbio achètera les terrains nécessaires (28 ha) à Ungersheim et au Département, les viabilisera avant de les céder à Pierre et Vacances.
De son côté, le maire d'Ungersheim Jean-Claude Mensch a fait dans l'ironie : « Il fallait ressusciter Lazare », sous-entendu Le Bioscope, mais il a finalement dit oui au Symbio et au protocole qui reste selon lui « une cote mal taillée, un compromis », car « ce qui a été décidé n'a plus rien à voir avec le document du 27 juin dernier ».

L'adhésion de la Camsa au Symbio ne s'inscrit que dans le périmètre du projet Pierre et Vacances

En revanche, son collègue de Pulversheim, Jean-Claude Eicher n'a eu qu'à se féliciter de la tournure des événements et a rappelé l'unanimité de son conseil pour le projet : « On a été tenu régulièrement au courant. Le consensus obtenu aujourd'hui est une image forte. »
Antoine Homé a aussi voté pour, estimant que le centre nautique de Wittenheim n'est pas enterré avant de conclure : « Tout commence aujourd'hui ». Bernard Stoessel a fait sien le propos d'un collègue bas-rhinois de la Région : « Il faut être fou pour cracher dans la soupe en rejetant ce projet ». Jo Spiegel a conclu : « Merci pour votre investissement. Dans ce projet, il n'y a ni vainqueur, ni vaincu. Mais nous avons gagné ensemble l'implantation de Pierre et Vacances. »


E.Ch.

(*) Voir DNA du 25 octobre en pages Potasse et Région.

08:56 Publié dans A la M2A | Lien permanent | |  Facebook | |

L'Alsace : La CAMSA adopte le protocole "Pierre et Vacances"

Agglomération Le projet Pierre et Vacances adopté

 

Dans la foulée de l’approbation au projet Pierre et vacances, la Camsa a également voté son adhésion au Symbio, le syndicat qui gère le Bioscope (ici, le parc vu du ciel). Archives Jean-Marie Schreiber

La Camsa a donné vendredi soir son feu vert à l’implantation du projet Pierre et Vacances à Ungersheim. Coût de l’opération, y compris les aménagements géothermique : 174 millions d’euros.

Les délégués de la Camsa ont mené un débat apaisé vendredi soir lorsqu’ils ont adopté le protocole de l’implantation d’un ensemble Pierre et Vacances à Ungersheim. Jo Spiegel a rappelé que la communauté d’agglomération « était arrivée au bout d’un long processus de réflexion, de débats et d’échanges ». Il a ensuite salué le rôle moteur de la Camsa et des communes dans ce dossier sans omettre les différents partenaires privés ou publics.Pierre Freyburger a ensuite pris la parole. Le leader du groupe d’opposition Un autre souffle pour Mulhouse s’est élevé contre l’adhésion de la Camsa au Symbio, le syndicat qui gère le Bioscope. Selon lui, « cette adhésion est dangereuse pour les finances de la Camsa et son équilibre budgétaire » parce que les comptes du Bioscope ne sont pas équilibrés.

On a ressuscité Lazare

Jo Spiegel lui a répondu que cette adhésion « ne concerne que le périmètre de compétence » sur lequel la Camsa s’est engagée. Le président a préféré mettre en avant les retombées locales du projet Pierre et Vacances en terme de tourisme, de création d’emploi ou de respect du plan climat de la Camsa.Jean-Claude Mensch, maire d’Ungersheim est ensuite longuement revenu sur les avancées dues à la négociation conduite depuis début septembre. Lyrique, il a convenu qu’après les explications données par Pierre et Vacances devant son conseil municipal qui a adopté le protocole d’accord, « on a ressuscité Lazare, le Bioscope pour sortir du coma ». Puis il a chiffré l’ardoise. « 174 millions d’euros et ce n’est pas terminé ». Pour lui, la délibération adoptée hier « n’est qu’une cote mal taillée ». Il a ensuite souhaité que « la Camsa tienne compte des points suivants : l’avenir de plusieurs bâtiments du carreau Rodolphe, le fait que le terrain cédé ne serve qu’à Pierre et Vacances et que l’on fasse attention à l’aménagement et à la construction du village ». Après ces remarques, le maire d’Ungersheim a souhaité aussi que « cela ne se traduise pas par des charges fiscales supplémentaires ».

Il faudrait être fou pour cracher dans la soupe

Le maire de Wittenheim, Antoine Homé a salué un « texte qui a profondément évolué, puisqu’il en est à sa 22e version qui marque des évolutions substantielles ». Puis il a rappelé que le projet d’un équipement nautique dans sa ville ainsi que l’avenir du carreau Rodolphe lui tenaient à cœur. Pour lui, la Camsa a réussi à trouver une sortie « intéressante, honorable et de qualité ». Bernard Stoessel est intervenu, notamment pour rappeler une citation d’un élu bas-rhinois lors du vote au conseil régional quelques heures plus tôt : « Il faudrait être fou pour cracher dans la soupe en ne soutenant pas ce projet ».Jo Spiegel a appelé ensuite au vote. Six conseillers se sont abstenus alors que le restant de l’assemblée adoptait le projet. Pour le président de la Camsa « il n’y a ni vainqueurs ni vaincus » dans ce débat. Puis, dans une formule il a remercié les élus communautaires qui ont su « conjuguer la haute qualité environnementale et la haute qualité démocratique ».


Raymond Couraud

08:54 Publié dans A la M2A | Lien permanent | |  Facebook | |

samedi, 25 octobre 2008

L'Alsace : Pierre et Vacances à la CAMSA

Le feu vert de la Camsa et d’Ungersheim

 


La Communauté d’agglomération Mulhouse Sud Alsace a adopté, hier soir, le projet de création d’un village Pierre et Vacances sur le ban de la commune d’Ungersheim.Un ultime débat a précédé un vote sans surprise. Les communes d’Ungersheim et de Pulversheim avaient déjà donné leur feu vert à l’arrivée de Pierre et Vacances.Le président de la Camsa, Jo Spiegel s’est félicité de la qualité des débats de ces dernières semaines, tout en reconnaissant qu’ils furent parfois vifs. Puis le socialiste Pierre Freyburger a pris la parole. Il a salué « l’évolution du projet », mais regretté « l’adhésion de la communauté d’agglomération au Symbio », le syndicat qui gère le Bioscope. Il juge cette adhésion « dangereuse pour les finances » de la Camsa. En conséquence de quoi, il s’est abstenu avec cinq autres conseillers communautaires lors du vote final.Jo Spiegel a rappelé que la communauté ne serait engagée que sur les compétences désignées et à hauteur d’une participation de 16 %. Pour lui, le Symbio comme le village sont « une chance de redynamiser » la région mulhousienne.

« Il reste beaucoup à faire »

Maire d’Ungersheim, Jean-Claude Mensch, qui a été en tête de ceux qui ont fait que le protocole d’accord a été modifié 22 fois dans un sens plus respectueux de l’environnement, a concédé que la délibération n’est qu’« une cote mal taillée », avant de présenter une série de points additionnels et de conclure : « Il reste beaucoup à faire ».


R.C.

17:45 Publié dans A la M2A | Lien permanent | |  Facebook | |